Nos astuces efficaces pour protéger votre potager des rongeurs

Nos astuces efficaces pour protéger votre potager des rongeurs

Protégez vos cultures des nuisibles de manière naturelle et durable

Sommaire

Mis à jour le 8 Mai 2024  par Olivier 7 min.

Protéger votre potager contre les rongeurs est essentiel pour garantir une récolte abondante et saine. Les rongeurs, bien que jouant un rôle crucial dans la nature en dispersant les graines et en aérant le sol, peuvent en effet causer des dégâts considérables lorsqu’ils se trouvent en nombre excessif. Ils ont la capacité de ravager rapidement les cultures en grignotant feuilles, tiges, fruits et racines, ce qui peut entraîner une perte significative de production.

L’impact des rongeurs ne s’arrête pas aux dommages visibles sur les plantations. Leur présence en surnombre peut également affecter la biodiversité du jardin. En perturbant les jeunes plants et en consommant une grande variété de végétaux, ils peuvent ainsi impacter la diversité des espèces présentes. Ce déséquilibre peut avoir des effets en cascade sur toute la chaîne alimentaire du jardin, influençant la survie d’autres espèces animales et végétales.

Par conséquent, il est crucial d’adopter des stratégies de gestion efficaces et respectueuses de l’environnement pour limiter leur présence. On fait le point sur la régulation des rongeurs au jardin en général, et au potager en particulier.

gerer les rongeurs jardin potager

Comment cohabiter au mieux avec les rongeurs dans un jardin ou potager ?

Difficulté

Les principaux rongeurs présents au potager

Les rongeurs sont des mammifères caractérisés par leurs incisives à croissance continue, ce qui les oblige à ronger fréquemment pour user leurs dents. Ils sont souvent perçus comme nuisibles au jardin en raison de leur tendance à grignoter les cultures et à endommager les structures. Identifier les espèces présentes au potager est essentiel pour choisir la stratégie de gestion la plus adaptée.

Caractéristiques et habitudes des rongeurs communs

  • Les rats (notamment le rat brun ou surmulot – Rattus norvegicus) sont de grands opportunistes, capables de s’adapter à divers environnements. Ils sont attirés par les restes de fruits et légumes, et peuvent également endommager les jeunes pousses et les racines. Leurs terriers se trouvent fréquemment sous des tas de compost ou des abris de jardin, où ils trouvent à la fois nourriture et refuge.
  • Les souris (comme la Souris grise ou Souris domestique – Mus musculus) sont plus petites que les rats et ont tendance à s’installer près des sources de nourriture. Elles grignotent une grande variété de végétaux et peuvent aussi s’attaquer aux semences avant même que celles-ci ne germent.
  • Les campagnols (notamment le Campagnol des champs – Microtus arvalis) sont particulièrement problématiques dans les potagers. Ils se distinguent par leur préférence pour les racines et les tubercules, comme les carottes et les pommes de terre. Les campagnols creusent des galeries et des tunnels sous la surface, ce qui peut provoquer l’affaissement du sol autour des plantations ou abîmer les racines des plantes.
  • Les mulots (le plus commun étant le Mulot sylvestre – Apodemus sylvaticus), similaires aux campagnols, mais en plus élancés, ont un penchant marqué pour les semences et les jeunes pousses, ce qui peut causer des dégâts significatifs dans les potagers. Ils sont particulièrement friands de graines de céréales, mais ne dédaignent pas les bulbes et les jeunes plants, comme les salades et les radis. Les mulots creusent des systèmes complexes de galeries et de tunnels juste sous la surface du sol qui peuvent également endommager les racines des plantes et perturber leur croissance.
rongeur degats potager

Rat, souris, campagnole et mulot

Signes de présence de rongeurs dans le potager

  • Traces de mordillements : les dommages aux tiges, feuilles, fruits, et racines peuvent indiquer la présence de rongeurs. Les marques sont généralement nettes, comme si le matériel végétal avait été coupé par des toutes petites lames.
  • Excavations et tunnels : les campagnols et les rats sont connus pour créer des réseaux de tunnels, visibles par des trous d’entrée de quelques centimètres de diamètre dispersés autour du jardin.
  • Excréments : les excréments de rongeurs sont souvent un indicateur clair de leur présence. Les crottes de rat sont de forme allongée et grosses, tandis que celles des souris et des campagnols sont plus petites et plus rondes.
  • Bruits et traces nocturnes : des bruits de grattement ou de couinement pendant la nuit peuvent révéler l’activité des rongeurs, particulièrement dans ou près des structures comme les serres et les cabanes de jardin.

lutter contre les rongeurs au potager jardin

Evitons d'attirer les ronguers !

En général, il vaut mieux prévenir que guérir ! C’est aussi le cas dans la lutte contre les rongeurs au jardin. Il est tout à fait possible de limiter l’attraction de ces petits mammifères en adoptant quelques stratégies efficaces :

Techniques de culture et d’aménagement du potager pour dissuader les rongeurs

  • Nettoyage régulier : les tas de feuilles, les branches et les mauvaises herbes peuvent offrir des cachettes idéales pour les rongeurs. Un espace propre et bien entretenu est donc moins attrayant pour eux. Cependant, les tas de branchages et les herbes alentours servent aussi de milieu de vie pour d’autres animaux qui permettent de réguler d’autres ravageurs comme le hérisson ou le carabe par exemple. Un potager ou un jardin « trop propre » n’est pas non plus la solution ultime.
  • Stockage sécurisé : assurez-vous que les graines, les bulbes, et les aliments pour animaux sont stockés dans des récipients hermétiques et élevés du sol, même dans les bâtiments (garage, cabanon…). Cela réduit l’accessibilité à ces sources de nourriture.
  • Clôtures et barrières physiques : installer des clôtures enterrées peut être efficace, surtout contre les rats et les campagnols. Les clôtures doivent être enfouies à au moins 30 cm de profondeur et s’élever à 60 cm au-dessus du sol pour empêcher les rongeurs de creuser ou de sauter par-dessus. Dans le même ordre d’idée, vous pouvez aussi entourer les racines des nouvelles plantations d’arbres et d’arbustes fruitiers ou d’ornement avec du grillage (type grillage à poules) enterré dès la plantation.
  • Utilisation de composteurs fermés : les tas de compost peuvent attirer les rongeurs à la recherche de nourriture. L’utilisation de composteurs fermés  aide à prévenir leur accès.
conseils pour ne pas attirer les rongeurs

Un composteur fermé limite l’accès des rongeurs à une source de nourriture

Choix des plantes répulsives naturelles

Certaines plantes émettent des odeurs qui sont naturellement répulsives pour les rongeurs. En intégrant ces plantes dans votre potager, vous pouvez réduire l’attractivité de votre jardin pour les nuisibles.

  • Menthe : la menthe poivrée et la menthe verte sont particulièrement efficaces. Leur odeur forte est répulsive pour les rongeurs, mais agréable pour les humains. Plantez de la menthe autour du périmètre de votre potager ou à proximité des entrées possibles.
  • Alliums : les oignons, l’ail et les poireaux sont réputés pour leur capacité à repousser les rongeurs grâce à leur odeur piquante. Leur culture intercalée peut aider à protéger les cultures voisines plus vulnérables. Mais ce n’est pas toujours d’une efficacité incroyable, certains ails (ou aulx) d’ornement, comme ‘Purple Sensation’ semblent tout de même être attaqués.
  • Fritillaire impériale et autres bulbes : cette plante est non seulement belle, mais aussi efficace contre les rongeurs, en particulier les campagnols. Les bulbes de Fritillaria imperialis émettent une odeur que ces derniers trouvent désagréable. Les narcisses ne sont pas appétant pour les rongeurs, mais mieux encore, les Galanthus ou Perce-neiges sont très efficaces pour repousser ces petites bêtes. À tel point que certains jardiniers n’hésitent pas à en entourer leurs plantes préférées par un cordon de bulbes de Galanthus : efficacité garantie !
  • Capucine : connue pour attirer les insectes pollinisateurs, la capucine a également un effet répulsif sur les rongeurs. Son odeur et ses composés irritants naturels contribuent à éloigner ces nuisibles.
plantes repulsives rat souris mulot

Perce-neige, poireaux et capucines : à installer sans tarder au jardin et au potager !

Privilégions les solutions naturelles

Les rongeurs, malgré les désagréments qu’ils peuvent occasionner, jouent un rôle crucial dans les écosystèmes naturels. Ils contribuent à la dispersion des graines, à l’aération du sol par leurs activités de fouille et servent de proies à une variété de prédateurs. Au jardin, leur présence en nombre contrôlé peut être bénéfique. S’ils deviennent en surnombre, c’est qu’il y a un déséquilibre ponctuel, et il conviendra de tenter de résoudre le problème avec des solutions naturelles et éthiques pour gérer leur population sans perturber l’équilibre naturel.

Utilisation de pièges non nuisibles et éthiques

  • Pièges à capture vivante : ces pièges permettent de capturer les rongeurs sans leur causer de dommages. Ils fonctionnent avec un mécanisme de porte qui se ferme lorsque l’animal entre pour atteindre l’appât, généralement composé de nourriture. Après la capture, les rongeurs peuvent être relâchés loin du jardin. Il est important de vérifier ces pièges régulièrement pour éviter que les animaux ne souffrent de stress ou de faim.
  • Répulsifs sonores ou à ultrasons : ces dispositifs créent un environnement inconfortable pour les rongeurs sans leur faire de mal. Ils émettent des sons à haute fréquence, imperceptibles pour les humains et la plupart des animaux domestiques, mais qui perturbent les rongeurs. L’efficacité peut varier en fonction de la disposition du jardin et du type de rongeur. Ce sont des dispositifs relativement onéreux et parfois complexes à installer : à garder plutôt pour les cultures professionnelles.

solution naturelle contre rongeurs

Prédateurs naturels des rongeurs et comment les attirer dans votre jardin

  • Oiseaux de proie : les hiboux et les faucons sont des prédateurs naturels de nombreux rongeurs. Encourager leur présence peut se faire par l’installation de perchoirs ou de nichoirs spécifiques pour les hiboux. Maintenir une zone du jardin moins entretenue peut attirer plus d’insectes et de petits mammifères, ce qui, à son tour, attire ces oiseaux.
  • Chats et chiens : les chats, en particulier, sont reconnus pour leur capacité à réduire les populations de rongeurs. Un chat dans le jardin est un moyen naturel de maintenir les rongeurs à distance. Les chiens, surtout ceux avec un fort instinct de chasse, peuvent également dissuader les rongeurs de s’installer. Cependant, leur présence à l’un comme à l’autre risque de perturber le reste de la faune (hérisson, oiseaux…). Ce n’est donc pas la meilleure des solutions.
  • Animaux sauvages : encourager la présence de renards ou de hérissons (pour les souris et les jeunes rongeurs) peut aussi aider. Ces animaux sont des prédateurs naturels de plusieurs espèces de rongeurs et peuvent contribuer à réguler leur population. Des tas de bois et des haies denses peuvent fournir des habitats pour ces animaux.

interet chat au potager

En cas d'infestation sévère...

Dans le cas où les méthodes préventives et naturelles ne suffisent plus à contrôler une infestation sévère de rongeurs au potager, il peut être nécessaire d’adopter des mesures correctives plus radicales. Cependant, avant de procéder, une évaluation minutieuse de l’efficacité des approches utilisées jusqu’à présent est essentielle pour choisir la stratégie la plus appropriée.

Évaluation de l’efficacité des différentes approches

  • Suivi régulier : l’installation de pièges à capture non nuisible peut aider à évaluer la population de rongeurs. Les données recueillies sur le nombre de captures indiquent l’ampleur de l’infestation et l’efficacité des méthodes actuelles.
  • Inspection visuelle : examiner régulièrement le potager pour des signes de nouvelle activité de rongeurs, tels que des tunnels frais, des dégâts sur les plantes ou des traces de nourriture grignotée. Cela permettra de déterminer si les populations recommencent à augmenter.
rongeurs degats potager jardin comment faire

Inspectez régulièrement toute nouvelle trace sur vos légumes

Quand et comment intervenir de manière plus radicale ?

  • Intensification des mesures existantes : si les pièges et les répulsifs semblent fonctionner, mais ne sont pas suffisamment efficaces, envisagez d’augmenter leur nombre ou leur concentration, particulièrement autour des zones les plus touchées.
  • Utilisation de rodenticides naturels : uniquement en dernier recours, et en s’assurant que ces produits sont autorisés et sans danger pour les autres animaux et pour l’environnement, l’utilisation de rodenticides à base de substances naturelles peut être envisagée. Ces produits, souvent à base de substances dérivées de plantes, sont conçus pour être moins nocifs, mais doivent être utilisés avec précaution et selon les instructions du fabricant.
  • Intervention professionnelle : dans les cas d’infestation sévère où les dommages sont importants et où la santé des plantes et des autres animaux peut être compromise, faire appel à des professionnels de la gestion des nuisibles peut s’avérer nécessaire. Ces experts peuvent évaluer la situation de manière précise et proposer des solutions efficaces et responsables.
  • Adaptation du paysage : modifier structurellement l’environnement du potager peut être requis pour résoudre le problème à long terme. Cela inclut l’installation de barrières physiques plus robustes, la modification des méthodes de compostage, ou encore la réorganisation des zones de plantation pour rendre l’accès plus difficile aux rongeurs.

Suivi du potager par la suite

Pour assurer une gestion efficace des rongeurs au potager, il est crucial de mettre en place par la suite une surveillance régulière. Les inspections quotidiennes permettent de détecter rapidement les signes d’activité tels que les tunnels ou les traces de mordillements. L’utilisation d’un journal de suivi lors de ces inspections aide à enregistrer les observations et à ajuster proactivement les stratégies de contrôle. De plus, l’installation de caméras de surveillance nocturne à déclenchement de mouvement (NDLR : ces dernières se démocratisent et il est bien amusant de voir ainsi toute la faune insoupçonnée qui se balade la nuit au jardin) peut offrir une vision plus précise des habitudes des rongeurs, surtout dans les zones où leur activité est fréquente.

Il est également important d’adapter les méthodes de gestion selon les saisons et l’évolution de l’infestation. La rotation des cultures et le renforcement des mesures préventives selon les comportements saisonniers des rongeurs peuvent réduire significativement leur présence. L’échange d’informations avec d’autres jardiniers peut par ailleurs enrichir les techniques de gestion et offrir de nouvelles perspectives pour une lutte plus efficace contre les rongeurs.

Rappel important : préserver l’équilibre naturel du jardin aide à protéger la biodiversité et à garder les plantes saines. En utilisant des méthodes écologiques pour gérer les nuisibles, comme des pièges non nuisibles, des prédateurs naturels et des plantes répulsives, les jardiniers arrivent à réduire l’impact environnemental tout en contrôlant les populations de rongeurs. Ces pratiques soutiennent la biodiversité et renforcent la santé et la beauté du jardin, montrant ainsi un engagement fort envers la protection de l’environnement.

Commentaires

souris et mulot au potager
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.