Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
semis en plaque alvéolée
conseil

Comment semer sur une plaque alvéolée ?

Utiliser une plaque de semis, c'est facile !

Une plaque alvéolée est une plaque de culture constituée d’alvéoles. Les plaques alvéolées sont allégrement utilisées en maraîchage commercial ainsi qu’en pépinière. Ils sont cependant de plus en plus utilisés par les jardiniers conquis par la simplicité et l’efficacité de ce mode de multiplication végétale. Découvrez toutes les astuces et conseils pour réussir vos semis et vos repiquages dans ces plaques pour un potager ultra productif.

Une plaque alvéolée, c'est quoi ?

La plaque alvéolée est un support utilisé pour obtenir de nombreuses petites plantes en mottes repiquables directement après quelques semaines.

Elles sont composées de dizaines de cellules de quelques centimètres de largeur et de profondeur pour permettre un bon démarrage des plantules. Elles sont généralement terminées par un trou unique dans le fond pour l’écoulement et l’absorption de l’eau.

Les avantages

  • Le semis en plaques alvéolées permet de se faciliter la vie au niveau du repiquage : vous plantez votre petit plant en motte et le tour est joué.
  • La plante est très peu stressée par l’opération car son système racinaire est intact. Le redémarrage se fera beaucoup plus aisément qu’en racines nues.
  • Cette technique permet d’économiser du temps et un bon nombre de graines.
  • Ce mode de semis permet de réaliser la technique du « multi-sown » (ne pas démarier les semis dans la même cellule). Cela paraît étrange car les mythes du jardinage sont tenaces mais de nombreux légumes peuvent très bien se développer en poussant côte à côte.

Les inconvénients

Ce type de semis se dessèche rapidement vu le volume des cellules composant ces plaques. Il faudra faire très attention à l’arrosage pour éviter de tout perdre en l’espace de quelques heures.

Quelles sont les plantes concernées par ce type de semis ?

Cette façon de faire ses semis concerne bien plus d’espèces potagères que l’on imagine. Même certains légumes racines peuvent être démarrés dans ce type de contenant. D’une manière générale, plus votre graine sera volumineuse, plus le volume de votre cellule devra être important.

Parmi les espèces que l’on sèmera directement dans ces cellules, nous citerons :

Chez les légumineuses

Les fèves, pois et haricots qui devront trouver place dans des plaquettes à grandes cellules.

Chez les Astéracées

Les laitues seront d’abord semées en terrine puis repiquées en cellules au stade de cotylédons. Cela permettra de ne pas abîmer les racines et de peu stresser la plantule. On évite de semer les toutes petites graines directement pour des raisons pratiques assez évidentes.

Les chicorées et les artichauts sont semés directement dans la cellule mais uniquement dans un grand format.

Chez les Solanacées

Les tomates, aubergines et poivrons supportent très bien cette mise en culture.

Semis de tomates en plaque alvéolée

Chez les Brassicacées

Les choux seront traités comme les laitues : semis à la volée en terrine puis repiquage au stade de cotylédons. La roquette, le cresson et les radis peuvent être semés par 3 ou 4 graines par cellules et se développeront tout à fait correctement les uns sur les autres. Les navets en revanche ne pourront être semé qu’individuellement dans chaque cellule.

Chez les Cucurbitacées

Toutes les espèces sans exception. Une graine par cellule avec des alvéoles de grandes tailles pour un bon départ des plantules.

La plaque alvéolée est très adaptée au semis de potirons, courges…

Chez les Chénopodiacées

Les épinards et les betteraves peuvent être semés par 3 ou 4 par cellule sans souci. Les bettes seront semées seules.

Chez les Alliacées

Semez les oignons et les poireaux par 3 ou 4 dans chaque cellule. Le mode solitaire est également possible.

Plantes incompatibles avec ce type de semis

Les carottes ainsi que la plupart des légumes (panais, salsifis,…) ayant des racines pivotantes, ne supporteront pas un repiquage précédé d’un semis en barquettes alvéolées classiques. Par contre, il existe aujourd’hui, des plaques alvéolées spéciales carottes et légumes à racine droite.

Enfin, les pommes de terre ne sont pas non plus adaptées à la culture en plaque.

Comment semer dans une plaque alvéolée ?

Pour semer dans une plaque alvéolée, il vous faudra :

  • une plaque alvéolée ;
  • un terreau de semis ;
  • des graines ;
  • un crayon ;
  • de l’eau.

Comment semer en plaque alvéolée ?

  1. Placez votre substrat dans les alvéoles en le poussant légèrement mais fermement avec l’extrémité de vos doigts. Répétez une seconde fois l’opération jusqu’à arriver au bord de chaque cellule. Aplanissez le tout avec le plat de votre main et égalisez le tout ;
  2. Munissez-vous ensuite d’un crayon pour former une légère dépression dans chaque cellule afin d’y placer vos semences ;
  3. Placez le nombre de graines adéquats en fonction des espèces ;
  4. Rebouchez, arrosez et placez dans un endroit chaud mais éloigné du soleil direct ;
  5. Placez éventuellement un film plastique ou une vitre sur votre plaque pour accélérer la levée ;

Comment repiquer en plaque alvéolée ?

  1. Remplissez chaque alvéole de terreau ;
  2. Enfoncez votre crayon jusqu’au fond de l’alvéole remplie de terreau et introduisez délicatement la racine avec le crayon dans l’alvéole jusqu’à hauteur des cotylédons (les deux premières feuilles).
  3. Rebouchez, arrosez et le tour est joué !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire