Permaculture : les outils indispensables pour cultiver au naturel

Permaculture : les outils indispensables pour cultiver au naturel

Notre sélection d'outils essentiels pour pratiquer la permaculture au jardin

Sommaire

Mis à jour le 17 Juin 2024  par Ingrid 7 min.

La permaculture séduit de plus en plus de jardiniers, désireux de créer un jardin à la fois productif et respectueux de l’environnement. Mais pour bien réussir dans cette démarche écologique, encore faut-il s’équiper des bons outils de jardinage ! Et si vous aviez l’habitude du potager traditionnel, il y aura probablement quelques outils indispensables qui viendront compléter votre équipement existant… et d’autres à remiser. De l’incontournable biofourche au traditionnel râteau, découvrez les outils indispensables pour transformer votre espace vert en un jardin en permaculture et leurs utilités.

Difficulté

La grelinette : L'outil incontournable pour décompacter le sol

S’il y a bien un outil indispensable pour un jardin en permaculture (et même traditionnel selon moi), c’est bien elle : la grelinette ! Inventée par André Grelin dans les années 1960, elle est aussi appelée bio-fourche ou fourche d’aération.

Composée d’un manche ou deux (en bois ou métal) et d’une barre avec plusieurs dents en acier courbées, la grelinette est disponible en différentes tailles (3, 4, 5 dents, etc). Choisissez-la en fonction de la taille de votre jardin, de votre potager, mais aussi de son poids et sa maniabilité. Par exemple, pour un petit potager ou jardin, une grelinette de 3 ou 4 dents est idéale ; pour un grand potager, préférez une grelinette à 5 dents ou plus.

Facile à utiliser, il suffit de l’enfoncer dans le sol avec les pieds et le poids du corps, puis de faire un effet de levier, en tirant les manches vers soi et/ou à l’opposé. Elle remplace ainsi avantageusement la fourche et elle se montre plus maniable, car on exerce un peu moins d’effort avec les bras et le haut du dos.

La grelinette permet d’aérer le sol en profondeur et de le décompacter, tout en évitant de le retourner afin de préserver la vie du sol et les micro-organismes. Elle favorise ainsi la biodiversité du sol et préserve sa fertilité naturelle. En décompactant le sol de cette manière, il devient également beaucoup plus facile à travailler.

Personnellement, c’est l’outil qui me sert à tout dans le jardin :

  • Je veux décompacter la terre de mon potager avant mes plantations ? Je travaille avec ma grelinette sur toute la surface.
  • Je veux désherber ? Hop, un coup de grelinette ou deux et je retire les touffes d’herbes folles avec les racines.
  • Je veux récolter des pommes de terre et autres légumes tubéreux ? Je plante ma grelinette à côté des légumes, quelques mouvements d’avant en arrière et voilà mes légumes soulevés de terre.
  • Je désire planter une vivace, un arbuste ou repiquer une plante ? Je décompacte ma terre à l’endroit de plantation prévu, ce qui me permet de creuser ensuite plus facilement.

De plus, les plantes s’installent plus rapidement quand le sol est meuble, décompacté et qui a préservé ses micro-organismes. Sans oublier que les vers de terre vous diront merci et votre dos aussi !

À lire aussi : À quoi sert une biofourche ?

bio-fourche

Une grande bio-fourche pour un grand potager

La fourche bêche : un outil complémentaire

La fourche bêche, plus petite que la grelinette et souvent plus légère, se montre passe-partout et très utile en permaculture. Composée d’un manche en bois ou en métal et de quatre dents en acier, elle permet de réaliser de nombreuses tâches de jardinage.

Pour utiliser la fourche bêche, enfoncez-la dans le sol avec le pied, puis utilisez les bras et le poids du corps pour soulever et basculer la terre. Cet outil permet de travailler efficacement même dans les sols lourds et argileux.

Comme la grelinette, la fourche à bêcher permet de décompacter le sol, de retirer les racines tenaces et d’ameublir la terre sans la retourner complètement. Elle préserve ainsi la vie des micro-organismes et de nos amis les vers de terre. Sa taille plus petite lui permet de passer entre les légumes, par exemple pour récolter les poireaux, carottes et pommes de terre, sans gêner les plantes voisines. Elle est également idéale pour préparer les toutes petites parcelles avant les plantations, transporter le foin ou le fumier et retourner le tas de compost.

Lors du choix d’une fourche bêche, privilégiez celles en acier robuste avec un manche ergonomique en bois pour une meilleure durabilité et un confort d’utilisation.

À lire aussi : À quoi sert une fourche-bêche ou fourche à bêcher ?

fourche à becher

La fourche à bêcher

le rateau : un outil classique et polyvalent

Voici un outil plus traditionnel : le râteau ! Certes classique, il trouve aussi sa place en permaculture.

Le râteau permet de niveler le sol avant les semis, d’affiner la terre, de retirer les débris (cailloux, feuilles mortes, bois de taille, etc), d’étaler le compost et d’incorporer ou de répartir le paillis. Il est également utile pour le désherbage en surface, limitant la propagation des herbes indésirables de manière naturelle. En ratissant légèrement la surface, le râteau aère la terre, favorisant la pénétration de l’air et de l’eau, bénéfique pour les racines des plantes.

Enfin, en permaculture, les buttes sont souvent utilisées pour améliorer le drainage et la fertilité du sol. Le râteau peut être utilisé pour façonner et aplanir ces fameuses buttes.

Pour choisir le bon râteau, optez pour un râteau à dents fines pour les travaux délicats et à dents larges pour les gros travaux, comme les buttes. Préférez les râteaux métalliques avec un manche en bois, plus robustes dans le temps et adaptés à tous les types de sol, y compris les sols lourds.

À lire aussi : À quoi sert un râteau ?

rateau

Le transplantoir : des petits trous partout

Le transplantoir est un petit outil à main, très utile en permaculture, pour planter, repiquer et transplanter les jeunes plants et semis. Il est composé généralement d’une lame plate et pointue ou en forme de cuillère.

Avec lui, on creuse des petits trous (toujours des petits trous, comme le dirait la chanson) au potager, dans le jardin d’ornement, en pots, en plates-bandes et dans les espaces restreints du jardin. Bref, partout ! Il permet aussi de récupérer le compost bien mûr et parfois d’arracher les racines indésirables coincées entre deux plantes. On l’emploie aussi pour diviser délicatement les plantes vivaces ou celles qui se propagent par des rhizomes ou des stolons.

Comme la permaculture implique souvent la plantation dense et la diversité de cultures, cet outil permet un travail précis et délicat entre les plantes.

Lors du choix d’un transplantoir, optez pour ceux avec une lame en acier inoxydable et un manche en bois pour une meilleure durabilité. Fuyez ceux en plastique (ou donnez-les aux enfants) et ceux des magasins de discount qui ne feront pas long feu.

L’astuce d’Ingrid : avant d’utiliser le transplantoir pour faire un trou dans une zone dégagée, je décompacte le sol avec ma petite grelinette ou ma fourche-bêche pour me faciliter la tâche.

À lire aussi : Plantoir, transplantoir : quel outil choisir en fonction de son usage ?

transplantoir

Le sécateur : pour tailler et entretenir

Parmi les outils essentiels au jardinage, le sécateur n’est jamais très loin ! Compact et maniable, cet outil à main est conçu pour entretenir vos plantes, tailler, couper les tiges, les branches fines et les fleurs fanées avec précision.

Avec lui, on peut facilement tailler les arbustes, les plantes grimpantes, ainsi que récolter les fruits, les aromatiques et légumes. Le sécateur fait des coupes nettes, sans abîmer les plantes, ce qui facilite leur cicatrisation et limite ainsi l’apparition de maladies. Il permet également d’éliminer les branches mortes ou malades, ou qui s’entrecroisent, favorisant ainsi la santé et la croissance des végétaux.

Le sécateur est aussi utilisé pour faire des boutures ou des greffes de vos plantes et arbustes. On l’emploie également pour couper les déchets verts et bruns en plus petits morceaux, ce qui accélère leur décomposition au compost ou en paillage.

Lors du choix d’un sécateur, choisissez pour un modèle avec des lames en acier inoxydable pour une meilleure durabilité et un manche ergonomique pour plus de confort lors de l’utilisation. Privilégiez des sécateurs avec une sécurité afin d’éviter qu’ils ne s’ouvrent par inadvertance dans votre poche ou votre main. Et pour les grosses branches, il existe des coupes-branches plus adaptés.

Le conseil d’Ingrid : n’oubliez pas de désinfecter votre sécateur pour éviter la transmission d’une maladie d’une plante à l’autre. Et pensez aussi à huiler les lames régulièrement pour éviter la rouille et maintenir une coupe nette.

À lire aussi : Bien choisir son sécateur

secateur

L'arrosoir et les systèmes d'irrigation

Alors certes, cela semble évident, mais s’il y a bien quelque chose à avoir au jardin en permaculture, c’est ce bon vieil arrosoir ! Il vous sera utile pour arroser abondamment vos semis, jeunes arbres et jeunes plants. Surtout lors des plantations, pendant les canicules ou en l’absence de pluie. L’arrosoir peut aussi être utilisé pour appliquer du thé de compost ou d’autres purins et décoctions directement sur le sol autour des plantes.

Choisissez-le avec un pommeau amovible et des petits trous, parfait pour les semis. Idéalement, installez des récupérateurs d’eau de pluie au niveau des descentes d’eau de votre habitation, cela vous évitera d’utiliser l’eau potable.

Vous pouvez aussi installer des oyas : ce sont des poteries en terre cuite, enterrées dans le sol, qui diffusent lentement l’eau directement aux racines des plantes. Retrouvez, à ce sujet, le tutoriel de Marion : « Fabriquer une olla maison pour arroser le jardin ».

Autres possibilités : les tuyaux d’arrosage avec embouts réglables ou les systèmes d’irrigation goutte-à-goutte. Ces derniers réduisent le gaspillage d’eau en délivrant l’eau directement à la base des plantes, minimisant l’évaporation.

Astuce d’Ingrid : n’oubliez pas de pailler le sol aux pieds de vos plantes, cela ralentira l’évaporation de l’eau de pluie et maintiendra le sol humide plus longtemps.

À lire aussi :

arrosoir

Et bien d'autres

Bien que nous ayons couvert les outils de base, qui nous semblent indispensables en permaculture, il existe encore de nombreux autres outils qui peuvent vous faciliter la vie au jardin. Composteur, bêche, binette, couteau désherbeur, houe, plantoir à bulbes, serpette et compagnie… À vous de juger, selon vos besoins, si vous avez l’utilité… ou pas.

N’hésitez pas à mettre en commentaire les outils indispensables selon vous en permaculture et pourquoi.

Commentaires

quels outils pour cultiver en permaculture
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.