Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Stewartia pseudocamellia, Faux camélia : plantation, taille, entretien

Le Stewartia en quelques mots

  • Le Stewartia est un petit arbre caduc qui montre de jolies fleurs blanches ou blanc-rosé, rappelant celles du camélia, tout au long de l’été
  • Il est également décoratif pour ses  fruits, ses belles couleurs automnales ainsi que pour son écorce colorée en hiver
  • Bien rustique, jamais malade, c’est un arbuste de mi-ombre et qui pousse idéalement en terre acide
  • Sa silhouette gracieuse et sa taille modérée permettent de nombreuses utilisations dans tous les jardins, mêmes de taille modeste
  • De croissance lente, il s’utilise en haie libre, en massif, en lisière de sous-bois, en isolé comme en pot

Le mot de notre experte

Le Stewartia également nommé « faux camélia » est un arbuste à la longue floraison  estivale encore trop peu connu. Les espèces asiatiques comme stewartia pseudocamellia et sa variété stewartia pseudocamellia ‘Koreana’, Stewartia rostrata, Stewartia monadelpha, bien connu des amateurs de bonsaï et Stewartia sinensis nous livrent de grandes fleurs blanches ou rosées délicates, des fruits rouges décoratifs, de splendides couleurs d’automne et très une belle écorce colorée aux reflets roses ou orange. Il s’agit d’un très bel arbuste de jardin intéressant tout au long de l’année !

D’une belle rusticité, il se montre conciliant en sol neutre à acide, sans calcaire, frais mais bien drainé dans lequel il pousse à l’ombre légère et à l’abri des vents froids.

De croissance lente mais d’une longévité de centenaire, il convient bien aux jardins de taille modeste et permet même une culture en pot sur une terrasse ombragée. Il sera le compagnon parfait des plantes de terre de bruyère comme les Rhododendrons, AzaléesCamélias, HydrangeasAndromèdes

Autant de raisons pour adopter le Stewartia, ce bel arbuste qui mérite une place de choix dans tous les jardins !

faux-camellia

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Stewartia

Famille : Théacées

Noms communs : Stuartie, faux camélia

Floraison : Juin à août

Hauteur : 2 à 8 m

Exposition : Soleil, mi-ombre

Sol : Bruyère (Acide), Neutre

Rusticité : -15-25°C

Le Stewartia ou Stuartie est un petit arbre ou un grand arbuste de la famille des Theaceae, tout comme le thé et son cousin plus connu, le camélia dont il est très proche. Le genre comprend environ 80 espèces d’arbres et arbustes originaires des montagnes boisées ou des bords de ruisseaux du Japon, de Corée du Sud ou de Chine ou encore d’Amérique du Nord. Les espèces américaines telles que Stewartia ovata sont considérées comme vulnérables ou en voie de disparition et peu répandues sous nos latitudes.

Quatre espèces principales sont cultivées à des fins ornementales dans les jardins :

Tous fleurissent l’été et sont intéressants pour leurs couleurs automnales ainsi que pour leurs écorces colorées en hiver.

Paresseux à l’installation, de croissance lente, il forme au bout de nombreuses années un véritable petit arbre qui dépassera rarement dans nos jardins à 5-6 m de hauteur, pour 3-5 m d’envergure à maturité, alors que dans ses contrées d’origine, il mesure jusqu’à 15 m. Il présente une belle ramure légère, bien équilibrée depuis la base. Une lenteur qui n’a d’égal qu’une belle longévité, on rencontre de vénérables sujets qui auraient deux à trois cent ans d’âge.

stewartia

Stewartia sinensis – illustration botanique

Le port diffère sensiblement selon les espèces : conique ramifié très bas, voire colonnaire chez le Stewartia pseudocamellia, en couronne pyramidale étalée, puis retombante avec le temps chez S. rostrata, dressé et régulier chez le Stewartia monadelpha. La couronne s’arrondit généralement avec le temps.

Le Stewartia est intéressant pour son écorce extrêmement décorative qui se desquame au fil des années. Son écorce lisse rouge cannelle s’exfolie en de fines plaques rose à gris-beige, orange à brun violacé, selon les variétés, très esthétiques en hiver. Seul, le Stewartia rostrata possède une écorce peu remarquable.

Chez les Stewartia, le feuillage caduc et élégant reste attractif en dehors de la floraison puisqu’il prend de somptueuses couleurs automnales. Ces feuilles lustrées, entières, obovales à elliptiques, assez coriaces sont longues de 3 à 10 cm, aux nervures fortement marquées et finement dentées sur les marges. Soyeuses et plus claires au revers, elles sont vert vif à vert foncé, jusqu’en fin d’été, plus rarement panachées de crème chez certains cultivars, puis se parent de tons allant de l’orangé à l’écarlate et au violacé avant de tomber tardivement en automne.

De mai-juin à août, le Stewartia se couvre de jolis boutons floraux qui s’épanouissent en fleurs simples et délicates. Elles paraissent en solitaires à l’aisselle des feuilles, et fleurissent tout le long des rameaux. Elles éclosent en coupes soyeuses largement ouvertes, larges de 3 à 6 cm, composées de 5 pétales arrondis blancs pur, parfois griffés de rose pâle, cernés de sépales allongés ou légèrement tordus chez le Stewartia rostrata. Elles exhibent un cœur jaune ou pourpré à anthères jaune-orangé ou violettes, selon les variétés. Leur infinie délicatesse n’est pas sans rappeler la forme des fleurs d’églantier ou de camélia, d’où son surnom de faux camélia, « Pseudocamellia » signifie également en latin « qui ressemble au camélia ». Parfois, le bord des pétales est joliment frangé. La courte vie des fleurs est compensée par leur abondance car elles se bousculent et se succèdent durant près de 2 mois. Si elles ne dégagent aucun parfum, elles lui confèrent beaucoup d’élégance.

Il doit être planté à l’ombre légère, à l’abri des vents froids dans un sol de préférence acide, de type terre de bruyère, sans trop de calcaire, qui reste frais même en été.

De croissance lente, le Stewartia convient à toutes les tailles de jardin et sera installé dans une haie fleurie, au jardin en isolé, en lisière de forêt ou au creux d’un massif ombragé.

Son nom latin fait référence à John Stuart, botaniste et premier ministre anglais du XVIIIe siècle.

Principales espèces et variétés

Les plus populaires

Stewartia pseudocamellia - Stuartie

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
4.50 m

C'est l'espèce la plus cultivée. Tout est joli chez lui : la fleur, le fruit, le feuillage automnal, même l’écorce ! Relativement compact, il convient à toutes les tailles de jardin.

Stewartia pseudocamellia Koreana - Stuartie

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
6.00 m

Ce cultivar se distingue de l'espèce type par des feuilles plus larges et des fleurs plus évasées. C'est l'un des plus rustique (jusqu'à -25°C). A planter en isolé, ou associé avec d'autres plantes de terre non calcaire.

Nos préférées

Stewartia rostrata - Stuartie

Période de floraison Juin

Hauteur à maturité
6.00 m

Voici l'un des plus rustiques, et des moins exigeants en matière de sol, sa floraison estivale est plus abondante et plus colorée que celle des autres Stewartia. Son une écorce est toutefois assez banale. Idéal dans un jardin de taille modeste.

Stewartia monadelpha

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
6.00 m

Une espèce bien connue des amateurs de bonzaï qui l'apprécient pour sa silhouette régulièrement étagée, son écorce extrêmement décorative et ses splendides couleurs d'automne.

Plantation

Quand planter le Stewartia ?

Bien rustique en pleine terre (de-15°C jusqu’à -25°C selon les espèces), le Stewartia est plutôt facile à acclimater sauf peut-être en climat méditerranéen, trop chaud et sec en été. Il est toutefois souhaitable dans les régions aux longs hivers, de lui offrir une place très abritée car les gelées tardives peuvent compromettre les boutons et les jeunes pousses, notamment chez les jeunes sujets, plus fragiles.

Natif des sous-bois, il apprécie les ambiances fraîches et se cultive de préférence à mi-ombre, à la rigueur au soleil, si le sol reste frais. Il craint l’ombre dense. Côté sol, il est moins exigeant que son cousin le camélia, il se contente d’un sol ordinaire, neutre ou à tendance acide, de préférence frais, léger et humifère, pas trop sec, sans excès de calcaire.

De croissance lente, peu encombrant, il convient bien aux jardins de taille modeste. Pensez tout de même à lui laisser suffisamment de place afin qu’il puisse se déployer librement, comptez environ 2 à 5 mètres d’envergure. Il supporte mal la transplantation ; réfléchissez donc bien à l’emplacement avant toute plantation.

Il sera magnifique aussi bien en isolé au milieu d’une pelouse, que dans une petite haie fleurie, ou dans un massif d’arbustes, en compagnie d’autres plantes de terre non calcaire (Magnolias, Rhododendron, azalées, Hydrangea, Hamamelis, Pieris, Camélias, Kalmias, Érables du Japon), que dans un grand pot sur la terrasse.

Quand planter le Stewartia ?

Une plantation au printemps de mars à avril après les gelées les plus sévères favorisera la reprise.

Comment planter le Stewartia ?

En pleine terre

Si votre sol trop calcaire, améliorez-le avec un apport de terre de bruyère. Prévoyez un emplacement de 5 à 6 m de large. Une fois bien installé, évitez de le déplacer, ses racines supportent mal d’être transplantées.

  • Creusez un trou 3 fois plus large que la motte et profond de 40 à 50 cm ; le Stewartia ne doit pas être planté trop profondément
  • Plantez l’arbuste dans un mélange de compost et de terre de bruyère : le dessus de la motte doit être recouvert de 3 cm
  • Tenez l’arbre bien droit
  • Étalez un paillis organique d’écorces de pin ou de feuilles mortes
  • Arrosez régulièrement les 15 premiers jours suivant la plantation pour maintenir le sol frais

En pot

Le petit développement du Stewartia permet parfaitement ce type d’utilisation. Il supporte très bien la culture en pot dans les régions du sud de la Loire, ailleurs les sujets en pot se montreront plus sensibles aux fortes gelées. Il se plaira dans un large bac (30 à 40 cm de diamètre) rempli d’un mélange frais, très drainant, à base de 1/3 terre de bruyère, 1/3 terreau et 1/3 terre de jardin pas trop calcaire, maintenue toujours humide car en pot, il ne supportera pas la sécheresse même momentanée.

Faites un lit de gravier ou de billes d’argile au fond du contenant avant de planter.

faux-camellia

Stewartia pseudocamellia : fleur et feuillage d’automne

Entretien, taille et soin

En été, surveillez les besoins en eau la première année de plantation chez les jeunes Stewartia: arrosez une fois par semaine et abondamment par temps sec, la terre ne doit jamais être sèche, il redoute la sécheresse et aime que ses racines soient maintenues au frais durant les chaleurs estivales. Quand il est bien enraciné, n’arrosez qu’en cas de forte chaleur.

Étalez un paillage organique (aiguilles de pin qui acidifieront le sol), afin de maintenir ses racines au frais en été.

En hiver, offrez-lui des arrosages de temps en temps s’il ne pleut pas.

A l’automne, vous pouvez fertiliser avec un peu de compost par griffage superficiel autour du pied.

Dans les régions du nord de la Loire, protégez l’arbuste des fortes gelées en couvrant la souche d’un paillis de 5 à 7 cm d’épaisseur fait de terreau de feuilles et d’écorces broyées. Si vous craignez les gelées tardives, couvrez-le d’un voile d’hivernage. Les jeunes sujets doivent être protégés des fortes gelées au moins pendant 3 ans.

La taille n’est pas nécessaire chez les espèces asiatiques, elles vivent très bien sans votre intervention. Toutefois elle peut être utile pour bien dégager le tronc  en partie basse  afin de mettre en valeur l’écorce en hiver.

Tous les 3 ans environ, après floraison, de février à avril :

  1. Éliminez les branches entrecroisées et le bois mort
  2. Rafraîchissez légèrement l’extrémité des branches  pour rééquilibrer la ramure

Cultivé dans de bonnes conditions, le Stewartia se montre peu vulnérable aux maladies et aux parasites. Un sol trop calcaire peut toutefois entraîner une chlorose responsable du jaunissement des feuilles et à terme du dépérissement de l’arbre.

Multiplication

Le Stewartia est assez difficile à multiplier, les semis sont possibles mais fastidieux et très longs (entre 2 à 5 ans pour les voir germer), un marcottage est toujours réalisable pour les branches les plus proches du sol, mais les résultats sont longs également et la séparation d’une marcotte viable exige généralement 2 ans. Nous vous conseillons davantage les boutures de tiges au printemps.

Comment bouturer ?

Comptez 1 an avant l’enracinement complet.

  • En mai-juin, prélevez des rameaux de 10 cm de long
  • Retirez toutes les feuilles sur la partie inférieure
  • Avec un petit couteau, dégagez l’écorce sur 2 à 3 cm de long
  • Piquez les boutures dans un mélange drainant de tourbe et de perlite
  • Placez à l’ombre à l’étouffée sous plastique
  • Humidifiez régulièrement les boutures avec un pulvérisateur
  • Pendant l’été,  rempotez-les boutures dans des godets
  • Hivernez-les hors gel jusqu’au printemps suivant
  • Plantez en pleine terre au printemps suivant

Associer le Stewartia au jardin

Encore trop confidentiel, le Stewartia est pourtant un très bel arbuste qui s’intègre facilement dans tous les jardins dès lors que l’on peut lui offrir un endroit ombragé. Magnifique tout l’été avec sa profusion de grandes églantines blanches, il est également indispensable pour animer le jardin à l’automne avec son feuillage qui prend de somptueuses couleurs et en hiver avec son écorce colorée. Comme il apprécie peu le calcaire, il est facile à associer avec des plantes de terre de bruyère. Il est l’invité parfait pour les jardins blancs ou romantiques auquel il apporte beaucoup de douceur et de fraîcheur.

Ses grandes fleurs blanches donnent une belle luminosité et son feuillage vert lustré, de la densité à un grand massif un peu terne de mi-ombre. Placez-le en fond de massif en mélange avec des plantes de l’ombre acidophiles comme lui, telles que de petits rhododendrons, des fougères au feuillage finement ciselé et des Hostas qui offriront un contraste idéal de forme.

Sur un fond de verdure permanent composé de conifères, d’arbustes aux feuillages persistants, il sera magnifique aux côtés du Calycanthus, des Hamamelis et des Fothergilla, des arbustes tout aussi charmants.

En été, le Stewartia constitue également un beau sujet groupé en lisière de sous-bois. Il se combinera avec des arbustes comme  les Andromèdes, Azalées, Kalmia, les Camélias et les Hortensias qui accompagneront sa floraison.

Dans une haie fleurie, il voisinera avec un beau Cornus kousa, des viornes, des Orangers du Mexique, des spirées ou des Deutzia.

Pour enflammer les coins ombragés du jardin à l’automne, pensez aux Acer, aux azalées de Chine, aux leucothoe, aux Nandina, aux Tulipier de Virginie avec leurs splendides teintes automnales pour l’accompagner.

Pour un jardin coloré en hiver, et valoriser son écorce décorative, pourquoi ne pas le rapprocher du très  original Edgewortha chrysantha, et de Cornouillers à bois colorés tels que le Cornus alba ‘Bâton Rouge®’.

Vous pouvez aussi habiller le pied de cet arbre asiatique de quelques primevères japonaises, d’un Fuchsia de Magellan ou de bulbes d’automne tels que les cyclamens de Naples blancs.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire