Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Populage des marais, Caltha palustris : planter, cultiver et entretenir

Le Caltha en quelques mots

  • Les Populages sont des plantes de berges idéales pour les bassins et les mares naturelles
  • La floraison printanière des Caltha est aussi étonnante qu’éclatante et rappelle de grosses fleurs de Boutons d’or
  • L’espèce la plus souvent rencontrée en culture est une espèce indigène : Caltha palustris
  • Les populages ou Soucis des marais se plantent dans une terre riche et toujours fraîche, voire détrempée.
  • Ce sont des vivaces rustiques, sans ennemi et quasiment sans maladie

Le mot de notre expert

Le Caltha palustris est originaire des régions tempérées du Nord et est, par conséquent, parfaitement rustique et résistant. Dans la nature, c’est une vivace herbacée semi-aquatique à rhizome du bord des eaux, des berges ou de certaines prairies humides. Elle sera donc tout à fait à son aise au bord d’un bassin, d’un étang, une piscine naturelle ou même dans une partie très humide de votre jardin.

Cette vivace de la famille des renonculacées nous offre au début du printemps une floraison en fleurs simples jaune d’or semblables à des boutons d’or, très utile pour nourrir les premiers butineurs du printemps. Mais d’autres variétés ont été sélectionnées pour nous offrir une floraison à fleurs blanches ou à fleurs doubles. Son feuillage brillant et vert profond est constitué de feuilles caduques larges et épaisses.

Le souci des marais apprécie un sol riche impérativement humide voire détrempé mais on peut aussi le planter dans un panier aquatique que l’on immergera. 

Aussi à l’aise dans un jardin très naturel, voire sauvage, que dans un style plus contemporain ou propret, le Populage des marais pourrait bien faire un retour triomphant dans nos jardins.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Caltha sp. - Caltha palustris

Famille : Renonculacées

Noms communs : Populage des marais, Caltha des marais, Souci d'eau

Floraison : mars à juin

Hauteur : 15 à 70 cm

Exposition : soleil

Sol : argileux et toujours humide

Rusticité : -15°C

Les Caltha font partie de la famille des Renonculacées et réunissent une trentaine d’espèces réparties dans l’Hémisphère Nord selon les dernières classifications botaniques. En voici les espèces les plus couramment rencontrées : Caltha palustris, Clatha natans, Caltha leptosepala, Caltha obtusa et Caltha novae-zelandiae. Certaines anciennes littératures regroupent ces plantes sous le nom de genre : Populago. Le genre Caltha vient du grec calathos, qui signifie corbeille, en allusion à la forme des fleurs.

Ces plantes se plaisent surtout dans les milieux humides naturels : aux abords des cours d’eau et des plans d’eau, dans les fossés, au sein de marais ou de marécages ou bien même dans les prairies humides.

Les Caltha sont des vivaces semi-aquatique qui forment des touffes assez compactes de 15 à 70 cm de hauteur selon les espèces ou les variétés. Leur système racinaire est constitué de rhizomes rampants ce qui leur permet de s’étaler rapidement si le milieu leur convient.

Le feuillage est caduc, cela veut dire qu’il disparaît en hiver pour ne réapparaître qu’au printemps après le démarrage de la floraison. Les feuilles sont d’un élégant et frais vert foncé brillant sur la face supérieure. Elles sont cordifoliées, cela veut dire qu’elles présentent une forme de cœur, et sont assez épaisses.

Les fleurs apparaissent très tôt dans la saison, aux alentours du mois de mars, ce qui est une bonne chose pour les premiers butineurs de la saison. La floraison s’étale de mars à juin selon les espèces ou variétés. Les fleurs sont hermaphrodites et ressemblent à d’autres fleurs de la famille des Renonculacées comme celles du Bouton d’or (mais en plus grand !). Ce sont des fleurs régulières, apétales et munies 5 tépales pétaloïdes largement ovales. Ce ne sont donc pas les pétales que l’on voit mais bien les tépales. Ces derniers sont de couleur jaune ou blanche, simples ou doubles et peuvent atteindre un diamètre de 4 cm. Les fleurs surgissent au bout de tiges dressées hors de l’eau de 40 cm de hauteur.

caltha palustris

Populage des marais : feuilles en forme de coeur et fleurs jaunes

Après fécondation de celles-ci, les graines qui s’ensuivent sont conçues pour flotter sur l’eau grâce à des akènes plumeux. Cette particularité leur permet de coloniser d’autres endroits rapidement dans la nature.

De part leurs origines géographiques, les Caltha sont très rustiques et sans soucis et pousseront dans n’importe quel sol régulièrement détrempé et au soleil.

Les principales espèces et variétés de Caltha

Caltha palustris Polypetala - Populage - Souci des marais

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
40 cm

Vivace semi-aquatique printanière précoce, mellifère à port compact et étalé aux fleurs simples jaune d’or entre avril et juin.

Caltha palustris var.alba - Populage blanc - Souci des marais blanc Godet de 9cm

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
30 cm

Le souci des marais blanc est une remarquable plante d’accent pleine de fraîcheur idéale pour habiller les berges d’une pièce d’eau comme celles d’un bassin, d’un étang ou même d’une piscine naturelle et assurer la transition avec le reste du jardin.

Caltha palustris Plena - Populage double Godet de 9cm

Période de floraison Avril à Juin

Hauteur à maturité
30 cm

Le Caltha palustris 'Plena' est un Populage des marais à fleurs doubles. Ses imposantes fleurs composées d’une multitude de pièces pétaloïdes densément comprimées formant un « bouton » jaune impressionnant.

Plantation des calthas

Où planter ?

Le Caltha se plante au soleil si possible mais la mi-ombre en été est tolérée. Le sol doit être profond et riche en humus, argileux et frais, voire totalement humide. Ces vivaces sont indifférentes au pH mais un pH neutre est apprécié. Si la terre n’est pas suffisamment humide, le feuillage sera plus discret mais les fleurs seront plus grosses.

Quand planter ?

La plantation se fera au printemps entre avril et juin pour que le système racinaire puisse bien s’implanter durant tout l’été lors de la première année. Une plantation en tout début d’automne est possible : entre fin septembre et mi-octobre mais pas plus tard.

Comment planter ?

Deux solutions s’offrent à vous : en pleine terre ou en pot immergé dans une pièce d’eau à faible profondeur.

En pleine terre : plantez votre Caltha sur la berge ou au bord de l’eau de façon à ce que l’eau ne recouvre jamais la plante à plus de 10 cm de profondeur. Prévoyez un trou deux fois plus large que la motte. Dans le trou, un peu de compost sera bienvenu et, si votre terre est trop légère, un peu d’argile. Tassez bien autour de la plante à l’aide de vos mains. Si la plantation a été réalisée dans l’eau, n’y touchez plus. Si la plante a été placée sur la berge, prévoyez un gros arrosoir d’eau à la plantation.

En pot : la solution la plus facile pour une immersion du Populage des marais. Prévoyez de placer la motte de la plante dans un panier prévu pour plantes aquatiques (vendu en jardinerie au rayon « bassin »). Le panier doit être assez large pour la plante : au moins 30 cm de diamètre pour une vingtaine de centimètres de profondeur. Si votre terre est argileuse, utilisez-la pour remplir le panier, sinon utilisez du terreau « plantes aquatiques ». Tassez bien la motte dans le panier et déposez quelques cailloux et graviers sur le dessus. Le panier peut être déposé dans l’eau sur le bord de la pièce d’eau et immergé de 5 à 10 cm.

caltha palustris

Entretien et soins

Entretien

N’oubliez pas de couper les fleurs fanées au fur et à mesure de la floraison, cela évitera que la plante ne se ressème de trop et s’épuise à faire des graines. De plus, supprimer les fleurs fanées permet parfois de profiter d’une remontée de floraison en août.

Lorsque le feuillage commence à jaunir en automne, supprimez-le en le recoupant au plus court. Celui-ci est caduc et reviendra au printemps suivant.

De temps à autre, un peu de compost bien décomposé au pied des plantes de berges et semi-aquatiques leur donnera un petit « coup de fouet » mais ce n’est pas indispensable si le sol est suffisamment riche.

Nota bene : n’utilisez jamais d’engrais dans l’eau d’une mare ou d’un bassin ! Cela aura des conséquences sur la faune qui y vit d’une part, et d’autre part, les nitrates ainsi formés vont faire proliférer les algues au détriment de la faune et de la flore. Prudence donc ! Toutefois, certains engrais spécifiques existent sous forme de petites pastilles à enfouir dans la terre des pots de certaines plantes aquatiques, comme les nénuphars par exemple, mais ils sont tout à fait inutiles pour les populages…

Ravageurs et maladies éventuels

Le caltha est généralement une plante très résistante aux maladies. Toutefois un peu de rouille peut apparaître au printemps ainsi que de l’oïdium en fin d’été. La plante s’en trouvera fragilisée sans pour autant risquer d’en mourir.

Pour la rouille : une simple suppression des feuilles tâchées sera suffisante. Une petite décoction de prêle diluée à 10% en traitement préventif peut, à la rigueur, être envisagée.

Pour l’oïdium : si la terre s’assèche autour de votre Caltha mais que les nuits sont chaudes et humides, l’oïdium peut faire son apparition. Une petite pulvérisation d’un mélange constitué de 2 g de bicarbonate et 3 cuillères à café d’huile d’olive dans un litre d’eau à pulvériser sur le feuillage devrait suffire. De toute manière, bien que peu esthétique, cette « maladie » fongique n’est pas dangereuse pour la plante. Autant prendre son mal en patience et ne pas intervenir…

Multiplication des calthas

Division

La division est la solution la plus simple et la plus rapide. Juste après la floraison en juin, déterrez la plante à l’aide d’une fourche-bêche ou bien récupérez le panier si elle est cultivée en pot. Découpez la souche avec un couteau bien aiguisé. Ces éclats doivent comporter des racines et des bourgeons bien développés. Il suffit de les replanter aussitôt ailleurs ou de les offrir à vos voisin et amis. Enfin, c’est la seule façon de multiplier les variétés à fleurs doubles.

Semis

Si le terrain leur convient, les populages ont tendance à se ressemer naturellement. Les plantes qui sont issus de semis mettent des années à fleurir, contrairement aux divisions qui permettent une floraison dès l’année suivante.

Les graines doivent être semées à maturité vers le mois de septembre. Semez les graines dans une terre assez argileuse et maintenue constamment humide à la mi-ombre. Avec un peu de chance et de réussite, les graines germeront au mois de mars de l’année suivante. Si les plantes sont assez costaudes pour être manipulées, vous pouvez les plantez tout de suite à leur emplacement final au printemps. Sinon attendez l’automne, voire le printemps suivant.

Attention ! Le semis n’est pas toujours fidèle et les variétés à fleurs doubles redeviennent… des variétés à fleurs simples.

Marcottage

Certains Caltha dont les Caltha palustris et notamment la variété ‘Polypetala’ se marcottent naturellement grâce à des racines adventives qui se forment aux nœuds. Si tel est le cas, vous pouvez séparer ces marcottes, des tiges qui ont formé des racines au niveau d’un nœud, à l’automne ou vers le mois d’avril et les replantez à un autre endroit.

Comment associer les calthas ?

Au bord d’une mare naturelle

Le Populage des marais est une plante indigène qui s’intègre parfaitement dans un jardin naturel au bord d’une petite mare grouillante de faune en tout genre. Prenons une belle Caltha palustris ‘Polypetala’ pour en habiller les bords. Accompagnons-là d’une belle touffe d’Iris des marais, une autre plante indigène de bord d’eau et dont le jaune des fleurs assurera la continuité des fleurs du souci d’eau. Continuons avec les « sauvageonnes » pour le reste de la berge avec quelques Cirsium rivale ‘Forsted Magic’ , deux Lythrum salicaria et une Eupatoire à feuilles de chanvre qui attireront toutes trois un grand nombre de papillons en été. Plus les pieds dans l’eau que ces trois derrière, un Plantain d’eau, Alisma parviflora, tiendra compagnie au Caltha au bord de l’eau et servira de support de mue pour les jeunes libellules qui sortent de l’eau pour d’autres aventures… plus aériennes.

association caltha palustris

Populage des marais au bord d’une mare avec des Iris des marais et un Aponogeton distachyos

Au bord d’un bassin sophistiqué

Les Caltha palustris ne sont pas tous à fleurs jaunes comme nous le démontre Caltha palustris var. alba dont la fleur est banche avec un cœur d’or. Pour vous rappeler ce cœur d’or quoi de mieux qu’un feuillage… doré. Pour cela, l’Éphémère de Virginie ‘Sweet Kate’ à feuillage doré mais aux fleurs d’un bleu particulièrement intense fera merveille en sa compagnie. Pour apporter une touche très graphique, quelques touffes de Matteucia orientalis, des fougères aux frondes stériles plumeuses, seront parfaites pour le côté plus ombragé du bord du bassin (elles poussent tout de même bien au soleil si le sol reste constamment humide). Pour casser la monotonie du vert des fougères, on pourra songer à quelques « barbes à papa végétales » comme de simples mais toujours efficaces Filipendula palmata. Maintenant que nous nous sommes occupé du bord du bassin, plantons une plante plus aquatique ! Le Pontederia cordata ‘White Pike’ dont les fleurs blanches (les pontédérias ont d’habitude des fleurs bleues) feront un clin d’œil sympathique au blanc des tépales du Populage des marais blanc.

Le saviez-vous ?

  • Toutes les parties de la plante mature sont toxiques comme pour la grande majorité des renonculacées. Elles contiennent une molécule nommée proto-anémonine ;
  • Malgré sa toxicité, les jeunes pousses et les boutons floraux de Caltha palustris ont été consommés jadis marinés et en salade ;
  • La raréfaction des zones humides par assèchement et l’eutrophisation générale de celles-ci (voire dystrophisation parfois) en Europe de l’Ouest a entraîné une raréfaction du Populage des marais, Caltha palustris (et des autres espèces inféodées aux milieux humides). C’est donc une raison supplémentaire de la planter dans votre jardin ! ;
  • De part sa floraison précoce au printemps, le Caltha est une plante parfaite pour aider les premiers butineurs à se nourrir.

Ressources utiles

A découvrir :

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire