Le Tamaris, connu botaniquement sous le nom de Tamarix, est un arbuste ou petit arbre remarquable qui s'illustre par sa robustesse et son élégance. Originaire des régions méditerranéennes et asiatiques en fonction de l'espèce, cette plante se distingue par des feuilles fines et écailleuses et des grappes florales délicates, souvent teintées de rose ou de blanc, qui apparaissent généralement entre le printemps (pour les tamaris de printemps) et l'automne (pour les tamaris d'automne). Adapté à une variété de conditions climatiques, le Tamaris est particulièrement apprécié pour sa tolérance aux sols salins et sa capacité à résister aux vents forts, ce qui en fait un choix idéal pour les jardins côtiers ou les zones à conditions météorologiques difficiles. Découvrons comment multiplier le tamaris !

comment multiplier le tamaris

Les tamaris en quelques mots

Le Tamaris est une plante qui s'adapte bien à une grande diversité de conditions environnementales, mais il prospère particulièrement dans certains cadres spécifiques. Ces arbustes sont idéalement plantés dans des zones bénéficiant d'une exposition pleine lumière, ce qui est essentiel pour stimuler une floraison abondante et saine. Ils préfèrent les sols bien drainés, pouvant même tolérer des conditions de sécheresse une fois établis. Toutefois, une irrigation modérée favorisera une croissance plus vigoureuse, surtout pendant les périodes de sécheresse prolongée.

Les Tamaris résistent bien aux embruns salins, ce qui les rend particulièrement adaptés aux jardins côtiers. Ils supportent également les sols légèrement salins et peuvent être utilisés pour stabiliser les sols et prévenir l'érosion. Une protection contre les vents les plus forts peut être nécessaire pour les jeunes plants, bien que les spécimens matures soient remarquablement résistants au vent.

Pour en savoir plus sur la culture des tamarix, lisez Tamaris : planter, tailler et entretenir.

multiplier bouturer semer le tamaris
Les Tamaris sont des habitués de bord de mer

Matériel nécessaire

  • Sécateur bien aiguisé pour prélever les boutures. Il est crucial que ces outils soient propres et désinfectés pour éviter la propagation de maladies.
  • Activateur racinaire (facultatif) pour améliorer le taux de réussite en encourageant un enracinement rapide et sain.
  • Pots de plantation remplis d'un substrat léger et bien drainé, idéalement un mélange de terreau et de sable ou de perlite, pour assurer une bonne aération des racines.
  • Bac à boutures ou mini-serre (facultatif) : un environnement à humidité contrôlée peut grandement améliorer les chances de succès des boutures, en maintenant l'humidité nécessaire sans pour autant saturer les jeunes racines.
  • Arrosoir ou vaporisateur pour maintenir le substrat humide, mais non détrempé.
  • Étiquettes de jardin pour marquer les boutures avec le nom de la variété et la date.

Comment bouturer le tamaris : techniques et conseils

Le bouturage du Tamaris est le plus efficace lorsqu'il est effectué en fin d'été ou au début de l'automne. Le mois de septembre est donc idéal. Cette période coïncide avec la fin de la saison de croissance active, lorsque les tiges ont eu le temps de mûrir, mais ne sont pas encore complètement lignifiées (boutures semi-aoutées). Bouturer à ce moment permet aux boutures de s'établir et de développer un système racinaire robuste avant l'arrivée des conditions hivernales, optimisant ainsi les chances de survie et de croissance au printemps suivant.

Pour maximiser le succès du bouturage, il est crucial de choisir des tiges saines et vigoureuses. Les tiges idéales pour le bouturage sont celles qui sont semi-ligneuses ; c’est-à-dire partiellement durcies et non entièrement vertes ou molles. Évitez les tiges qui montrent des signes de maladie, de faiblesse ou de dommages. La longueur recommandée pour chaque bouture est d'environ 15 à 20 centimètres, ce qui permet une manipulation facile et suffisamment d'espace pour la formation des racines.

multiplication tamaris

Préparation des boutures

  • Coupe des tiges : utilisez un sécateur propre et aiguisé pour faire des coupes nettes juste en dessous d'un nœud, car c'est à partir de ces points que les racines tendent à se développer plus facilement.
  • Préparation des tiges : retirez les feuilles inférieures pour réduire la transpiration (perte en eau) et laissez seulement quelques feuilles en haut de la bouture pour permettre la photosynthèse.
  • Traitement à l'activateur racinaire : trempez l'extrémité inférieure de la bouture dans un activateur racinaire. Cela stimule la croissance des racines et augmente les chances de succès du bouturage.

Bouturage proprement dit

  • Plantation : plantez les boutures traitées dans un pot rempli d'un mélange de terreau et de sable ou de perlite ou un terreau de bouturage pour assurer un bon drainage. Enfoncez les boutures à environ un tiers de leur longueur dans le substrat.
  • Arrosage : maintenez le substrat uniformément humide, mais pas détrempé.
  • Emplacement : placez les boutures dans un endroit lumineux, mais à l'abri du soleil direct, où elles peuvent bénéficier d'une lumière indirecte suffisante sans risque de brûlure.
  • Microclimat : couvrir les boutures avec un sac en plastique transparent ou la placer dans une mini-serre (bouturage à l'étouffée) peut aider à maintenir une humidité élevée autour des boutures, ce qui est crucial pour leur enracinement.

Soins aux boutures

Les jeunes plants de tamaris nécessitent un arrosage régulier pour maintenir le substrat uniformément humide jusqu'à ce qu'ils soient bien établis. Il est important d'éviter à la fois la sécheresse prolongée et l'excès d'eau, qui peut entraîner des maladies racinaires. Après l'établissement, le Tamaris devient plus tolérant à la sécheresse, mais un arrosage modéré durant les périodes sèches favorise une croissance continue et une bonne santé.

Les jeunes plants de tamaris prospèrent en plein soleil. Cela aide non seulement à promouvoir une floraison abondante, mais renforce également la résistance de la plante aux maladies et aux ravageurs. S'ils sont plantés dans des régions très chaudes, une protection contre le soleil de l'après-midi peut être nécessaire durant les premiers stades de croissance pour éviter un stress thermique.

Et le semis ?

Les semis spontanés ne sont pas rares chez les espèces sauvages de tamaris. C'est parfois l'occasion de récupérer un jeune plant à moindre coût. Mais, semer ses propres graines de Tamaris donne des résultats aléatoires et n'est vraiment à songer que pour les espèces botaniques, comme le Tamarix tetrandra. Néanmoins, si vous souhaitez tenter l'expérience, voici nos conseils :

  • Récolte des graines : les graines de tamaris sont contenues dans de petites capsules qui s'ouvrent à maturité, en automne pour le Tamaris de printemps. Récoltez les capsules lorsqu'elles sont sèches et brunes, puis extrayez les graines en les frottant délicatement entre vos doigts.
  • Préparation des graines : avant de semer les graines de tamaris, il est recommandé de les stratifier pour améliorer leur germination. Placez les graines dans un mélange humide de sable et de tourbe, puis conservez-les au réfrigérateur pendant 2 à 3 mois.
  • Semis : au printemps, semez les graines stratifiées en pleine terre ou en pots, à une profondeur d'environ 0,5 cm. Choisissez un emplacement ensoleillé et bien drainé, avec un sol légèrement acide à neutre.
  • Arrosage : arrosez régulièrement les semis pour maintenir le sol humide, mais évitez les excès d'eau. Le tamaris est une plante résistante à la sécheresse, mais les jeunes plants ont besoin d'un arrosage régulier pour s'établir.
  • Repiquage : si vous avez semé les graines en pots, repiquez les plants en pleine terre lorsqu'ils sont suffisamment grands et résistants, généralement après un an de culture.