Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
jardin gel printemps
conseil

Printemps froid et gel tardif : que faire au jardin ?

On attend le dégel...

Le printemps peut parfois se révéler froid, voire très froid. Il n’est pas rare de subir des épisodes de gel tardif durant les mois d’avril (lune rousse) ou de mai (Saints de glace). Hélas, c’est aussi le moment que choisissent les plantes pour redémarrer leur végétation ou pour fleurir. Dans la plupart des cas, tout se passe relativement bien. Mais lorsque le gel dure plus longtemps et pour des températures très basses, cela peut occasionner pas mal de dégâts aux arbres, arbustes, vivaces, jeunes pousses du potager et bien entendu aux plantes plus frileuses. Que faire pour éviter ça ? Comment réagir quand une plante semble avoir totalement gelé ?

Distinguons gel blanc et gel noir !

Le froid au printemps n’est pas toujours synonyme de destruction au jardin. Quelques gelées blanches le matin ne font pas (trop) de mal. Cependant, les dégâts peuvent vite arriver si ce gel est plus fort et plus long. Distinguons les deux types de gel :

  • Le gel blanc : il apparaît en fin de nuit ou au lever du jour. En gros, l’air froid plus lourd que l’air chaud descend au sol en fin de nuit. Ce phénomène est régulier en fin d’hiver et au début du printemps. Le gel blanc est rarement problématique, car il ne dure que quelques heures et pour des températures juste un peu en dessous de 0 °C. Ce type de gel ne pénètre pas en profondeur dans les tissus, les dégâts sont donc limités.
  • Le gel noir : là, c’est la galère ! La température va descendre plus bas, souvent au-delà de -5 °C et durant plus longtemps : toute une nuit ou parfois plusieurs jours d’affilés. Le gel pénètre dans les tissus et fait éclater les cellules. Les parties fragiles des plantes (jeunes pousses, jeunes bourgeons, boutons floraux…) sont irrémédiablement brûlés. Il faudra patienter plusieurs semaines le temps que les bourgeons latents de la plante démarrent à leur tour avant d’envisager quoi que ce soit.
printemps froid vegetaux plantes, gels tardifs plantes vegetaux

Le gel devient problématique lorsqu’il est sévère et sur une longue durée

On anticipe !

Au jardin

  • Apportez un bon paillage au pied des plantes les plus fragiles : feuilles mortes, paille, broyat ou même carton, tout est bon à prendre pour protéger le pied des plantes sensibles au froid ;
  • Buttez les plantations : pour les jeunes semis ou les pommes de terre, la terre fait alors office d’isolant thermique ;
  • On rentre les pots et jardinières : les plantes qui risquent des soucis avec le gel tardif seront rentrées dans un endroit frais (entre 5 et 10 °C), mais à l’abri du gel, lumineux et bien aéré. Une véranda non chauffée, un garage assez lumineux… ;
  • Posez des cloches de verre (ou à la rigueur en plastique) sur les jeunes pousses au potager ;
  • Un voile d’hivernage peut sauver la situation : sur les premiers semis au potager avec un film de forçage et pour recouvrir entièrement les plantes les plus fragiles à l’aide d’un voile d’hivernage ou d’une housse d’hivernage qui permettent de faire « gagner » quelques degrés (2 ou 3 °C maximum). Bien que respirant et perméable à l’air, ces voiles non-tissés devront être enlevés dès que les températures remontent. Donc à placer le soir et à enlever dans la matinée ;
  • Attention à l’arrosage : l’eau qui stagne dans le sol, surtout dans les terres mal drainées, fait des ravages une fois gelée et détruit les racines des plantes. Si vous souhaitez arroser, apportez de l’eau le matin si la température est plus douce (au moins 3 ou 4 °C). L’eau aura le temps de traverser la terre ou le substrat avant la prochaine gelée. Mais sinon, évitez totalement d’arroser lorsqu’il risque de geler ! Nota bene : Voici une petite astuce qui nous vient des pays nordiques (et qui est parfois exploitée par les producteurs fruitiers) : une vaporisation d’eau à très faible débit peut empêcher les dégâts du gel grâce à la chaleur libérée par les gouttelettes en refroidissant et en gelant. Une idée à tester sur quelques plantes en pot par exemple ;
  • Évitez de planter des végétaux inadaptés au climat et au sol du jardin : « la bonne plante au bon endroit« . Inutile de tenter une vivace gélive en montagne ou un arbuste méditerranéen dans le Nord. Le sol a aussi un réel impact dans la rusticité des plantes : une vivace frileuse tiendra plus facilement le coup dans une terre bien drainée que dans un sol qui retient l’eau en hiver. → Si vous avez un doute, n’hésitez pas à consulter PlantFit, l’application qui vous aide à planter adapté.
  • Choisissez des vivaces à développement tardif ou des arbres et arbustes qui débourrement tard dans la saison. Ainsi, vous éviterez pas mal de soucis dus au gel.
printemps froid vegetaux plantes, gels tardifs plantes vegetaux

Les voiles d’hivernage, indispensables !

Dans les cultures

  • Réchauds, chaufferette et bougies : un usage plutôt à réserver aux cultures (fruitiers, vignes…), mais dans certains cas et surtout durant la période de floraison, les producteurs usent de canon à chaleur, de chaufferettes ou de grandes bougies disposées entre les plants ou les arbres pour remonter un peu la température ;
  • Pulvérisation d’eau chaude ou de vapeur en viticulture ;
  • Aspersion d’eau : cela peut paraître paradoxal, mais une petite quantité d’eau gelée sur les boutons floraux permet une isolation thermique de ceux-ci. Mais c’est une technique délicate à ne réserver qu’aux professionnels.
printemps froid vegetaux plantes, gels tardifs plantes vegetaux

L’aspersion d’eau permet de protéger les boutons floraux

On se calme et on réfléchit !

Lorsque vous repérez les premiers dégâts dus au gel sur vos vivaces, arbres et arbustes, il convient avant tout de se calmer et de ne rien faire (et ce de toute urgence !). La patience est l’ami du jardinier et même s’il est tentant de recouper au plus vite les parties brûlées, il vaut mieux ne rien en faire. En tout cas, pas avant que les plantes ne montrent de nouveaux signes de vie.

On intervient !

Au bout de quelques jours qui suivent le gel, les parties atteintes sur les vivaces ont séchées. On peut alors les recouper au sécateur ou à la cisaille et attendre que les nouvelles pousses démarrent. Arrosez bien et apportez du compost au pied de vos vivaces pour qu’elles se remettent plus rapidement.

Au bout de plusieurs semaines, les bourgeons latents des arbres, arbustes et grimpantes ligneuses vont pousser à la place des bourgeons principaux désormais morts. Les nouvelles pousses, le nouveau feuillage va rapidement se développer. Vous pourrez alors seulement recouper les parties mortes et sèches, bien visibles cette fois.

Pour le potager et les annuelles, si les jeunes pousses ont été brûlées par le gel, c’est définitivement mort. Il convient alors, de repiquer d’autres plants ou de procéder à un nouveau semis.

printemps froid vegetaux plantes, gels tardifs plantes vegetaux

Gel sur floraison d’un Magnolia

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

Une réflexion au sujet de « Printemps froid et gel tardif : que faire au jardin ? »

Laisser un commentaire