Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
maladie parasite azalée du japon
conseil

Maladies et parasites de l’azalée du Japon

Identification, prévention et traitements naturels

Les azalées du Japon (Azalea japonica) sont de petits arbustes appréciés pour leur floraison printanière en trompettes colorées et leur feuillage persistant lustré.

C’est une plante de terre de bruyère réputée facile à cultiver, que ce soit en pot ou en pleine terre. Mais certaines conditions de culture peuvent favoriser l’apparition et le développement de maladies ou parasites.

Voyons quelles sont les principales maladies des azalées et les gestes préventifs à suivre pour conserver des plantes en pleine santé. En cas de symptôme repérés, nous parlerons également des traitements efficaces et naturels utilisables en jardin bio.

En complément, retrouvez dans la fiche dédiée tous nos conseils pour planter, tailler et entretenir les azalées.

La chlorose

Les feuilles de l’azalée du Japon jaunissent autour des nervures : c’est le signe d’une chlorose, induite par une carence en fer. A cause d’un ph trop élevé ou d’un excès de calcaire dans le sol, l’assimilation du fer ne se fait plus correctement.

Ce sont les jeunes feuilles à l’extrémité des rameaux qui sont particulièrement touchées, finissant par se nécroser et tomber.

Au-delà de l’aspect esthétique, la chlorose a également un impact négatif sur la synthèse de la chlorophylle, entrainant ralentissement de croissance et, à long terme, la mort de la plante.

C’est une maladie fréquente chez les plantes de terre de bruyère comme les azalées du Japon, mais que l’on retrouve aussi chez les rosiers ou agrumes.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article : La chlorose ferrique, prévention et traitement.

azalée japonaise maladie ravageur

En cas de Chlorose, les feuilles prennent une teinte jaune près des nervures.

Prévention

Un sol compact lourd et gorgé d’eau peut être à l’origine de la chlorose. Pensez à bien décompacter votre sol avant plantation de votre azalée du Japon, en l’allégeant avec du sable et de la pouzzolane par exemple, pour favoriser le drainage.

Un amendement régulier de matière organique, comme du compost ménager, permet également d’assainir le sol et de le rendre plus vivant et équilibré. Evitez également de garder des sols nus : protégez ces zones par un paillage.

Une eau d’arrosage trop calcaire peut également induire une chlorose. Privilégiez l’eau de pluie ou utilisez un produit anticalcaire pour eau d’arrosage, qui permet d’adoucir l’eau du réseau. Certains jardiniers recommandent également d’ajouter un peu de vinaigre blanc ou de jus de citron dans l’eau d’arrosage pour la rendre plus acide.

Solutions naturelles

Une fois les symptômes repérés, vous pouvez agir en utilisant des produits anti-chlorose, à diluer dans l’eau d’arrosage ou à utiliser en pulvérisation directement sur le feuillage, idéalement au printemps.

Leur effet est rapide et visible : les feuilles reprennent leur couleur d’origine en reverdissant. Mais cette solution n’est efficace que sur du court terme. Associez-la donc à aux gestes préventifs pour empêcher le retour de la maladie et nous vous conseillons vraiment de planter adapté, n’hésitez pas à adopter notre application web Plantfit !

Les purins d’ortie ou de prêle dilués dans de l’eau de pluie seraient également des traitements naturels efficaces contre la chlorose.

Retrouvez nos tutoriels dédiés :

Les maladies cryptogamiques

Les maladies cryptogamiques sont causées par des champignons et sont assez courantes au jardin d’ornement comme au potager. Il s’agit principalement du mildiou, de l’oïdium ou du botrytis.

Le mildiou rend les feuilles de l’azalée sèches, ternes et cassantes. Elles peuvent alors s’enrouler sur elles-mêmes et devenir entièrement noires sur les rameaux. A terme, le champignon entraîne le pourrissement des racines.

L’oïdium est à l’origine de tâches blanches d’aspect farineux sur le feuillage de l’azalée du Japon, qui peuvent se propager à la totalité des feuilles. La circulation de la sève peut être bloquée et entraîner le dépérissement de la plante, en faisant pourrir les racines, le tronc et les tiges.

Le botrytis ou pourriture grise se remarque par un duvet blanc-gris qui recouvre tiges et feuilles.

L’armillaire couleur de miel est également un champignon s’attaquant à l’azalée du Japon. Un excès d’eau en hiver ou un sol trop lourd et compact provoquent l’asphyxie des racines, responsable de l’apparition de cette maladie.

Les spores de ces champignons peuvent rester dans le sol pendant plusieurs années et sont contagieux d’un végétal à l’autre.

azalée japonaise malade, azalée feuilles brunes

Mildiou

Prévention

Chaleur et humidité constituent le cocktail très apprécié des champignons. Pour prévenir leur apparition, respectez les bonnes distances de culture entre vos plantes, pour permettre une bonne aération du feuillage et éviter l’humidité stagnante. Lors de l’arrosage, faites également en sorte de ne pas mouiller le feuillage.

Limitez les apports d’azote (engrais, fumier…) dans le sol, qui peuvent le déséquilibrer s’ils sont trop dosés.

Lors de la taille, utilisez toujours des outils aiguisés et préalablement désinfectés, pour éviter les risques de blessures permettant aux champignons de pénétrer facilement dans la plante.

Gardez un sol bien drainé empêchant la stagnation d’eau, surtout en cas de fortes pluies, et l’asphyxie des racines. N’hésitez pas à ajouter une poignée de pouzzolane au fond du trou de plantation ou du pot.

Solutions naturelles

Il n’existe pas réellement de traitement définitif contre ces maladies.

En pulvérisation, utilisez du purin d’ortie ou de prêle en dilution dans de l’eau, à appliquer en fin de journée sur le feuillage atteint. Les dilutions de purins de plantes peuvent en effet ralentir le développement de ces champignons ou suffire au début des symptômes.

Coupez et brûlez les parties atteintes pour éviter la propagation des maladies. Eliminez les feuilles et tiges tombées au sol, souvent porteuses de spores.

En complément, utilisez un fongicide comme la bouillie bordelaise ou un traitement à base de soufre.

Les insectes ravageurs

Le papillon de l’azalée

Ce sont les chenilles de ce papillon qui provoquent des dégâts sur les azalées du Japon, en dévorant les jeunes pousses.

En prévention, vous pouvez installer des pièges à phéromones destinés à capturer les papillons mâles.

En cas d’infestation, traitez avec l’insecticide biologique Bacille de Thuringe (BT).

Les otiorhynques

Ces petits coléoptères grignotent le contour des feuilles en les poinçonnant. Les dégâts sont toutefois généralement plus d’ordre esthétique que réellement dangereux pour la santé de la plante, sauf sur les très jeunes sujets.

Pratiquez la lutte biologique en introduisant des nématodes dans le sol, ces petits vers ronds qui s’attaquent à de nombreux parasites du jardin, dont les larves de coléoptères.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire nos articles : Lutte biologique au jardin et au potager : les insectes auxiliaires et Les Nématodes auxiliaires : comment bien les utiliser ?

En cas d’infestation, vous pouvez également utiliser un insecticide à base de pyrèthre, idéalement en fin de journée et toujours de manière la plus raisonnée possible.

Les araignées rouges

Les araignées rouges sont de petits acariens qui piquent les feuilles des azalées du Japon. Elles apparaissent et se développent généralement par temps secs et chauds.

En prévention, pulvérisez le feuillage de votre azalée en fin de journée (pour éviter les brûlures des rayons du soleil), surtout si la plante est cultivée sous serre et souffre donc plus rapidement d’un environnement sec.

En cas d’infestation, utilisez une décoction d’ail à pulvériser sur le feuillage en répulsif.

Les pucerons

Très connus des jardiniers, les pucerons sont de petits insectes suceurs-piqueurs qui s’attaquent aux jeunes feuilles des azalées du Japon.

En cas de faible infestation, délogez simplement les indésirables avec un jet d’eau ou bassinez les feuilles et tiges concernées.

En cas d’infestation plus marquée, utilisez un insecticide naturel, par exemple avec du savon noir liquide dilué dans de l’eau tiède (une cuillère à soupe pour 1 litre d’eau). Cette solution est à pulvériser sur les parties atteintes en fin de journée.

azalée japonaise ravageurs parasites

Otiorhynque, araignée rouge et puceron

(Ré)instaurer l’équilibre au jardin : un bon moyen de prévention

Dans un jardin riche en biodiversité, les attaques de parasites auront tendance à se rééquilibrer d’elles-mêmes à court ou moyen terme.

Favorisez  au quotidien la présence des prédateurs naturels indispensables contre les insectes ravageurs, comme les coccinelles, chrysopes ou carabes. En leur offrant tout au long de l’année gîte et couvert, vous pérennisez leur présence et vous prémunissez plus facilement contre les attaques fatales ou les fortes infestations.

Installez des hôtels à insectes, cultivez des zones de friches et haies fleuries,… Autant de gestes simples qui rendent bien des services aux jardiniers.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire