Quand planter les rosiers ?

Quand planter les rosiers ?

nos conseils pour choisir la bonne saison de plantation

Sommaire

Mis à jour le 9 Février 2024  par Ingrid 6 min.

Les rosiers, emblèmes de beauté et de grâce dans nos jardins, font souvent la fierté du jardinier qui les a plantés. Mais pour obtenir un rosier en bonne santé et une floraison éblouissante, il n’y a pas de secret, il faut savoir planter à la bonne saison ! Et choisir le bon moment de plantation, ce n’est pas pour une question de préférence personnelle sur un agenda ! Que nenni ! Il faut tenir compte de la saison, de la météo et du lieu de destination (en pot sur la terrasse ou en pleine terre ?). Le choix du conditionnement a aussi son importante : faut-il choisir un rosier à planter en racines nues, en motte ou en pot ? Pas d’inquiétude, dans ce guide, nous allons explorer ensemble la meilleure saison de plantation pour vos rosiers, promesse d’une future floraison éblouissante !

 

Difficulté

Comprendre l'importance de la saisonnalité dans la plantation des rosiers

Les rosiers, comme beaucoup de plantes, suivent un cycle de vie annuel influencé par les saisons. Ils ont une forte période de croissance au printemps, une floraison généralement en fin de printemps ou début d’été et qui peut s’étendre aux portes de l’automne pour les variétés dites remontantes. Dès septembre-octobre, leur feuillage caduc ou semi-persistant rougeoie et commence à tomber. En fin d’automne, ils entrent progressivement en dormance pour l’hiver, en attendant des journées plus clémentes.

La plantation automnale ou hivernale (en dehors des périodes de gel), lorsque la plante est en repos végétatif, permet de diminuer le stress dû à la plantation.

De même, au printemps, le rosier entre en période de forte croissance, ce qui lui permet de s’établir activement avant l’été.

À l’inverse, la plantation durant les périodes extrêmes, comme les mois d’été très chauds ou les périodes de gel hivernal, peut stresser les plantes. Elles devront alors utiliser toute leur énergie pour survivre, au détriment de leur développement, ce qui n’est pas sans conséquence sur la beauté future du rosier. D’ailleurs, vous avez peut-être déjà remarqué que les rosiers remontants mettent parfois en pause leur floraison en plein été ? Ce phénomène est principalement dû à la chaleur estivale et au manque d’eau disponible.

En plantant au bon moment, vous synchronisez vos efforts de jardinage avec ce cycle naturel, favorisant ainsi une meilleure croissance de vos rosiers, un bon enracinement et une riche floraison.

planter un rosier

Quand planter un rosier en pleine terre ?

L’automne, une période idéale

L’automne est considéré comme le meilleur moment pour planter des rosiers en pleine terre. Pourquoi ? Le sol est encore chaud de l’été, ce qui favorise un bon enracinement avant l’arrivée de l’hiver. Les pluies automnales aident également les plantes à bien s’établir.

À noter : la plantation des rosiers en racines nues ou en motte peut s’étendre de novembre à mars dans les régions au climat océanique et en l’absence de gelées lors de la semaine de plantation.

Avantages de la plantation automnale :

  • Les rosiers ont le temps de développer un système racinaire solide avant les gelées hivernales, ce qui les rend plus résistants.
  • Les rosiers commenceront à pousser plus tôt au printemps, ce qui peut conduire à une floraison plus précoce et plus abondante.

Quel conditionnement de rosier choisir ?

  • Pour la plantation automnale, privilégiez les rosiers en racines nues ou en motte. Leurs racines peuvent s’étendre librement dans le sol, ce qui facilite un enracinement plus profond et plus solide.
  • L’humidité de cette saison permet un meilleur contact entre les racines et la terre de jardin, facilitant une meilleure absorption des nutriments et de l’eau.
  • La motte de terre, qui entoure les racines des rosiers en motte, aide à protéger le système racinaire pendant le processus de plantation, réduisant le stress et favorisant une transition en douceur.
  • Les prix sont souvent plus abordables pour les rosiers en racines nues ou en motte.

pour en savoir plus : « Rosiers en racines nues en motte : le bon compromis » et « Rosiers : en racines nues ou en pot ? »

planter des rosiers à l'automne

Rosier en motte

Le printemps, la seconde période à privilégier

La plantation au printemps est le deuxième meilleur moment pour installer vos rosiers en pleine terre. En effet, les températures douces de cette saison et les journées qui s’allongent stimulent le développement de la plante. L’enracinement se fait donc naturellement.

C’est aussi la meilleure période de plantation si votre jardin se situe dans une région aux hivers rigoureux. De même, si votre sol est argileux et à tendance à être gorgé d’eau en automne. Dans ces deux cas, il vaut mieux planter au printemps.

Il faut cependant veiller à planter lorsque le risque de gelée tardive est écarté, afin d’éviter que le froid endommage les jeunes plants. La plantation au printemps nécessite aussi une attention particulière à l’arrosage, car les rosiers auront besoin de plus d’eau pour compenser la croissance rapide et les températures potentiellement plus élevées.

Avantages de la plantation printanière :

  • Avec l’augmentation des températures, les rosiers plantés au printemps bénéficient d’un démarrage rapide.
  • Pour les régions aux hivers rigoureux, vous minimisez le risque de dommages causés par le froid.
  • Le printemps offre généralement de bonnes conditions d’arrosage, évitant les excès d’humidité de l’automne et la sécheresse de l’été.

Quel conditionnement de rosier choisir ?

  • Au printemps, choisissez des rosiers en pot. Ils sont souvent déjà en phase de croissance active, ce qui facilite leur adaptation au jardin.
  • Les rosiers en pot sont moins sujets au stress lors de la transplantation, ce qui permet une transition en douceur vers le sol du jardin.
  • Parfois vendus en pleine floraison ou sur le point de fleurir, les rosiers en pot offrent une satisfaction rapide pour le jardinier impatient.
saison planter rosiers

Plantation d’un rosier au printemps

Quand planter un rosier en pot ?

Le printemps, la saison idéale pour les rosiers en pot

Le printemps est souvent le moment le plus propice pour planter des rosiers en pot. Les conditions climatiques de cette saison favorisent un démarrage rapide et efficace pour les plantes en conteneur. Avec l’éloignement des dernières gelées, les jeunes plants en pot, plus vulnérables au froid qu’en pleine terre, sont désormais à l’abri de ces risques et peuvent prospérer sans contrainte.

Avantages de la plantation printanière pour les rosiers en pot :

  • Les températures plus douces et l’augmentation de la durée du jour stimulent la croissance des rosiers en pot.
  • Déjà en phase de croissance active, les rosiers en pot s’adaptent plus facilement à leur nouvel environnement sur votre balcon ou terrasse.
  • Beaucoup de rosiers en pot sont vendus en pleine floraison ou sur le point de fleurir, offrant une satisfaction visuel au jardinier.

Quel conditionnement de rosier choisir ?

Choisissez un rosier conditionné en pot que vous rempoterez dès l’achat dans un nouveau pot légèrement plus grand et un substrat adapté. N’oubliez pas de choisir un pot munit de trous d’évacuation pour éviter l’excès d’humidité. Prévoyez aussi un lit de billes d’argile au fond du pot et une soucoupe à mettre en dessous. Placez ensuite votre rosier en pot dans un endroit où il recevra au moins 6 heures de soleil direct par jour.

cultiver et planter rosier en pot

La plantation en pot, possible (presque) toute l’année

La période la plus propice pour la plantation des rosiers en pot est le printemps, mais on peut aussi les planter presque toute l’année ! Certes, en dehors des périodes extrêmes (voir chapitre suivant) et si vous portez suffisamment d’attention à votre rosier, vous devriez réussir à le cultiver en pot sans soucis.

  • L’automne est la seconde meilleure saison pour planter en pot. Les températures sont modérées, ce qui permet aux rosiers de s’établir plus facilement sans craindre la chaleur ou le froid et ainsi subir un stress thermique excessif.
  • Si vous plantez en été, assurez-vous de faire cela tôt le matin ou en fin de journée pour éviter les températures les plus chaudes. Les plantes peuvent avoir du mal à s’établir par temps très chaud, donc évitez la plantation durant les périodes de canicule. Ensuite, soyez vigilant sur l’arrosage ! Dès que le terreau sèche sur les premiers centimètres, arrosez votre rosier tôt le matin ou tard le soir, toujours sans noyer le substrat.
  • La plantation en hiver est aussi possible, mais cela dépend de la tolérance au froid de la plante et de la région dans laquelle vous vous trouvez. On évitera la transplantation lors des gelées ou dans les régions aux hivers rigoureux. Gardez à l’esprit qu’un jeune rosier en pot est bien plus sensible au froid qu’un spécimen en pleine terre. Idéalement, protégez votre jeune rosier en le déplaçant en serre froide ou dans une véranda non chauffée ou en le couvrant d’un voile d’hivernage.
hivernage

Un rosier tige protégé du froid

Les saisons et les conditions météorologiques à éviter

Bien que les rosiers soient réputés pour leurs bonnes résistances, certaines saisons et conditions météorologiques peuvent présenter un risque pour un jeune plant. Même si ce dernier survit bien souvent, son développement peut être affecté, ce qui pourrait donner un rosier moins beau et moins florifère dans le temps. Voici les conditions météorologiques à éviter dans la mesure du possible :

Éviter les périodes de gel intense

Les périodes de gel en hiver ne sont pas le moment idéal pour planter des rosiers, en particulier dans les régions où les températures chutent bien en dessous de zéro sur de longues périodes. Le sol gelé peut endommager les jeunes plants et gêner l’établissement des racines. Si vous résidez dans ce type de région, privilégiez une plantation au printemps ou protégez vos jeunes rosiers avec un voile d’hivernage et du paillage.

Si au contraire, vous habitez dans une région aux hivers doux (côte atlantique, climat océanique ou méditerranéen) la plantation des rosiers en racines nues ou en motte peut se faire de novembre à mars. Vérifiez tout de même la météo, afin d’être sûr qu’il n’y a aucunes gelées annoncées durant les 3 à 4 jours suivant la plantation.

Protéger un rosier du froid

La canicule estivale et la sécheresse, des moments à risque

Planter des rosiers en pleine sécheresse ou en été pendant une canicule, peut les exposer à un stress hydrique important. Les températures élevées accélèrent l’évaporation de l’eau et peuvent causer un choc thermique aux plants, surtout si ceux-ci ne sont pas encore bien établis. Il vaut mieux patienter et reporter votre plantation à l’automne.

Prudence durant les périodes de pluies torrentielles

Bien que les rosiers aient besoin d’une certaine quantité d’eau pour se développer, les périodes de fortes pluies, en particulier au printemps ou à l’automne, peuvent saturer le sol. Notamment dans les régions aux terres argileuses. Cela peut entraîner une mauvaise aération du sol et favoriser la pourriture des racines. Là encore, vérifiez la météo pour la semaine à venir après la plantation.

planter un rosier

Éviter les vents forts et persistants

Les vents forts, particulièrement dans les régions côtières ou montagneuses, peuvent non seulement briser les branches fragiles des rosiers, mais aussi dessécher rapidement le sol, augmentant le besoin en eau. En Bretagne, par exemple, on préférera une plantation en fin d’hiver ou au printemps, afin d’éviter les tempêtes automnales.

Commentaires

Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.