Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
la moniliose ou pourriture des fruits
conseil

La moniliose des fruitiers

Prévenir et traiter cette maladie

La moniliose est une maladie provoquée par un champignon, elle fait pourrir les fruits. Elle est aussi capable d’affecter presque tous les organes d’un arbre depuis les jeunes pousses, jusqu’aux fleurs en passant par les rameaux sous-jacents.

Cette maladie est fréquente et touche la plupart des fruitiers de nos régions et même certains arbustes ornementaux. La lutte consiste en des gestes simples à réaliser au cours de l’hiver ainsi qu’au début du printemps lors de l’ouverture des bourgeons car il s’agit bien d’agir préventivement pour être efficace !

Plantes sensibles à la moniliose

Un bon nombre de fruits à noyaux et à pépins, de la famille des Rosacées se montre sensible à la moniliose : Abricotiers, Amandiers, Cerisiers, Nectariniers, Pêchers, Poiriers, Pommiers, Pruniers, Cognassiers…

Au jardin d’ornement,  les Pommiers, Pruniers et Cerisiers à fleurs  ainsi que les Cognassiers du Japon (Chaenomeles japonica), sont également sensibles à cette maladie.

Comment reconnaître la moniliose ?

En hiver, le champignon (Monilia fructigena ou Molinia laxa) se repère par la présence de chancres sur les branches : des rameaux sont desséchés et des lésions à rides longitudinales marquent les branches plus grosses. Des fruits momifiés pendent encore aux rameaux.

monilia

Pomme saine / pomme momifiée

En saison, un second champignon Sclerotinia fructigena ou laxa se greffe sur les fruits, il reconnaissable à ses anneaux concentriques de duvet blanc associés à une pourriture brune de la chair. Le fruit finit par noircir, se déshydrate et reste attaché à l’arbre comme une momie durant tout l’hiver !

Attention, même si les fruits semblent sains à la récolte, la pourriture brune peut apparaître dans les mois qui suivent et anéantir tout votre stock.

Comment se propage la moniliose

  • En janvier, le champignon fructifie sur les chancres et les fruits momifiés restés sur l’arbre, sous la forme de petits coussinets gris libérant des spores.
  • Transportées par le vent ou les insectes, ces spores infectent les fleurs en mars-avril surtout lors de printemps humides ainsi que les jeunes pousses feuillées qui flétrissent 2 semaines après la floraison. Les jeunes fruits sont à leur tour infectés en mai.
  • Un chancre abritant les formes hivernantes du champignon se développe sur les rameaux dont les fleurs ont flétri ou qui portent des fruits momifiés, assurant ainsi le cycle de ce parasite.

Les dégâts peuvent être importants sur les arbres qui fructifient sur des rameaux courts ou lambourdes  à l’instar des Cerisier, Amandier et  Prunier, car il entraîne leur dessèchement rapide . Cette affection est souvent associée à la pourriture brune et aux attaques de pucerons ce qui finit par nuire fortement à la récolte des fruits et à la santé de l’arbre.

Lutte et traitement de la moniliose

Voici quelques conseils pour lutter contre la moniliose :

  • profitez de la taille d’hiver pour éliminer les chancres et les rameaux blessés ou flétris. Éliminez les branches porteuses de fruits momifiés. Pensez à désinfecter le plus souvent possible le sécateur à l’alcool ou au vinaigre blanc (50 ml/l).
  • Supprimez soigneusement tous les fruits momifiés qui pendent encore aux branches ainsi que ceux tombés au sol. Évitez de jeter ces déchets au compost, il est préférable de les brûler dans la mesure du possible ou bien de les recouvrir d’un épais paillage qui va accélérer leur décomposition.
monilia

Enlevez tous les fruits atteints !

  • Effectuez un traitement fongicide à base de cuivre (bouillie bordelaise, oxychlorure de cuivre) au débourrement sur toute la ramure. Le purin d’ortie s’emploie aussi en préventif pour traiter le feuillage des fruitiers à raison de 15 g/l d’ortie sèche, (75 g/l d’ortie fraîche) avec un intervalle de 1 à 2 semaines. Sur les arbres d’ornement, il est conseillé d’épandre des tiges de prêle au sol, mélangé au paillis à raison de 90 g de tiges de prêles par kg de paillis en préventif comme en curatif. Cela implique d’avoir repéré une station où pousse de la prêle (fossés humides sur sol acide).
  • A la chute des pétales des fleurs, renouvelez le traitement fongicide.
  • Surveillez ensuite l’apparition de la pourriture sur les fruits en formation car un simple contact peut contaminer les fruits sains.

Pensez aussi à ôter tous les fruits en cours de conservation qui présentent des taches brunes pour éviter de contaminer tout le contenu de votre réserve.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(7 votes, moyenne: 2.86 sur 5)
Laisser un commentaire