Bienvenue dans le monde merveilleux du compostage, où votre ambition de transformer des épluchures de légumes en or noir pourrait finir en fiasco fascinant ! Oubliez les conseils classiques et les pratiques éprouvées ; ici, nous allons explorer, avec un brin d'ironie, comment ne pas réussir à produire du compost en suivant nos six (mauvaises) leçons.

Petit avertissement amical : ce guide est bien évidemment destiné à vous faire sourire et à souligner de manière ludique ce qu'il ne faut pas faire. Pour un compost véritablement réussi, il faudra faire exactement l'opposé de ce qui est conseillé ici. Considérez ceci comme un guide anti-tutoriel, où chaque conseil est une occasion d'apprendre ce qu'il faut éviter.

compost comment faire arroser entretenir
Réussir son compost et transformer les résidus de la Nature en or noir, une entreprise pas toujours couronnée de succès

Leçon n°1 : Choisissez mal votre emplacement !

Pour entamer votre aventure dans l'échec "compostique", le choix de l'emplacement est primordial. Trouvez le recoin le plus sombre, le plus reculé de votre jardin, là où ni vous ni le moindre rayon de soleil n'osent s'y aventurer. Si vous avez besoin d'une lampe frontale en plein jour (et d'une boussole !) pour le trouver, c'est que vous êtes sur la bonne voie. Rappelez-vous, les micro-organismes adorent les défis, et quoi de plus stimulant que de travailler dans un environnement semblable à une grotte ? En plaçant votre composteur dans un lieu constamment humide et à l'abri du soleil, vous assurez un environnement idéal pour la prolifération de moisissures et une décomposition lente et malodorante.

En effet, un emplacement qui reçoit un ensoleillement partiel est idéal. Trop de soleil peut assécher votre compost, tandis qu'une ombre excessive peut le garder trop humide et froid. Et rappelez-vous de placer votre composteur à une distance raisonnable de votre maison. Assez proche pour y accéder facilement, mais assez éloigné pour éviter toute nuisance (comme les odeurs, par exemple).

exposition ideale composteur, composteur soleil ou ombre
Choisissez l'emplacement de votre composteur avec soin

Leçon n°2 : Mélangez allègrement tous les déchets !

Pour un compostage spectaculairement inefficace, rien de tel que d'ignorer joyeusement l'équilibre entre les déchets verts (riches en azote) et bruns (riches en carbone). Jetez-y vos épluchures de légumes, tontes de gazon et feuilles en excès, et pourquoi pas, quelques journaux pour faire semblant de s'y connaître. N'oubliez pas, l'objectif est de créer un déséquilibre parfait : trop de "verts", et vous aurez une pâte malodorante ; trop de "bruns", et votre compost ne décomposera jamais. C'est l'art délicat de déséquilibrer son compost.

De plus, si votre but est d'organiser une fête sauvage dans votre jardin, alors ajoutez généreusement des restes de viande, de fromage, et pourquoi pas des os dans votre compost. Non seulement cela favorisera les odeurs les plus exquises, mais en plus, vous deviendrez le meilleur ami des rats et des fourmis du quartier (sans compter les renards ou même les ratons laveurs !). Un vrai paradis pour les amateurs de faune urbaine et rurale !

Non, le composteur n'est pas une poubelle

Leçon n°3 : N'aérez pas votre tas de compost !

Pour assurer un compostage catastrophiquement compact, adoptez la technique secrète de l'empilement maximal. Il s'agit de jeter vos déchets dans le composteur avec l'enthousiasme d'un enfant construisant un château de sable. Entassez, tassez, compressez, jusqu'à ce que le compost ressemble plus à une sculpture moderne qu'à un tas de déchets organiques. Plus il y a de matière, mieux c'est. Oubliez ces vieilles idées sur l'importance de l'air dans le compostage.

L'aérateur de compost ? Quelle invention superflue ! Pour un compostage véritablement infructueux, évitez cet outil à tout prix. L'aérateur est conçu pour introduire de l'air, favoriser la décomposition et accélérer le processus de compostage. En évitant d'utiliser cet outil, vous garantissez un environnement parfait pour la culture de moisissures et la création d'une masse compacte et étouffée, où même les micro-organismes les plus téméraires ne s'aventureraient plus.

aeration composteur comment faire
L'aération du composteur est un des éléments essentiels pour réussir

Leçon n°4 : L'arrosage intensif, la clef du succès !

Vous avez peut-être entendu dire que le compost doit être humide comme une éponge essorée, mais où est l'amusement dans cela ? Pour vraiment échouer dans votre aventure de compostage, adoptez la devise "plus c'est humide, mieux c'est". Transformez chaque session d'arrosage en un véritable déluge. N'ayez pas peur d'inonder votre tas de compost jusqu'à ce qu'il déborde d'eau. Après tout, pourquoi se contenter d'un compost modérément humide quand vous pouvez avoir votre propre marécage en plein jardin ? Non seulement vous aurez l'occasion d'attirer une faune diverse (principalement des moustiques et autres insectes aquatiques), mais vous pourriez aussi amorcer une nouvelle mode en jardinage.

Leçon n°5 : Inspectez votre compost le moins possible !

Pour vraiment exceller dans l'art du compostage raté, adoptez la politique de l'ignorance béate. Laissez la nature se débrouiller toute seule, sans aucune intervention de votre part. Après tout, pourquoi se donner la peine de vérifier l'humidité, l'aération, ou même la température de votre compost ? Cela requiert beaucoup trop d'effort. Convainquez-vous que les micro-organismes et les insectes savent ce qu'ils font et qu'ils n'ont pas besoin de votre aide (ceci dit, en général, c'est le cas, mais dans ce cas précis non).

L'une des joies inattendues d'un compost négligé est la surprise de découvrir des plantes sauvages, voire des légumes oubliés, qui ont pris racine. Ces visiteurs inattendus peuvent être le résultat de graines de fruits ou de légumes jetées dans le compost. Bien que cela ne soit pas l'objectif d'un compost bien entretenu, il y a quelque chose de magique à voir la nature reprendre ses droits et transformer l'abandon en abondance.

compost sans entretien consequences
Un composteur exige une surveillance, laissé à l'abandon, il ne vous donnera pas l'or brun attendu

Leçon n°6 : Faites confiance aux rongeurs et insectes nuisibles !

N'oubliez pas d'inviter des participants spéciaux : les rongeurs. Laissez des morceaux de fromage ou de pain pour attirer les rats et les souris et observez avec admiration comment ils creusent, déplacent et redistribuent vos déchets organiques. N'est-ce pas merveilleux de voir la nature en action, même si c'est sous la forme de petites créatures grignotant tout sur leur passage ?

Ensuite, n'oubliez pas les insectes ! Pourquoi se contenter de vers de compost et de la petite faune normale d'un tas de compost (larves de cétoines, cloportes, collemboles, mille-pattes...) lorsque vous pouvez obtenir une armée de mouches, de moucherons et de moustiques ? Ces petits insectes apportent une touche de vie et de mouvement à votre tas de compost. Leur présence est un signe indéniable que votre compost est bien vivant… mais peut-être un peu trop accueillant.

Pour éviter une prolifération de mouches et de moustiques en surface d'un compost, pensez à apporter une couche de matières sèches sur les restes de fruits et de légumes.

composteur problemes animaux rongeurs

En guise d'épilogue...

Après ce voyage humoristique à travers les façons de rater son compost, il est temps de revenir à la réalité. À partir de 2024, le compostage des déchets organiques deviendra une obligation en France, conformément à la législation visant à réduire l'impact environnemental des déchets. Cette mesure vise à encourager le recyclage et la valorisation des matières organiques.

Si vous souhaitez vraiment réussir votre compost, faites exactement l'opposé de tout ce que nous avons suggéré. Cherchez un bon équilibre entre déchets verts et marrons, évitez de jeter des restes de viande et de fromage, aérez régulièrement votre compost, gardez-le humide, mais pas détrempé, surveillez-le pour prévenir toute invasion de nuisibles et, surtout, ne l'oubliez pas dans un coin de votre jardin. Un compost bien entretenu est un trésor pour tout jardinier : il enrichit le sol, réduit les déchets et favorise une croissance saine et durable de vos plantes.

Enfin, nous vous invitons à partager vos propres histoires et expériences de compostage. Avez-vous déjà fait une erreur hilarante ou rencontré un défi inattendu en compostant ? Votre compost a-t-il déjà attiré des visiteurs surprenants ? Racontez-nous vos aventures et mésaventures. Chaque histoire est une occasion d'apprendre, de rire et de se rappeler que, dans le jardinage comme dans la vie, les erreurs sont souvent nos meilleurs enseignants.

conseils pour avoir un bon compost

Bienvenue dans le monde merveilleux du compostage, où votre ambition de transformer des épluchures de légumes en or noir pourrait finir en fiasco fascinant ! Oubliez les conseils classiques et les pratiques éprouvées ; ici, nous allons explorer, avec un brin d’ironie, comment ne pas réussir à produire du compost en suivant nos six (mauvaises) […]

À partir du 1er janvier 2024, finis les épluchures de légumes, les restes de cuisine mais aussi tous les déchets de jardin dans la poubelle ! En effet, tous les ménages, vivant en appartement ou en maison, en ville ou à la campagne, auront l'obligation de trier leurs biodéchets. Les collectivités et les industriels seront également soumis à la même obligation.

Si pour beaucoup, entre autres les jardiniers, le compostage est une évidence, d'autres devront adopter une solution pour effectuer ce tri des déchets alimentaires à la source. Les grandes agglomérations comme les petites communes, en tant que collectivités territoriales, devraient proposer des solutions de collecte à leurs habitants. Pour autant, que vous habitiez à la campagne comme en ville, vous pouvez déjà vous mettre au compostage. C'est tout bénéf pour vous, pour vos plantes vertes comme pour votre jardin !

compostage obligatoire en 2024

Que dit la loi anti-gaspillage ?

Depuis le 1er janvier 2012, les personnes, structures ou entreprises (entreprises d'espaces verts, cantines, grande distribution...) qui produisent de grosses quantités de biodéchets ont l'obligation de les (faire) valoriser. En 2016, la loi a été étendue aux professionnels produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an. Et, conformément à la loi anti-gaspillage du 10 février 2020, cette mesure sera étendue aux ménages, entreprises, commerces, administrations ou collectivités, en bref à tous ceux qui produisent des déchets.

Ce qui revient à dire que le tri des biodéchets sera obligatoire et généralisé pour tous dès le 1er janvier 2024. Et ce dans toutes les communes, petites ou grandes, du territoire.

compostage obligatoire en 2024

Avant d'aller plus loin dans l'organisation de la collecte de ses déchets valorisables, peut-être est-il bon de rappeler ce qu'est un biodéchet, au regard de la loi (et de l'article L-541-1-1) :

  • Les déchets alimentaires issus de la préparation des repas, de la cuisine ou de la table (restes de plats, produits périmés, épluchures, coquilles d'œufs, os et arêtes...)
  • Les déchets verts produits par l'entretien des jardins et des parcs, qu'ils soient publics ou privés : tontes de gazon, déchets de taille, d'abattage ou d'élagage d'arbres ou d'arbustes, feuilles mortes...

Afin de satisfaire à cette obligation de tri à la source des biodéchets, les collectivités c'est-à-dire les communes ou les communautés de communes s'engagent à proposer des solutions individuelles ou collectives. Ainsi, pourraient être mis en place des composteurs collectifs de proximité, à l'échelle d'une commune, d'un quartier, d'un lieu-dit, d'un immeuble ou d'une résidence. Tandis que l'État prend des mesures pour valoriser ces déchets.

Pourquoi trier les biodéchets ?

Jusqu'à présent, les déchets alimentaires ou verts qui représentent au moins un tiers du volume des ordures ménagères collectées se retrouvent dans les poubelles communes. Considérés comme des ordures ménagères, ces déchets sont donc incinérés ou enfouis. Alors qu'ils pourraient être valorisés !

compostage obligatoire en 2024

Donc, au-delà du simple fait de réduire la quantité d'ordures ménagères, les biodéchets peuvent être valorisés pour :

  • Enrichir le sol naturellement à travers le compost, ce qui permet aux agriculteurs de réduire le recours aux engrais chimiques. Les particuliers, entreprises ou collectivités peuvent utiliser ces biodéchets pour fabriquer un terreau ou de l'engrais pour la terre de leur jardin et de leur potager, pour les plantations sur terrasse et balcon, pour le substrat de leurs plantes d'appartement ou encore les espaces végétalisés. Ces biodéchets sont ainsi recyclés en une matière organique primordiale pour le sol
  • Produire des énergies renouvelables via la récupération du biogaz par méthanisation. Et les restes de la méthanisation peuvent retourner au sol
  • Nourrir des animaux d'élevage
  • Créer des emplois liés à ces différentes filières.

Indirectement, trier ses biodéchets, également appelés déchets organiques, permet également de limiter la pollution et de préserver l'environnement.

Les solutions de tri individuel des déchets organiques

Même si l'obligation de trier ses déchets organiques n'est pas encore effective, vous pouvez d'ores et déjà commencer à appliquer ces mesures. C'est tout votre intérêt, d'abord pour alléger vos poubelles (surtout si vous habitez une commune où le ramassage des ordures ménagères est facturé au poids !), ensuite pour produire un fertilisant naturel et totalement gratuit pour votre potager, vos arbustes et vivaces si vous habitez dans une maison, ou vos plantes vertes si vous habitez en appartement.

Si vous disposez d'un terrain ou d'une terrasse, différentes solutions peuvent vous permettre de collecter et de composter vos déchets alimentaires et verts :

Le compostage en tas

Plutôt réservé aux grands espaces, ce type de compostage consiste à simplement faire un tas de tous ses déchets organiques dans un coin du jardin relativement ombragé. Prenez la précaution d'entourer votre tas de compost de planches pour éviter que les animaux errants ou les poules étalent tout.

compostage obligatoire en 2024

Les avantages du compostage en tas :

  • Facile à mettre en place
  • Le brassage du compost pour l'aérer et le retourner est très simple avec une fourche
  • Pas de limitation dans le volume
  • Évaporation et humidification naturelles par les intempéries
  • Très bonne aération
  • Très accessible aux vers de terre et insectes utiles

Les inconvénients du compostage en tas :

  • Les animaux y ont facilement accès et peuvent facilement le gratter et l'étaler
  • L'esthétisme discutable
  • La durée pour obtenir un compost mûr est peut-être plus longue car il est plus soumis aux intempéries ou à la chaleur. Il demande donc une surveillance accrue

Le composteur

Le compostage se fait dans un bac en bois ou en plastique. Ce bac à compost ou silo à compost est fermé par un couvercle. Il en existe une multitude de formes et de tailles mais la plupart sont équipés d'une trappe en partie basse qui permet de récupérer le compost mûr.

Vous pouvez vous procurer différents modèles de composteurs en jardinerie, magasin de bricolage ou en ligne sur Internet. Si vous êtes bricoleur, vous pouvez aussi en fabriquer un avec du bois de récupération ou des palettes.

compostage obligatoire en 2024

Les avantages du composteur :

  • L'encombrement est minime
  • D'un point de vue esthétique, le bac s'intègre bien dans un jardin ou un potager
  • Le couvercle protège les biodéchets collectés des intempéries et donc de la dessiccation
  • La durée de compostage est réduite

Les inconvénients du bac à compost :

  • Le retournement et le mélange du compost demandent des efforts car les parois et la hauteur limitent les mouvements
  • Le volume est limité, surtout si vous avez un grand jardin et une famille nombreuse !
  • L'aération de par le manque d'oxygène doit être surveillée pour éviter le pourrissement ou l'assèchement des matières.

Le compostage de surface

Cette technique consiste à épandre au pied des végétaux et plantes potagères les déchets de cuisine ou de jardin. Ainsi, on peut composter les épluchures de légumes ou de fruits, les tontes de gazon, les feuilles mortes, les branchages broyés issus des tailles d'arbres ou d'arbustes...

Les avantages du compostage de surface

  • Aucun investissement financier, aucun effort !
  • Pas besoin de retourner ou d'aérer
  • Permet d'attirer des vers de terre et des insectes auxiliaires au plus près des légumes ou plantes cultivés

Les inconvénients du compostage de surface

  • Les déchets doivent être broyés ou coupés en petits morceaux afin d'accélérer le processus de décomposition
  • Les déchets de cuisine ne sont pas très "jolis" dans les massifs, aux pieds des arbustes ou dans le potager
  • Ce type de compostage peut attirer des nuisibles comme les rats, les limaces et les escargots...

Pour mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre compost, différents outils ou produits naturels peuvent vous être proposés :

Et si vous habitez en appartement ?

Si vous habitez en ville dans un appartement, éventuellement avec un balcon ou une terrasse, vous pouvez (et devrez) composter vos déchets. La solution réside dans le lombricomposteur où des vers de terre (les lombrics) travaillent à transformer les biodéchets en un amendement solide et un fertilisant liquide. Concrètement, les vers de terre, activement soutenus par des micro-organismes, mangent et digèrent les déchets puis produisent des excréments qui deviennent compost par un procédé de bio-oxydation. Et les vers de terre sont plutôt goulus et vaillants puisqu'ils mangent pratiquement l’équivalent de leur poids en une journée, sans dormir !

lombricomposteur

En bout de chaîne, on obtient un amendement solide, relativement léger et aéré car les vers de terre, par leurs mouvements continuels, ont apporté de l'oxygène. Dans un lombricomposteur, on récolte aussi un fertilisant liquide, le lombrithé, idéal pour arroser et booster les plantes.

Toutes les épluchures de légumes et fruits (sauf celles des alliacées et des agrumes) peuvent être mises au lombricomposteur, tout comme le marc de café, les sachets de thé ou les coquilles d'œufs.

Les avantages du lombricomposteur 

  • Le compostage est rapide
  • Il ne dégage aucune odeur
  • Il est à portée de main alors que les autres composteurs obligent à traverser le jardin par tous les temps
  • Il est effectif tout au long de l'année  alors que, dans les composteurs extérieurs, les changements de température peuvent influer sur le travail des micro-organismes
  • Pas de retournement ou de mélange
  • Très grande facilité d'utilisation
  • Il est autonome et fonctionne même si vous partez en vacances

Les inconvénients du lombricomposteur 

  • Le lombricomposteur est sensible aux changements de température donc attention si vous le placer sur un balcon ou une terrasse
  • Il demande un suivi régulier.

Et dernier point pour rassurer les phobiques des petites bêtes : les vers de terre ne s'aventureront jamais hors de leur lombricomposteur où ils trouvent le gîte et le couvert.

De même, un lombricomposteur ne dégage pas d'odeur nauséabonde.

Pour en savoir plus : le lombricomposteur, coté pratique 

À partir du 1er janvier 2024, finis les épluchures de légumes, les restes de cuisine mais aussi tous les déchets de jardin dans la poubelle ! En effet, tous les ménages, vivant en appartement ou en maison, en ville ou à la campagne, auront l’obligation de trier leurs biodéchets. Les collectivités et les industriels seront […]

Le compost "maison" est traditionnellement récupéré et utilisé au printemps et à l'automne. À l'ouverture du bac, pour certains, c’est l’heure des déconvenues. À la place du terreau noir, on y trouve toutes sortes de choses : matières non décomposées, plus ou moins identifiables ("Oh, une orange bleue, poilue en plus !"), amas verdâtres et visqueux  et même, plantes en début de croissance ("Tiens, la pomme de terre de l’année dernière est en train de faire des petits…"). Le tout dégageant une odeur peu avenante. Je confesse, il y a un peu de vécu. Bref, tout sauf du bon compost que votre potager, et votre  jardin en général, réclament pourtant à cor et à cri !

Le compostage des épluchures permet de diminuer le volume des déchets
Compostage des déchets de cuisine

Pourquoi ? C’est simple : parfois distribué gratuitement, en vue de réduire le volume de déchets des familles, le composteur est souvent utilisé comme une vulgaire poubelle. Erreur fatale.

Qu’est-ce qu’un bon compost, à quoi ça sert ?

Un bon compost est avant tout bien décomposé. Il se présente un peu comme un terreau, il est foncé, presque noir et sent bon le sous-bois. Il peut rester quelques éléments grossiers, mais, dans l’ensemble, les matières compostées ne sont plus identifiables.

Au-delà de son apparence, un bon compost est surtout un engrais organique de premier choix. Équilibré, sans teneur excessive en azote, il fertilise efficacement mais en douceur et fait office de ferment. Riche en micro-organismes, il entretient l’activité biologique et donc la vie du sol. En résumé, c’est l’ingrédient indispensable à la formation de l’humus, qui est lui-même le pilier de tout jardin naturel et bio qui se respecte.

Comment faire un bon compost ?

Soyons clairs, faire un excellent compost n’est pas à la portée de tous, ce n’est pas pour rien qu’il existe des formations de Maître composteur. Néanmoins, produire un compost acceptable n’est pas compliqué.

Alors, pour en finir, une bonne fois pour toutes, avec le compost raté, voici 5 grands principes à respecter :

1) Le bon emplacement

Le meilleur emplacement pour un composteur est à l’ombre ou à mi-ombre, protégé des fortes chaleurs estivales. Pour des raisons pratiques évidentes, mais aussi parce qu’un compost bien mené ne sent pas, installez-le à proximité de la maison ou dans un endroit facile et rapide d’accès.

2) un bon ratio carbone/azote

Pour obtenir un compost équilibré, il convient de respecter une bonne proportion de chaque type de déchets. En gros, aux déchets dits « équilibrés », on ajoutera, en les mélangeant, 2/3 de « brun» pour 1/3 de «vert ».

Voici  avec quelques exemples pour vous y retrouver :

Déchets équilibrés
  • Tailles de haies, en feuilles
  • Plantes sèches
  • Feuilles mortes tendres, se décomposant rapidement
  • Fumier avec paille
  • Marc de café
  • Herbe sèche
Déchets verts
= dominante azote
  • Épluchures de légumes et autres déchets de cuisine
  • Herbe verte fraîche (tontes de pelouse)
  • Fleurs fanées, feuilles vertes
Déchets bruns
= dominante carbone
  • Carton brun, papier (non glacé)
  • Taille de haies, sans feuilles (hiver)
  • Feuilles mortes coriaces ou tanniques (persistants, Magnolia grandiflora, Châtaigner, Chêne)
  • Paille
  • Sciure, copeaux de bois, broyat d’élagage

NB : Quoi qu’en disent certains, aucun déchet biodégradable (et non polluant, bien sûr) n’est formellement interdit dans le compost, tout est question de dosage et d’équilibre.

3) de petits morceaux

Pour « digérer », les organismes et insectes décomposeurs (et oui, le travail ne se fait pas tout seul !) ont besoin d’être nourris régulièrement, mais avec de petits morceaux. Aussi, les déchets doivent être coupés : au couteau pour les épluchures, en quelques coups de sécateurs pour les déchets de jardin, à la tondeuse pour les feuilles ou au broyeur pour les déchets de taille. Vous serez amplement remerciés de ces efforts par la maturation rapide de votre compost.

Petit aperçu des habitants du compost :

4) De l’air : des brassages réguliers

Sans air, pas de décomposition, juste de la fermentation… D’où le caractère essentiel des brassages réguliers, idéalement lors de chaque apport. Pour cela, utilisez une simple fourche ou, mieux, dans un composteur en silo, un brass compost. Cet outil, en forme de gros ressort, permet à la fois de mélanger et d’aérer le tas.

5) Une humidité optimale (ni trop, ni trop peu)

De par leur nature, vos déchets seront humides (le « vert ») ou secs (« le brun »), cela doit suffire à entretenir une hygrométrie optimale, à condition de penser à refermer le couvercle du composteur. Néanmoins, par forte chaleur, il se peut que les matières sèchent : contrôlez l’humidité et, si besoin, arrosez, juste ce qu'il faut... car les déchets ne doivent pas non plus être détrempés, d'où l'utilité du couvercle !

Vous voilà parés pour réaliser, cette année, un bon compost... et pour aller plus loin, n'hésitez pas à consulter notre fiche conseil : "Déchets verts : solution de recyclage et valorisation au jardin".

Le compost « maison » est traditionnellement récupéré et utilisé au printemps et à l’automne. À l’ouverture du bac, pour certains, c’est l’heure des déconvenues. À la place du terreau noir, on y trouve toutes sortes de choses : matières non décomposées, plus ou moins identifiables (« Oh, une orange bleue, poilue en plus ! »), amas verdâtres et visqueux  et […]