Faucher une prairie fleurie ou une zone enherbée

Faucher une prairie fleurie ou une zone enherbée

Nos conseils pour entretenir son jardin de façon plus naturelle et favorable à la biodiversité

Sommaire

Rédigé le 11 Juillet 2023  par Marion 7 min.

Le fauchage revient de plus en plus en force ces dernières années. Il s’impose comme une alternative plus naturelle et favorable à la biodiversité que la tonte rase, généralement appliquée aux pelouses. Il est possible de faucher différentes zones au jardin : les parcelles enherbées, les prairies ou jachères fleuries, les vergers, etc.

Alors comment réussir l’entretien de son terrain en toute sécurité avec les outils de fauche ? Suiviez nos conseils.

Difficulté

Les avantages de la fauche par rapport à la tonte

Si le fauchage redevient populaire comme méthode d’entretien du jardin, c’est parce qu’il a de nombreux avantages.

  • Il n’utilise pas d’énergie électrique ou fossile (essence), ce qui constitue une économie non négligeable et se révèle plus écologique.
  • Il favorise la biodiversité, en laissant plus d’abris et nourriture à la faune locale. Cela permet d’attirer et de garder au jardin plus facilement les insectes auxiliaires, comme les précieux butineurs ou les prédateurs des ravageurs. Il est moins traumatique que la tonte pour la faune, malheureusement souvent victime des lames rotatives. Cette technique d’entretien fait aussi la part-belle à la diversité et à la préservation des espèces végétales indigènes, parfois menacées. Moins d’intervention humaine, c’est une façon simple de réensauvager le jardin !
  • Faucher permet d’entretenir des zones parfois difficiles d’accès avec une tondeuse, un coupe-bordure ou un débroussailleur électrique.
  • C’est un gain de temps, puisqu’il nécessite moins de passages réguliers que lors d’un entretien avec des appareils. Généralement, il est effectué seulement une à deux fois par an, contre un passage parfois une fois pas semaine pour la tonte !
  • Conserver plus longtemps les végétaux assure un rôle de climatiseur. Leurs feuillages retiennent mieux l’humidité et la fraîcheur dans le sol comme dans l’air, ce qui est particulièrement intéressant en été. Cela permet aussi de limiter les arrosages.
  • Le sol reste protégé des pressions exercées par le climat et l’humain: intempéries, UV, piétinement, etc.
  • Le fauchage ne génère aucune pollution sonore ou olfactive, s’il est pratiqué avec des outils manuels.
  • L’esthétisme est également un argument, même s’il est totalement subjectif. Pour certains, un gazon taillé à ras est synonyme de jardin propre et agréable ; pour d’autres, il apparaîtra triste et sans vie, contrairement à un jardin plus sauvage. Le fauchage laisse aussi place à une certaine créativité : il est possible de jouer sur les hauteurs, les formes, etc.
  • Enfin, faucher le jardin est une bonne façon de se dépenser physiquement, totalement naturelle et gratuite !

Côté inconvénients, le fauchage à la main est effectivement un travail physique qui demande un minimum de condition, et souvent même quelques échauffements en amont ! Il est également nécessaire de disposer d’un outil et de l’entretenir régulièrement (mais c’est aussi le cas pour les outils électriques). Enfin, le fauchage demandera plus de patience.

La fauche tardive

Dans les zones qui ne nécessitent pas de passage quotidien, vous pouvez opter pour la fauche tardive au jardin. Les collectivités sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à adopter cette technique d’entretien, qui consiste à tailler tardivement en saison. Cela permet ainsi de préserver la biodiversité. L’objectif est de laisser les plantes profiter d’un vrai cycle de vie complet, en leur permettant de monter en graines avant d’être taillées. La fauche tardive intervient ainsi en fin d’été ou au début de l’automne. Les animaux et insectes peuvent ainsi profiter plus longtemps de nourriture et d’abris.

La fauche différenciée ou raisonnée

Une autre façon d’entretenir le jardin de façon plus naturelle consiste à pratiquer la fauche en gestion différenciée ou raisonnée. Cela consiste simplement à distinguer différentes zones au jardin :

  • celles qui nécessitent un entretien régulier, aux abords de la maison, au niveau des chemins traversant le jardin, au niveau de la zone de jeux des enfants, etc. (zone de fauche régulière) ;
  • celles qui se contentent d’un entretien annuel, comme les prairies ou jachères fleuries ;
  • celles qui peuvent être laissées en friches, au naturel (zone sans fauche).

La hauteur et la fréquence de coupe sont ainsi adaptées de façon spécifique pour chaque zone, à l’inverse d’un entretien global. Une fois encore, cette alternance est favorable à la biodiversité, puisqu’elle multiplie les habitats. Elle demande également moins d’énergie et de temps.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre article « La tonte différenciée : un petit pas pour le jardinier, un grand pas pour la biodiversité ».

Faucher une prairie fleurie

Comment pratiquer le fauchage en toute sécurité ?

Quand intervenir pour faucher ?

La période d’intervention dépend de la zone concernée. Pour une praire fleurie, attendez la fin d’été ou le début de l’automne, une fois que le cycle de vie des plantes est terminé. Elles auront ainsi eu le temps de disséminer leurs graines, ce qui permettra de les voir revenir spontanément d’année en année. Une fauche une fois par an est donc ici suffisante.

Pour un verger, vous pouvez décider de faucher au printemps, afin que les insectes butineurs pollinisent en priorité vos arbres et arbustes. Puis, intervenez une seconde fois dans l’année, au moment de la récolte des fruits.

Les zones sauvages, comme les bordures de haie ou le fond du jardin, peuvent quant à elles se contenter d’une fauche tous les 2 à 3 ans.

Profitez d’une journée sèche et ensoleillée pour intervenir, idéalement en début ou fin de journée, lorsque la faune aura réduit ses activités.

Les différents outils de fauche

Pour la fauche à la main, vous aurez le choix entre une faucille manuelle ou une faux.

  • La faucille à herbe ou la faucille à broussaille sont constituées d’une lame en demi-cercle, reliée à un manche en bois. Elles se tiennent à une main et elles sont plutôt réservées aux petites surfaces.
  • La faux (anciennement faulx) est constituée d’une lame effilée arquée, fixée sur un long manche. Elle sera utilisée pour les plus grandes parcelles et nécessite d’être tenue à deux mains.
Faucille

La faucille, plus petite que la faux, plus simple d’utilisation

Choisissez des outils ergonomiques, légers et en matériaux durables (bois, acier…). Ils devront aussi être adaptés à votre taille et morphologie. Certains sont d’ailleurs réglables en hauteur. Pour une faux, la poignée doit par exemple arriver juste en dessous de la hanche, au niveau du fémur. Préférez les outils à deux poignées, plus faciles à manier et à équilibrer.

Vérifiez que les lames sont bien aiguisées : un outil qui coupe mal sera plus dangereux et demandera plus d’énergie que nécessaire. Si besoin, utilisez une pierre à affuter, parfois d’ailleurs vendue avec l’outil.

Si la zone à faucher est très grande, certains jardiniers préfèrent utiliser une motofaucheuse, ou encore une tondeuse réglée sur la plus grande hauteur possible (entre 8 à 10 cm environ). Notez que vous perdrez dans ce cas certains avantages du fauchage manuel, mais gagnerez en énergie et en temps.

Comment réussir le fauchage ?

La fauche est idéalement effectuée à l’inverse du sens de courbe des hautes herbes (généralement donné par les vents dominants).

Avant de commencer, munissez de gants et de vêtements adaptés au jardin (chaussures solides ou bottes, pantalon couvrant, t-shirt à manche longue). Des lunettes seront également utiles pour éviter les projections.

L’utilisation d’une faux est simple, mais demande un petit temps d’adaptation.

  • Tenez-vous droit, face à la zone à faucher. Laissez reposer la lame au sol sur votre droite (ou sur votre gauche si vous êtes gaucher), la point tournée vers l’avant.
  • Tenez le manche à deux bras (la main droite est au-dessus de la main gauche), puis effectuez un mouvement latéral de balancier de droite à gauche, avec vos épaules. Les bras restent tendus. Plus la zone à faucher sera haute, plus les mouvements pourront être amples. La lame doit toujours rester bien à l’horizontale.
  • Replacez la faux au sol en faisant un pas en avant. Procédez ainsi par bandes sur toute la zone à faucher. Si les herbes sont particulièrement hautes et vigoureuses, il peut être nécessaire de faucher dans les deux sens. Pour un terrain en pente, commencez par le bas en fauchant des bandes parallèles à la pente. Puis, revenez sur vos pas pour passer à la longueur suivante. En cas d’obstacles (arbre, construction, etc.), procédez en cercle autour de la zone à éviter.
  • Lors de vos déplacements, portez votre outil sur l’épaule avec la lame vers l’arrière, pour plus de sécurité.
Faucher

Le fauchage requiert des gestes adaptés

L’utilisation de la faucille est plus facile.

  • Saisissez une poignée d’herbe à couper avec votre main gauche (ou avec votre main droite pour les gauchers).
  • Coupez à la base avec l’autre main, en effectuant un mouvement latéral de droite à gauche.

Après utilisation, nettoyez toujours la lame de votre outil avec un chiffon imbibé d’alcool. Cela permet de limiter la diffusion de maladies entre plantes et de conserver plus longtemps des lames en bon état. Rangez ensuite votre outil dans un lieu sec et protégé, idéalement la lame vers le haut

Gérer les déchets végétaux

La solution la plus simple consiste à laisser sur place les déchets végétaux. Cela permettra de protéger le sol et de le nourrir petit à petit lors de la décomposition.

Si vous souhaitez un rendu plus « propre », il est tout à fait possible de composter les déchets. Vous pouvez aussi les faire sécher quelques jours (cela permet en même temps à la faune de pouvoir partir et aux dernières graines éventuelles de tomber), avant de les réutiliser en paillage dans d’autres zones du jardin. Si vous le souhaitez, utilisez un broyeur.

Les erreurs à éviter en fauchant son jardin

Quelques erreurs courantes peuvent rendre le fauchage du jardin plus difficile.

  • Intervenir sur des herbes trop basses. Le fauchage nécessite en effet que les herbes aient atteint une hauteur minimum, d’au moins 20 cm.
  • Faucher des herbes trop vertes, qui seront trop tendres et que la lame aura plus de mal à couper nettement.
  • Fauchez des herbes humides.
  • Négligez l’entretien du matériel. Il est en effet important de vérifier l’état de vos outils et de vos équipements en amont. Si besoin, pensez que vous pouvez aussi louer ou vous faire prêter du matériel au lieu de l’acheter.
faucher

Éviter de faucher de l’herbe mouillée

Commentaires

fauchage de l'herbe
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.