Lombricompostage : 5 erreurs à éviter pour un compost réussi

Lombricompostage : 5 erreurs à éviter pour un compost réussi

Recyclez vos biodéchets grâce au lombricomposteur

Sommaire

Mis à jour le 6 Février 2024  par Virginie T. 4 min.

Le lombricompostage ou vermicompostage est une méthode écologique et efficace pour recycler les déchets organiques, transformant les restes de cuisine et de jardin en un fertilisant 100 % naturel riche en nutriments. Ce processus de compostage est effectué par des vers spécifiques. Il en résulte un amendement sain et équilibré pour les plantes, le potager ou encore la pelouse. Découvrons comment éviter les erreurs courantes pour réussir votre lombricompost et bénéficier de cet or noir pour un jardinage plus sain et plus durable !

Difficulté

Qu’est-ce que le lombricompostage ?

Le lombricompostage repose sur l’utilisation de vers pour décomposer les déchets organiques, essentiellement issus de la cuisine. Dans un lombricomposteur, les vers de compost peuvent décomposer la plupart des aliments (épluchures, coquilles d’œufs, marc de café…), les déchets ménagers dits organiques ou biodéchets. Leurs déjections, appelées « lombricite », constituent un compost de couleur sombre, une sorte de terreau, inodore, riche en nutriments essentiels tels que l’azote, le phosphore et le potassium, en humus, en enzymes et en micro-organismes bénéfiques pour la santé des plantes. Ce compost améliore la structure du sol en augmentant sa fertilité et sa capacité de rétention d’eau. Utilisé pur, cet engrais 100% naturel peut servir à recouvrir les semis ou à repiquer des légumes et accompagner les plantations, au jardin comme au potager. Par ce processus, on obtient également un fertilisant sous forme de liquide très concentré, appelé « Percolat », « thé de compost », « thé des vers » ou encore « lombrithé » concentré dans l’étage le plus bas du conteneur.

Cette méthode est un moyen simple d’évacuer tout au long de l’année une bonne partie de ses déchets de cuisine et de jardin sans en encombrer ses poubelles. Le lombricompostage encourage un cycle de jardinage durable : on dispose toute l’année de façon entièrement gratuite d’un engrais naturel sans envoyer ses déchets aux incinérateurs, gros générateurs d’émissions de CO2.

Choisir le mauvais type de vers

La sélection appropriée des vers est cruciale pour un vermicompostage efficace. Les vers rouges de fumier (Eisenia foetida) et les vers de Californie (Eisenia andrei) sont les plus adaptés pour cette tâche. Le mieux est d’avoir à la fois ces deux espèces dans le lombricomposteur. Ils sont choisis pour leur capacité à consommer et à digérer rapidement une grande variété de matières organiques. Ce sont des vers qui vivent en surface. 500 grammes de vers pourront dégrader environ 250 grammes de déchets par jour. Friands de matières en décomposition et de matière organique fraîche, chaque jour, ces vers de compost sont capables de manger leurs poids de nourriture. Ils transforment rapidement les déchets de cuisine et de jardin en un compost riche en nutriments, et agréable à l’odeur. Leur disposition à vivre dans des conditions de densité élevée et à produire des quantités significatives de lombricite (leurs déjections) riche en nutriments les rend indispensables pour le lombricompostage. Choisir le mauvais type de vers peut entraîner une décomposition inefficace des déchets et compromettre la qualité du compost produit.

Lombricompostage : quel type de vers utiliser ?

Ne pas équilibrer les apports en déchets organiques

Dans le lombricompostage, tout est question d’équilibre. Une alimentation déséquilibrée, caractérisée par la suralimentation ou l’utilisation de déchets inappropriés, peut perturber le processus de compostage. Les vers nécessitent un mélange équilibré de déchets verts riches en azote, comme les restes de fruits et légumes, coquilles d’œufs, marc de café, tontes de gazon et de déchets bruns riches en carbone, comme le carton, le papier et les feuilles sèches. Un excès de déchets verts peut conduire à la surproduction d’humidité et de mauvaises odeurs, tandis qu’un excès de déchets bruns peut ralentir le processus de compostage. Pour éviter ces problèmes, il est crucial d’ajouter les déchets en quantités adéquates (50 % de matières azotées pour 50% de matières carbonées) et de surveiller régulièrement l’équilibre du compost en respectant l’apport carbone / azote, et l’acidité de l’ensemble. En effet, le pH du compost doit rester relativement neutre (autour de 7). S’il est trop acide, l’ajout de coquilles d’œufs permettra de rétablir l’équilibre. Il y a également des aliments à éviter sous peine de voir vos vers se faire la malle, comme les restes d’agrumes, de viandes ou les alliacés (ail, oignons, échalotes), répulsifs pour les vers.

Déchets organiques dans un lombricomposteur

Ne pas se préoccuper de l'humidité et de l'aération

Le succès du lombricompostage dépend également de la gestion de l’humidité et de l’aération au sein du lombricomposteur. Ni trop sec, ni trop humide, c’est une des clés de la réussite ! Un niveau d’humidité adéquat (entre 75 et 85 %) est essentiel pour la survie et l’activité des vers. La teneur en eau du lombricompost doit être soigneusement gérée. Un compost trop sec peut ralentir leur activité et réduire la qualité du compost, tandis qu’un excès d’humidité peut créer des conditions anaérobies, favorisant la croissance de moisissures et la mort des vers. Ajustez l’humidité du lombricompost en pulvérisant un peu d’eau ou en ajoutant du matériel sec, selon les besoins. Une bonne aération est tout aussi importante pour maintenir un environnement sain. Un lombricomposteur bien aéré empêche l’accumulation de gaz toxiques et assure une décomposition efficace. Il a besoin d’oxygène pour fonctionner et doit être placé dans un lieu suffisamment ventilé. En cas d’humidité excessive, vous pouvez entrouvrir le lombricomposteur pour l’aérer.

Exposer le lombricomposteur à la chaleur ou au froid

Il est important d’adapter le lombricompostage aux conditions climatiques pour assurer la santé et l’efficacité des vers utilisés dans le processus. Les vers de compost sont sensibles aux températures extrêmes, qu’il s’agisse de froid intense ou de chaleur excessive et fonctionnent mieux dans des conditions modérées. La température optimale pour la bonne santé des vers de compost se situe entre 15°C et 25°C. Il faut protéger le lombricomposteur de la pluie et d’un soleil trop ardent. En hiver, le conteneur peut nécessiter une isolation supplémentaire ou être déplacé à l’intérieur pour protéger les vers du gel. En été, une ombre adéquate et une ventilation suffisante sont nécessaires pour éviter la surchauffe et la déshydratation des vers.

Lombricomposteur : le protéger de la chaleur et du froid

Le mieux est de placer le lombricomposteur à un endroit où il ne subira ni les chaleurs trop élevées, ni le gel. Pensez également à fermer le dessus avec un couvercle.

Oublier de surveiller son bon fonctionnement

Une surveillance et une maintenance régulières sont essentielles pour détecter et résoudre rapidement tout problème qui pourrait survenir dans le lombricomposteur. Cela inclut la vérification de l’équilibre alimentaire, de l’humidité, de l’aération et de la température. Pour garantir la production continue d’un compost de qualité :

  • Collectez régulièrement le lombrithé ou percolat, l’engrais liquide qui se récupère à la base du conteneur, cela évite une humidité trop importante et la surpopulation des vers au sein du lombricomposteur
  • Apportez régulièrement de la matière organique et des déchets secs comme du carton, des copeaux de bois ou de la paille broyée
  • Les vers ont besoin de manger, mais pas trop. Maîtrisez l’ajout de nourriture par rapport au nombre de vers afin d’éviter les odeurs indésirables

Voici quelques conseils supplémentaires pour réussir votre lombricompostage :

  • Commencez avec un petit lombricomposteur pour vous familiariser avec le processus
  • Ajoutez progressivement des déchets coupés en petits morceaux au lombricomposteur, en veillant à ce qu’il ne soit pas trop plein
  • Veillez à ce que le lombricompost soit humide, mais pas détrempé.
  • Si le lombricompost devient trop chaud, ajoutez des matières brunes pour le refroidir
  • Si le lombricompost devient trop sec, pulvérisez un peu d’eau, en veillant à ne pas noyer les vers

En suivant ces conseils, vous pourrez produire un amendement naturel pour enrichir la terre de votre potager, de vos bacs ou de vos massifs dans le respect de l’environnement.

Utilisation du Lombricompost

Commentaires

lombricompost