Plus de 400 variétés en promotions !
Maladies et parasites du Pieris

Maladies et parasites du Pieris

Nos conseils pour des Piéris en bonne santé !

Sommaire

Mis à jour le 29 Juin 2023  par Sophie 4 min.

Les anglais l’appellent « muguet en arbre », nous préférons le nommer « Andromède du Japon » d’où il est originaire. Le Pieris est un arbuste persistant de la famille des Ericaceae, cette famille de plantes à fleurs qui regroupe entre autres la myrtille, les rhododendrons ou encore les bruyères. Comme nombre de jardiniers, vous l’appréciez planté en haie libre ou dans un massif ombragé de terre de bruyère où la coloration de son feuillage et de ses pousses apportent de belles couleurs vives. Mais depuis quelques jours vous vous désespérez et vous demandez : « Pourquoi mon Pieris perd ses feuilles ? », « Comment le soigner ? ». S’il montre des signes de dépérissement, c’est qu’il fait peut-être l’objet d’attaques de maladies, parasites ou ravageurs. Selon les symptômes, sachez les reconnaître et les traiter en lutte biologique, sans pulvérisation de produits phytosanitaires ou d’insecticides.

L'andromède du Japon

Pieris japonica

Difficulté

Mon Pieris flétrit et les feuilles se dessèchent sur les tiges : le coupable est le Phytophthora

Joli nom pour cet organisme vivant dans le sol et infestant vos Pieris! Les feuilles de vos magnifiques arbustes commencent par flétrir et retomber comme un parasol replié, puis jaunir et enfin se dessécher sur les rameaux. Malheureusement le mal est fait depuis les racines, car le Phytophthora cinnamomi se déplace dans l’eau et se rencontre donc plus facilement dans les sols humides et acides, appréciés du Pieris. Ce pathogène peut également toucher les conifères, d’autres Ericaceae comme les bruyères, les rhododendrons ou les azalées, les chênes ou les châtaigniers. Malheureusement pour vos beaux Andromèdes, il n’existe pas de traitement curatif. Il faut donc être très vigilant quant au drainage lors de la plantation et éviter les excès d’arrosage en été car humidité et chaleur sont favorables au développement du champignon. Si le mal est fait, arrachez et brûlez le ou les sujets touchés sans hésiter, en évitant la dispersion de la terre contaminée. Creusez un trou où la terre a été en contact avec la plante infestée et évacuez. Laisser le trou ouvert une saison pour favoriser le séchage et rebouchez-le par la suite avec de la terre saine. Si vous souhaitez replanter au même endroit, choisissez une plante insensible à ce pathogène. N’oubliez pas de désinfecter vos outils (sécateur, bêche… et vos bottes si elles ont été en contact avec la terre).

Pieris atteint de Phytophthora cinnamomi

Mon Pieris présente de la pourriture grise : la coupable est la pourriture grise !

Ce champignon se développe lorsque les conditions climatiques sont favorables et il émet des spores qui se dispersent grâce au vent, à la pluie, aux insectes ou … aux jardiniers ! Au printemps, les spores de ce parasite ayant le doux nom scientifique de Botrytis cinnerea, germent sur le végétal et pénètrent dans la plante dans le but de prélever les nutriments et l’eau qui lui sont nécessaires. En automne, les plantes infestés présentent une pourriture gris-noirâtre, qui est en fait une formation de sclérotes (de petites pelotes de mycélium formées par certains champignons pour se protéger) agrégés et durs, visibles notamment sur les  bourgeons et les débris de végétaux. Au printemps suivant, ces sclérotes forment du mycélium et des spores qui vont à nouveau infester d’autres plantes. La propagation de la pourriture grise se fait surtout entre 15 et 25°C avec une forte humidité dans l’air. Il faudra donc éviter les arrosages par aspersion, favoriser la circulation de l’air par la taille – à proscrire toutefois par temps pluvieux –  et éviter les plantations trop denses. Il faut également éviter les excès d’azote, favorables au développement de la pourriture grise.

Mon Pieris a des taches noires : le coupable est une maladie cryptogamique

Il est assez courant que le feuillage de votre Pieris présente des taches noires. Il s’agit d’une maladie cryptogamique due à un certain champignon : le Phyllosticta maxima. Pour en venir à bout, le mieux est d’enlever les feuilles tachées et de les éliminer. Il faudra également réduire les arrosages et peut-être appliquer préventivement un fongicide type bouillie bordelaise si le phénomène persiste.

Taches noires dues au champignon Phyllosticta maxima

Mon Pieris s'affaiblit et a de la fumagine : les coupables sont les Aleurodes !

Les aleurodes, aussi appelées mouches blanches, sont de mignonnes petites bestioles volantes et blanches, de 1 à 3mm. Elles piquent le Pieris (mais pas uniquement) pour se nourrir, ce qui provoque un affaiblissement de la plante. Le miellat produit par l’insecte se couvre également de fumagine, provoquant une diminution de la photosynthèse. Afin de s’en débarrasser, et surtout en débarrasser vos Pieris, il faudra veiller à éliminer de la zone les éventuelles adventices dont raffolent les aleurodes (amarante, chénopode blanc, séneçon, mouron des oiseaux…etc). Utilisez des pièges à glue spécifiques, permettant d’attirer ces insectes nuisibles. Vous pouvez également utiliser la punaise prédatrice Macrolophus en lutte biologique afin de contrôler les invasions. Enfin, le savon noir vous permettra de nettoyer les plantes souillées de miellat ou de fumagine.

Aleurodes

Pour en savoir plus, consultez notre fiche dédiée : Aleurodes ou mouche blanche.

Mon Pieris se décolore et a de drôles d’insectes noir et blanc : le coupable est le Tigre asiatique

Et oui, les Tigres raffolent des Pieris ! Nous ne parlons pas ici des mammifères poilus bien sûr, mais de petits insectes piqueurs-suceurs ailés, plats, de couleur blanche et noire, d’un peu moins de 4mm et à l’aspect tout à fait original. Leur nom scientifique est Stephanitis takeyai. Les tigres du Pieris ne volent pas et on les retrouve sur une même plante d’une année sur l’autre. Sur la face inférieure des feuilles on trouve à la fois des adultes et leurs excréments, des larves et des œufs. Les insectes prélèvent le liquide des cellules de la plante par piqûres ce qui provoque la décoloration des feuilles. De la fumagine (champignon qui se développe en laissant une substance noirâtre sur le dessus de la feuille) peut se développer à cause de ces insectes, diminuant également les échanges gazeux nécessaires à la plante. Pour éviter ces attaques d’insectes, il faut d’une part éviter la taille trop systématique des Pieris, la sève attirant d’une manière générale les insectes piqueurs-suceurs. Il faut néanmoins supprimer et brûler les rameaux infestés et favoriser le développement d’auxiliaires naturels, que sont les chrysopes ou les punaises. Pour cela il faut favoriser la biodiversité au jardin et proscrire l’usage de pesticides!

Tigre du Pieris (Stephanitis takeyai) et plante infestée

Les feuilles de mon Pieris jaunissent entre les nervures : le coupable est le calcaire !

Le Pieris étant une plante de terre de bruyère, il affectionne l’acidité du sol. Un excès de calcaire actif dans le sol peut provoquer une chlorose, qui va compliquer l’assimilation du fer par le végétal et provoquer une défaillance de la photosynthèse. Les feuilles s’éclaircissent, puis deviennent jaunes alors que les nervures restent bien vertes. Il faudra tout d’abord réserver le Piéris aux massifs de terre de bruyère. Lors de la plantation, mélangez de la terre de bruyère à la terre de jardin si celle-ci n’est pas suffisamment acide. Si la chlorose est installée, vous pouvez pailler avec des écorces de pin et apporter de la terre de bruyère en surfaçage mais cette solution ne sera pas satisfaisante à moyen terme car les racines seront toujours en contact avec le calcaire du sol.

Dépigmentation des feuilles due à la chlorose

Commentaires

maladies et parasites du pieris