Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
comment se débarrasser des mouches de terreaux
conseil

Mouche de terreaux : Comment s’en débarrasser ?

Identification, prévention et traitements naturels

La mouche de terreaux ou sciaride est une petite mouche noire, ressemblant à un moucheron. Il n’est pas rare de la rencontrer en intérieur ou sous serre. Si les adultes ne sont pas nuisibles, les larves de moucherons, pondues par centaines, peuvent impacter la santé de nos plantes préférées.

Friands des matières en décomposition et se développant dans les substrats humides, ces sciarides indésirables peuvent en effet provoquer un arrêt de la croissance, voire un dépérissement des végétaux jeunes ou fragiles. Ils peuvent aussi indirectement favoriser le développement de maladies.

Voyons donc comment identifier cette mouchette de terreau, agir en prévention pour limiter sa prolifération et, en cas d’infestation, utiliser des traitements naturels.

Identifier la mouche de terreaux

À quoi ressemble l’indésirable ?

La mouche du terreau, aussi appelée sciaride, est un petit insecte volant de la famille des diptères. Adulte, elle mesure moins de 5 mm de longueur. Elle ressemble à une petite mouche noire : son corps fin est noir, pourvu d’ailes translucides, de pattes et de petites antennes. La larve est un petit ver blanc translucide, à la tête noire et ronde.

Cycle de vie

La mouche de terreau a une durée de vie très courte, d’à peine une semaine, c’est pourquoi elle cherche très vite à se reproduire une fois adulte. La femelle peut pondre entre 50 et 300 œufs environ directement dans le substrat des plantes. Les œufs éclosent au bout de quelques jours. Les larves sortantes se transformeront ensuite en pupes, avant de devenir des mouches adultes. Le cycle complet dure approximativement 6 semaines.

Les larves se nourrissent de matières organiques en décomposition, ce qui n’est pas réellement dangereux dans un premier temps pour les plantes. Mais elles ont aussi la fâcheuse tendance à apprécier les radicelles. Ces petites et fines racines secondaires ressemblent à des filaments et permettent l’absorption de nutriments et d’eau.

Le pic de prolifération se situe au printemps et en été, mais peut s’étirer tout au long de l’année en intérieur.

sciaride, sciaridae

Sciaride adulte à gauche et larve à droite

Symptômes et dégâts occasionnés par la mouche de terreau

Si les adultes ne présentent pas de danger pour les plantes, les larves peuvent donc infliger des dégâts en se nourrissant des radicelles. La plante peut alors stopper sa croissance, présenter des signes de flétrissement et, à terme, dépérir. Les jeunes plants ayant un système racinaire encore fragile sont plus particulièrement et rapidement vulnérables. De plus, les larves peuvent causer des blessures, fragiliser le végétal et favoriser indirectement le développement de maladies cryptogamiques (champignons et bactéries).

Les végétaux les plus sensibles à une attaque de sciarides sont les plantes d’intérieur ou de serre en pot, les jeunes pousses ou les semis. Une plante mature, installée depuis longtemps et en bonne santé, sera à l’inverse moins sensible à la mouche du terreau. Cet indésirable apprécie particulièrement les environnements chauds et humides, les terres fraîches riches en matière organique. Ce sont donc surtout les plantes qui apprécient l’humidité qui sont susceptibles d’être ciblées.

En cas de doute, inspectez le substrat de la plante : les adultes sont visibles à la surface et s’envolent dès qu’ils sont dérangés. Ils ont aussi tendance à voleter autour des humains, attirés par le dioxyde de carbone dégagé lors de la respiration.

La prévention pour lutter contre les mouches de terreaux

Bonnes pratiques d’arrosage

Les mouches de terreaux apprécient les environnements humides, nécessaires au développement de leurs larves. Pour les plantes qui ne nécessitent pas en permanence un sol frais, attendez bien que le substrat ait séché en surface sur 2 à 3 centimètres avant de procéder à un nouvel arrosage.

Vous pouvez également procéder à un arrosage par le bas, en plongeant le contenant dans un fond d’eau pendant une trentaine de minute, avant de le laisser s’égoutter. Cette technique évite que le substrat soit mouillé en surface.

Veillez à choisir des contenants impérativement percés, permettant à l’eau en excès de s’écouler sans que le substrat ne reste humide trop longtemps.

Videz les soucoupes une vingtaine de minute après l’arrosage pour ne pas y laisser d’eau stagnante.

Protection de surface

Installez un paillage au pied de vos plantes. En plus de réduire l’évaporation naturelle et de limiter le développement d’adventices (« mauvaises herbes »), le paillage de surface rendra plus difficile la ponte dans le substrat et stoppera le développement des larves.

Optez pour un paillage organique, par exemple avec des écorces de pin pour les végétaux acidophiles ou pour un paillage décoratif avec de la pouzzolane, des graviers ou des billes d’argile en couche fine.

pailler plante en pot, paillage billes d'argile

Recouvrez la surface du substrat d’une couche de billes d’argile pour empêcher la ponte des mouches dans le terreau

Choix du substrat

Soyez attentif lors de l’achat de terreau en magasin et jardinerie. Évitez les sacs mal emballés ou troués, à travers lesquels les mouches peuvent aisément pondre leurs larves.

Les adultes étant attirés par les matières organiques en décomposition, utilisez toujours du compost ou du fumier bien mûrs dans vos plantes.

Éliminez également régulièrement les déchets végétaux comme les feuilles mortes sans les laisser se décomposer au pied de vos plantes.

Répulsifs naturels

Les huiles essentielles de géranium, de citronnelle ou de cannelle sont réputées pour leurs propriétés insecticides qui permettraient de repousser les indésirables. Placez quelques gouttes dans un diffuseur ou sur un mouchoir en papier à proximité des plantes pour éloigner les mouches de terreau.

De même, un demi-citron dans lequel sont plantés quelques clous de girofle aurait un effet répulsif.

répulsif naturel mouche de terreau

Citrons piqués de clous de girofle

Traitements naturels pour se débarrasser des mouches de terreaux

Rempotage

En cas d’infestation, la première chose à faire est de remplacer la totalité du substrat de la plante, afin de se débarrasser des œufs et larves de mouche. Retirez délicatement le maximum de matière entourant le système racinaire. Nettoyez soigneusement le contenant à l’aide d’une solution d’eau et de savon noir, puis rempotez la plante dans un terreau sain.

Pièges naturels

À chaque jardinier sa technique pour piéger et attirer les mouches de terreau adultes. Le sucre aurait le pouvoir d’attirer les indésirables. Placez simplement une soucoupe d’eau mélangée à un peu de sucre, de sirop ou de miel à côté de la plante à protéger. Appâtées, les mouches de terreau viendront s’y noyer. Le vinaigre et le vin auraient les mêmes propriétés attractives.

N’hésitez pas à nous indiquer si vous avez testé avec succès l’une de ces méthodes de piégeage !

Pièges chromatiques

Ces pièges à insectes se présentent sous la forme de plaques engluées. De couleur jaune ou orange, elles attirent les insectes volants comme les sciarides, qui restent collés à la surface. Ce traitement a l’avantage d’être non toxique et de ne pas utiliser de pesticides. Cette solution n’est toutefois pas très esthétique et surtout, elle est non sélective : d’autres insectes non nuisibles peuvent également être piégés.

piège chromatique englué, piège à insecte plante d'intérieur

La couleur vive des plaques engluées attire les mouches qui y restent collées

Terre de diatomée

Épandez de la terre de diatomée non calcinée en surface des pots ou au pied des plantes à traiter. Cette roche naturelle multi-usages, qui se présente sous forme de poudre abrasive, est composée de minuscules fossiles et de silice. Cet insecticide mécanique blesse les indésirables, provoquant des microcoupures et une déshydratation totale. L’application devra être renouvelée après chaque arrosage, l’efficacité de la terre de diatomée s’altérant au contact de l’eau ou de surface humide.

Lutte biologique

La lutte biologique permet d’éliminer ou réguler les nuisibles de façon écologique, en respectant l’équilibre naturel. Elle se base par exemple sur l’utilisation d’insectes auxiliaires, prédateurs naturels des indésirables.

Contre les mouches de terreaux, utilisez des nématodes (répondant dans notre cas au doux nom de Steinernema feltiae). Non toxiques pour les plantes, ils agiront rapidement et efficacement : ces minuscules vers ronds parasiteront et tueront les larves en quelques jours.

En pratique, ces auxiliaires seront simplement dilués dans l’eau d’arrosage. Veillez à respecter les indications des fabricants concernant le dosage à suivre.

Ce traitement est utilisable aussi bien en pleine terre, qu’en pot et sous serre. Il s’effectue en début ou fin de journée, à l’abri du soleil.

Enfin, si la présence d’araignées ne vous dérange pas, n’hésitez pas à les accueillir chez vous. Vrais insecticides naturels, elles se feront un plaisir de piéger dans leurs toiles les adultes indésirables.

Pour aller plus loin : « Lutte biologique, les Nématodes auxiliaires : comment bien les utiliser ».

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire