Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le Silphium : plantation, culture

Le Silphium en quelques mots

  • C’est l’une des plus grandes plantes vivaces !
  • De l’été à l’automne, le Silphium offre de grandes fleurs de marguerite jaunes culminant à près de 3 mètres de haut
  • De culture facile, il pousse en plein soleil dans une terre riche et fraîche
  • Vigoureux et longévif, il est parfaitement rustique dans toutes nos régions
  • Il apporte une note champêtre aux massifs, aux grands espaces sauvages et dans les prairies naturelles

Le mot de notre experte

Plantes iconiques des prairies humides et fertiles d’Amérique du Nord, les Silphiums (S. laciniatum et S. perfoliatum), appelés aussi silphe ou silphon, sont de grandes vivaces vigoureuses qui forment d’immenses touffes fleuries culminant jusqu’à 3 mètres de hauteur.

Majestueuses, elles nous gratifient de leur floraison mellifère et solaire en grandes marguerites jaune vif de juin jusqu’aux gelées. Ce sont en prime de belles fleurs à couper !

Ces vivaces géantes de la même famille que les soleils, mais vivaces, allient robustesse et floribondité et ne demandent que du soleil et un sol frais pour s’épanouir.

Particulièrement robustes, demandant très peu d’entretien une fois bien établies, parfaitement rustiques, laissez vous tenter par ces belles américaines à l’allure graphique et au charme champêtre !

Siphium, Silphe, Silphon

Silphium perfoliatum

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Silphium

Famille : Astéracées

Noms communs : Silphe, Silphion

Floraison : Juin à novembre

Hauteur : 2 à 3 m

Exposition : Soleil

Sol : Riche, frais, bien drainé

Rusticité : -15 °C et au-delà

Le Silphium couramment appelé silphe est une immense plante vivace de la famille des Astéracées comme les Asters, Echinaceas, ou encore Rudbeckias, et autres marguerites. Le genre Silphium comporte environ 17 espèces de vivaces herbacées originaires des prairies humides et des lisières d’Amérique du Nord. Dans nos jardins, seules deux espèces sont représentées ;

Siphium, Silphe, Silphon

Silphium laciniatum : planche botanique (vers 1811)

Le Silphium est une espèce aujourd’hui menacée dans ses contrées d’origine en raison de la dégradation de son habitat naturel.

Cette robuste vivace pourra atteindre assez facilement jusqu’à 3 m de hauteur, pour un étalement de 70 cm à 1 m. A partir d’une racine pivotante, elle développe une rosette au ras du sol. La plante forme une touffe buissonnante au port dressé. Un peu lent à s’installer, il faudra environ deux à trois ans au Silphium pour bien s’étoffer, former une touffe particulièrement vigoureuse et offrir ses premières fleurs. Une lenteur qui n’a d’égal qu’une grande longévité puisqu’il est capable de vivre près de cent ans.

Au printemps, des tiges peu ramifiées, rugueuses et quadrangulaires émergent de la rosette. Ces tiges sont aromatiques possédant une odeur d’essence de térébenthine. Elles portent de grandes feuilles vertes, caduques, ovales à triangulaires, lancéolées, avec un bord régulièrement denté, et opposées jusqu’en haut des tiges. Elles mesurent de 4 à 60 cm de long, et jusqu’à 30 cm de large. Leur taille diminue en s’élevant en haut des tiges. Elles engainent la base des tiges, retenant ainsi l’eau de pluie, ou la rosée, ce qui a valu à la plante le joli surnom de « bain d’oiseau », volatiles et insectes venant s’y abreuver.

Le feuillage varie d’une espèce à l’autre. Chez le Silphium perfoliatum, les tiges semblent transpercer les feuilles d’où son nom latin qui signifie « à travers la feuille ». Le Silphium laciniatum se distingue par ses feuilles qui s’orientent en deux ou trois semaines, en fonction du soleil levant, vers le Nord ou le Sud. On lui a donné l’autre appellation de « plante boussole » car cette particularité aurait permis de guider les colons durant la conquête de l’Ouest. Cette propriété les protège de la brûlure du soleil et limite l’évaporation de l’eau dans les tissus foliaires.

De cette végétation abondante et rugueuse s’élèvent les tiges florales de juillet à octobre, s’épanouissant jusqu’aux premières gelées. La floraison estivale a lieu sous la forme corymbes terminaux composés de grands capitules, semblables à de petits tournesols, de grandes marguerites ou encore à des fleurs du Topinambour. 

Siphium, Silphe, Silphon

Silphium perfoliatum : feuilles et fleurs

Les capitules, au nombre de 27 à 38 fleurs, apparaissent à l’extrémité des tiges feuillées, portés souvent à près de 3 mètres de haut. Ces inflorescences orientées vers le soleil mesurent de 4 à 10 cm de diamètre. Elles sont caractéristiques de la famille des Astéracées et formées de grandes ligules filiformes jaune d’or, disposées radialement autour d’un cœur de fleurons jaune piqueté d’étamines noires.

Leur présence radieuse s’invite dans les bouquets d’été et d’automne.

Nectarifères et mellifères, elles se renouvellent sans interruption tout l’été attirant les butineurs et les pollinisateurs jusque tard en saison. Ces fleurs donnent ensuite des fruits qui nourriront les oiseaux à la morte saison et qui se ressèment facilement.

Le silphium de Cyrénaïque était une plante médicinale aujourd’hui disparue dont les tiges exsudaient un suc amer possédant des propriétés médicinales utilisées dans l’Antiquité et par les Indiens et les colons.

Siphium, Silphe, Silphon

Silphium perfoliatum

Plantation du Silphium

Où le planter ?

Facile de culture, le Silphium est parfaitement rustique jusqu’à au moins -20°C. Cette grande marguerite préfère le plein soleil (au moins 8h d’ensoleillement par jour pour bien fleurir), tolérant la mi-ombre dans les régions les plus chaudes de notre pays. Offrez-lui un endroit bien dégagé pour qu’il puisse prendre toute sa mesure et abrité des vents forts susceptibles de faire coucher ses hautes tiges.

Tolérant, s’il accepte les sols ordinaires, même calcaires ou secs lorsqu’il est bien installé, il sera plus florifère dans une terre fertile et bien drainante qui reste bien fraîche à humide en été. En sol mal drainé, il craindra les inondations hivernales.

Choisissez bien son emplacement car sa racine pivotante déteste être déplacée et veillez à lui octroyer suffisamment d’espace car il peut monter jusqu’à près de 3 m de hauteur. Il s’installe lentement mais finit par former des touffes denses et très florifères au fil du temps, revenant fidèlement chaque année.

Avec sa haute stature, il dominera majestueusement les arrière-plans des massifs naturalistes, ou ponctuera les prairies fleuries ou les recoins champêtres en formant des bosquets. Il pourra également fleurir un mur bien exposé. Avec sa floraison candide et solaire, il permet de structurer des scènes d’aspect sauvage en toute simplicité. Ses dimensions démesurées et sa vigueur ne permettent pas de le cultiver en pot.

Siphium, Silphe, Silphon

Siphium laciniatum

Quand le planter ?

La plantation des Silphium se fait au printemps en mars avril, vous surveillerez bien les arrosages dans ce cas, ou à l’automne de septembre à novembre, en dehors des périodes de gel ou de sécheresse.

Comment le planter ?

Un sol riche favorisera une belle floraison : améliorer le sol en apportant quelques poignées de bon compost mûr. Comptez 2 à 5 plants au m² en respectant une distance d’environ 50 cm entre les pieds, pour une belle composition charmante et champêtre. Vous pouvez le planter en bosquet, seul ou mélangé à d’autres vivaces ou graminées géantes.

  • Creusez un trou 2 à 3 fois le volume de la motte de Silphium, d’au moins 30 cm de profondeur
  • En sol lourd, améliorez le drainage en étalant un lit de graviers ou de billes d’argile au fond du trou
  • Apportez une ou deux poignées de compost et un peu de sable de rivière à la terre de jardin
  • Comblez avec ce mélange
  • Arrosez
  • Paillez pour garder la terre fraîche durant l’été

Culture et entretien

Une fois bien installé au soleil et dans une terre bien drainée, le Silphium devient chaque année plus opulent sans demander beaucoup d’entretien.

Le premier été, arrosez régulièrement, mais sans excès car le pied doit rester au frais pas détrempé. Par la suite, la plante tolèrera de courtes périodes de sécheresse. Paillez la souche pendant l’été avec du compost ou un paillage organique pour maintenir les racines au frais et limiter les arrosages.

Au printemps, apportez une ou deux pelletées de compost pour nourrir le pied.

Les touffes sont suffisamment robustes pour se passer de tuteurs même si elles peuvent avoir tendance à s’affaisser sous l’effet du vent ou de la pluie.

Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure pour favoriser l’apparition d’autres boutons floraux.

Après floraison, rabattez la touffe au ras-du-sol. Le feuillage disparaît en hiver, pour réapparaître au printemps.

Multiplication

Le Silphium se multiplie facilement par division de touffe au printemps ou à l’automne sur des souches bien installées depuis moins 3 ans. La division permet de redonner de la vigueur à la plante et d’obtenir rapidement de nouveaux plants identiques à l’espèce d’origine. Il se ressème également spontanément.

  • Sortez la touffe avec une fourche-bêche
  • Divisez en plusieurs morceaux comportant des racines et des feuilles
  • Replantez immédiatement au jardin dans un sol bien drainé et frais puis, arrosez régulièrement pour assurer la reprise

Associer

Avec sa silhouette haute et structurante, et ses nombreuses fleurs en marguerites jaune vif, le Silphium est parfait pour fleurir les grands espaces et les massifs un peu sauvages dans un jardin naturel.

Il apporte toujours beaucoup de vivacité, de légèreté et de gaieté aux scènes champêtres et naturalistes en fin de saison. Imposant, il se plante souvent en fond de massif seul ou groupé comme pour ponctuer une prairie fleurie où il s’entoure facilement d’autres vivaces aussi peu exigeantes que lui.

Dans un massif abondamment fleuri, il accompagnera les vivaces à floraison estivale hautes en couleurs comme les Cosmos, dahlias et des Glaïeuls, les Coreopsis, les Kniphonias, les Echinaceas. Pensez à le planter à proximité d’autres vivaces à fort développement comme les Asters, les Cannas, Hémérocalles, elles joueront un rôle de soutien, empêchant ses tiges de se coucher dans le massif. Entourez-le également de vivaces à floraison automnale comme les hélénies d’automne et les Chrysanthèmes.

Siphium, Silphe, Silphon

En massif estival, des Silphiums radieux en compagnie de Cannas et Hémérocalles luxuriants, de glaïeuls et de dahlias

Dans une prairie naturaliste, il aura pour compagnons les Leucanthèmes,  les grands tournesols vivaces, les Verveines de Buenos-Aires, les canches cespiteuses.

Siphium, Silphe, Silphon

Silphiums, canche cespiteuse, Leucanthemum, Verbena bonariensis et tournesol

Pour créer des jeux de couleurs complémentaires jaune/bleu, associez-lui les floraisons bleues des Céanothes, des Sauges de Sibérie, des Echinops ou boules azurées, par exemple.

Pour fleurir un grand espace ouvert et ensoleillé, le Silphium s’intègrera parfaitement au sein d’un foisonnement de grandes graminées comme le Pennisetum, le Stipa pennata, l’Hordeum jubatum ou le Cortaderia ou Herbe de la Pampa.

Siphium, Silphe, Silphon

Association de Silphiums avec une Cortaderia selloana et des Hordeums jubatum

Ressources utiles

 

Articles connexes

Soleil Azuré

Inspiration

Soleil Azuré

Le jardin jaune et bleu se compose de deux couleurs pures du cercle chromatiques. Ces tein
Lire la suite +

Blog

Tempérer les fleurs jaunes au jardin

Il suffit de se promener dans les jardins au printemps pour s'apercevoir que l'une des...
Lire la suite +

Blog

5 vivaces à floraison tardive qu'il faut avoir dans son jardin

La lumière se fait plus basse et les ombres s'allongent, les matins sont nappés de...
Lire la suite +
Prairie Naturaliste

Inspiration

Prairie Naturaliste

Inspiré des prairies sauvages humides, ce type de jardin allie couleurs douces et structur
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire