Potager : pourquoi et comment choisir des semences adaptées au changement climatique ?

Potager : pourquoi et comment choisir des semences adaptées au changement climatique ?

Des semences résilientes pour un potager résilient

Sommaire

Rédigé le 28 Octobre 2023  par Ingrid 6 min.

Le changement climatique n’est plus une simple prévision pour l’avenir ; il est déjà une réalité palpable. Et en tant que jardinier, vous avez surement déjà observé ou ressentit ces changements de près au potager. L’adaptation est la clé de la survie, même dans nos jardins. Avec des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, le choix des semences adaptées pour son potager n’est plus une option, mais une nécessité.

Dans cet article, nous allons explorer l’impact du changement climatique sur les conditions de croissance de votre potager. Nous mettrons en lumière pourquoi et comment opter pour des semences résilientes peut faire toute la différence pour assurer une récolte abondante, quelles que soient les conditions climatiques.

graines résilientes

Difficulté

Comprendre les changements climatiques

Si vous êtes sensible à l’écologie et la nature, je ne vous apprendrais rien que vous ne sachiez déjà depuis longtemps : le changement climatique fait référence à des modifications à long terme des conditions météorologiques moyennes sur notre planète. Ces changements sont principalement dus à l’activité humaine, comme l’émission de gaz à effet de serre. Ils se manifestent de diverses manières : hausse des températures globales, modification des précipitations et augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes.

Bien que nous soyons tous affectés, ces changements se répercutent aussi sur les conditions de croissance des plantes. Des étés plus chauds et des hivers plus doux bouleversent le calendrier de plantation et de récolte, ainsi que les floraisons. Un début de printemps précoce ou un automne tardif peut perturber les cycles de croissance des plantes, rendant difficile la planification du jardinage. Les populations d’insectes migrent avec la chaleur et on voit débarquer de nouveaux nuisibles encore inconnus dans certaines régions.

Les orages violents, les sécheresses et les inondations deviennent imprévisibles et intenses. Ils peuvent non seulement endommager les plantes, mais également éroder le sol et réduire la disponibilité des nutriments.

Nos chères plantes potagères souffrent de la chaleur et du manque d’eau qui affectent le rendement, même en hiver ! Sans compter sur les restrictions d’arrosages qui deviennent quasiment systématiques dans toutes les régions. Le potager a soif et ce n’est pas prêt de changer si on reste camper sur nos vieilles habitudes !

manque d'eau jardin

L'importance de la résilience dans le potager

Qu’est-ce que la résilience en jardinage ?

La résilience en jardinage se réfère à la capacité d’un jardin à récupérer des conditions défavorables et à s’adapter à des environnements changeants. Plus votre potager est résilient, plus il est en mesure de faire face à des contraintes telles que les maladies, les parasites, le manque d’eau et les changements climatiques. Et cette résilience commence par un choix de plantes plus résistantes et adaptées à ces conditions : moins gourmandes en arrosage, mieux adaptées aux variations de précipitations ou de chaleur et aux maladies. 

Pourquoi est-ce important ?

Un potager résilient vous permet de maintenir, voire d’améliorer, vos rendements en dépit de conditions climatiques de plus en plus fluctuantes. Par exemple, si vous avez sélectionné des variétés de tomates qui peuvent tolérer des conditions plus sèches, votre récolte sera moins affectée par un été particulièrement chaud et sec.

Les bénéfices à long terme d’un jardin résilient

Investir dans la résilience de votre potager peut générer des bénéfices à long terme, notamment une meilleure qualité des sols, des plantes plus adaptées et un rendement plus stable d’année en année. Et si on rajoute à ça le respect de la biodiversité, on augmente nos bénéfices sur le long terme.

un potager resilient

Comment choisir les bonnes semences ?

Vous l’aurez compris, pour un jardin plus résilient, il faut commencer par choisir de bonnes semences ! Mais quels sont les critères à inspecter à la loupe ? Voici quelques pistes pour vous aider :

Des semences tolérantes aux conditions climatiques extrêmes

Pour les régions qui connaissent des variations climatiques extrêmes, il est sage de choisir des semences qui peuvent tolérer ces conditions, notamment la sécheresse et la chaleur. Par exemple, certains types de laitues et salades tolèrent bien la chaleur et montent moins facilement en graines, comme la ‘Grosse Blonde Paresseuse’ ou la ‘Merveille des 4 Saisons’.

Des semences résistantes aux maladies

Certaines semences ont été sélectionnées pour leur résistance aux maladies courantes, ce qui peut être un atout précieux dans un climat plus humide ou plus chaud. Des variétés de pommes de terre résistantes au mildiou peuvent vous sauver d’une récolte perdue en années pluvieuses. Autre exemple, certaines variétés de haricots sont moins sujets aux maladies, comme le haricot à rames ‘Planeta’, ‘Oxidel 2′, ou encore ‘Morgane’.

Des semences à croissance rapide

Le changement climatique rend les saisons de plus en plus imprévisibles. Parfois, les jardiniers se retrouvent avec une fenêtre de croissance plus courte en raison de conditions météorologiques défavorables au début ou à la fin de la saison. Les semences à croissance rapide peuvent vous permettre de maximiser votre récolte dans ces conditions en réduisant le temps nécessaire pour atteindre la maturité. Par exemple, la laitue ‘Feuille de chêne‘ est réputée pour sa croissance rapide, en plus d’être résistante à la montaison.

semer des graines

Privilégiez les semences locales

Généralement, les semences produites localement seront bien plus adaptées à votre région. Par exemple, si vous vivez dans une région où les étés sont courts, des variétés de légumes à maturation rapide peuvent être plus adaptées. Autre exemple : une variété de carottes qui est habituée à un sol plus argileux sera plus à même de prospérer dans des régions où ce type de sol est prédominant.

N’hésitez pas à discuter et à faire des échanges avec des jardiniers autour de vous ou à vous rendre aux bourses aux plantes de votre région. Vous pouvez également profiter de l’expérience des autres jardiniers pour savoir quelles variétés ont bien fonctionné dans des conditions de plantation similaire.

Faites vos propres semences

Une autre possibilité est de récolter vos propres graines, ce qui vous donne l’opportunité de cultiver des plantes qui ont déjà réussi dans votre jardin. Ce qui peut augmenter vos chances de réussite future ! De plus, cela vous permet de sélectionner les traits particuliers que vous souhaitez conserver, que ce soit la résistance aux maladies, la taille des fruits ou même la couleur.

Par exemple, sur vos cinq plants de tomate de l’année, l’un d’eux s’est montré particulièrement résistant à la sécheresse et productif. En conservant les graines d’une de ces tomates, vous aurez de grandes chances d’obtenir des futurs plants avec ce trait de caractère.

Pour en savoir plus, parcourez notre article : Faire ses graines, les récolter et bien les conserver.

faire ses semences

Changer vos cultures

Il arrive un moment où on doit se poser la question : est-ce que toutes les plantes de mon jardin sont vraiment adaptées aux conditions actuelles ? Par exemple, si vous avez toujours planté du maïs, mais que les étés deviennent de plus en plus secs et vos récoltes décevantes, il serait peut-être temps de penser à une alternative moins gourmande en eau. Le millet, par exemple, peut être une bonne option.

De la même manière, si votre région devient plus humide, des plantes comme les pommes de terre, qui sont sensibles à certaines maladies dans les sols trop mouillés, pourraient être remplacées. Les choux peuvent être une alternative intéressante dans ce cas.

L’important, c’est d’être prêt à faire des ajustements et à tester de nouvelles plantes. Ainsi, votre jardin restera productif, même si le climat continue de changer.

Pour aller plus loin

Si les semences adaptées sont un élément clé pour faire face à un climat en mutation, elles ne sont pas la seule solution. Il existe d’autres pratiques de jardinage qui ont le vent en poupe face aux changements climatiques et qui peuvent augmenter la résilience de votre potager :

Le paillage

Le paillage est une technique qui consiste à couvrir le sol avec des matériaux organiques comme de la paille, des feuilles mortes ou du compost. Cette méthode aide à retenir l’humidité du sol, réduit l’évaporation et diminue les besoins en arrosage, ce qui est particulièrement utile dans les périodes de sécheresse.

lisez notre article sur le sujet : Quel paillage pour le potager ?

pailler les plants au potager

La permaculture

La permaculture est une approche du jardinage qui vise à créer des écosystèmes autosuffisants et durables. Elle englobe des techniques comme la rotation des cultures, la polyculture, et même l’aquaponie pour créer un environnement plus équilibré. La permaculture est particulièrement pertinente pour anticiper les changements climatiques, car elle mise sur la diversité et la résilience des plantes.

lisez notre article sur le sujet : Potager en permaculture : par où commencer ?

Commentaires

Résilience au potager