Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
chouette hulotte
conseil

La Chouette hulotte au jardin

Tout savoir sur ce "chouette" rapace nocturne

La Chouette hulotte, appelée autrefois Chat-huant, est un rapace nocturne très commun en Europe. Cet oiseau apprécie plutôt les forêts et la campagne boisée, mais ne dédaigne pas les parcs et les jardins arborés. La Chouette hulotte est une prédatrice hors pair qui se nourrit de petits mammifères, de rongeurs, d’oiseaux, mais aussi d’insectes, de limaces et de lombrics. Comment savoir si une ou des chouettes hulottes vivent chez vous ? Comment faire pour l’accueillir au mieux dans votre jardin ?

On vous dit tout dans cette fiche conseil.

Un peu d'ornithologie...

La Chouette hulotte (Strix aluco) fait partie, comme toutes les chouettes, les hiboux, les chevêches ou les Petits-ducs, de la famille des Strigidae. C’est un rapace nocturne très répandu en Europe (sauf en Irlande et dans la partie Nord de la Scandinavie). On rencontre la Chouette hulotte en France (sauf en Corse) et en Belgique, été comme hiver.

La taille de cette chouette avoisine celle d’un gros pigeon : 40 cm de haut, envergure de près d’1 m et un poids de 500 gr environ. La femelle est un peu plus grande et plus lourde que le mâle. Certains individus présentent un plumage brun-gris avec des tâches brunes, claires ou foncées, d’autres un plumage tendant plutôt vers le roux. Dans les deux cas, le plumage contribue au camouflage de l’oiseau dans les branches des arbres. La tête est caractéristique avec ses deux disques faciaux ronds formant une sorte de « cœur ». Les yeux sont brun foncé. À la différence des hiboux, la Chouette hulotte ne porte pas d’aigrettes, ces plumes dressées sur la tête.

La Chouette hulotte aime les bois et les forêts (hormis les forêts boréales de conifères), mais elle se rencontre aussi dans les parcs urbains et les jardins bien arborés.

Le vol de la Chouette hulotte est rapide et extrêmement silencieux grâce à ses plumes soyeuses.

Elle niche de février à juillet dans un trou d’arbre bien spacieux ou dans un nichoir spécifique, parfois posés par les organismes de protection de la Nature. Elle peut aussi plus rarement occuper une cavité dans une paroi rocheuse, « squatter » une vieille bâtisse inoccupée ou récupérer un vieux nid de buse. La femelle pond entre 3 et 5 œufs par couvée, mais la majorité des petits n’attendra pas l’âge d’un an à cause de la prédation ou du manque de nourriture.

Chouette hulotte, chat huant, chat-huant, chouette hulote

On trouve des plumages grisés ou marrons chez les chouettes hulottes

La Chouette hulotte est un maillon essentiel de la chaîne alimentaire

La Chouette hulotte aide l’agriculteur et le jardinier. Cet oiseau est considéré comme un auxiliaire des cultures. En effet, elle est friande de petits rongeurs ou petits mammifères (campagnols, musaraignes et mulots), d’oiseaux et d’oisillons, mais aussi, et on le sait moins, d’insectes, de limaces et de lombrics.

On peut d’ailleurs s’amuser à décortiquer les pelotes de réjections pour identifier le régime alimentaire de la chouette qui l’a laissé. On y trouvera des petits os, reconnaissables avec un peu d’entrainement, des élytres, des ailes d’insectes, des touffes de poils, du duvet… Bref, tout ce qui n’est pas digérable par la chouette.

Le mâle et la femelle n’ont pas les mêmes sites de chasse, ni parfois le même régime alimentaire. C’est assez souvent le cas chez les rapaces : cela leur évite la concurrence alimentaire.

Elle chasse la nuit, mais ne s’aide pas que de ses yeux. En effet, c’est grâce à ses oreilles (ne confondez pas avec les aigrettes, d’ailleurs les chouettes n’en ont pas), disposées de façon asymétrique sur les côtés de sa tête, qu’elle peut être une chasseuse redoutable en pleine nuit. Nos propres oreilles, disposées sur la même ligne, ne nous donnent qu’une perception « gauche-droite » de la provenance d’un bruit, ainsi qu’une notion de distance par l’intensité du bruit (pour faire simple !). La chouette avec ses oreilles asymétriques possède en plus une excellente audition directionnelle. La chouette peut repérer ses proies de façon très précise. La proie n’a aucune chance.

La Chouette hulotte n’est pas que prédateur, elle peut aussi être prédatée. L’Autour des palombes (Accipiter gentilis) et le Grand-duc d’Europe (Bubo bubo) sont capables d’attraper et de tuer les chouettes hulottes. Le Renard roux, quant à lui, régule les populations de chouettes en s’attaquant parfois aux oisillons au nid ou tombés de celui-ci (ce qui est plus facile pour lui).

Chouette hulotte, chat huant, chat-huant, chouette hulote

Chouette hulotte

Que faire pour avoir la chance d'accueillir la Chouette hulotte chez soi ?

Accueillir une ou des chouettes chez soi ou près de chez soi tient un peu de la chance et surtout du bon vouloir des chouettes elles-mêmes. Cependant, on peut tout faire pour qu’elles se sentent bien dans votre jardin :

  • Créer un jardin privilégiant la nature : avec une large biodiversité pour qu’elles puissent y trouver à manger ;
  • Maintenir le calme de jour comme de nuit  : au niveau du bruit, de l’activité humaine et de la pollution lumineuse ;
  • Garder de grands arbres sur lesquels, elle peut se percher : principalement des feuillus ;
  • Laisser quelques arbres vivants ou morts munis de cavités ;
  • À défaut de cela, la pose de nichoir spécifique est un plus : voici un exemple de plan pour ce type de nichoir.
Chouette hulotte, chat huant, chat-huant, chouette hulote

Un jardin favorisant la biodiversité et de grands arbres ou munis de cavités sera l’idéal pour favoriser l’habitat de chouettes hulottes

Et la pollution lumineuse dans tout ça ?

Contrairement à une idée répandue, la lumière n’aveugle pas la Chouette hulotte. En réalité, son acuité visuelle est à peine plus élevée que la nôtre. Ses yeux s’habituent simplement mieux à l’obscurité que nous. Cependant, la pollution lumineuse est bien problématique pour les rapaces nocturnes, ainsi que pour les papillons de nuit et les insectes nocturnes, les oiseaux migrateurs, les chauves-souris, les mammifères nocturnes ou même les batraciens. Dans le cas des chouettes, la lumière en pleine nuit perturbe sa chasse et l’empêche de trouver des sites de refuges. En d’autres termes, ne sur-éclairez pas votre jardin et les abords de votre maison si vous vous souciez un tant soit peu de la faune. La nuit doit rester la nuit. 

Comment savoir si elle est dans les parages ?

Pelotes de réjection

Vous pouvez retrouver des pelotes de réjection (ou boulettes de régurgitation) à certains endroits sur le territoire d’une Chouette hulotte : souvent le pied d’un arbre servant de perchoir. Les pelotes de Chouette hulotte sont plus ou moins cylindriques, de 5 cm de long et de 2 cm de diamètre, relativement grisâtres. Elles contiennent tout ce que la chouette ne peut pas digérer après l’ingurgitation de la proie entière : os, poils, plumes, élytres…

Le Saviez-Vous ? Les pelotes de réjection ne sont pas l’apanage des rapaces. D’autres oiseaux carnivores, piscivores ou omnivores en recrachent eux aussi. C’est le cas des corvidés (corneilles, pies, corbeaux…), des laridés (mouettes et goélands), des limicoles (bécasseaux, chevaliers…) ou du Martin-pêcheur.

Chant de la hulotte

On l’entend plus qu’on ne la voit ! Entre janvier et mars, c’est-à-dire la période de reproduction, le hululement territorial du mâle est assez caractéristique : un « ouuuuu » prolongé suivit quelques secondes plus tard d’un « ou… ou ou ou ou ». La femelle répond alors au mâle par un « kiwit » très puissant. Ce « kiwit » peut être entendu toute l’année.

Nota bene : ne tentez pas d’imiter le chant du mâle en espérant une réponse de sa part ! C’est un facteur de stress pour lui, et vous risquez d’avorter une éventuelle nichée.

Ecouter le cri de la chouette hulotte.

Observation directe

Même si la Chouette hulotte est assez discrète, il peut arriver de la voir au crépuscule lorsqu’elle part en chasse ou simplement posée au sommet d’un arbre. Elle n’est pas particulièrement farouche et si vous maintenez une vingtaine de mètres entre vous et elle et que vous ne faites pas de mouvements brusques ou de bruits, vous pouvez la contempler quelques minutes le temps qu’elle prenne son envol et reparte à la chasse. À noter que les rapaces diurnes comme nocturnes reviennent souvent aux mêmes endroits s’ils n’y sont pas dérangés.

Bien qu’essentiellement nocturne, elle peut être dérangée pendant le jour aussi. Par l’Homme évidement, mais pas seulement. Certains oiseaux, notamment parmi les corvidés (Corneilles, Corbeaux…), peuvent la harceler à grands cris lorsqu’ils la découvrent. La Chouette hulotte n’a d’autres choix dans ce cas que de changer d’emplacement pour sa sieste.

Attention cependant ! Ne la dérangez jamais au nid ! La Chouette hulotte est très agressive près de ses petits et le curieux qui vient la déranger aura vite fait de perdre un œil.

La nuit de la chouette

Certains ornithologues et guides nature organisent des balades nature, des conférences ou des activités sur le thème des rapaces nocturnes. C’est le cas, entre autres, de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) en France, mais aussi de Natagora en Belgique lors de « La nuit des Chouettes ». N’hésitez pas à vous renseigner près de chez vous !

Chouette hulotte, chat huant, chat-huant, chouette hulote

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire