Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
maladie anthracnose
conseil

L’anthracnose

Lutte contre l'Anthracnose du Haricot, du Framboisier, du Saule...

L’Anthracnose est une maladie induite par divers champignons capables d’infecter les plantes potagères comme les haricots, les pois, les petits fruits (groseilliers, framboisiers), mais aussi le Platane, l’Arbre de Judée, le Saule , le Noyer… Elle est favorisée par une humidité importante associée à des températures spécifiques selon le champignon, tantôt fraîches comme chez l’Anthracnose du platane, tantôt élevées (supérieures à 20°C ) sur les plantes potagères. Elle se traduit le plus souvent par des taches beige ou brunes sur le feuillage, un dessèchement des tiges qui affaiblissent  la plante et peuvent causer de gros dommages sur la récoltes des légumes en particulier.

Quelles sont les espèces sensibles à l’Anthracnose ?

Beaucoup de plantes sont infectées mais l’impact de l’Anthracnose hormis chez le haricot est souvent sans conséquences graves et ne justifient pas de traitement.

Au potager et verger

C’est au potager que l’Anthracnose pose le plus de problème :

  • chez le haricot (Colletotrichum lindemuthianum) ;
  • la laitue (Microdochium panattonianum)  surtout sous abri l’hiver ou en plein champ ;
  • le pois (Ascochyta pisi ) transmis uniquement par les semences ;
  • le fraisier (Colletotrichum acutatum) ;
  • la tomate (Colletotrichum divers) en culture de plein champ et au jardin d’amateur.
  • chez la famille des Cucurbitacées (melons, concombres, courges) où la maladie induite par  Colletotrichum orbiculare porte le nom de Nuile rouge. Elle sévit surtout dans les pays à climat humide, tempérés à tropicaux si bien qu’on la rencontre rarement en France d’autant qu’elle est assez bien maîtrisée par une application de fongicide comme de la décoction de prêle. Les jeunes semis y sont un peu plus sensibles, pensez à bien les aérer.
maladie anthracnose

Feuilles de concombre présentant des taches, signe de la maladie

  • Ce sont les petits fruits qui sont les plus atteints comme les Framboisiers et Ronce-Framboise (Elsinoe veneta), les Groseilliers à fruits ou à fleurs (Gleosporium ribis),  ainsi que la Vigne (Elsinoe ampelina).
  • Chez le Cerisier, la maladie porte le nom d’Anthracnose du Cerisier ou de Cylindrosporiose (Blumeriella jaapii).
  • Chez le Noyer (Gnomonia leptostyla), le Chêne...

Parmi les plantes ornementales

  • Le Platane planté le long des rues est aussi très souvent victime de l’Anthracnose (Apignomonia veneta) au printemps.
  • L’Arbre de Judée (Cercis siliquastrum),
  • Les Cornouillers alba et florida y sont particulièrement sensibles lors de saisons pluvieuses (Discura destructiva),
  • l’Hortensia,
  • le Rosier,
  • le Saule

Comment reconnaître l’Anthracnose ?

  • L’anthracnose du haricot apparaît sous forme de taches noirâtres allongées qui se nécrosent sur les feuilles et tiges. Les gousses portent des taches rondes couvertes de pustules rosées qui se creusent et sont auréolées de rouge tandis que les graines se tachent de brun et deviennent inconsommables.
  • Chez le melon, des taches rondes noirâtres de 1 à 2 cm recouvertes ensuite d’une moisissure rosâtre maculent le fruit.
  • Chez les groseilliers (à grappes, à maquereaux) et cassissiers, la maladie se repère en juin-juillet à des taches anguleuses, blanches cernées de rouge brun associées à la chute prématurée du feuillage voire au dessèchement des grappes.
  • Chez le framboisier, des lésions brun foncé marquent les tiges en juin, suivies de macules violacées en août autour des bourgeons, qui se grisent au centre en hiver, aboutissant au  dessèchement de la tige. Les feuilles se tachent parfois de pourpre.
  • Chez le fraisier, des taches brunes cerclées d’un halo jaune de 1 à 2 cm paraissent sur les feuilles, les tiges puis sur les fruits, des zones de nécroses déprimées de 1 à 2 cm, passant du brun au rose (spores) puis au noir.
  • La tomate porte de petites lésions brun clair légèrement déprimées qui en s’élargissant peuvent faire pourrir le fruit.
maladie anthracnose

Concombre atteint de l’anthracnose

  • Chez la vigne, l’Anthracnose maculée se traduit par des taches anguleuses noires ou violacées de 1 à 5 mm dont le tissu qui se dessèche puis se perfore entraînant la déformation puis la déchirure du limbe. Des chancres allongés bordés de noirs maculent le rameau et l’extrémité des jeunes rameaux paraît brûlée.
  • Chez le platane, des nécroses naissent au niveau des nervures, s’étendent sur une partie du limbe de la feuille qui se recroqueville et tombe. Des chancres entraînent le dessèchement de bourgeons avant le débourrement. L’arbre adulte reforme un nouveau feuillage sain dès la montée du thermomètre.
  • L’Arbre de Judée présente aussi des signes similaires parfois confondus avec un autre champignon la septoriose : des taches grises à brunes plus ou moins arrondies couvertes de petites ponctuations noirâtres.
  • Chez le Cerisier, des taches rondes rouge violacé paraissent sur la face supérieure des feuilles vers la mi-mai qui finissent par jaunir et parfois tomber prématurément. Cette défoliation répétée sur plusieurs années sensibilise les arbres aux gels hivernaux qui produisent moins de cerises.
  • Chez le Saule, des petites lésions brun pâle parcourent les tiges et des taches rougeâtres sur les feuilles. Ces dernières finissent par tomber et les pousses d’extrémité flétrissent. Le saule pleureur peut en perdre son port.
  • Chez le Noyer, des taches grises bordées de brun sur les feuilles et des bogues desséchées qui restent attachées à la coque sont les signes de l’Anthracnose.
  • Les Cornus alba et florida présentent des taches foliaires rougeâtres à brunes couvertes de petites ponctuations noirâtres ainsi que des chancres sur les rameaux ce qui permet de le distinguer de la septoriose.

Les facteurs favorisant l’Anthracnose

L’excès d’humidité est la principale cause de la maladie car elle favorise la germination des spores conservées dans le sol, sur les débris végétaux, dans les fissures de l’écorce  pendant plusieurs années. Cependant son positionnement dans la saison dépend du champignon influencé par des températures spécifiques :

  • Des périodes pluvieuses du début de l’été jusqu’à la fin de l’automne sont responsables d’anthracnose chez le haricot.
  • Des périodes pluvieuses, ventées au printemps favorisent l’anthracnose du framboisier.
  • Des conditions chaudes et humides, comme sous un tunnel favorisent l’anthracnose du melon.
  • Chez le platane, la maladie apparaît au printemps par temps frais et pluvieux provoquant la chute de la partie de feuillage infecté mais sans conséquences graves sur les arbres adultes car la contamination cesse dès que le temps devient sec et chaud.
  • Des températures de 16 à 20°C alliées à une forte humidité favorisent l’Anthracnose du cerisier, etc.

maladie anthracnose

Lutte et traitement contre l’Anthracnose

Gestes simples communs à toutes les cultures

Généralement, quelques gestes simples suffisent à éviter l’Anthracnose :

  • Aérez la culture en plantant à des densités plus faibles ou en supprimant du feuillage ;
  • Surveillez vos culture et ôtez rapidement les feuilles tachées ou la totalité des plants infectés ;
  • En hiver, ramassez les feuilles malades des fruitiers tombées au sol et brûlez-les ;
  • Évitez de mouiller le feuillage lors de l’arrosage ;
  • Évitez de jardiner (biner, tailler, récolter…) en période de forte humidité ;
  • Évitez les apports excessifs d’azote qui rendent les tissus des plantes plus fragiles ;
  • En préventif, traitez au cuivre ou avec une décoction de prêle toutes les 2 à 3 semaines (fraisiers, tomates, concombre….) La décoction d’écorce de saule est homologuée pour agir sur les champignons foliaires des fruitiers, s’il faut, toutes les semaines.

Vous trouverez des informations et la recette du traitement à base de cuivre dans notre fiche conseil « Bouillie bordelaise et autres traitements au cuivre ».

Quelques gestes spécifiques à la plante

Chez le haricot :

  • Évitez de ressemer du haricot sur une parcelle infectée pendant 5 ou 6 ans.
  • Choisissez des variétés résistantes comme filet nain ‘Marbel’, filet à gousses marbrées de violet ‘César’, nain beurre ‘Rocdor’ ou nain mangetout ‘Primel’ ;

Chez le melon :

  • Respectez une longue rotation de 5-6 ans ;
  • Traitez à la bouillie dès la floraison.

Chez le framboisier :

  • Éliminez les tiges malades dès que possible ;
  • Traitez à la bouillie bordelaise au printemps dès que les bourgeons atteignent 1 cm de long.
  • Plantez des cultivars résistants comme Malling Amiral et Leo.

Chez le Groseillier :

  • Ramassez et brûlez les feuilles tombées au sol.
  • Pulvérisez un fongicide (cuivre) à la fin de la floraison, 15 j après  puis après la récolte.

Chez le cerisier :

  • Pratiquez une taille pour aérer correctement la ramure.
  • Traitez à la bouillie bordelaise avant le débourrement et juste avant la chute des feuilles.

Chez la vigne :

  • Appliquez de la bouillie bordelaise dès les premiers symptômes,
  • Traitez les troncs à l’huile en hiver.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire