Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le kiwaï : un mini kiwi mignon à croquer !

Les Kiwis poussent très bien en Bretagne. Le saviez-vous ? La semaine dernière, j'en ai reçu une pleine cagette ! Sachant que je distribue allègrement mes surplus de récolte en été, j'imagine que c'est l'effet boomerang…

En attendant, c'est bien la preuve que l'Actinidia ne vient pas forcément de Nouvelle-Zélande et qu'il se cultive très bien sous nos climats. Mais, ayant passé une partie de mon dimanche à les éplucher pour les transformer en confiture, vous comprendrez que je vous parle aujourd'hui d'un autre style de kiwis : le Kiwaï.

Le Kiwaï, qu'est-ce que c'est ?

Le Kiwaï (Actinidia arguta) ou "Kiwi de Sibérie" est une espèce de Kiwi miniature qui offre l'indéniable avantage de pouvoir se déguster avec la peau. Certes, les fruits sont plus petits mais imberbes. Leur peau lisse renferme une chair tout aussi sucrée et parfumée que celle du kiwi. Et comme ils sont tout aussi productifs (un pied peut offrir, à l'âge adulte, près de 100 kg de fruits) que leur grand cousin l'Actinidia deliciosa : il suffit d'en croquer plusieurs pour obtenir une dose de vitamine C équivalente, voire supérieure.

L'autre avantage du Kiwaï : pas de confusion possible (Image Pinterest)

Comment cultiver le Kiwaï ?

Le Kiwaï se cultive exactement comme le Kiwi (voir notre fiche conseil)  : plante grimpante volubile, ses longues lianes doivent être palissées sur un support solide. Comme le Kiwi, il est dioïque : les variétés femelles devront être accompagnées d'une variété mâle. Mais il existe des variétés autofertiles. Elles sont un peu moins productives mais ont l'avantage de pouvoir être plantées en solo. Mais là où le Kiwaï devient encore plus intéressant, c'est qu'il est ultra rustique. Originaire des forêts de Chine, du Japon et de Russie, il supporte sans ciller des températures avoisinant les - 20 °, voire - 25 ° C (souvenez-vous… la Sibérie !), il peut se planter partout, même dans les régions à hivers rigoureux.

Les fruits du Kiwaï se récoltent en fin d'été, début d'automne, plus tôt que ceux des kiwis classiques, et se conservent très bien au frais.

Kiwaï ou Kiwi de Sibérie
Fleurs du Kiwaï mâle et fruits du Kiwaï 'Ambroisia' - Photos Cerdys SA

Les différentes variétés

  • 'Ambrosia' : une variété femelle qui offre de petits fruits verts ponctués de rouge
  • 'Ken's Red' : un Kiwai à peau rouge et chair pourprée, délicieusement acidulée
  • 'Nostino' : une variété mâle qui il tient le rôle de pollinisateur . Il offre des fleurs mais pas de fruits. Sa présence est indispensable pour obtenir une fructification des pieds femelles (compter au minimum un mâle pour 5 à 6 pieds femelles).
  • 'Issai' : autofertile, il se débrouille seul pour offrir, en fin d'été,  ses jolis petits fruits verts.

Convaincus ? Mais peut-être avez-vous déjà installé cet actinidia très original au jardin, n'hésitez pas à nous en parler !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)

13 réflexions au sujet de « Le kiwaï : un mini kiwi mignon à croquer ! »

  • Christine

    Merci pour cet article et la première photo adorable...
    Vos conseils tombent à point : je prépare les plans de mon futur verger et je voulais inclure un kiwaï, mais à 900m d'altitude beaucoup de choses poussent sans pour autant fructifier ou avoir le goût souhaité. Mes voisins ont un pêcher par exemple, mais quand il a des pêches (c'est rare) elles sont fades. Pommes, poires, prunes, cerises - aucun problème sous mon climat. Alors pensez-vous que le kiwaï donnerait de bons fruits bien sucrés chez moi?

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Christine !

      Oui, je pense que vous pouvez essayer le Kiwai : il est vraiment rustique. Pour protéger sa floraison d'une éventuelle gelée tardive, essayez de le planter dans un endroit abrité, vous devriez récolter ses fruits dès la 3ème année !

      Répondre
      • Christine

        Merci, alors c'est décidé, j'essaie. Parmi les autres fruitiers 'exotiques' à essayer j'ai retenu certains plaqueminiers originaires d'Europe centrale (leurs fruits seraient les 'lotus' des mangeurs de lotus d'Homère) ou d'Amérique du nord, et les asaminiers. Un petit billet sur les fruitiers exotiques accessibles sous nos climats serait bienvenu!

        Répondre
        • Ingrid

          Oui, je le note ! C'est une très bonne idée, cela permet vraiment de varier les plaisirs... et certains "exotiques" sont bien plus facile de culture qu'on l'imagine.

          Répondre
  • Virginie

    Très intéresant, je ne connaissais pas ... ça fait de bien jolies fleurettes en plus !!! Bisous

    Répondre
  • Raphaëlle

    J'ai planté un kiwaï variété 'Issaï' il y a maintenant 3-4 ans (les branches font plus de 3 mètres) et j'ai pu déjà récolter quelques fruits.
    Je confirme la rusticité et la vigueur de cette liane fruitière mais je voudrais surtout insister sur un "détail" important : le kiwaï est une liane assez gourmande en eau (cela va avec sa vigueur de pousse et la grande quantité des fruits certes petits - 1 ou 2 cm - mais potentiellement très abondants). Il faut donc vous assurer qu'elle n'en manquera pas en été.

    L'été dernier, j'ai dû arroser tous les 2 jours pour ne pas voir ma récolte se dessécher sur pied et malgré cela la chaleur et le soleil ont cuit les petits kiwaï sur leurs branches, leur donnant en bouche un goût de compote. J'espère un été plus favorable cette année.

    Au vu des périodes de sécheresse et des coups de chaleur de ces dernières années, et des origines du kiwaï (forêts de ...), si je devais replanter un kiwaï je pense que je le ferai à mi-ombre ou en tout cas à l'ombre lors des heures les plus chaudes en été. Peut-être dans une haie fruitière pour bénéficier d'une ombre légère et d'une certaine fraîcheur estivale toute relative comme dans ses forêts natales.

    Je précise que j'habite en Charente et bénéficie normalement d'un climat semi-océanique. Fichu réchauffement climatique !

    Répondre
  • Séverine P

    Bonjour,

    J ai lu qu'il était possible de faire pousser des kiwis dans un pot de 40cm minimum. J avoue être sceptique compte-tenu des dimension d un plan. Pourriez-vous nous indiquer si c est possible pour le kiwai ?

    Merci par avance

    Cordialement

    Séverine P

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Séverine ! De nombreuses plantes peuvent être cultivées en pot à condition d'opter pour un contenant assez grand et de renouveler ou d'enrichir très régulièrement le substrat. C'est donc possible pour le kiwaï mais, pour moi, un pot de 40 cm, c'est vraiment le minimum. D'autre part, comme c'est une plante grimpante, le rempotage s'avèrerait compliqué... c'est pourquoi je ne le vous conseille pas sauf si vous n'avez pas d'autre solution.

      Cordialement,

      Répondre
  • Patrick

    Bonjour, j'ai un mini kiwi autofertile. C'est ça deuxième année et elle donne des fruits. Malheureusement, les feuilles se recroquevillent (pour la deuxième année de suite). J'aimerai savoir si cela est dû à un manque d'eau ou un trop plein d'eau. Il est exposé sud-ouest, et est planté sur un sol argileux. Tout autour j'ai disposé des cailloux afin que le sol se réchauffe/garde la chaleur. La contre-partie est que le sol restera plus humide que d'habitude. Que dois-je faire? Ôter les cailloux et arroser d'avantage pour que les feuilles s'ouvrent?

    Répondre
  • sylvie

    pour éplucher plus vite les kiwis: les couper sur l'équateur, les ivider à la petite cuiller, ça se fait en 2 fois s'ils sont murs, et on garde les doigts secs.

    Répondre
  • Laurence

    Bonjour,
    J'ai déjà 2 kiwis (normalement 1 mâle + 1 femelle) qui poussent sur ma pergola bretonne.
    Ils ont été plantés il y a 3 ans et pour l'instant, pas de floraison, mais un beau développement.
    Puis-je envisager de rajouter à ce duo peu productif pour l'instant , un kiwaï?
    Merci pour votre réponse

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour Laurence,
      Oui, c'est tout à fait possible si vous disposer de la place nécessaire car il faut espacer les pieds de 2 à 3 mètres.
      Cordialement,
      Ingrid

      Répondre
Laisser un commentaire