Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Faire des huiles de plantes

Un beau jardin planté de plantes médicinales, c’est déjà très beau. Mais ce qui est encore mieux, c’est de pouvoir en profiter pour fabriquer vos propres petites « potions » maison.

Parmi les préparations faciles à réaliser, on retrouve notamment l’huile de plantes. Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de la macération d’une plante dans une base huileuse visant à extraire les principes actifs végétaux liposolubles. Les macérats huileux sont ensuite généralement utilisés à des fins cosmétiques, pour la peau et les cheveux, mais également en cuisine et en soin.

Cette technique d’extraction des principes actifs, bien qu’elle nécessite un peu de temps et d’anticipation, est très facile à mettre en œuvre.

Ce qu’il vous faut pour la réalisation d’une huile à base de plantes

Vous possédez probablement déjà tout le matériel nécessaire dans votre cuisine :

  • Un bocal en verre et son couvercle, stérilisé au préalable et bien sec

Puis pour la filtration :

  • Une passoire à maille très fine
  • Un contenant supplémentaire, stérilisé lui aussi.

Pour les ingrédients, il vous faudra tout simplement :

  • Une plante sèche au choix. Il peut s’agir d’une plante entière, ou d’une partie de cette dernière (en fonction de la partie qui concentre le plus de principes actifs dans la plante). Il est aussi possible de faire macérer un mélange de plantes. La quantité est à adapter au contenant choisi.
  • Une huile végétale, de préférence vierge première pression à froid et biologique.

Et c’est tout !

Faire des huiles de plantes
Le matériel nécessaire pour faire des huiles de plantes est simple

Passons maintenant à la fabrication en tant que telle.

Comment fabriquer un macérât huileux

Choisissez la plante ou le mélange de plantes que vous souhaitez utiliser pour la fabrication de votre huile. Attention, la plante doit être sèche afin d’éviter tout risque de fermentation, lors de la macération. Si ce n’est pas le cas, il vous faudra d’abord la sécher, ce qui prend généralement quelques jours.

  • 1ère étape, la macération

Remplissez entièrement, mais sans tasser, le bocal propre et sec avec la plante ou le mélange de plantes de votre choix, jusqu’à 1 ou 2 cm du bord. N’hésitez pas sur la quantité de plante, c’est ce qui vous permettra d’obtenir une bonne concentration des principes actifs.

Couvrez ensuite avec l’huile végétale, en vérifiant bien qu’aucun morceau de plante ne soit à l’air libre. Vous pouvez tapoter légèrement le côté de votre bocal pour faire remonter les bulles d’air qui auraient pu rester coincées au fond.

Refermez le bocal et laissez la préparation macérer pendant plusieurs semaines, 4 à 6 habituellement, à température ambiante. L’exposition aux rayons du soleil est préconisée pour certaines plantes, telles que le millepertuis. Pour la plupart des autres plantes, la préparation sera de préférence placée à l’abri des rayons directs du soleil.

Durant la phase de macération, vous pouvez remuer régulièrement le bocal afin de bien mélanger la préparation.

  • 2ème étape, la filtration

Après plusieurs semaines, votre huile se sera plus ou moins colorée en fonction de la plante mise à macérer. Il ne vous reste plus alors qu’à filtrer. Mais avant cela, pensez à bien stériliser le bocal destiné à recevoir l’huile, afin qu’elle se conserve dans de bonnes conditions.

Pour la filtration, versez la macération dans une passoire fine afin de la débarrasser de tous les morceaux de plantes. Si vous n’en avez pas, vous pouvez utiliser un filtre à café, une étamine, voire un bas.

N’hésitez pas à bien presser pour récupérer un maximum d’huile.

Fermez ensuite le bocal et conservez-le à l’abri de la lumière et de la chaleur. Dans ces conditions, votre préparation peut se conserver plusieurs mois, jusqu’à 6 mois.

Les étapes de la réalisation des huiles de plantes

Quelle huile choisir ?

Pour réaliser un macérat huileux, on choisira de préférence une huile stable, c’est-à-dire peu sensible au rancissement dans le temps et ayant un parfum plutôt neutre.

L’huile la plus fréquemment utilisée dans ce type de préparation est l’huile de tournesol.

Mais d’autres huiles peuvent très bien faire l’affaire :

- L’huile de pépins de raisin est très intéressante car, en plus de son parfum très discret, elle possèderait également des propriétés anti-oxydantes.

- L’huile d’olive possède un parfum un peu plus marqué, mais tout à fait acceptable.

- L’huile d’amande douce, bien que plus onéreuse, serait particulièrement adaptée pour les peaux délicates.

De nombreuses huiles peuvent être utilisées, à vous d’explorer les propriétés de chacune d’elles en fonction de ce que vous recherchez.

Pour les soins des cheveux, ce sont généralement les huiles d’olive, d’amande douce ou de pépins de raisin qui sont privilégiées.

Différentes huiles peuvent être utilisées pour faire un macérat huileux
  • Comment savoir si une huile est encore bonne ?

Le rancissement est le principal problème qui peut survenir. Aussi, quand vous utilisez votre huile de plantes, sentez-la d’abord afin de vous assurer qu’elle est encore bonne. Il est également possible d’ajouter de la vitamine E pour rallonger la durée de conservation.

Quelles plantes ?

Un macérat huileux peut être réalisé à base de feuilles, de fleurs ou même de racines, en fonction des principes actifs que l’on cherche à extraire.

En voici quelques-uns faciles à réaliser.

  • L’huile de calendula réalisée à partir des fleurs de souci est réputée être cicatrisante et calmante pour les irritations.
  • L’achillée millefeuille serait, elle aussi, cicatrisante. Ce sont les fleurs qui sont alors utilisées.
  • Les feuilles de plantain ont, elles, une grande réputation pour calmer les démangeaisons, notamment les fameuses piqûres d’ortie si irritantes.
  • La rose ancienne, Rosa gallica, est l’alliée des peaux dites matures. En plus de leur parfum, les fleurs aideraient à prévenir les rides et le vieillissement cutané.
  • Pour la carotte, c’est la racine qui est utilisée. Riche en carotène, elle est souvent conseillée pour les soins de la peau.
  • Une huile de fleurs de camomille romaine pourrait calmer les irritations et réduire la couperose.
  • L’arnica, enfin, est très réputé pour toutes les contusions, bosses et hématomes.
Fleurs d'Achillée millefeuille, de Calendula, de Rosa galica, Arnica et Lavande

Si ces huiles sont déjà intéressantes par elles même, vous pouvez aussi réaliser des mélanges. Par exemple, une huile de feuilles de romarin et de thym ainsi que de fleurs de lavande pourrait favoriser la pousse des cheveux.

En bref, les possibilités sont multiples. Lancez-vous !

Articles connexes


Fiche Tutoriel

Faire sécher les fleurs de jasmin

huileLa fleur de jasmin dégage un parfum capiteux. Elle est, pour cette raison, très utilisée...
Lire la suite +

Fiche Tutoriel

Comment faire sécher les feuilles de laurier ?

Comment imaginer un civet ou un ragoût sans son bouquet garni ? Incontournables de ce...
Lire la suite +

Fiche Tutoriel

Comment faire sécher et utiliser l'origan ?

L’origan, aussi appelé marjolaine sauvage, est une plante vivace aromatique au parfum très puissant, bien...
Lire la suite +

Fiche Tutoriel

Comment faire sécher et utiliser l'hysope ?

L’hysope, Hyssopus officinalis, est une plante vivace aromatique à la saveur mentholée et un peu...
Lire la suite +

conseil

Aménager un jardin des simples

Lire la suite +

Fiche Tutoriel

Faire une lotion à base de fleurs

Au printemps et en été, les fleurs s’épanouissent et embaument l’air. C’est le bon moment...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire