Commandez aujourd'hui et plantez ce weekend
Les maladies et parasites du laurier tin

Les maladies et parasites du laurier tin

Comment reconnaître, soigner et prévenir les maladies et parasites du laurier tin

Sommaire

Mis à jour le 29 Juin 2023  par Pascale 4 min.

Utilisé le plus souvent en haie, le laurier tin (Viburnum tinus) appartient à la grande famille de viornes. Particulièrement accommodant, cet arbuste buissonnant aux rameaux robustes n’est pas difficile sur la nature du sol (pourvu qu’il soit drainant), et supporte tout autant le froid que les embruns, la pollution urbaine ou les vents violents. Cet arbuste, facile à tailler, présente un intérêt évident pour sa floraison abondante et parfumée au cœur de l’hiver. Ses petites fleurs blanches, parfois légèrement rosées, éclosent en effet à partir du mois de novembre et presque jusqu’en avril. Ensuite, le laurier-tin se couvre de baies bleu-noir dont les oiseaux raffolent (mais toxiques pour les hommes). Facile à vivre, le laurier-tin peut tout de même être sensible à quelques maladies. On vous explique comment les repérer, les prévenir et les traiter naturellement.

Difficulté

L'aleurode de la viorne

Description

L’aleurode (Aleurotrachelus jelinekii) est une petite mouche blanche spécifique au laurier tin. C’est un insecte piqueur et suceur de la famille des hémiptères qui se nourrit de la sève des arbustes. En été, on la voit voler autour des lauriers. Quant à ses larves, elles se reconnaissent à la coque qu’elles forment à l’envers des feuilles, souvent de couleur vert à jaune. Et, en hiver, ces coques deviennent noires et sont incrustrées dans une cire blanchâtre.

Les symptômes

Elle n’est pas facile à repérer à par en frôlant le feuillage qui peut devenir collant de miellat en cas d’attaque. De même, la fumagine va se développer.

Prévention

  • Pour prévenir une attaque d’aleurodes, le purin d’ortie s’avère un puissant répulsif.
  • Certaines fleurs semblent aussi efficaces pour inviter les aleurodes à aller voir ailleurs. On peut dès lors planter non loin des lauriers tins des tagètes, de la basilic et de l’arnica.

Traitements naturels

Si le mal est déjà fait, il faut agir vite car les aleurodes se reproduisent vite et peuvent former des « nuages » blancs au moindre toucher de la plante.

Le principal traitement naturel contre les aleurodes du laurier tin reste le savon noir additionné de quelques gouttes d’huile végétale.

Le thrips du laurier tin

Description

Cet hémiptère polyphage (Heliothrips haemorrhoidalis) est un insecte piqueur et suceur qui perfore les cellules des organes végétaux pour s’en nourrir.

Laurier tin

Très difficile à voir à l’œil nu, il est muni d’ailes plumeuses. En hiver, il s’abrite dans les débris végétaux et les femelles pondent sous les feuilles. Il affectionne les températures chaudes.

Les symptômes

Au début, des points noirs mouchètent les feuilles qui correspondent aux déjections. Les feuilles se dépigmentent doucement et deviennent marron.

Prévention

Comme les thrips se développent surtout quand il fait chaud, la meilleure prévention contre une attaque reste l’arrosage, le matin de bonne heure, en privilégiant le revers des feuilles. De plus, pensez à nettoyer les feuilles mortes au pied des arbustes qui constituent un abri de choix pour les thrips.

Traitements naturels

Encore une fois, le savon noir dilué dans l’eau s’avère être un traitement efficace en cas d’attaque virulente. À pulvériser au revers des feuilles.

La galéruque ou chrysomèle de la viorne

Description

La galéruque de la viorne (Pyrrhalta viburni) est un coléoptère qui se nourrit du feuillage du laurier tin. En fin d’été, les femelles pondent dans l’écorce des jeunes rameaux. Les larves qui ressemblent à des chenilles jaunes avec des tâches noires éclosent au printemps et dévorent les jeunes feuilles.

Les symptômes

Les larves et les adultes de la galéruque se nourrissant uniquement du feuillage, elles lui donnent l’apparence de la dentelle. En cas d’attaque massive, il ne reste que les nervures. L’attaque se concentre de mai aux premières gelées. La galéruque ne fait pas mourir les lauriers tins mais endommagent sérieusement les feuilles.

Prévention

Il est préférable de planter le laurier tin et plus généralement les viornes au soleil.

Traitements naturels

Le principal traitement consiste à couper les branches porteuses d’œufs qui se trouvent le plus souvent à l’extrémité des pousses de la dernière année. On les reconnaît à de petites bosses noires visibles sur les branches.

L'otiorhynque ou charançon

Description

L’otiorhynque (Otiorhynchus sulcatus) est un insecte de la famille des charançons. La femelle pond ses œufs sur le sol de juillet à octobre. Une à 3 semaines après, les larves qui ressemblent à des vers blancs s’attaquent aux racines puis au collet des lauriers tins sur deux années. Ensuite, les adultes se gavent des feuilles pendant la nuit.

Les symptômes

Les feuilles sont poinçonnées puis les bords sont crénelées et forment de la dentelle. Ensuite, elles sont littéralement dévorées.

Prévention

  • L’arrosage et le paillage des haies et des massifs permet de limiter les pontes.
  • Le bêchage permet également de faire remonter les larves qui sol qui seront dévorées par les oiseaux ou les hérissons.

Traitements naturels

Le seul traitement réellement efficace est la chasse nocturne, muni d’une lampe de poche.

Si vous avez clairement identifié l’ennemi, certaines nématodes, utilisables sous forme de poudre à diluer, peuvent se montrer efficaces.

La pourridié des racines

Description

La pourridié des racines est une maladie cryptogamique provoquée par un champignon nommé armillaire. Son mycélium très résistant se développe autour de bois mort avant d’attaquer la base du tronc et le système racinaire.

Les symptômes

Malheureusement, lorsque les symptômes sont visibles, il est trop tard. Le champignon parvient en effet à s’insérer entre l’écorce et le tronc. On le remarque à une croissance ralentie de l’arbuste. En enlevant un morceau d’écorce, on aperçoit un feutrage blanc.

Prévention

  • Éliminez les lauriers malades ou affaiblis ou les souches d’autres arbres à proximité
  • Améliorez le drainage du sol

Traitement naturel

Il n’y a pas de traitement efficace contre l’armillaire. La seule solution consiste à couper et à éliminer par brûlage toutes les parties atteintes sans oublier les racines. Ensuite, il faut supprimer la terre où était planté l’arbuste atteint sur une profondeur de 50 cm. Laissez le trou béant pendant un an et ne replantez pas d’arbre ou d’arbuste.

Le phytophthora

Description

Le phytophthora ramorum est un agent phytopathogène identifié dans les années 2000 qui touche nombre d’arbustes parmi lesquels les viornes. Polyphage, ce pseudo-champignon se propage d’une variété à l’autre via le vent et la pluie. Doté d’un cycle de vie rapide, il se disperse par les spores qui germent sur toutes les parties de la plante, racines, tiges, branches et feuilles.

laurier tin

Les symptômes

Des nécroses apparaissent sur les tiges et les feuilles, partant souvent de la pointe ou du pétiole. Les feuilles rougissent et se décolorent avant de flétrir et de tomber. Dans les cas les plus graves, les tiges et les branches meurent.

Prévention

Phytophthora ramorum se développant surtout dans des environnements humides, il est primordial d’avoir un sol bien drainé. De même, la taille étant une source de contamination, faites-la plutôt au moment des périodes sèches.

Quant à l’arrosage, il doit être limité et évitez un système d’irrigation par aspersion.

Traitement naturel

Il n’y aucun moyen de traiter cet oomycète. La seule solution en cas d’infestation est la coupe et le brûlage du laurier tin contaminé.

Commentaires

  • Anizon Daniel, le 25 Janvier 2024

    Themes tb structurés; c'est précis complet. Sauf que je n'ai pas trouvé la réponse à la disparition des boutons du Laurier Tin avant pleine floraison (quel parasite ou quelle maladie ?). Feuillage sain.

    • Réponse de Ingrid, le 26 Janvier 2024

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Concernant votre question sur la disparition des boutons du Laurier Tin avant la pleine floraison, plusieurs facteurs peuvent être en cause. Si le feuillage est sain, cela élimine certaines maladies courantes. Cependant, des parasites (comme les pucerons et autres insectes suceurs) ou des conditions environnementales défavorables (comme un stress hydrique ou des variations de température) pourraient affecter la floraison.

      Pour un diagnostic précis, il pourrait être utile d'examiner de plus près les boutons : sont-ils asséchés ? ont-ils des petits trous ? Etc. Si rien ne laisse penser à la présence de parasites, il faut alors se tourner vers les conditions de culture et environnementales.

      Cordialement.

  • Thierry, le 6 Mars 2024

    Bonjour,
    Merci pour ces explications. Cependant, je ne sais pas réellement dans quelle situation se trouvent mes lauriers tin. En effet, j'ai une haie de lauriers tin de 40m de long environ mais depuis qu'elles années, mes arbres meurent les uns après les autres mais pas forcément dans l'ordre.
    Les feuilles deviennent marron sans tomber. Je pense à la pourridé.
    En effet, généralement, je coupe la totalité des branches que je mets aux déchets verts en déchetterie.
    Et je laisse la souche une année, elle pourrie bien et je peux la retirer plus facilement. Depuis quelques semaines je me rends compte qu'un nouvel arbre souffre à nouveau.
    J'ai tout coupé, j'ai profité pour retirer une souche qui restait une dizaine de mètres plus loin. En regardant de plus près les racines, je retrouve une peu de ce feutrage blanc, enfin je pense que c'est ça.
    Par contre, j'ai replante a6la'place des souches il y a qq années de nouveaux lauriers tin, ils poussent bien pour l'instant. À d'autres endroits j'y ai mis une autre essence, des photinia red. Ça a l'air de tenir, ça pousse rapidement et au moins les trous dans ma haie disparaissent.
    Peut être avez vous une idée pour stopper ce phénomène. J'ai maintenant le tiers de ma haie d'origine qui est fichue.
    Merci

    • Réponse de Ingrid, le 7 Mars 2024

      Bonjour. Difficile de vous répondre à distance, mais il est possible que vos plantes souffrent effectivement de la pourridié (Phytophthora spp.), surtout si vous observez un feutrage blanc sur les racines et une décomposition progressive des souches. Ce champignon se propage dans le sol humide et peut infecter les plantes par leurs racines, entraînant le brunissement et la mort des feuilles, ainsi que la mort de la plante.

      Toutefois, ce mycéliium que vous observez peut aussi venir d'un autre champignon, pas forcément nuisibles (d'où la difficulté de poser un diagnostic à distance).

      S'il s'agit bien de la pourridié, vous pouvez adopter les mesures suivantes :

      1- Évitez l'excès d'arrosage : Les champignons responsables de la pourrité des racines se développent dans les sols humides et mal drainés. Assurez-vous que vos plantes ne reçoivent pas trop d'eau et que le sol est bien drainé.
      2- Éliminez les plantes infectées : Enlevez les plantes malades, y compris les racines, pour empêcher la propagation de la maladie aux plantes saines. Évitez de composter ces déchets végétaux pour ne pas contaminer votre compost. La déchétterie, comme vous avez fait, est la meilleure option.
      3- Désinfectez vos outils : Après avoir travaillé avec des plantes malades, désinfectez vos outils de jardinage avec de l'alcool à 70° ou une solution d'eau de Javel à 10% pour éviter de propager la maladie.
      4- Améliorez la circulation de l'air : Une bonne circulation de l'air autour des plantes peut aider à prévenir le développement de maladies fongiques. Taillez régulièrement vos haies pour assurer une aération adéquate.
      5- Apportez des amendements au sol : Incorporez du compost ou d'autres matières organiques dans le sol pour améliorer sa structure et favoriser la croissance de micro-organismes bénéfiques qui pourront contrer les agents pathogènes.
      6- Plantez des espèces résistantes : Comme vous l'avez déjà fait avec les photinia red, remplacez les lauriers tin morts par des espèces plus résistantes aux maladies. N'hésitez pas à varier les espèces !

      Malheureusement, une fois que la pourridié est présente dans le sol, il est difficile de l'éliminer complètement. Les mesures préventives et la gestion attentive des plantations restent vos meilleures options. Bon courage et on croise les doigts pour votre haie !

  • Elisabeth, le 13 Mars 2024

    Bonjour, j'ai planté 2 lauriers tin en janvier. Le premier se porte très bien mais le second a rapidement eu ses extrémités un peu molles, tombantes...je ne sais pas quoi faire. Eau? Pas assez, trop? Racines qui pourrissent? Faut il le déplacer?
    Merci pour vos conseils

    • Réponse de Ingrid, le 14 Mars 2024

      Bonjour,

      Il est courant d'observer des différences de croissance entre des plantes de la même espèce plantées au même moment, en raison de variations dans les conditions de sol, d'arrosage, ou même de petites différences dans la qualité des plants eux-mêmes.

      Pour votre laurier tin dont les extrémités sont molles et tombantes, voici quelques pistes à explorer :

      -Les symptômes que vous décrivez peuvent être liés à un problème d'arrosage, soit un excès soit un manque. Assurez-vous que le sol autour de la plante n'est ni constamment détrempé ni complètement sec. Un sol bien drainé est crucial pour éviter la pourriture des racines. Après la plantation, il est important de maintenir un bon niveau d'humidité sans excès d'eau, et de pailler autour de la base pour aider à retenir l'humidité du sol et à protéger les racines.

      - Si le problème persiste, il pourrait être utile d'examiner les racines pour des signes de pourriture ou de stress. Déterrer délicatement la plante et vérifier l'état des racines peut vous donner des indices. Des racines saines sont fermes et de couleur blanche ou crème, tandis que des racines pourrissantes seront molles et brunâtres.

      - Réfléchissez à l'emplacement de la plante. Les lauriers tin préfèrent un sol riche et bien drainé, et peuvent tolérer à la fois le soleil et la mi-ombre. Si l'emplacement actuel ne semble pas convenir, envisagez de le déplacer.

      On croise les doigts pour votre laurier.

      Cordialement

maladie et parasites du viburnum tinus