Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Réussir son compost en 5 points

Le compost "maison" est traditionnellement récupéré et utilisé au printemps et à l'automne. À l'ouverture du bac, pour certains, c’est l’heure des déconvenues. À la place du terreau noir, on y trouve toutes sortes de choses : matières non décomposées, plus ou moins identifiables ("Oh, une orange bleue, poilue en plus !"), amas verdâtres et visqueux  et même, plantes en début de croissance ("Tiens, la pomme de terre de l’année dernière est en train de faire des petits…"). Le tout dégageant une odeur peu avenante. Je confesse, il y a un peu de vécu. Bref, tout sauf du bon compost que votre potager, et votre  jardin en général, réclament pourtant à cor et à cri !

Le compostage des épluchures permet de diminuer le volume des déchets
Compostage des déchets de cuisine

Pourquoi ? C’est simple : parfois distribué gratuitement, en vue de réduire le volume de déchets des familles, le composteur est souvent utilisé comme une vulgaire poubelle. Erreur fatale.

Qu’est-ce qu’un bon compost, à quoi ça sert ?

Un bon compost est avant tout bien décomposé. Il se présente un peu comme un terreau, il est foncé, presque noir et sent bon le sous-bois. Il peut rester quelques éléments grossiers, mais, dans l’ensemble, les matières compostées ne sont plus identifiables.

Au-delà de son apparence, un bon compost est surtout un engrais organique de premier choix. Équilibré, sans teneur excessive en azote, il fertilise efficacement mais en douceur et fait office de ferment. Riche en micro-organismes, il entretient l’activité biologique et donc la vie du sol. En résumé, c’est l’ingrédient indispensable à la formation de l’humus, qui est lui-même le pilier de tout jardin naturel et bio qui se respecte.

Comment faire un bon compost ?

Soyons clairs, faire un excellent compost n’est pas à la portée de tous, ce n’est pas pour rien qu’il existe des formations de Maître composteur. Néanmoins, produire un compost acceptable n’est pas compliqué.

Alors, pour en finir, une bonne fois pour toutes, avec le compost raté, voici 5 grands principes à respecter :

1) Le bon emplacement

Le meilleur emplacement pour un composteur est à l’ombre ou à mi-ombre, protégé des fortes chaleurs estivales. Pour des raisons pratiques évidentes, mais aussi parce qu’un compost bien mené ne sent pas, installez-le à proximité de la maison ou dans un endroit facile et rapide d’accès.

2) un bon ratio carbone/azote

Pour obtenir un compost équilibré, il convient de respecter une bonne proportion de chaque type de déchets. En gros, aux déchets dits « équilibrés », on ajoutera, en les mélangeant, 1/3 de « brun» pour 2/3 de «vert ».

Voici  avec quelques exemples pour vous y retrouver :

Déchets équilibrés
  • Tailles de haies, en feuilles
  • Plantes sèches
  • Feuilles mortes tendres, se décomposant rapidement
  • Fumier avec paille
  • Marc de café
  • Herbe sèche
Déchets verts
= dominante azote
  • Épluchures de légumes et autres déchets de cuisine
  • Herbe verte fraîche (tontes de pelouse)
  • Fleurs fanées, feuilles vertes
Déchets bruns
= dominante carbone
  • Carton brun, papier (non glacé)
  • Taille de haies, sans feuilles (hiver)
  • Feuilles mortes coriaces ou tanniques (persistants, Magnolia grandiflora, Châtaigner, Chêne)
  • Paille
  • Sciure, copeaux de bois, broyat d’élagage

NB : Quoi qu’en disent certains, aucun déchet biodégradable (et non polluant, bien sûr) n’est formellement interdit dans le compost, tout est question de dosage et d’équilibre.

3) de petits morceaux

Pour « digérer », les organismes et insectes décomposeurs (et oui, le travail ne se fait pas tout seul !) ont besoin d’être nourris régulièrement, mais avec de petits morceaux. Aussi, les déchets doivent être coupés : au couteau pour les épluchures, en quelques coups de sécateurs pour les déchets de jardin, à la tondeuse pour les feuilles ou au broyeur pour les déchets de taille. Vous serez amplement remerciés de ces efforts par la maturation rapide de votre compost.

Petit aperçu des habitants du compost :

4) De l’air : des brassages réguliers

Sans air, pas de décomposition, juste de la fermentation… D’où le caractère essentiel des brassages réguliers, idéalement lors de chaque apport. Pour cela, utilisez une simple fourche ou, mieux, dans un composteur en silo, un brass compost. Cet outil, en forme de gros ressort, permet à la fois de mélanger et d’aérer le tas.

5) Une humidité optimale (ni trop, ni trop peu)

De par leur nature, vos déchets seront humides (le « vert ») ou secs (« le brun »), cela doit suffire à entretenir une hygrométrie optimale, à condition de penser à refermer le couvercle du composteur. Néanmoins, par forte chaleur, il se peut que les matières sèchent : contrôlez l’humidité et, si besoin, arrosez, juste ce qu'il faut... car les déchets ne doivent pas non plus être détrempés, d'où l'utilité du couvercle !

Vous voilà parés pour réaliser, cette année, un bon compost... et pour aller plus loin, n'hésitez pas à consulter notre fiche conseil : "Déchets verts : solution de recyclage et valorisation au jardin"

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(11 votes, moyenne: 4.45 sur 5)

23 réflexions au sujet de « Réussir son compost en 5 points »

  • Nicolle Carré

    Bonsoir,

    merci de vos conseils.
    Deux questions :
    1 - Quel est le pourcentage de déchets équilibrés par rapport aux déchets verts + bruns ?
    2 - Habitant la ville avec un petit jardin je suis à court de "déchets équilibrés" sauf à aller ramasser les feuilles mortes dans le parc municipal. Que faire ?

    Ma ville qui propose des composteurs aux particuliers ne parle, dans sa proposition, que de déchets verts et bruns.
    Merci de votre réponse.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Nicolle,

      Les déchets équilibrés peuvent être apportés à volonté dans le composteur. Inutile d'aller en chercher si vous n'en avez pas. Dès lors que vous respectez un bon équilibre entre brun (1/3) et vert (2/3), tout se passera bien. D'une façon générale, les composteurs manquent souvent de "brun". En ville, n'hésitez pas à utiliser du carton, cela fonctionne très bien... à condition qu'il soit découpé en petits morceaux !

      Répondre
      • Nicolle Carré

        Merci de votre réponse très claire.

        N.Carré

        Répondre
      • moicalou

        Bonjour, j'aurais besoin d'une petite précision, c'est :
        1/3 de « verts » pour 2/3 de « bruns ».
        Ou
        brun (1/3) et vert (2/3).....
        Merci.

        Répondre
        • Ingrid

          Bonjour !
          Je vous remercie pour votre remarque car vous avez, en effet, relevé une "coquille" qui vient d'être corrigée. La proportion idéale est donc d'un tiers de déchets bruns pour 2/3 de déchets verts, les déchets équilibrés pouvant être mis au compost à volonté.

          Répondre
  • carole

    bonjour ,
    j'aimerais savoir s'il a une meilleure saison pour commencer un compost ? c'est décidé , je me lance .
    merci

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Carole !

      Il n'y a pas de meilleure saison pour commencer un compost. Vous pouvez vous lancer dès aujourd'hui. Il faut simplement savoir qu'en hiver, la décomposition des déchets est plus lente. Elle reprendra à un rythme plus rapide au printemps.

      Cordialement,

      Répondre
  • serge

    bonjour Ingrid

    merci pour les renseignement, et les confirmations. pour ma part je travail dans une entreprise qui fabrique du papier et au vue des méthodes de fabrication je déconseille le papier et le carton, il y a trop de produits utilisés pour leurs réalisation

    cordialement

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Serge ! Je pensais que désormais, les encres étaient, pour la plupart, végétales... Sur les produits utilisé, est-ce que ce sont les agents blanchissants qui posent problème ?

      Répondre
  • Angèle Perreault

    Bonjour.....j'aimerais savoir si Le Fait d'avoir mon tas de compost près de mon érable puisse être nocif à long terme?
    Car les feuilles présentent de tâches brun/noir depuis quelques années....2107 Étant la pire année....
    Merci ...j'attend votre réponse....

    Répondre
  • Pierre

    Je récupère tout pour mon compost ... sauf le feuilles de noyer et les bogues piquantes du châtaignier : ai-je tort ?
    Mon compost se fait en tas à l'air libre, bien recouvert par des branchages, et il est très beau, plein de cloportes et de petits vers rouges.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Pierre !
      Votre compost a, en effet, l'air de bien fonctionner, félicitations ! Pour les apports un peu particuliers (feuilles coriances etc.) tout est question de quantité... On peut tout à fait mettre des feuilles de noyer dans un compost, à condition de ne pas faire d'apport trop massif et d'alterner avec des feuilles qui se décomposent plus vite. C'est la même chose pour les bogues de chataignes.
      Cordialement,
      Ingrid

      Répondre
  • ENTIOPE

    pourrez vous m'aider à résoudre mon problème.
    bONJOUR A TOUS

    Répondre
  • Genevieve

    Bonjour, mon producteur de galette me fourni dans un sac marqué ok compost home, j'ai tenté , pour avoir de la matière seche, en coupant en petits morceaux, pas genial...il reste des morceaux...en regardant de plus près je vois que ce sac ne comprend que 30% de matieres bio sourcees. Le reste, je ne sais pas. Peut etre des derives du pétrole ! En tout cas ne pas croire que ces sacs sont compostables.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Geneviève !
      Oui, il faut se méfier avec certains sacs dits compostables et quand ils sont vraiment biodégradables à 100 %, le processus reste long. Pour apporter de la matière sèche, vous pouvez mettre du carton découpé en petits morceaux. Cordialement, Ingrid

      Répondre
  • Françoise

    Bonjour, je vis à Saint Martin aux antilles donc sous un climat tropical. La terre est très pauvre , mon mini potager a du mal......Avez vous des conseils particuliers à donner pour nous?
    Un article à écrire....Ce serait formidable !

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Françoise,
      Je prends note :-) Pour votre jardin, j'imagine que vous avez un sol assez léger. Par contre, avec votre climat tropical, la matière organique doit se décomposer assez vite. Je vous conseille donc de pailler au maximum, avec tous les "déchets verts" que vous pouvez trouver et faire des apports de compost réguliers. Cordialement, Ingrid

      Répondre
  • Ingrid

    Pour les fleurs fanées le problème est que la majorité des fleurs que nous achetons sont pleines de pesticides car importés à 85% et la réglementation n’est pas aussi contraignante qu’avec les produits consommés. Je suppose que ce n’est pas bon d intégrer au compost des matières non bio ? Et les plantes en bulbes, par exemple les jacinthes, achetés dans les commerces sont elles traitées ? Est ce que je peux mettre les feuilles/fleurs dans mon compost.
    Merci beaucoup pour votre réponse

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      Effectivement, je ne mettrais pas de fleurs issus de la fleuristerie dans le compost. Par contre, celles du jardin que vous cultivez, pas de souci. Idem pour les plantes à bulbes.

      Répondre
  • Pasale

    Bonjour
    Je vais démarrer un composteur dans le jardin .
    En nettoyant l’espace des bambous j’ai récupéré trois gros sacs de feuilles, de bambous donc ,sèches . Puis je les utiliser pour le tiers de brun ?
    Merci pour votre réponse

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      Les feuilles de bambous, ce sera plutôt un "déchet équilibré". Pour les déchets bruns, ce sera du carton, du broyat de branches, de la paille...
      Cordialement

      Répondre
Laisser un commentaire

Plantfit,

Jardiner sans se planter

 

Plantfit c’est notre tout nouveau service de conseils personnalisés. Gratuit, cet outil apporte à chacun des recommandations équivalentes à celles d'un bon jardinier et permet de sélectionner les végétaux les mieux adaptés à son jardin et à ses compétences en jardinage.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pouvez ainsi (re)découvrir les caractéristiques uniques de votre jardin et choisir les plantes qui pourront s’y épanouir sans difficultés. Observer et s’inspirer de la nature permet d’obtenir de meilleurs résultats. C’est aussi le premier pas vers une démarche de jardinage responsable !

 

Plantfit c’est tout simple !

Laissez-vous guider et répondez en quelques minutes à notre questionnaire. C'est une étape indispensable pour que nous puissions vous présenter le profil de votre jardin en quelques lignes, puis vous conseiller des plantes naturellement adaptées :

1- Organisez votre jardin ou votre terrasse en différents espaces

2- Répondez à nos questions sur les différents paramètres clés de chaque espace

3- Naviguez sur le site et pour chaque plante sélectionnée, découvrez si celle-ci est adaptée ou non à ces espaces, et pourquoi.

 

Conseils sur mesure

Solution brevetée, Plantfit analyse les paramètres de votre jardin puis les croise avec les facteurs clés de réussite de chaque plante (zone climatique, exposition soleil et vent, type de sol, savoir-faire requis), établis d’après notre base de connaissances pour chacune des 12 000 plantes de la pépinière. Nous intégrons également à notre algorithme vos souhaits de couleur, hauteur ou style de massifs recherchés. 

 

Que verrez-vous pour chaque plante ?

Cette plante nous paraît inadaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît assez adaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît bien adaptée à votre jardin ou votre massif !
Cette plante n'a pas la couleur ou la hauteur souhaitées
Cette plante présente des caractéristiques ornementales que vous recherchez

Nos recommandations sont disponibles pour les végétaux d’ornement. Les plantes potagères et les fruitiers arriveront dans un second temps. 

 

À tout moment et d’un simple clic, vous pouvez choisir d’activer ou de désactiver Plantfit de votre navigation sur le site.

 

Compléter votre questionnaire >>>  Créer mon Jardin