Les maladies et parasites du Buddleia - Arbre aux papillons

Les maladies et parasites du Buddleia - Arbre aux papillons

Nos conseils pour les reconnaitre et les traiter de façon naturelle

Sommaire

Rédigé le 28 Novembre 2023  par Alexandra 5 min.

Le Buddleia, joliment surnommé Arbre aux papillons, est un arbuste apprécié pour sa floraison estivale en forme d’épis allongés, bleus, mauves, violets, roses ou blancs, dont l’odeur attire les papillons. Il porte des feuilles caduques et allongées, vert clair. Il s’agit d’un arbuste très peu exigeant et facile à cultiver, globalement résistant et rarement atteint par des maladies ou parasites. Il peut néanmoins occasionnellement être attaqué par des pucerons, araignées rouges, chenilles ou otiorhynques… Découvrez comment identifier ces symptômes et tous nos conseils pour soigner le Buddleia de façon naturelle.

Difficulté

Les pucerons

Les pucerons sont de petits insectes bien connus des jardiniers, qui sucent la sève des plantes pour s’en nourrir. Ils se rencontrent généralement en colonies au revers des feuilles ou sur les jeunes pousses, à l’extrémité des rameaux. Ils mesurent entre 2 et 4 mm et peuvent être verts ou noirs suivant les espèces. Ils affaiblissent les plantes, ralentissant leur croissance, et peuvent entrainer la déformation des feuilles. Ils sécrètent également du miellat, une substance collante et sucrée sur laquelle peut se développer de la fumagine, une maladie cryptogamique ressemblant à de la suie noire sur les feuilles, limitant la photosynthèse. Les pucerons peuvent aussi transmettre des virus et des maladies.

Traitement : Contre les pucerons, nous vous conseillons de pulvériser sur le feuillage une solution à base de savon noir (15 à 30 g pour un litre d’eau). Si cela ne suffit pas, utilisez en dernier recours un insecticide à base de pyrèthre végétal. Vous pouvez aussi introduire des insectes auxiliaires comme les coccinelles qui sont des prédateurs naturels des pucerons. Favorisez aussi la biodiversité dans votre jardin, en installant des hôtels à insecte et des nichoirs : les chrysopes, syrphes, et même les mésanges vous aideront à réguler naturellement les populations de pucerons.

Pour en savoir plus, lisez notre fiche-conseil sur les pucerons.

Maladies et parasites du Buddleia : pucerons

Une colonie de pucerons noirs

Les araignées rouges

Les araignées rouges, aussi appelées tétranyques tisserands, sont de minuscules acariens difficilement visibles à l’œil nu. Ils mesurent à peine 1 mm à l’âge adulte, et affectionnent particulièrement les environnements chauds et secs, c’est pourquoi on les rencontre principalement en intérieur, sous serre ou véranda, mais ils peuvent également être présents au jardin. On les repère notamment par la présence de fines toiles sous les feuilles et autour des tiges, semblables à des toiles d’araignées, et aussi par l’apparition sur le feuillage de petites taches jaunes ou blanches, décolorées.

Traitement : Les araignées rouges craignent l’humidité : pulvérisez régulièrement de l’eau sur le feuillage. Nous vous conseillons de plus d’utiliser une décoction d’ail (30 g par litre d’eau), à pulvériser sur la plante. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile essentielle de romarin : 20 à 25 gouttes à diluer dans une cuillerée de savon noir liquide. Diluez le tout dans un litre d’eau et pulvérisez. Enfin, par prévention, il vaut mieux limiter les engrais riches en azote et maintenir le sol frais grâce à un paillage.

→ Pour en savoir plus, lisez notre fiche-conseil sur les araignées rouges.

Maladies et parasites du Buddleia : araignées rouges

Les araignées rouges

Les chenilles

Les chenilles sont les larves de différentes espèces de papillons. Elles se nourrissent des feuilles et peuvent causer des dommages considérables en peu de temps. Certaines espèces peuvent s’attaquer au buddleia : c’est le cas notamment de Cucullia verbasci, la chenille de la Cucullie du bouillon blanc, une chenille blanche rayée de jaune et marquée de taches noires. Les attaques de chenilles se repèrent par la présence de trous dans les feuilles, particulièrement en bordure du limbe. Le bord des feuilles est alors découpé de façon irrégulière. Les feuilles peuvent également être enroulées, et l’on peut parfois remarquer de fines toiles ou des excréments sur les feuilles. N’hésitez pas à bien inspecter votre plante et à regarder au revers des feuilles pour repérer les chenilles.

Traitement : Si l’infestation est limitée, retirez les chenilles manuellement (utilisez des gants, car certaines peuvent être urticantes). En cas d’attaque plus sévère, vous pouvez pulvériser du Bacillus thuringiensis ou des nématodes, qui parasiteront les chenilles. Nous vous conseillons aussi d’installer des nichoirs dans votre jardin afin d’accueillir les oiseaux : ils seront particulièrement efficaces pour vous débarrasser des chenilles.

Maladies et parasites du Buddleia : chenilles

La chenille Cucullia verbasci

Les punaises

Certaines punaises phytophages peuvent causer des dommages aux plantes en piquant les tiges et feuilles pour se nourrir de la sève. Cela affaiblit les plantes, peut ralentir leur croissance, entrainer des déformations ou le dessèchement de certains tissus. Elles peuvent également transmettre des maladies. Chez le Buddleia, il s’agit notamment de la punaise Campylomma verbasci. Cependant, les punaises doivent être en nombre important pour vraiment occasionner des dégâts. En général, les symptômes sont assez limités et il faut agir avec des techniques douces pour simplement les repousser.

Traitement : Nous vous conseillons de pulvériser une décoction d’ail afin de repousser les punaises. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile essentielle de menthe, à diluer dans une cuillerée de savon noir, puis dans un litre d’eau, et à pulvériser sur le feuillage. N’hésitez pas aussi à planter à côté de votre buddléia un Népéta ou Cataire : son odeur forte aide à repousser les punaises.

→ Pour en savoir plus, lisez notre fiche-conseil sur les punaises.

Maladies et parasites du Buddleia : punaises

À gauche, une punaise verte ; à droite, la punaise Campylomma verbasci

Les otiorhynques

L’otiorhynque est un petit coléoptère appartenant à la famille des charançons. Il est de couleur noire ou brun foncé et mesure 7 à 10 mm de long. De plus en plus présent dans nos jardins, il est favorisé par les étés secs et chauds. Avant de devenir adultes, ils passent environ un an dans le sol sous forme de larve (ressemblant à un gros vers blanc), s’attaquant aux racines des végétaux. Les plantes concernées stoppent leur croissance et se flétrissent petit à petit, devenant chétives. Au printemps, les larves se nymphosent et donnent naissance à des adultes, qui eux s’attaquent aux feuillages. Ils grignotent les feuilles pendant la nuit, les poinçonnant de façon irrégulière sur la partie externe du limbe.

Traitement : Une des techniques les plus efficaces est de pulvériser des nématodes (Heterorhabditis bacteriophora), qui vont parasiter les otiorhynques. Elles se présentent sous forme de poudre à diluer dans de l’eau et à épandre au sol, au pied des arbustes attaqués. Vous pouvez également utiliser des pièges pour protéger vos plantes.

→ Pour en savoir plus, lisez notre fiche-conseil sur les otiorhynques.

Maladies et parasites du Buddleia : otiorhynques

Les feuilles attaquées par l’otiorhynque sont généralement découpées de façon irrégulière en bordure du limbe

Le mildiou

Il est assez rare que le buddleia soit atteint par le mildiou, mais cela peut néanmoins arriver. Cette maladie fongique affecte surtout les plantes dans des conditions de haute humidité et de faible circulation d’air. Chez le Buddleia, cette maladie est causée par le champignon Peronospora hariotii et se caractérise par l’apparition sur les feuilles de taches pâles, jaune-vert clair, délimitées par les nervures et par un léger duvet grisâtre au revers. Ces taches peuvent s’étendre, entrainant le brunissement des feuilles et leur chute.

Traitement : Nous vous conseillons dans un premier temps de retirer les feuilles atteintes et de les brûler pour limiter la propagation de la maladie. Vous pouvez ensuite utiliser une solution à base de bicarbonate de soude, en diluant trois cuillerées de bicarbonate et une cuillère à soupe de savon noir dans un litre d’eau. Pulvérisez ensuite sur le feuillage.

Commentaires

ARBRE A PAPILLON