Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Charme, charmille : planter, tailler et entretenir

Le Charme, en quelques mots

  • Le charme est un arbre forestier peu concurrent, qui accepte l’ombrage et la proximité d’arbres dominants comme les chênes et les hêtres
  • Le feuillage denté aux couleurs fraîches vert printemps prend une teinte caramel à l’automne avant de tomber
  • Planté en isolé, il devient un bel arbre étalé ou fastigié de 15 m de haut mais s’associe aussi à des congénères pour former une charmille taillée à volonté.
  • C’est un arbre d’une longévité dépassant le siècle et très résistant aux maladies.
  • Facile de culture et très résistant au froid, il apprécie particulièrement les sols lourds et argileux

Le mot de notre experte

Le charme est un arbre commun, indigène de nos forêts tempérées. Il répond au doux nom latin de Carpinus betulus, soit le Charme bouleau ou Faux bouleau, plus souvent appelé Charme commun.
Cette espèce originaire d’Europe affectionne les sols lourds argileux et même humides comme en Normandie quand d’autres plantes les détestent. On trouve d’autres espèces de charmes en Amérique, au Japon… Le charme commun forme un arbre moyen, jusqu’à 15-20 m de hauteur mais en culture il se limite souvent à 9 m de haut sur 5 m de large.

Il est d’autant plus facile de l’intégrer à nos jardins qu’il supporte parfaitement bien la taille et constitue de formidables haies impénétrables en 3 années que l’on nomme charmilles. A la fois fraîches et esthétiques, elles sont malléables à souhait et faciles à entretenir grâce à de nombreux rameaux qui restent assez minces. Il est aisé de calibrer l’arbuste à sa guise, jusqu’à limiter l’épaisseur d’une haie à 50 cm de large, former des tunnels ou des arches, créer des trouées dans la haie, élaborer des topiaires, imaginer un labyrinthe comme cela se faisait dans les jardins à la française. La distance de plantation influence la vigueur des arbres si bien que plus vous souhaitez contraindre le sujet à de faibles dimensions, plus il vous faut planter serrer !

Autre particularité du charme, la chute des feuilles n’entraîne aucune corvée de ramassage car la dégradation est rapide, conduisant à une fertilisation de la terre dans la foulée. Les tons frais vert tendre en saison se muent en une couleur ambrée ou mordorée à l’automne avant de virer au châtain suite au dessèchement des tissus,laissant alors deviner l’architecture des troncs et de la ramure gris brun. La haie demeure suffisamment opaque pour former une barrière impénétrable tout en laissant pénétrer les doux rayons de l’hiver et une légère brise. Son rôle de brise-vent est même renforcé par rapport à un mur ou une haie persistante car elle évite la présence de courants de convection à l’arrière de la haie. La taille est beaucoup plus aisée qu’avec les thuyas ou les cyprès et entraîne moins de déchets que l’on peut par ailleurs recycler aisément sous forme de B.R.F (broyat des pousses converti en paillage fertilisant).

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Carpinus betulus

Famille : Betulaceae

Nom commun : Charme

Floraison : de mars à avril

Hauteur : entre 9 et 15 m

Exposition : soleil ou mi-ombre ou ombre

Sol : tout sol profond, même calcaire, plutôt frais et pas trop acide

Rusticité : Excellente (-20 °C)

Le genre Carpinus comprend 40 espèces d’arbres caducs disséminés uniquement dans les climats tempérés frais de l’hémisphère nord. Ce sont des arbres dont la floraison se présente sous forme de chatons unisexués comme chez le Bouleau, l’Aulne, le Noisetier ou le Charme-houblon (Ostrya) qui font partie de la même famille des Bétulacées. Les charmes présentent un feuillage très semblable entre eux, même si leur taille varie, ainsi qu’une fructification caractéristique en forme des grappes pendantes composées de fruits ailés superposés. Les espèces diffèrent essentiellement par le port et les dimensions de l’arbre. Comme le hêtre, le charme présente pendant très longtemps une écorce fine lisse et grise mais le tronc forme ici des cannelures verticales qui chez les vieux arbres créent des plis ou fissures dans lesquels on peut glisser des mots tendres. L’écorce des arbres âgés se fendille et produit de longues écailles peu épaisses.

L’autre critère facile à identifier concerne le feuillage. Comme le dit l’adage « le charme d’Adam c’est d’être à poils » qui se traduit par « Le charme à dents et le Hêtre à poils ». En effet les feuilles simples et elliptiques des charmes présentent un bord à dents régulières, plus ou moins profondes selon l’espèce, et un limbe glabre contrairement au hêtre commun qui affiche des poils notamment sur ses bords légèrement ondulés et des touffes à l’embranchement des nervures sur le revers de la feuille. Le jeune feuillage du charme présente cependant un fin duvet qui disparaît par la suite. Tous les deux présentent des nervures pennées bien parallèles, plus marquées chez le charme au point de lui conférer une surface plissée luisante.

Charme arbre

Carpinus betulus – illustration botanique

Le feuillage alterne est par ailleurs qualifié de marcescent, puisqu’il persiste sur les rameaux  durant tout l’hiver, et ne se détache que sous l’impulsion des nouvelles pousses printanières. Il est composé de feuilles ovales et dentées, de 7 à 12 cm de long. La couleur vert clair très tendre devient mordorée à l’automne, orange foncé-rouge chez Carpinus betulus Rockhampton Red ou encore chez l’espèce américaine Carpinus caroliniana avant de se dessécher affichant des tons bruns pendant la période hivernale. Il est évident que de fortes bourrasques peuvent accélérer la chute du feuillage surtout sur des sujets isolés.

Le charme est monoïque, c’est-à-dire qu’il porte sur un même sujet des fleurs mâles et des fleurs femelles distinctes. Contrairement aux bouleaux et aulnes, les chatons éclosent seulement au printemps en même temps que naît le feuillage. Précisons que les chatons sont des inflorescences souples sous forme d’épis pendants ou non, constituées de petites fleurs souvent sans pétales et généralement du même sexe. Les chatons mâles de forme cylindrique portent 10 à 20 étamines jaunes et mesurent 3-4 cm de long. Les chatons femelles verts et plus grêles sont positionnées en extrémité de pousse et portent des fleurs munies d’un calice et d’un ovaire surmonté de 2 stigmates. Ils atteignent 7,5 cm à maturité chez le charme commun et jusqu’à 12 cm chez d’autres espèces ce qui en fait un véritable atout esthétique. Les mâles surgissent dès l’automne tout en restant en boutons tandis que les femelles naissent en mars en même temps que la feuillaison.

Les fruits en grappes pendantes de couleur verte évoluent vers le jaune-brun fin septembre et persistent jusqu’au printemps avant de se déliter. Les fruits ailés appelés samares portent une bractée trifide, constituée d’une aile principale divisée en 2 petits lobes latéraux, et sont de ce fait emportés par le vent. La graine n’est pas consommable. Chez le charme du Japon (Carpinus japonica), les chatons fructifères, longs de 5-6 cm, deviennent rosâtres puis cramoisis à l’automne. Son écorce présente également des reflets rosâtres.

Le bois de charme de couleur ivoire est très apprécié pour sa densité et homogénéité qui lui confère une dureté à toute épreuve. On l’utilise par exemple pour faire des maillets, des outils de levage, des pièces mobiles des mécanismes de piano, mais aussi des jouets comme les quilles. Il sert aussi comme bois de chauffage ou pour la fabrication de pâte à papier.

Charme, arbre

Carpinus betulus : bourgeons, feuilles, et chatons (photo stanze-flickr)

charme, arbre

Carpinus betulus : couleurs d’automne et samares (photos Katja Schulz -flickr), feuillage marcescent (photo Rudolf Schäfer-flickr)

Les principales variétés de Charme

Le plus populaire

Carpinus betulus - Charme commun, Charmille

Période de floraison Jan. à Mai, Nov. à Déc.

Hauteur à maturité 9000 cm

La valeur sûre, utilisée en isolé, en haie libre ou en charmille. Il est proposé dans de nombreux conditionnemnent (racines nues, pot) et hauteurs, ce qui permet de réaliser des haies rapides ou économiques.

Variété à port remarquable

Carpinus betulus Fastigiata - Charme fastigié

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité 1500 cm

Le Charme fastigié forme un bel arbre pyramidal de 10 m sur 4, idéal en plantation d’alignement. Son joli feuillage vert pomme vire au jaune orangé en automne. Très rustique et assez indifférent au sol, il est très facile de culture et demande pas d’entretien.

Variétés à feuillage automnal spectaculaire

Carpinus betulus Orange Retz - Charme commun


Hauteur à maturité 500 cm

Arbre à forme érigée et compacte à feuillage automnal orange feu, persistant longtemps sur les rameaux avant de tomber. L’écorce presque noire des rameaux fait ressortir le flamboiement du feuillage. Excellent petit arbre de haie bocagère.

Charme commun Rockhampton Red - Carpinus betulus


Hauteur à maturité 2000 cm

Arbre moyen aux spectaculaires coloris automnaux rouge pourpre à orange feu, persistant longtemps sur ses rameaux sombres avant de brunir. Port identique à celui de l'espèce type qui convient bien en haie bocagère.

Variété à exceptionnelle fructification

Carpinus fangiana - Charme de Fang

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité 500 cm

Cette espèce chinoise forme un arbre au port élégant, de taille modeste. Ses tiges brun-violacé contrastent merveilleusement avec ses jeunes feuilles bronze, devenant vert foncé ensuite, et son exceptionnelle floraison printanière, en longues bractées pendantes, jaune pâle, mesurant jusqu’à 50 cm de long. Un arbre à découvrir absolument !

Plantation

Où planter le Charme ?

Le charme est un arbre forestier facile à vivre, qui apprécie simplement un sol profond, humifère, plutôt frais et pas trop acide. Il peut vivre à l’ombre des grands chênes aussi son insertion auprès d’autres arbres du jardin ou l’ombre d’un bâtiment ne lui cause aucun souci. S’il est en isolé, veillez simplement à ce que le soleil ne soit pas trop brûlant. La sécheresse du sol limite sa croissance et entraîne souvent la défeuillaison voire la mortalité d’une partie des branches.

Quand planter ?

Plantez de préférence entre novembre et mars en l’absence de feuilles. Vous pourrez alors vous procurer de très jeunes plants en racines nues qui sont beaucoup moins onéreux que des plants en conteneurs ou en motte.

Les distances de plantation

Si vous souhaitez créer une charmille, il vous faudra tout d’abord estimer le nombre de plants nécessaires en fonction de la densité et de la hauteur souhaitée. Pour cela, tenez compte de ces préconisations en termes de distances de plantations :

  • espacez les plants de 70 cm au minimum pour une haie dense, pouvant être maintenues entre 1 m et 2-3 m de hauteur,
  • espaces les plants de 1 à 1,50 m pour une haie un peu moins dense mais menées entre 2 et 4 m de hauteur.

Un charme, en isolé, peut s’étendre sur 5 m de large. Prévoyez à terme une distance de 5-6 m pour constituer un bosquet. Vous pouvez avoir une densité plus importante à la plantation puis éclaircir votre bosquet afin de conserver les meilleurs plants. 

Comment planter ?

La plantation de charmes ne pose généralement pas de difficultés :

  1. Si vous plantez des plants en racines nues, de suite après l’achat, préparez un pralin, soit un mélange de 1/3 d’argile (ou terre fine du jardin), de 1/3 de bouse de vache (ou crottin de cheval ou terreau) et 1/3 d’eau de pluie. Plongez les racines dans ce mélange pendant 24 h le temps de creuser vos fosses. Cette précaution évite le dessèchement des racines et stimule la reprise. Les plants en conteneurs seront juste plongés dans un seau d’eau pour bien humecter la motte. Attention, un grand plant vendu en motte ne sera arrosé qu’une fois planté pour éviter que la motte ne se défasse. Veillez à ôter le grillage pour éviter l’étranglement ultérieur des racines.
  2. Creusez un trou 3 fois plus large que la motte, d’environ 40 cm de profondeur et aérez la terre autour avec les dents de la fourche-bêche. Pour une haie, réalisez une tranchée de 50 cm de large sur toute la longueur de la haie.
  3. Ajoutez quelques pelletées de terreau, de compost ou de la corne broyée (150 g / m²) si la terre n’est pas très noire (manque d’humus).
  4. Installez la plante dans le trou de plantation en prenant soin de ne pas enfouir le collet (limite entre les racines et le tronc).
  5. Replacez la terre et tassez légèrement en formant une cuvette de manière à bien arroser le plant.
  6. Versez environ un arrosoir de 5 à 10 l par plant.
charme en automne

Superbe feuillage d’automne du Carpinus betulus ‘Rockhampton Red’ (©Sapho)

Entretien et taille du charme et des charmilles

Veillez à ce que les jeunes plants ne souffrent pas de sécheresse pendant les 2-3 premières années. Arrosez généreusement chaque plant afin que l’eau percole bien en profondeur.

Le charme est durable et résistant aux maladies.

Taille du charme, en haie ou « charmille »

Pour une haie ou « charmille » commencez à former la ramure en taillant légèrement les pousses pour les obliger à se ramifier et à se diriger plutôt parallèlement à la haie. Vous pouvez tendre des fils de fer pour palisser les branches.

Effectuez la taille de préférence au cours de la deuxième quinzaine de septembre, ou plus tard en hiver de préférence au sécateur pour bien voir la ramure puis  à nouveau en juin pour recalibrer la haie si nécessaire. Vous pouvez alors employer le taille-haie. Il est conseillé de donner une forme en trapèze c’est-à-dire avec une base légèrement plus large que le sommet lorsque vous regardez la haie de profil afin que les feuilles du bas soit suffisamment éclairées.

En isolé

Pour un sujet isolé, remontez progressivement la ramure afin de dégager un ou plusieurs troncs et contentez-vous de supprimer les bois morts ou abîmés et les branches qui frottent entre elles. Opérez pendant l’hiver afin de mieux distinguer les branches.

 

Le charme peut aussi se conduire en taillis afin de procurer du bois de chauffage. Le rabattage des touffes s’exécute alors environ tous 10  à 25 ans.

Multiplication du charme : bouturage, semis

La multiplication la plus usitée est le semis au printemps après stratification des graines, le bouturage en juin ou en août voire le greffage pour les cultivars qui est la technique la plus compliquée.

Bouturage

Préparez un pot profond en le remplissant de terreau mélangé à du sable.

Pour le bouturage de juin

  1. Prélevez des extrémités de rameaux herbacés  de 10 cm de long, munies d’un talon et d’au moins 3 feuilles adultes.
  2. Supprimez les feuilles situées près de la base de la bouture, celles de l’extrémité qui ne sont pas encore développées et recoupez les limbes restants.
  3. Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  4. Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  5. Placez-les à l’étouffée à l’ombre, en posant, par exemple, une bouteille en plastique transparent recoupée, par-dessus.
  6. A l’automne, séparez les boutures racinées et plantez-les en godet que vous maintenez sous châssis jusqu’au printemps.
  7. Plantez vos plantes au printemps en plein terre.

Pour le bouturage d’août

  1. Réalisez des boutures sans talon sur des tiges semi-aoûtées d’environ 15 cm de long.
  2. Réalisez une coupe horizontale avec un greffoir bien affûté, juste en dessous d’un bourgeon ou d’une feuille que vous retirez.

Semis

  1. Faites stratifier les graines débarrassées de l’aile en les plaçant dans un pot rempli de sable, à l’extérieur.
  2. Semez-les dans une terrine remplie d’un substrat léger au printemps.

Utilisations et associations

Le charme forme un arbre très décoratif en isolé avec son port en cône large assez ovoïde avec l’âge. La variété fastigiée (Carpinus betulus fastigiata) possède une silhouette pyramidale plus intéressante pour former un alignement se limitant à 4 m de large sur 10 m de haut au bout de 20-25 ans. Les cultivars  ‘Rockhampton Red’ ou ‘Orange Retz’ , par leur feuillage automnal unique, méritent tout autant qu’un Parrotia, qu’un érable ou qu’un Liquidambar, d’être mis à l’honneur en isolé ou dans un bosquet accompagné de bouleaux comme Betula albosinensis ‘Fascination’ ,placés en périphérie pour des raisons d’ensoleillement, ou au sein d’une haie bocagère qu’ils animeront jusque tard en saison. Le premier offre des teintes orange rouge avec des dimensions comparables au type, le second beaucoup plus compact (4 m sur 3 de large) vire à l’orange flamboyant.

charme, arbre

Des exemples d’utilisation du charme, taillé ou en isolé (photos David Barrie/Leonora Enking-flickr)

Mais le charme se prête bien évidemment aux haies monospécifiques, nommées « charmilles », utilisées à foison dans les jardins à la française du roi Soleil et qui demeurent d’un chic inégalable. A vous de décider de la hauteur et de l’épaisseur ! En haie basse de 50 cm à 1 m, lorsque les plants sont encore jeunes, il permet d’organiser l’espace, de marquer les limites d’un parterre sans occulter. Plus haut, il fait à la fois office de brise-vue, de brise-vent, de brise-soleil, voire de support à des rosiers grimpant ou sarmenteux comme Ghislaine de Féligonde , Rosa moyesii ‘Geranium’… Les églantines orangées devraient illuminer sa ramure mordorée jusqu’aux gelées… L’emploi le plus fréquent sont les traditionnelles chambres végétales qui donnent l’impression d’un jardin plus grand grâce à des cloisonnements bien maîtrisés. La charmille sert de toiles de fond neutre à une série de plantations à thème qui peuvent se fonder sur la couleur, le style de jardin (japonais, anglais, naturaliste, zen, gourmand…). Il s’accorde ainsi avec tous les styles de jardins, des classiques aux plus modernes.

Le charme demeure enfin un incontournable des haies bocagères, libres et naturelles accompagné du chêne, du châtaignier (sol acide) ou de l’érable champêtre (sol calcaire), accueillante à la fois pour les oiseaux et les insectes auxiliaires utiles aux cultures.

 

Le saviez-vous ?

Le genre Carpinus est un nom latin composé de deux mots d’origine celtique, karr, signifiant bois, et penn, tête, en référence à l’utilisation du bois de Charme pour la confection des jougs pour l’attelage des bœufs.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Charmes.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 4 sur 5)
Laisser un commentaire