Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
Cultiver un rosier en pot
conseil

Comment cultiver un rosier en pot ?

Nos conseils pour bien planter et entretenir un rosier en pot

Les rosiers sont des incontournables des jardins. Style romantique ou inspiration anglaise,  jardin blanc ou massif coloré d’aspect sauvage, ces arbustes s’adaptent à toutes les envies.

Si les plus grandes variétés sont cultivées en pleine terre, les variétés plus compactes et de tailles modestes se prêtent très bien à la culture en pots. Elles nécessiteront seulement quelques gestes d’entretien pour bien s’épanouir et fleurir.

N’hésitez donc pas à adopter un rosier pour pot, afin de profiter de leur magnifique floraison sur terrasses, balcons ou en petits jardins.

Voici nos recommandations pour réussir la culture du rosier en pot ou bac, de la plantation aux soins réguliers à lui apporter, en passant par les précautions à prendre.

rosiers en pot, culture, entretien, plantation, conseils

Quelles variétés de rosiers choisir pour la culture en pot ?

Pour la culture en pot, privilégiez les variétés de petites tailles, au développement limité et croissance lente : rosiers miniatures, rosiers buissons ou rosiers couvre-sols. Leur port compact et buissonnant sera parfaitement adapté à ce type de culture.

A l’inverse, les rosiers vigoureux comme les grands grimpants ou rosiers lianes, les rosiers arbustifs ou les rosiers pleureurs, ont une croissance rapide, un fort développement racinaire et demandent beaucoup d’espace. Ils se prêtent donc évidemment beaucoup moins à la culture en pot.

Pour bien vous décider, retrouvez notre sélection de 8 rosiers parfaits pour la culture en pot.

rosier miniature, buisson, couvre-sol, culture en pot

Rosier miniature ‘Fête des Mères’, rosier buisson ‘Pacific Dream’ et rosier couvre-sol ‘Happy Chappy’

Quand planter un rosier en pot ?

La période de plantation dépend du conditionnement de votre rosier :

  • en pot ou conteneur
  • en racines nues

Les rosiers en conteneur peuvent être rempotés tout au long de l’année.

Les rosiers en racines nues sont extraits de la terre lors de leur période de repos végétatif. Ils seront plantés en pot entre novembre et mars, idéalement à l’automne, le jour de leur réception / achat pour éviter que les racines ne se dessèchent.

rosier en pot, rosier en racines nues, conditionnement

Comment cultiver un rosier en pot ?

Le choix du contenant

La taille du contenant est essentielle pour réussir la culture d’un rosier en pot. Elle doit prendre en compte le développement du rosier et sa taille à maturité.

Les racines de l’arbuste ayant une croissance à la verticale en profondeur, choisissez un contenant en conséquence : les rosiers les plus petits (miniatures, nains) se contenteront de 40 cm de diamètre et de profondeur, quand les rosiers classiques demanderont plutôt 50 à 60 cm.

Le contenant devra être impérativement troué, afin de permettre à l’eau en excès de bien s’évacuer sans risquer d’endommager les racines.

Enfin, concernant le matériau, nous vous conseillons d’opter pour un contenant en terre cuite, qui, grâce à sa porosité naturelle, permet une meilleure aération du substrat, limite le dessèchement et le développement de maladies. Le contenant devra seulement être protégé des fortes gelées en hiver, pour éviter tout risque de fissure.

Les bacs en bois peuvent aussi faire de bons contenants, mais demanderont un entretien régulier pour éviter qu’ils ne s’altèrent au fil du temps et ne pourrissent.

Si le plastique possède de nombreux avantages (économique, léger, large choix de couleurs), il offre une moins bonne stabilité et a tendance à favoriser les conditions extrêmes : manque d’isolation en hiver et conservation de l’humidité, sécheresse en été.

Le substrat

Le rosier apprécie les terres riches et fertiles, indispensables pour permettre une belle floraison, en particulier chez les très gourmandes variétés remontantes fleurissant plusieurs fois dans l’année.

Le substrat devra donc être particulièrement bien choisi pour apporter la nourriture nécessaire à votre rosier en pot, tout en étant bien drainant pour permettre à l’eau de ne pas stagner et risquer le pourrissement des racines.

Optez pour un mélange de :

rosier en pot, terreau, mélange

Faites un mélange de terreau pour rosiers et de terreau pour pots

La plantation

Avant la plantation, bassinez les racines du rosier dans un seau d’eau à température ambiante.

Les sujets conditionnés en racines nues seront taillés et pralinés la veille de leur plantation en pot (le pralin peut être acheté ou fait maison).

    1. Disposez au fond du contenant des matériaux drainants (billes d’argiles, graviers, pouzzolane, tessons de terre cuite,…) en couche épaisse d’environ 5 cm.
    2. Remplissez 1/3 du pot avec le substrat.
    3. Installez le rosier bien au centre du pot. Le point de greffe (jonction entre les tiges et les racines), d’où partent les nouvelles tiges, devra arriver au niveau du haut du pot.
    4. Complétez avec le substrat jusqu’en haut du pot, en veillant à ne pas recouvrir le point de greffe.
    5. Tassez délicatement avec les doigts, puis ajoutez du substrat si besoin.
    6. Arrosez généreusement.
    7. Paillez la surface du contenant avec du paillage pour rosiers, de la paille ou du BRF pour conserver l’humidité et éviter le développement d’adventices (« mauvaises herbes »).
rosier en pot, planter, pot en terre cuite, pralinage

A gauche : pot en terre cuite ; à droite : pralinage des racines du rosier avant plantation

L’exposition

Le rosier en pot sera idéalement placé en extérieur. Choisissez un emplacement très ensoleillé, tout en évitant l’exposition aux rayons brûlant du soleil en période estivale.

Une fois installé, privilégiez un emplacement fixe et évitez de déplacer votre pot, afin que le rosier puisse s’acclimater à son environnement.

Entretien et soins du rosier cultivé en pot

L’arrosage

L’un des points de vigilance clés de la culture du rosier en pot concerne la gestion de l’arrosage. Le substrat a en effet tendance à se dessécher beaucoup plus vite que chez un sujet en pleine terre capable, grâce à ses racines, d’aller puiser l’eau par lui-même en profondeur.

Veillez donc à un arrosage régulier, dès que les premiers centimètres de substrat deviennent secs, de préférence le matin ou en fin de journée.

En été, augmentez la fréquence et la quantité des arrosages, sans noyer le substrat. A cette période, sauf fortes précipitations, l’eau de pluie n’est généralement pas suffisante pour assurer un bon arrosage de la terre.

Ne laissez jamais d’eau stagnante dans la soucoupe, qui risquerait d’asphyxier les racines : pensez à la vider au bout d’une vingtaine de minutes.

La fertilisation

Les rosiers sont particulièrement gourmands pendant leur période de végétation. Cultivés en pot, ils devront d’autant plus être soigneusement nourris, pour assurer une belle floraison et les rendre plus résistants aux maladies.

De mars jusqu’à septembre, utilisez un engrais spécial rosier, qui nourrira et fortifiera  la plante. Privilégiez les petits conditionnements et veillez à bien suivre les dosages prescrits par les fabricants.

Les engrais sous forme liquide ont une action immédiate et se dispersent rapidement dans le sol. Ils nécessitent un apport tous les 15 jours ou mensuellement.

A l’inverse, les engrais sous forme solide (granulés, bâtonnets), sont à diffusion plus lente. Ils nécessiteront d’être renouvelés tous les 3 mois en moyenne, en début de printemps (mars), en été (juin), puis en début d’automne (septembre).

Vous pouvez également opter pour des amendements réguliers de compost ménager bien décomposé.

Pour plus de détails, retrouvez tous nos conseils pour bien fertiliser vos rosiers.

La taille

Comme pour les sujets en pleine terre, la taille du rosier en pot est indispensable pour assurer son entretien et une floraison abondante.

Coupez les fleurs fanées au fur et à mesure, pour éviter au rosier de ne perdre de l’énergie et favoriser le développement de nouveaux boutons chez les rosiers remontants. Utilisez un sécateur aiguisé et bien désinfecté et taillez juste au-dessus d’un œil (bourgeon).

Les tailles plus sévères sont effectuées selon la variété du rosier. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre article pour réussir la taille des rosiers en pots.

Le surfaçage

Chaque année au printemps, procédez au surfaçage de votre rosier en pot, c’est-à-dire au remplacement superficiel du substrat.

  1. Griffez délicatement la terre du dessus, sans endommager les racines.
  2. Retirez les 3 à 4 cm premiers centimètres de substrat.
  3. Ajoutez du nouveau terreau, mélangé à de l’engrais, du compost ménager ou du fumier bien décomposé.
  4. Arrosez généreusement.

Les maladies

Les rosiers sont sensibles aux maladies cryptogamiques (champignons), qui s’attaquent principalement à leur feuillage : rouille, oïdium, marsonia (taches noires) ou encore botrytis (pourriture grise).

En prévention :

  • évitez toujours de mouiller le feuillage des rosiers au moment de l’arrosage ;
  • ne négligez ni l’arrosage, ni l’apport régulier de fertilisants ;
  • retirez les feuilles mortes au fur et à mesure, afin de favoriser l’aération ;
  • tournez-vous vers des variétés connues pour leurs résistances aux maladies, comme les rosiers ADR.

Repérées dès les premiers symptômes, ces maladies peuvent  généralement se soigner efficacement, sans trop impacter la santé du rosier.

En cas de maladie avérée, nous vous conseillons de vous tourner vers des solutions naturelles (purins de plantes, fongicides utilisables en agriculture bio, bouillie bordelaise avec parcimonie…), à appliquer en fin de journée pour limiter l’impact sur les insectes auxiliaires.

Pour plus de détails, consultez notre article sur les différentes maladies des rosiers et leurs traitements.

rosiers résistants aux maladies, rosiers ADR, variétés

Deux variétés ADR plus résistantes aux maladies : rosier ‘Amber Queen’ (photo T. Kiya) et rosier ‘Joie de vivre’

L’hivernage

La protection des rosiers en pot pendant la saison froide dépendra évidemment de la rusticité de la variété choisie et du climat de votre région.

Toutefois, il faut savoir qu’un rosier cultivé en pot sera moins résistant face au froid et à l’humidité hivernale qu’un rosier cultivé en pleine terre.

Dans les régions aux hivers rudes, nous vous conseillons dès que les températures approchent des négatives de :

    • recouvrir le rosier d’un voile d’hivernage (vous pouvez aussi simplement enrouler le pot dans du papier bulle isolant sans recouvrir les branches) ;
    • augmenter l’épaisseur du paillage au pied de la plante ;
    • isoler le pot du sol en le plaçant sur du carton, polystyrène,…
rosier en pot, entretenir, hiverner, tailler

Les rosiers demandent un entretien minutieux que ce soit pour l’arrosage, la fertilisation, la taille, la prévention des maladies et l’hivernage

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire