Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Archontophoenix : planter, cultiver et entretenir

L'Archontophoenix en quelques mots

  • L’Archontophoenix est un palmier majestueux au stipe élancé surmonté d’un feuillage luxuriant
  • Il porte de grandes et belles feuilles pennées, finement divisées
  • En été, il offre des panicules de petites fleurs blanc crème ou lilas, suivies par des baies rouges
  • Il est idéal pour créer une ambiance exotique et tropicale au jardin
  • Peu rustique, il doit être protégé du froid, mais s’adapte très bien à une culture en pot

Le mot de notre experte

Originaire d’Australie, l’Archontophoenix est un palmier majestueux qui forme un stipe fin et élancé, marqué de stries horizontales en anneaux, déployant au sommet une imposante couronne de feuilles. Celles-ci sont très grandes, arquées et en forme de plume, joliment divisées en folioles longues et étroites. Elles sont vertes, avec le revers joliment argenté chez l’Archontophoenix alexandrae. Les Archontophoenix fleurissent en été et portent alors des panicules ramifiées, constituées de nombreuses petites fleurs blanc crème ou lilas, suivies par des baies rouges très décoratives.

L’Archontophoenix n’étant pas rustique, sa culture en pleine terre est à réserver aux régions épargnées par le gel, comme le littoral méditerranéen. Dans les autres régions, il est possible de le cultiver en pot, afin de pouvoir facilement le rentrer sous abri pour l’hiver. Il constituera un très beau décor exotique sur la terrasse en été, en compagnie d’autres plantes au feuillage luxuriant, comme les fatsias, tetrapanax, strelitzias, bananiers et bambous.

Découvrez tous nos conseils pour réussir la culture de l’Archontophoenix, en pleine terre ou en pot !

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Archontophoenix sp.

Famille : Arecaceae

Nom commun : palmier royal

Floraison : juillet-août

Hauteur : jusqu’à 20 m

Exposition : mi-ombre, soleil non brûlant

Sol : riche, frais et drainant

Rusticité : gélif, 0 °C à – 2 °C

Les Archontophoenix regroupent 6 espèces de palmiers originaires des forêts pluviales de la côte est de l’Australie. Ils ne sont malheureusement pas rustiques, la plupart d’entre eux craignent les températures négatives, de l’ordre de 0 °C à – 2 °C, mais ils s’adaptent à une culture en pot et peuvent être cultivés dans une serre froide ou une véranda. L’espèce Archontophoenix cunninghamiana est l’un des plus rustiques, supportant jusqu’à – 4 °C, ce qui permet de le cultiver en pleine terre sur le littoral méditerranéen.

Les Archontophoenix appartiennent à la grande famille des palmiers, les Arécacées. Il ne s’agit pas d’arbres, car ils ne forment pas de bois ni de branches, et ne sont pas ramifiés : au niveau botanique, il s’agit plutôt d’herbes géantes. Ils ne grandissent pas vraiment en diamètre, mais seulement en hauteur. On nomme « stipe » le tronc de palmiers ; celui-ci est constitué de la base des pétioles, qui s’entassent au fur et à mesure que le palmier grandit.

Le nom de l’Archontophoenix vient du grec arkhon, qui signifie « chef » ou « souverain », et phoenix, désignant le palmier-dattier. En français il est surnommé Palmier royal, mais ce nom désigne également le Roystonea regia, un autre palmier majestueux avec lequel il est parfois confondu !

L’espèce Archontophoenix cunninghamiana a été nommée ainsi en hommage à Allan Cunningham, un botaniste anglais qui collecta de nombreuses plantes en Australie et en envoya aux Jardins botaniques royaux de Kew. L’Archontophoenix alexandrae, lui, est dédié à la princesse Alexandra du Danemark. Quant à l’Archontophoenix maxima, il doit son nom à sa grande taille, puisqu’il peut atteindre jusqu’à 30 m de haut, dans des conditions idéales, ce qui en fait le plus grand des Archontophoenix !

Les Archontophoenix forment un stipe solitaire, fin et élancé, souvent plus large à la base. Les plus grands peuvent atteindre jusqu’à 25-30 m de haut à maturité et lorsqu’ils sont cultivés en pleine terre sous un climat très doux. En général sous nos latitudes ils n’excèdent pas 5 m de haut. Le stipe est marqué par des stries horizontales, des cicatrices foliaires qui forment des anneaux très décoratifs. Au-dessus de ces anneaux et avant la couronne de feuilles, le stipe est renflé et de couleur verte. Le stipe mesure jusqu’à 30 cm de diamètre.

Le feuillage de l'Archontophoenix

Les feuilles pennées de l’Archontophoenix alexandrae, au revers gris argenté ; celles de l’Archontophoenix cunninghamiana, et les filaments qui prolongent parfois ses feuilles (photos : Alejandro Bayer Tamayo / Pancrat)

Au sommet du stipe, l’Archontophoenix déploie de grandes feuilles pennées (en forme de plumes), joliment arquées. Elles peuvent mesurer jusqu’à 3 m de long et donnent un style très luxuriant et exotique au palmier. Elles sont composées d’un axe central, prolongeant le pétiole, et de pinnules disposées de part et d’autre. Les feuilles de l’Archontophoenix alexandrae sont vertes sur le dessus et gris-argentées au revers, tandis que celles de l’Archontophoenix cunninghamiana sont entièrement vertes. Les pinnules de celui-ci sont parfois prolongées par de longs filaments qui retombent vers le sol.

Les archontophoenix fleurissent en été, habituellement en juillet-août. Ils portent alors des panicules ramifiées et pendantes, qui apparaissent juste en dessous de la couronne de feuilles. Elles sont constituées de petites fleurs blanc crème, jaunes, rosées ou lilas suivant les espèces. Chaque fleur est soit mâle, avec des étamines, soit femelle, avec un pistil. Les fleurs femelles arrivent à maturité après les mâles, ce qui limite les risques d’autopollinisation.

Les fleurs sont suivies par l’apparition de baies généralement rouges, très décoratives. Elles sont ovoïdes et mesurent entre 1 et 1,5 cm de diamètre. Chaque fruit renferme une seule graine. Dans son milieu naturel en Australie, les fruits sont consommés par les oiseaux et chauve-souris, qui se chargent ainsi de disséminer les graines.

Le stipe, les fleurs, fruits et graines de l'Archontophoenix

Le stipe annelé de l’Archontophoenix cunninghamiana, portant une inflorescence couleur lilas (les autres ayant fini de fleurir) ; les fruits rouges de l’Archontophoenix, et les graines qu’ils contiennent (photo : Forest & Kim Starr).

Les principales variétés d'Archontophoenix

Les variétés les plus populaires

Archontophoenix alexandrae - Palmier royal d'Alexandra

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
5.00 m

Il s’agit d’un superbe palmier au stipe élancé, portant de grandes feuilles pennées et arquées, vertes sur le dessus et argentées au revers. Son feuillage est légèrement plus dense que celui de l’Archontophoenix cunninghamiana, et ses feuilles sont un peu plus raides. Une fois adulte, il porte en été des fleurs blanc crème.

Archontophoenix cunninghamiana - Palmiste de Cunningham, Palmier roi

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
20.00 m

Surnommé le Palmier roi, l’Archontophoenix cunninghamiana est un très beau palmier aux feuilles divisées finement, vertes des deux côtés. Ses fleurs sont violet - lilas. Supportant jusqu’à – 4 °C, il s’agit de l’espèce la plus rustique, ce qui permet de le cultiver en pleine terre sur le littoral méditerranéen.

Archontophoenix maxima - Palmier royal

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
30.00 m

Ce palmier majestueux, le plus grand des Archontophoenix, porte au sommet de son stipe de grandes feuilles vertes, avec des reflets argentés au revers. Une fois adulte, il donne également en été des fleurs blanc crème.

Plantation

Où planter l’Archontophoenix ?

L’Archontophoenix est un palmier frileux, craignant le gel, ainsi dans la plupart des régions de France métropolitaine, il faudra le cultiver en pot afin de le protéger du froid en hiver. Vous pouvez le cultiver dans une véranda ou sous serre, à un endroit lumineux. Il apprécie l’humidité atmosphérique : si l’air est sec, il ne faudra pas hésiter à brumiser son feuillage, notamment en été. Choisissez un grand pot, profond et muni de trous de drainage, et cultivez-le dans un substrat riche et drainant.

Dans les régions au climat très doux du littoral méditerranéen ou atlantique, où les risques de gel sont faibles, il est possible de le cultiver en pleine terre. Concernant l’exposition, il a une préférence pour la mi-ombre, mais peut aussi se cultiver soleil non brûlant à condition de l’arroser régulièrement. Le plein soleil peut entrainer des brûlures sur ses feuilles. Nous vous conseillons également de choisir un emplacement abrité des vents forts. Il apprécie les sols riches en matière organique, frais à humides, mais néanmoins drainants.

Quand planter ?

Nous vous conseillons de planter l’Archontophoenix au jardin au printemps, vers le mois d’avril, en dehors des périodes de gel. Si vous le cultivez en pot, vous pouvez le planter au printemps ou en automne.

Comment planter ?

En pleine terre :

  1. Commencez par placer le palmier dans une bassine remplie d’eau, afin de réhumidifier la motte
  2. Creusez un trou de plantation, de deux à trois fois la taille de la motte
  3. Mélangez à la terre de plantation un peu de terreau, de compost bien décomposé et de sable grossier (pour le drainage)
  4. Plantez le palmier au centre, en veillant à ce que son stipe soit droit.
  5. Replacez de la terre tout autour et tassez légèrement.
  6. Arrosez généreusement. Vous pouvez faire une cuvette d’arrosage autour du palmier, afin de retenir l’eau et faciliter les arrosages ultérieurs.
  7. N’hésitez pas à installer un tuteur pour le maintenir droit le temps qu’il soit bien installé.

Soyez vigilants à ce qu’il ne manque pas d’eau durant les semaines suivant sa plantation.

En pot :

  1. Commencez par placer le palmier dans une bassine remplie d’eau, afin de réhumidifier la motte
  2. Placez au fond du pot des billes d’argile, graviers ou tessons de pot, pour le drainage
  3. Placez ensuite dans le pot un mélange de terreau, de compost bien décomposé et de sable grossier.
  4. Plantez l’Archontophoenix au centre du pot, en veillant à ce qu’il soit bien droit.
  5. Replacez du substrat tout autour, sans enterrer le collet.
  6. Arrosez généreusement.
Le feuillage du Palmier royal Archontophoenix alexandrae

Archontophoenix alexandrae (photo : John Robert McPherson)

Entretien

Si vous le cultivez en pot, nous vous conseillons de sortir l’Archontophoenix en extérieur à partir du mois de juin, si possible à un emplacement mi-ombragé, et de le rentrer en fin d’été – début d’automne, avant les premiers froids.

L’Archontophoenix nécessite plus d’eau que la plupart des palmiers. Au printemps et en été, arrosez-le une à deux fois par semaine, en laissant brièvement sécher le substrat entre deux arrosages. Veillez à ne pas laisser d’eau stagner dans la soucoupe. Nous vous conseillons de brumiser régulièrement son feuillage car il aime les atmosphères humides. Il appréciera également un apport d’engrais liquide, à diluer dans l’eau d’arrosage une fois par mois au printemps et en été. En hiver, espacez les arrosages et arrêtez les apports d’engrais.

Nous vous conseillons de supprimer les feuilles jaunes ou séchées lorsque vous en voyez.

Vous pouvez rempoter l’Archontophoenix tous les 2 à 3 ans, en le plaçant à chaque fois dans un pot légèrement plus grand, afin d’accompagner son développement. Les années où vous ne le rempotez pas, effectuez un surfaçage en remplaçant le terreau en surface, sur les premiers centimètres.

En intérieur, l’Archontophoenix est parfois attaqué par les araignées rouges, en particulier si l’atmosphère est sèche. Ces minuscules acariens, presque invisibles à l’œil nu, piquent les feuilles pour prélever la sève, ce qui affaiblit la plante et entraine l’apparition de taches jaunes sur les feuilles, qui finissent avec le temps par se dessécher totalement. Les araignées rouges craignent l’humidité, nous vous conseillons de vaporiser régulièrement de l’eau sur le feuillage. Si cela ne suffit pas, utilisez une décoction d’ail ou de l’huile essentielle de romarin.  Pour en savoir plus, consultez notre fiche conseil « Araignée rouge : identification et traitement »

L’Archontophoenix est également sensible aux cochenilles. Pour vous en débarrasser, pulvérisez sur le feuillage une solution anti-cochenilles en mélangeant dans un litre d’eau une cuillère à café de savon noir liquide, une cuillère à café d’alcool à brûler et une cuillère à café d’huile végétale. Pour plus d’informations, découvrez notre fiche « cochenille : identification et traitement »

Multiplication

Comme chez la plupart des palmiers, le semis est la meilleure technique pour multiplier l’Archontophoenix.

Semis

  1. Pour faciliter la germination, vous pouvez soit placer les graines durant une semaine au réfrigérateur, soit les faire tremper dans de l’eau durant un à deux jours.
  2. Préparez des pots en les remplissant de terreau spécial semis. Les pots doivent être assez hauts, car les racines s’enfoncent profondément dans le substrat.
  3. Semez les graines, en les espaçant d’au moins 3 ou 4 cm.
  4. Recouvrez-les avec une fine couche de substrat, sur environ 1 cm d’épaisseur.
  5. Arrosez en pluie fine.
  6. Placez-les sous abri, à une température comprise entre 24 et 28 °C. L’idéal est que les températures soient légèrement plus fraiches la nuit que le jour, et que l’atmosphère soit humide : vous pouvez placer les pots dans une mini-serre, ou les couvrir à l’aide d’un couvercle transparent ou d’un sachet en plastique.

Les graines d’Archontophoenix mettent entre un et trois mois à germer. Veillez à ce que le substrat reste frais jusqu’à la germination, en l’humidifiant de temps en temps à l’aide d’un vaporisateur. Vous pourrez par la suite espacer les arrosages, puis repiquer les jeunes pousses dans des pots individuels, dès qu’elles atteignent environ 10 cm de hauteur.

Association

Evidemment, l’Archontophoenix est prédestiné aux jardins de style exotique ! Si vous avez la chance d’habiter le climat très doux du pourtour méditerranéen, où les risques de gel sont faibles, vous pouvez le cultiver en pleine terre en compagnie d’autres plantes exotiques. Associez-le au feuillage luxuriant des Tetrapanax, des bananiers rouges Ensete ventricosum, des fougères arborescentes, ainsi qu’à d’autres palmiers comme le Phoenix. Amenez de la couleur avec la floraison du Strelizia ou Oiseau de Paradis, des Abutilons, Hedychiums et Lantanas. Découvrez la superbe Bulbine frutescens, qui porte des épis constitués de petites fleurs étoilées jaune orangé. Vous pouvez également intégrer des plantes grimpantes comme la bignone, le bougainvillier ou l’akébia, parfaites pour créer une ambiance « jungle ».

Inspiration pour associer l'Archontophoenix dans un jardin exotique

Kniphofia ‘Fiery Fred’, Archontophoenix alexandrae (photo : Alejandro Bayer Tamayo), Strelitzia reginae, Ensete ventricosum ‘Maurelii’, Tetrapanax papyrifera ‘Rex’ et Phormium ‘Pink Panther’

Dans les autres régions, cultivez l’Archontophoenix en pot pour créer un décor estival sur une terrasse, en compagnie d’autres plantes d’orangerie, à rentrer sous abri pour l’hiver : agrumes, palmiers non rustiques, Strelitzia, Brugmansia… Vous pouvez également, autour de la terrasse, planter en pleine terre des plantes de style exotique suffisamment rustiques pour rester en extérieur toute l’année. Ils créeront un cadre végétal durable, un arrière-plan dans lequel s’intégrera facilement l’Archontophoenix en été. Pensez par exemple au Fatsia japonica, au Tetrapanax, au bananier Musa basjoo, au palmier Trachycarpus fortunei, aux bambous, aux Kniphofias et à la plante grimpante Akebia quinata.

Découvrez notre fiche « Jardin exotique : tous nos conseils pour l’aménager », ainsi que notre page inspiration « Ambiance exotique »

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire