Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Cyprès, Cupressus : planter, tailler et entretenir

Le Cupressus, cyprès, en quelques mots

  • Les Cupressus sont des résineux au feuillage écailleux odorant, aux ports variés, très colonnaire chez le cyprès de Provence, conique chez le cyprès de l’Arizona et massif avec une cime étalée chez le Cyprès de Lambert.
  • Ils se distinguent des Chamaecyparis ou faux-cyprès par une ramure cylindrique au lieu d’être aplatie et des cônes sphériques bien plus gros.
  • Ils apprécient une exposition ensoleillée et un sol drainé, même calcaire et tolèrent bien la sécheresse une fois bien installés.

Le mot de notre experte

Les cyprès ou Cupressus, apparaissent comme de solides conifères peuplant les régions méridionales sèches, tandis que leurs proches cousins, les faux-cyprès, appartenant au genre Chamaecyparis, sont plus habitués aux régions septentrionales fraîches et humides. Le cyprès de Provence Cupressus sempervirens d’origine asiatique est rapidement devenu une icône des jardins et cimetières méditerranéens. Il revêt une importance considérable dans la conception des jardins de style italien ou provençal ainsi que dans le paysage toscan pour délimiter les parcelles agricoles. Déjà dans l’Antiquité grecque et romaine, l’arbre fascinait par la pérennité de son bois comme de son feuillage. Il faisait partie intégrante de la mythologie symbolisant le deuil éternel et le salut, la richesse d’un foyer… Les Mésopotamiens utilisaient son huile essentielle comme principal médicament avec le saule tandis que les Egyptiens s’en servaient pour embaumer les momies.

Le feuillage fin écailleux du cyprès dégage une forte odeur de résine voire de citronnelle comme chez le cyprès de Lambert ou de Monterey Cupressus macrocarpa très répandu sur le littoral breton.

Ce sont des conifères peu exigeants, d’une remarquable sobriété, habitués à supporter le vent, les embruns, la sécheresse qui leur ont valu d’être abondamment plantés dans nos jardins du Midi. Avec l’olivier, quelques pieds de romarins ou cistes et un restanque en pierres sèches, le cyprès de Provence demeure l’élément végétal indispensable pour compléter l’image du jardin méditerranéen sans compter que vous prenez peu de risque de le perdre  comparé à d’autres  arbres ou arbustes du soleil.

Attention, le terme « cyprès » désigne d’autres conifères comme le Cyprès de lawson (Chamaecyparis lawsoniana), le cyprès de Leyland (Cupressocyparis x leylandii), plantes de haie à succès, obtenu pour cette dernière par croisement entre Cupressus macrocarpa et Chamaecyparis nootkatensis , le Cyprès chauve (Taxodium distichum) et le Cyprès rampant de Sibérie (Microbiota decussata) dont les exigences en matière de sol et de climat sont assez différentes.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Cupressus

Famille : Cupressaceae

Nom commun : Cyprès de Provence, Cyprès de l’Arizona, Cyprès de Monterey ou de Lambert

Floraison : entre février et mai

Hauteur : entre 5 et 40 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol profond et bien drainé, même calcaire

Rusticité : Assez bonne (-15 °C)

Le genre Cupressus se compose d’une vingtaine d’espèces qui peuplent généralement les régions à hiver doux comme le pourtour méditerranéen, la côte ouest des Etats-Unis, le Mexique, le Guatemala, les zones chaudes et humides de l’Himalaya ainsi que la Chine occidentale. Le berceau du cyprès de Provence (Cupressus sempervirens), nommé aussi Cyprès de Florence, si emblématique des régions méditerranéennes, est sans doute l’Asie où il croît spontanément depuis le nord de l’Iran jusqu’en Chine, en passant par l’Afghanistan et le nord de l’Inde. Sa silhouette en fuseau sombre persistant associé à son bois imputrescible a fasciné les peuples Grecs et Romains anciens qui l’ont répandu jusqu’en Irlande. L’Amérique du Nord, Madagascar, l’Australie et la Nouvelle-Zélande l’ont aussi adopté. En retour, le Cyprès de Lambert ou de Monterey (Cupressus macrocarpa) originaire de Californie marque de sa silhouette robuste et massive la côte atlantique bretonne pour servir de brise-vent.

En France, on cultive essentiellement trois espèces de Cupressus, sempervirens, macrocarpa et arizonica. Ce dernier, désigné aussi sous le nom de Cyprès bleu, possède une silhouette conique et un feuillage gris bleuté apprécié en isolé ou comme grande plante de haie en climat pas trop froid . Le cyprès du Cachemire ou de l’Himalaya (Cupressus cashmeriana) qui forme une masse pleureuse bleutée très impressionnante est assez délicat à cultiver car il ne tolère ni vent, ni sécheresse, ni froid en dessous de -7°C et réclame un sol frais, riche et bien drainé. Difficile à trouver en pépinières, on rencontre de très beaux exemplaires dans les collections comme au Conservatoire Botanique de Brest, protégés par une falaise au fond d’une vallée humide. D’autres espèces de cyprès moins délicates restent sans doute à découvrir et à expérimenter dans nos jardins.

cyprès

Cupressus sempervirens – illustration botanique

Les cyprès ont le plus souvent un port buissonnant ou arboré et conique dont la hauteur varie entre 5 et 40 m (25 m en culture). La silhouette s’étale avec l’âge notamment chez  le Cyprès de Lambert (Cupressus macrocarpa) qui possède un large tronc et de robustes charpentières horizontales. Il existe un cultivar pleureur Cupressus macrocarpa Pendula. Le Cyprès de Provence ainsi que la variété de Cyprès bleu Cupressus arizonica Fastigiata font exception avec un port en fuseau, susceptibles de culminer entre 12 et 45 m de haut pour un diamètre variant de 1,50 à 3 m à l’âge de 10 ans. Il existe cependant chez C. sempervirens des formes pyramidales dotées de branches franchement horizontales. L’écorce grise à brun pourpre porte souvent des écoulements de résine et devient écailleuse (C. arizonica) ou sillonnée (C. sempervirens) avec l’âge selon l’espèce. La longévité des cyprès dépasse souvent plusieurs siècles (500 ans chez Cupressus sempervirens) et jusqu’à 2000 ans chez le Cyprès de Tassili (Cupressus dupreziana), une espèce saharienne en voie d’extinction.

Les feuilles jeunes en forme d’aiguilles non piquantes (contrairement à celles des Juniperus), évoluent rapidement vers une forme en écailles triangulaires de 2 à 6 mm qui sont disposées par paires décussées (perpendiculaires d’un nœud au suivant) recouvrant la totalité de tiges fines très ramifiées. Les rameaux sont cylindriques contrairement à ceux des Thuyas qui sont aplatis. La couleur varie du vert très foncé au vert vif en passant par le doré chez C. macrocarpa Goldcrest ou le gris bleuté chez C. arizonica. Les espèces aux feuilles tapissées de petites glandes remplies d’huile essentielle sont très odorantes.

Les fleurs mâles et femelles paraissent sur un même sujet mais sont dissociées. Les petits chatons mâles jaunâtres de forme ovoïde et disposés sur des rameaux courts diffusent leur pollen entre février et mai créant parfois des allergies chez les personnes sensibles. Les cônes presque ronds, appelés strobiles ou galbules, de 15 à 40 mm de diamètre, présentent 6 à 14 écailles ligneuses imbriquées munies d’une bractée soudée. Les écailles se rétractent à maturité soit au bout de 18 à 24 mois, laissant échapper 6 à 20 graines  de 4 à 7 mm de long, contre 2 à 5 chez les Faux-cyprès (Chamaecyparis), entourées d’une aile étroite.

Le grand nombre de cônes produits constituent un inconvénient chez les cyprès de Provence dont les branches dressées s’arquent sous leur poids et dénaturent leur silhouette élancée. Le choix de cultivars moins fertiles ou une taille de printemps pallie ce défaut.

Le bois de cyprès toujours vert (sempervirens) est  très prisé pour sa dureté, sa durabilité et son parfum. Le cyprès bleu (Cupressus arizonica) est aussi cultivé pour son bois ou comme arbre de Noël.

cyprès

Plusieurs silhouettes : Cupressus sempervirens / Cupressus macrocarpa / Cupressus cashmeriana

Les principales variétés de Cupressus, cyprès

Cupressus sempervirens Totem - Cyprès de Florence


Hauteur à maturité
12.00 m

Cyprès à port colonnaire particulièrement étroit et à croissance rapide durant ses jeunes années. Il ne fructifie jamais, ce qui lui permet de garder éternellement une végétation compacte et une silhouette impeccable, évoquant un grand totem vert sombre. Cette variété est parfaite pour ponctuer une entrée, ou structurer un jardin.

Cupressus sempervirens Stricta - Cyprès d'Italie

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
14.00 m

Grand conifère persistant au feuillage vert sombre, très proche du cyprès sauvage emblématique de la Toscane, développant des rameaux érigés qui lui conférent un port plus serré, en colonne étroite et haute. De croissance rapide durant ses jeunes années, il peut vivre très longtemps et dépasser 14 m de hauteur.

Cupressus macrocarpa - Cyprès de Lambert

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
12.00 m

Majestueux conifère formant une belle colonne dans sa jeunesse évoluant vers une couronne large et tabulaire spectaculaire à feuillage dense, vert profond. Originaire de Monterey, au centre du littoral californien, il préfère nettement la douceur humide des climats océaniques. Sa croissance rapide, sa haute stature et l'élégance de sa silhouette s'imposent dans un grand jardin.

Plantation

Où planter le cyprès ?

Les cyprès ne sont pas exigeants sur la qualité du sol, qu’il soit pauvre, riche, acide, neutre ou calcaire à condition qu’il soit drainé. La rusticité des principales espèces cultivées est de l’ordre de -15°C si bien que vous pouvez les planter jusqu’en région parisienne sans problème. Ils résistent très bien aux embruns, au vent et à la chaleur grâce leur système racinaire pivotant capable de puiser l’eau à forte profondeur. Cependant le cyprès de Monterey préfère nettement la douceur humide des climats océaniques tandis que le cyprès de l’Arizona et le cyprès de Provence apprécient la chaleur du climat méditerranéen. Ce dernier a par le passé servi de brise-vent efficace autour des champs dans la vallée du Rhône jusqu’à ce qu’il soit décimé par le chancre cortical et remplacé par le peuplier.

Hormis le cyprès de Provence ou des formes fastigiées, ce sont des arbres à réserver malgré tout à de grands jardins ou à des zones en retrait des habitations car ils occupent rapidement un large emplacement (10 m pour le Cyprès de Lambert), possèdent un feuillage dense qui fait beaucoup d’ombre et ne sont pas simples à abattre.

Préférez un emplacement très ensoleillé, même si la mi-ombre est tolérée, et abrité des vents froids en dehors en régions méridionales.

Quand planter ?

Plantez les cyprès de préférence au printemps de mars à mai surtout si les hivers sont froids ou de septembre à novembre.

Comment planter ?

Cette plante est de culture facile si l’on prend soin de bien l’arroser pour assurer la reprise.

  • Plongez le godet dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez un trou 3 fois plus large que la motte et aérez la terre autour avec les dents de la fourche-bêche.
  • Ajoutez quelques poignées de sable et graviers afin d’assurer un bon drainage autour des racines.
  • Apportez du fumier ou du compost décomposé si la terre est sableuse.
  • Installez la plante dans le trou de plantation.
  • Plantez 1 à 3 tuteurs à l’extérieur de la motte surtout si le sujet est déjà de bonnes dimensions puis posez des liens souples.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Arrosez
cyprès

Cupressus macrocarpa et ses cônes caractéristiques

Taille, entretien et maladies

  • Arrosez copieusement en profondeur durant les deux premiers étés.
  • Les cyprès tolèrent une taille légère mais sont susceptibles en région méridionale notamment d’être atteints par le chancre cortical, une maladie due au champignon Seiridium ou Coryneum cardinale, présent dans le monde entier sauf en Asie. Il se manifeste dès le printemps par des dessèchements de jeunes rameaux directement rattachés au tronc puis sur de grosses branches ainsi que par des écoulements de résine aboutissant à la mort de l’arbre. Les blessures et tailles répétées favorisent la contamination ainsi que l’attaque du bois par les scolytes. Appliquez du cuivre en préventif ou choisissez des formes résistantes comme le Cyprès d’Italie  Mistral ou SancoRey. Les Cyprès ont la particularité de ne pas repousser sur le vieux bois ou à partir de la souche.
  • Les acariens, par temps chaud et sec, les pucerons, cochenilles sont aussi des parasites communs mais sans grande nocivité que l’on peut endiguer en passant le jet ou en appliquant un traitement insecticide.

Multiplication

La multiplication se fait le plus souvent par semis au printemps ou en été après avoir stratifié les graines pendant au moins 3 mois. Les cultivars se multiplient assez facilement par bouturage d’août à octobre.

Semis

Semez sur couche chaude dans un substrat bien drainéPrélevez les semis naturels que vous pouvez dénicher autour des variétés arbustives notamment.

Bouturage

Préparez un pot profond en le remplissant de terreau mélangé à du sable, puis :

  1. Prélevez des extrémités de rameaux avec un talon de 12-15 cm de long.
  2. Supprimez les feuilles situées près de la base de la bouture.
  3. Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  4. Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air.
  5. Placez-les à l’étouffée à mi-ombre, en posant, par exemple, une bouteille en plastique transparent recoupée, par-dessus.
  6. Au printemps, séparez les boutures racinées et plantez-les en pot que vous maintenez jusqu’à leur plantation en terre à l’automne ou l’année suivante.

Utilisations et associations

Les grands cyprès s’utilisent généralement en isolé ou en bosquet comme marqueurs du paysage à l’entrée d’une maison par exemple. L’usage en haie libre pour former un brise-vent est aussi répandu dans le sud pour lutter contre la tramontagne ou le mistral. Il n’est pas rare de voir des haies de cyprès de Provence constituées de divers clones plus ou moins étalés comme MISTRAL® Agrimed 1 et Antain  qui assurent ainsi une meilleure protection contre la pénétration du vent. Ces deux clones greffés sur semis de l’espèce type offrent une moindre sensibilité au chancre cortical.

cyprès

Deux exemples d’utilisation : Cupressus sempervirens ‘Totem’ donne de la verticalité au jardin / Cupressus sempervirens peut être taillé en topiaire

Les cyprès sont indissociables des cimetières méditerranéens à l’instar de l’if sur la côte atlantique.  Les alignements de cyprès au feuillage très sombre sont aussi très esthétiques en alternance avec des oliviers au feuillage argenté pour souligner une allée menant à un domaine.

Qu’ils forment un fuseau ou un cône, les cyprès bleus et cyprès d’Italie s’utilisent parfois en topiaire,  taillés en spirale,  ou de manière à former des pompons. Il s’agit d’effectuer des tailles légères destinées à réduire la longueur des pousses sans entamer le vieux bois.

Les cyprès sont utiles pour repeupler des forêts sur sols secs, pour retenir la terre des sols graveleux et sont pressentis par exemple pour revégétaliser l’Esterel comme avec le Cyprès de Tassili qui malheureusement a beaucoup de mal à se reproduire dans son habitat, le Sahara, par manque d’eau au moment de la levée des graines.

 

Questions courantes

Quelle différence y a t-il entre le cyprès d'Italie Stricta, Pyramidalis et Totem ?

L'espèce Cupressus sempervirens possède une forme à branches étalées de 7-8 m en tous sens rencontrée près de Montpellier à l'état sauvage, rustique jusqu'à -20°C et que l'on nomme 'Horizontalis'. Celle-ci a engendré des formes intermédiaires à rameaux dressés désignées sous le nom Stricta ou Pyramidalis (souvent synonymes) et qui peuvent produire un fuseau de 1,50 à 3 m de large à la base sur 25 à 45 m de haut ! Le cultivar 'Stricta' désigne plus précisément le Cyprès d'Italie avec une forme nettement en fuseau ne dépassant pas 1,50 m de large sur 15 à 25 m de hauteur avec un feuillage plus lumineux que les espèces types et de croissance très rapide atteignant 4-5 m au bout de 10 ans. Sa rusticité est de -10°C. Le cultivar 'Totem' forme un arbre vraiment compact et régulier mesurant 10-15 m de haut sur 1,50 m de diamètre avec une croissance plus lente de 2,50 à 3 m au bout de 10 ans, l'absence totale de fruits et une meilleure résistance au gel allant de -15 à -20°C.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Cupressus.

Articles connexes


Blog

5 grands conifères, pour un jardin de caractère

Les grands conifères sont des arbres indispensables pour structurer et équilibrer un jardin en hiver...
Lire la suite +

Blog

Le conifère, un arbuste kitsch?

Arbuste star dans les années 80, les conifères ont connu leur heure de gloire dans les cités...
Lire la suite +

Blog

5 raisons de planter des conifères au jardin

Utilisés à outrance, en particulier en haie, les conifères sont un peu tombés en disgrâce...
Lire la suite +

conseil

Principales maladies et ravageurs des conifères

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 1 sur 5)
Laisser un commentaire