Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
Aphidius insecte auxiliaire
conseil

Insecte auxiliaire au jardin : l'Aphidius

une mini-guêpe parasite des pucerons

Les Aphidius sont des petits insectes auxiliaires qui parasitent les pucerons au potager, sur les rosiers, au jardin d’ornement ou au verger. La femelle de cette minuscule guêpe, dite parasitoïde, de quelques millimètres seulement, pond directement dans le corps des pucerons. La larve se nourrit à l’intérieur de celui-ci et finit par le transformer en « momie » sèche et vide. Les Aphidius sont si efficaces dans la lutte anti-pucerons qu’ils sont même utilisés dans le cadre de la lutte biologique.

→ Cette fiche conseil vous en dira plus sur ces mini-guêpes parasitoïdes : les Aphidius.

Quel est cet insecte ?

Les aphidius sont des insectes de l’ordre des hyménoptères (comme les abeilles, les guêpes, les fourmis…) et de la famille des Braconidae et de la sous-famille des Aphidiinae. Le genre Aphidius regroupe une quarantaine d’espèces à travers le monde.

Les aphidius adultes ne mesurent que quelques millimètres seulement (microhyménoptères), sont généralement de couleur noire et dotés d’ailes très nervurées. Les femelles sont munies d’un long ovipositeur, une tarière, comme une sorte de tube-seringue, permettant à la femelle de pondre.

Les aphidius adultes sont très discrets et butinent à peine. Cependant, l’aphidius est une guêpe parasitoïde d’un bon nombre de pucerons (voilà d’où lui vient le nom, car Aphides = puceron) : notamment le puceron vert de la tomate (Macrosiphum euphorbiae), le puceron vert du pêcher (Myzus persicae), le puceron strié de la digitale (Aulacorthum solani) et le puceron vert du rosier (Macrosiphum rosae).

À ce titre, les aphidius, en tant qu’insectes auxiliaires des cultures, sont parfois commercialisés dans le cadre de la lutte biologique ou lutte intégrée. C’est le cas des Aphidius erpi, Aphidius picipes, Aphidius colemani et Aphidius matricariae qui sont utilisés dans le contrôle biologique des insectes nuisibles (ici, les pucerons) au sein des cultures et des productions végétales.

Nota bene : il existe d’autres espèces de guêpes parasitoïdes qui parasitent d’autres types d’insectes, certaines chenilles de papillon comme la chenille de la Piéride du Chou par exemple.

Aphidius, Aphide, insecte auxiliaire

Aphidius ervi © Nikk

Une guêpe parasitoïdes ? Qu'est-ce que ça implique ?

Chaque femelle peut pondre une centaine d’œufs en quelques jours. Mais, elle ne pond pas n’importe où ! Elle va pondre directement à l’intérieur des pucerons, à raison d’un œuf par puceron.

La larve d’Aphidius sort de son œuf et commence doucement à dévorer le puceron de l’intérieur. Le puceron devient peu à peu gros comme une tête d’épingle. Une dizaine de jours plus tard, le puceron finit par ne plus s’alimenter et meurt, c’est le moment pour la larve de sortir à l’air libre et devenir à son tour un adulte. Le cycle peut alors recommencer pour notre aphidius, cet efficace petit parasite.

Le puceron vidé de sa substance reste collé sur la plante en tant que « momie » vide et desséchée. Les jardiniers prennent parfois ces « momies » (mot utilisé par les entomologistes eux-mêmes !) pour des insectes ravageurs, alors qu’elles ne vont fatalement plus rien ravager…

Comment faire pour que les aphidius viennent au jardin ?

  • Éviter les biocides (même naturels) et laisser faire la nature : un équilibre naturel se mettra en place petit à petit ;
  • Accueillir le plus de plantes sauvages possibles : chaque plante sauvage nourrit les insectes ou sert de plant-hôte à leurs larves et chenilles ;
  • Arrêter de paniquer dès l’apparition de pucerons : les aphidius, ainsi que d’autres larves comme les larves de coccinelles ou les larves de syrphes, auront tôt fait de régler le problème.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire