Peut-on composter la litière de chat et d'animaux domestiques ?

Peut-on composter la litière de chat et d'animaux domestiques ?

Nos conseils entre pratiques écologiques et précautions

Sommaire

Mis à jour le 18 Avril 2024  par Ingrid 7 min.

Le compostage est bien plus qu’une simple transformation de déchets organiques. Au cœur des pratiques de jardinage durable, il offre une seconde vie aux résidus, transformant nos déchets en or noir pour nos jardins. Cette méthode naturelle enrichit non seulement le sol, favorisant la vigueur des plantes, mais elle réduit aussi considérablement notre empreinte écologique. Alors, à l’ère où chaque geste écoresponsable compte, la question se pose : peut-on composter la litière de chat et celle d’autres animaux domestiques ? Si l’idée semble séduisante, elle nécessite cependant une approche nuancée et des précautions. Plongeons ensemble dans le sujet et explorons les possibilités et les défis du compostage de litière pour un jardinage plus vert.

composter les litières de chat

Difficulté

Petit rappel : le compostage, qu'est-ce que c'est ?

Le compostage est une méthode naturelle de décomposition des matières organiques. Par ce processus, les déchets sont lentement décomposés par des micro-organismes, créant ainsi un amendement riche et fertile pour le sol, communément appelé « or noir ». En plus de son apport nutritif, le compost améliore la structure du sol, sa capacité de rétention d’eau et encourage la vie microbienne bénéfique. Dans le contexte actuel de préservation de l’environnement, le compostage s’impose comme un choix judicieux pour le jardinage durable, en réduisant les déchets et en renforçant la santé des sols.

Litière animale : à composter ou non ?

La litière pour animaux domestiques est une préoccupation majeure pour de nombreux propriétaires soucieux de l’environnement. Il est donc tentant de vouloir composter nos litières animales, surtout si on pense aux avantages potentiels :

Avantages du compostage de litière :

  • Réduction des déchets : Composter la litière réduit la quantité de déchets dirigée vers les décharges, alliant ainsi gestion des déchets et éthique environnementale.
  • Richesse pour le sol : Lorsqu’elle est correctement compostée, la litière peut apporter des matières organiques bénéfiques au compost, enrichissant ainsi le sol.

Préoccupations sanitaires :

Les excréments d’animaux, et particulièrement ceux des chats, peuvent être porteurs de germes pathogènes potentiellement dangereux pour l’homme, notamment les femmes enceintes. Certains parasites, comme le toxoplasme présent dans les excréments de chat, nécessitent des conditions de compostage très spécifiques pour être éliminés. Ces risques sanitaires sont à ne pas négliger, mais peuvent être éliminés par un compostage bien maîtrisé. Pour s’assurer de la destruction de ces germes, il suffit généralement de faire monter en température votre compost au-delà de 50°C. Une longue décomposition de 2 ans permet aussi de détruire la plupart des pathogènes et parasites contenus dans les excréments. Il est donc essentiel d’adopter des pratiques de compostage sûres pour éviter tout risque pour la santé. Il est recommandé de réserver la litière à un bac à compost pour plantes d’ornements et évitez de l’utiliser pour les plantes potagères. Il est recommandé d’enlever les excréments de chat avant de composter la litière. 

Si vous avez peur de ne pas bien maîtriser ce compostage spécifique, vous pouvez composter uniquement la litière en retirant préalablement les excréments.

Rappel et conseil : la toxoplasmose est très dangereuse pour les femmes enceintes non immunisées. En cas de grossesse, ne manipulez pas la litière, ni le composteur.

Restriction sur le compostage de litière :

  • Le compostage partagé : Le compostage partagé ou collectif est souvent mis en place dans certaines villes ou villages pour les habitants n’ayant pas de jardin. Dans ce type de compost, l’apport de litières d’animaux est interdite selon les communes, principalement pour des raisons sanitaires et de nuisance liée aux odeurs.
  • Le lombricompost : L’ajout de litière au lombricompost n’est pas recommandé afin de préserver la bonne santé des vers, notamment pour la litière à base d’argile.

compost collectif

Quelles litières sont compostables ?

Lorsqu’on aborde la question du compostage de la litière d’animaux domestiques, il est essentiel de distinguer les différents types de litières disponibles sur le marché. En effet, toutes ne sont pas adaptées au compostage. Voici un aperçu des litières courantes et de leur compatibilité avec cette pratique :

La litière à base d’argile

Généralement la plus courante, cette litière est fabriquée à partir de bentonite de sodium, une argile qui agglomère au contact de l’humidité. Sa décomposition est assez longue, mais c’est un élément naturellement présent dans le sol. Une fois décomposée, elle peut être intéressante en apport pour les terres limoneuses et peu argileuses, grâce à sa capacité à retenir l’eau. À noter cependant que son extraction a un impact environnemental non négligeable.

La litière végétale

Fabriquées à partir de matériaux tels que le pin, le blé, le maïs ou le papier recyclé, ces litières sont généralement bien adaptées au compostage. Elles sont biodégradables et se décomposent plus facilement que les litières à base d’argile.

La litière en papier

Fabriquée à partir de papier recyclé, cette litière est une option biodégradable qui peut être compostée. Elle est souvent utilisée pour les petits animaux comme les lapins ou les rongeurs. Vérifiez avant achat qu’elle est fabriquée à partir de papier recyclé non blanchi et sans additifs.

La sciure et la litière en bois (copeaux ou granulés)

Majoritairement fabriquées à partir de résidus de scieries (comme les copeaux de pin ou les granulés), elles sont biodégradables et compostables. Elles sont particulièrement appréciées pour leur capacité à neutraliser les odeurs. Au compost, ce bois décomposé apporte du carbone.

litière bois compostable

Litière non compostable : la litière en silice

Constituée de perles ou de cristaux de silice, cette litière est très absorbante, mais elle n’est pas biodégradable et ne convient donc pas au compostage.

Points à considérer :

  • Traitement chimique et litière parfumée : Certaines litières, même celles à base végétale, peuvent être traitées avec des parfums ou produits chimiques pour augmenter leur capacité à contrôler les odeurs. Ces additifs peuvent ne pas être appropriés pour le compostage, car ils peuvent nuire à la qualité du compost final ou à la santé du sol. Il semblerait que ces produits s’éliminent lors de la décomposition, mais aucune étude n’a (pour le moment) certifié cela. En l’absence de preuves scientifiques sérieuses, nous vous conseillons de ne pas composter les litières parfumées.
  • Contamination : Avant de composter une litière, il est essentiel de considérer la nature des déchets qu’elle contient. Les excréments de chat, par exemple, peuvent présenter des risques sanitaires, comme mentionné précédemment. Dans ce cas, il est important de respecter de bonnes conditions de compostage (voir chapitre 2) et d’enlever les déjections.
  • Animaux malades ou sous traitements : Si un animal est malade ou sous traitement médicamenteux, il est probable que des résidus de ces médicaments ou les germes de sa maladie se retrouvent dans ses excréments. Il est alors préférable d’éviter de composter sa litière. Si vous décidez de composter malgré tout, assurez-vous que votre compost atteint des températures élevées (au-delà de 50°C) pendant plusieurs jours pour tuer la majorité des agents pathogènes. Laissez également le compost mûrir au minimum 18 mois afin d’éliminer les résidus de médicaments. Enfin, envisagez d’utiliser ce compost uniquement pour des plantes ornementales ou des arbres, plutôt que pour des légumes ou des fruits.

Composter la litière étape par étape

Le compostage des litières animales demande bien plus d’attention et d’entretien que celui des déchets verts du jardin, afin d’assurer une bonne décomposition et la suppression des germes pathogènes. N’ayez crainte, cela n’est pas pour autant difficile et rappelez-vous que cette méthode ancestrale est utilisée dans bon nombre de pays. Le processus employé est le même que celle du compostage de la litière des toilettes sèches ou du fumier.

  1. Avant de commencer, portez des gants lors de la manipulation du compost et lavez-vous toujours les mains après.
  2. Si possible, créez un tas de compost distinct spécifiquement pour la litière d’animaux. Cela permet de s’assurer que le compostage est effectué correctement pour ce type de déchet, notamment du fait de sa longue décomposition.
  3. Prenez ensuite la litière de votre animal. À noter qu’à ce stade, vous pouvez supprimer les excréments afin de réduire les mauvaises odeurs et les préoccupations associées au risque sanitaire.
  4. Ajoutez la litière dans le composteur et effectuez un brassage à l’aide d’une fourche pour la mélanger aux autres composants. À noter que pour un compost équilibré, la litière doit représenter 10 à 20 % du volume total du compost. Mélangez-la avec des feuilles mortes, de la tonte de pelouse, du foin ou tous autres déchets issus du jardin.
  5. À chaque apport, effectuez de nouveau quelques brassages, voir des retournements, afin de mélanger et d’homogénéiser les éléments.
  6. Tout au long du processus, aérer régulièrement votre compost. Assurez-vous aussi que votre tas de compost atteint des températures élevées (au moins 60°C) durant quelques jours pour tuer les germes pathogènes potentiels.
  7. Laissez le compost issu de litière animale mûrir pendant au moins deux ans avant de l’utiliser.
  8. Même après un compostage soigné, il est préférable d’utiliser ce compost uniquement pour les plantes ornementales, les arbres ou les arbustes. Évitez son utilisation sur les légumes ou les fruits pour prévenir tout risque sanitaire.

Pour en savoir plus

Commentaires

Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.