Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Sequoias et Sequoiadendrons : planter, tailler et entretenir

Les Sequoia et Sequoiadendron, en quelques mots

  • Ces conifères géants nord-américains, issus du fond des âges trônent dans la plupart des grands parcs européens.
  • Ces arbres apprécient des sols profonds et frais, plutôt acides, un climat humide toute l’année, chaud en été et assez doux en hiver.
  • Leur port altier conique ou pyramidal se mue en forme pleureuse quelque peu fantasmagorique chez Sequoia giganteum ‘Pendulum’ et la variété ‘Glaucum’ se distingue par son feuillage et ses rameaux aux reflets gris-bleuté intense.

Le mot de notre experte

Sous le nom de séquoias, sont désignés deux conifères géants appartenant à deux genres distincts Sequoiadendron giganteum (« Séquoia géant ») et Sequoia sempervirens (« Séquoia toujours vert » aussi appelé « Séquoia à feuilles d’if »). Ces arbres atteignant allègrement 100 m de hauteur dans leur habitat nord-américain, se limitent actuellement à une cinquantaine de mètres de hauteur sous nos latitudes. Cependant leur introduction date seulement du 19e siècle, nous avons donc affaire à des adolescents sachant que leur longévité atteint 3 à 4000 ans.

Le Sequoia sempervirens ou « Séquoia à feuilles d’if » est un conifère persistant qui détient le record de hauteur (110 m) dans son habitat naturel. Son feuillage rappelle celui d’un sapin ou d’un if, avec des aiguilles plates disposées de chaque côté du rameau. La couleur vert sombre de ses rameaux  tranche avec son tronc imposant protégé par une épaisse écorce, toute douce au toucher et teintée de marron rouge. Tout l’arbre exhale un parfum résineux extraordinaire. L’arbre s’élargit un peu avec l’âge, étend ses branches dans un mouvement gracieux qui les guide légèrement vers le ciel par leur extrémité.

Le Sequoiadendron giganteum ou « Séquoia géant » possède une croissance un peu plus rapide et une résistance au froid, notamment contre les gelées printanières, plus importante. Le tronc est plus épais que chez le Sequoia sempervirens, le port général demeure presque colonnaire et le feuillage  prend la forme de crochets. Son bois imputrescible est toutefois moins apprécié pour la construction que celui de son homologue baptisé « redwood tree » en anglais. Il existe le cultivar ‘Glaucum’ à feuillage gris-bleuté intense.

 Ils sont promis à un bel avenir (plus de 3000 ans !) s’ils disposent de suffisamment d’espace. Pensez-y !

 

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Sequoia, Sequoiadendron

Famille : Cupressaceae

Nom commun : Séquoia géant, Séquoia à feuille d’if ou toujours vert

Floraison : entre février et avril

Hauteur : entre 30 et 50 m chez nous

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol profond, riche, bien drainé, même légèrement calcaire

Rusticité : Bonne à excellente (-12 à -25 °C)

Le terme générique de séquoia désigne deux espèces de conifères nord-américains, classées dans des genres distincts : Sequoiadendron giganteum et Sequoia sempervirens. Il existe aussi le genre Metasequoia pour désigner le Séquoia du Séchouan originaire de Chine. Tous ces conifères, découverts depuis moins de 250 ans, font partie de la famille des Cupressacées d’après la classification phylogénétique, anciennement Taxodiacées. Leur existence sur terre date du temps des dinosaures et leur habitat s’étendait aussi à l’Europe et à l’Asie avant que les glaciations du quaternaire ne les déciment.

Ces deux conifères font partie des plus grands arbres sur terre avec des hauteurs de tronc qui dépassent 100 m. En France, les records de hauteur reviennent au sapin pectiné (Abies alba) qui atteint 52 m. Le Sequoia géant présente cependant un tronc plus massif et une croissance plus rapide que le Séquoia toujours vert. Il peuple les versants montagneux ouest de la Sierra Nevada comme le parc de Yosémite, en Californie qui reçoit plus 2 000 mm par an de précipitations. Il se montre beaucoup moins sensible aux gelées tardives que les jeunes Sequoia sempervirens qui souvent, repartent de souche, et forment plusieurs troncs après avoir été impactés par le gel. Cette dernière espèce occupe une bande étroite sur 730 km de long et quelques dizaines de kilomètres de large le long de la côte du Pacifique de la Californie au sud de l’Oregon, à basse altitude ( 30 à 750 m d’altitude).Vous pouvez en admirer  un bel échantillon  au nord de San Francisco, au John Muir Woods National Monument.

Leur longévité est tout aussi impressionnante puisqu’elle atteint 3 à 4000 ans. Elle s’explique en partie par la qualité de leur écorce très épaisse et ignifuge qui leur permet de survivre à des incendies. Une chaleur intense est du reste indispensable pour provoquer l’ouverture des cônes aboutissant à la libération des graines qui ne se mettent à germer que sur sol récemment brûlé. L’écorce rougeâtre, très fibreuse, se reconnaît bien à sa texture très douce au toucher et par ses profondes crevasses entrecroisées. Elle peut mesurer jusqu’à 60 cm d’épaisseur !

sequoiadendron

Sequoiadendron giganteum – illustration botanique

Le séquoia géant possède un système racinaire profond et pivotant si bien que deux arbres géants peuvent pousser à 2 m de distance sans se gêner vraiment d’autant que l’on sait que les racines ont une propension à se connecter entre elles pour mieux explorer le sol. Son homologue, le Séquoia toujours vert s’étend à la fois en largeur et profondeur mais sans pivot ce qui le rend plus sensible aux périodes de sécheresse. Cependant ces arbres ont la particularité d’absorber une grande quantité d’eau par le feuillage (30 à 40 % de l’eau chez S. sempervirens) ce qui explique leur préférence pour les climats brumeux, nimbés de brouillard et la disproportion entre le volume racinaire et aérien de ces géants (6 % de la masse totale de l’arbre chez le S. giganteum).

Le feuillage du Sequoia sempervirens est assez classique, avec des aiguilles plates vert foncé, de 2,5 cm de long, disposées sur deux rangs comme chez l’if ou le sapin des Vosges. En revanche, les aiguilles du Sequoiadendron sont assez atypiques. Il s’agit d’écailles en forme de crochets, atteignant  3 à 15 mm, disposées tout autour du rameau procurant un toucher assez doux rappelant le plastique. Elles s’apparentent aux aiguilles du Cryptomeria du Japon que l’on dit « en alène » mais sont de plus courte dimension et se reconnaissent aussi à leur parfum anisé. Leur teinte vert gris est plus bleutée chez la forme ‘Glaucum’ Il est assez simple d’observer le feuillage des séquoias même si les premières branches sont inaccessibles car l’arbre procède à une décurtation qui consiste à se débarrasser d’une partie de ses fins rameaux feuillés après brunissement, qui se retrouvent à joncher le sol.

La floraison n’a pas lieu tout à fait à la même époque. Le pollen contenu dans de petits chatons terminaux du Séquoia toujours vert est libéré en février tandis que celui du Séquoia géant en mars-avril. Ces arbres sont monoïques, présentant des cônes mâles et femelles sur un même sujet mais il faut souvent attendre qu’ils soient âgés de quelques centaines d’années pour les observer. Le Séquoia toujours vert (détenteur du record de hauteur) présente de très petits cônes allant de 15 à 25 mm de long alors que le Séquoia géant possède des cônes ovoïdes de 3 à 7 cm de long. Ces derniers peuvent rester jusqu’à 20 ans sur l’arbre avant de libérer leurs graines mais ils persistent souvent encore sur l’arbre après leur travail accompli.

Le bois des très vieux séquoias a été largement exploité notamment lors de la ruée vers l’or ce qui explique que la surface de ces forêts se soit largement réduite. Il a fallu la création de parcs naturels pour obtenir la protection de ces arbres plurimillénaires. Le bois du Sequoia sempervirens surnommé « redwood » est le plus apprécié notamment pour couvrir les façades des maisons aux États-Unis, il est lourd, très dur, imputrescible, dépourvu de résine alors que le sequoia géant possède un bois poreux et léger mais résistant aussi aux insectes.

On utilise les bourgeons du Séquoia géant en gemmothérapie pour fortifier les os, renforcer la prostate, le confort urinaire et le tonus masculin.

Les principales variétés de Sequoia

Variétés de Sequoiadendron giganteum

Sequoiadendron giganteum - Séquoia géant


Hauteur à maturité
65.00 m

Espèce la plus rustique des deux avec un port assez colonnaire, une croissance rapide (4 à 5 m en 10 ans) et de fines aiguilles gris bleuté et une écorce rougeâtre, douce au toucher. Plantez-le en plein soleil, dans un sol profond en climat frais et arrosé.

Séquoia géant - Sequoiadendron giganteum Glaucum


Hauteur à maturité
35.00 m

Forme un peu moins vigoureuse que le type, introduite en Allemagne en 1870, aux aiguilles d'un intense gris-bleuté.

Variétés de Sequoia sempervirens

Sequoia sempervirens - Séquoia à feuilles d'If pot de 3/4L


Hauteur à maturité
50.00 m

Arbre majestueux, à port pyramidal, avec des rameaux plats rappelant le sapin ou l'if, aux jeunes pousses vert clair au printemps devenant vert foncé. Espèce un peu plus exigeante que le séquoia géant qui réclame plus d’humidité dans le sol et dans l’air. Il s'adapte à tout type de sol bien drainé et plutôt fertile, et préfère les climats humides, mais chauds en été.

Plantation

Où planter le Séquoia ?

Profitez du climat frais et arrosé du littoral atlantique, pour installer le Sequoia toujours vert, vouée à vivre de très longues années. Il est assez sensible aux gelées tardives qui provoquent souvent la mort de la flèche au profit de la pousse de plusieurs troncs  mais dans tous les cas, l’arbre offre  par la suite une très bonne résistance au froid. Un emplacement le long d’une rivière, à l’abri du vent, pas trop soumis aux embruns est idéal pour installer le séquoia à feuilles d’if. Cette essence tolère mieux le calcaire que le Sequoiadendron.

Le séquoia géant doté d’une croissance un peu plus rapide, apprécie quant-à lui les étés chauds et les hivers neigeux qui offrent une couche protectrice aux racines. Il réclame le plein soleil dès la plantation tandis que Sequoia sempervirens apprécie l’ombre d’un arbuste dans son jeune âge et réclame un peu plus d’humidité et de douceur l’hiver.

Ils s’adaptent à tout type de sol bien drainé, plutôt fertile et pas trop calcaire, offrant une épaisseur d’au moins 1 m.

Le système racinaire pivotant du Séquoia géant rend les transplantations délicates aussi il est préférable d’opter pour un jeune arbre qui ne tardera pas à dépasser la taille d’une maison.

Quand planter ?

Préférez l’automne, de septembre à novembre ou le printemps entre février à juin pour installer votre séquoia.

Comment planter ?

Cet arbre est de culture facile si vous disposez d’un grand espace. Les branches forment une couronne colonnaire ou pyramidale de 8 à 10 m de large et la croissance est assez rapide (4-5 m de haut au bout de 10 ans chez le Séquoia géant). Il existe aussi des formes de vigueur moyenne  comme Sequoia giganteum ‘Pendulum’ dont l’envergure ne dépasse pas 1,5 à 2 m pur 10 à 12 m de haut.

  • Plongez le pot dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez une large fosse afin d’ôter les pierres et vérifier l’absence de gravats en profondeur qui risquent de ralentir sa croissance.
  • Évitez d‘installer un séquoia à moins de 50 m de la maison. Plantez-le en isolé ou formez un bosquet en espaçant les sujets d’une dizaine de mètres.
  • Apportez une bonne dose de compost, de corne broyée afin d’enrichir la terre.
  • Installez 3 bons tuteurs autour de la fosse si votre sujet dépasse 1 m de haut et liez le tronc aux 3 piquets par des liens souples qui permettront un bon ancrage des racines.
  • Replacez la terre en formant une cuvette
  • Tassez légèrement et arrosez généreusement.
  • Paillez.
sequoiadendron

Sequoiadendron sempervirens

Entretien et taille des séquoias

  • Veillez à bien arroser le plant au cours des premières années et en cas de sécheresse prolongée.
  • Des brunissures sur les feuilles ne présentent aucune gravité. Les embruns provoquent parfois le brunissement des rameaux après une grosse tempête mais l’arbre s’en remet.
  • Afin d’accentuer le port compact de cet arbre, on pourra éventuellement réaliser une très légère taille annuelle, de septembre à novembre, en raccourcissant uniquement les pousses de l’année que l’on juge inesthétiques.
  • Supprimez les rejets sur le tronc du séquoia toujours vert afin de ne conserver qu’un seul tronc. Il est cependant prudent d’en conserver au moins un, susceptible de remplacer la flèche, en cas de gel.

Multiplication : bouturage

Le semis n’est pas aisé surtout chez le Séquoia géant. Des études ont montré que seulement 13 % des graines étaient viables et que la germination n’intervenait que sur 84 % d’entre elles. La présence de cônes apparaît tardivement, sur des arbres atteignant 25-30 m de hauteur, exceptionnellement chez de jeunes sujets soumis à un stress mais leurs graines plus petites sont rarement viables. L’achat de graines de séquoia garantit davantage de succès (entre 15 et 50 % ).

Le bouturage est donc préconisé : au printemps, sous forme de boutures herbacées  ou en été, sous forme de boutures semi-ligneuses.

Bouturage

Préparez un pot profond en le remplissant de terreau mélangé à du sable.

  1. Prélevez des extrémités de rameaux avec un talon (bout d’écorce déchiré) s’il s’agit  du Séquoia  à feuilles d’if et simple s’il s’agit  du Séquoia géant.
  2. Supprimez les aiguilles situées près de la base des boutures.
  3. Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  4. Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  5. Placez-les à l’ombre.
  6. A l’automne ou plus tard, séparez les boutures racinées et plantez-les en pot profond que vous maintenez sous châssis jusqu’au printemps.
  7. Plantez vos plants au printemps en pleine terre.

Utilisations et associations

Le Sequoia exige un espace suffisamment grand, éloigné des réseaux aériens et souterrains pour avoir une chance de perdurer à travers les générations. Si les conditions sont réunies, il constituera en effet un arbre d’exception, qui fera la fierté du jardinier qui l’a planté, lui survivra sans aucun doute, intégrant alors pleinement l’histoire d’une famille et d’un jardin. Il peut se planter en isolé comme un point repère pour attirer le regard, par paire, de part et d’autre au départ d’une grande allée ou constituer un alignement régulier dans un cadre exceptionnel comme l’entrée d’un château ou d’un sanctuaire. Le Séquoia géant peut aussi facilement s’intégrer dans un haie de grands conifères car ses racines s’étendent surtout en profondeur,  pour marquer les limites de la campagne par exemple.  Un rideau de bambou géant Phyllostachys bambusoides offre une toile de fond originale à la présence de un ou plusieurs séquoias.

Les variétés fastigiées, moins vigoureuses comme Sequoia giganteum ‘Pendulum’  constituent une curiosité qu’il convient de planter en isolé. Ce dernier produit des branches très courtes retombantes et serrées contre le tronc, avec une flèche inclinée.

Le saviez-vous ?

Sequoia giganteum et sempervirens sont deux arbres atteignant 100 à 110 m de hauteur, la hauteur longtemps admise comme maximale pour permettre à la sève d’alimenter le sommet de l’arbre. L’Eucalyptus regnans affiche cependant un record de 132,60 m. Parmi nos deux séquoias, le Sequoia sempervirens détient le record de hauteur avec un sujet baptisé Tall Tree haut de 115,50 m et âgé de 600 ans qui siège dans le Red Wood National Park tandis que le Séquoia géant Sequoiadendron giganteum détient le record de volume de tronc. « General Sherman », vieux de 3 000 ans, haut de 84 m atteint 32 m de tour pour un poids estimé à 5 500 tonnes ! Une caisse fabriquée avec son tronc permettrait de contenir un paquebot !

Titre lien : Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Sequoia.

Articles connexes


Blog

5 grands conifères, pour un jardin de caractère

Les grands conifères sont des arbres indispensables pour structurer et équilibrer un jardin en hiver...
Lire la suite +

Blog

5 raisons de planter des conifères au jardin

Utilisés à outrance, en particulier en haie, les conifères sont un peu tombés en disgrâce...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire