Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Epilobe : plantation, culture et entretien

Les épilobes en quelques mots

  • Les épilobes offrent en été de grandes inflorescences dressées, impressionnantes
  • Leur floraison est très lumineuse, de teinte rose magenta ou blanche
  • Ce sont généralement des plantes assez hautes
  • Elles sont robustes et poussent toutes seules, sans demander d’entretien
  • Elles peuvent rapidement former de belles colonies
  • Elles se plaisent au soleil, sur un sol plutôt frais, éventuellement en bordure de bassin

Le mot de notre Experte

Les épilobes sont des plantes qui nous séduisent par leurs grandes inflorescences érigées, souvent composées de fleurs roses. On cultive surtout l’Epilobium angustifolium, ou Epilobe en épi, une vivace qui peut atteindre 1,50 m de haut. Les fleurs sont roses pour l’espèce type, mais on trouve aussi une superbe variété à fleurs blanches, l’Epilobium angustifolium ‘Album’. On apprécie les épilobes pour leur floraison gracieuse et très aérée, dont la teinte amène beaucoup de luminosité dans les massifs.

Les épilobes se plaisent en plein soleil, sur un terrain de préférence frais, voire humide, et sont idéales pour végétaliser les bords de bassin. Elles peuvent facilement se passer d’entretien, bien qu’elles apprécient quelques arrosages en cas de sécheresse. Ce sont des plantes qui ont tendance à s’étendre pour former de belles colonies.

Les épilobes ont un aspect assez naturel, et s’intègrent aisément dans les jardins sauvages, champêtres. L’Epilobium angustifolium ‘Album’ trouve facilement sa place dans les jardins de cottage, ou dans les massifs blancs, pour un aspect élégant et intemporel. Elle est idéale également pour apporter de la luminosité dans les massifs un peu sombres. Vous pouvez l’employer pour créer des effets de contraste, aux côtés de plantes aux feuillages noirs ou verts foncés.

 

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Epilobium sp.

Famille : Onagraceae

Noms communs : Épilobe, Laurier de Saint-Antoine

Floraison : entre juin et octobre

Hauteur : jusqu'à 1,50 m

Exposition : plein soleil, éventuellement mi-ombre

Sol : frais, voire humide, fertile

Rusticité : entre – 15 et – 20 °C

Les épilobes rassemblent 220 espèces de plantes généralement herbacées, et qui peuvent être vivaces, annuelles ou bisannuelles. Ce sont des plantes plutôt rustiques, bien adaptées à nos climats. L’espèce la plus connue et cultivée est l’Epilobium angustifolium, aussi appelée Epilobe en épi. Elle est originaire des régions tempérées de l’hémisphère Nord (notamment Europe et Amérique du Nord).

En France, dans la nature, on trouve 18 espèces. À l’état sauvage, l’Epilobium angustifolium pousse dans des milieux ouverts, dégagés. C’est une espèce pionnière : elle est parmi les premières à coloniser des espaces vides, qui viennent de se libérer (coupes forestières, incendies, etc.), ce qui explique qu’elle apprécie les emplacements ensoleillés. On la trouve souvent dans des milieux perturbés : talus, friches, terrains vagues, bords de routes ou de voies ferrées, éboulis… ainsi que sur des terrains humides et en bordure de rivière. Elle pousse en plaine et en montagne, jusqu’à 2 500 m d’altitude. En général, là où elle s’implante, l’épilobe forme de larges populations ; il est rare de trouver un pied d’épilobe seul. Les épilobes arrivent sur un nouveau site, et deviennent rapidement abondants, se propageant vite. Ils prospèrent tant qu’il y a beaucoup de luminosité et peu de concurrence. Ensuite, si avec le temps le milieu se referme et que la forêt revient, ils disparaissent progressivement.

Planche botanique représentant l'Epilobe en épi, Epilobium angustifolium

Epilobium angustifolium : Illustration botanique

Les épilobes appartiennent à la famille des Onagracées (830 espèces), au même titre que les fuchsias, gauras, œnothères, jussie et ludwigia… Ce sont des plantes herbacées ou arbustives, qui portent des fleurs hermaphrodites avec souvent quatre pétales. Les épilobes sont très proches du genre Chamaenerion, au point que l’on peut trouver l’Epilobium angustifolium sous le nom de Chamaenerion angustifolium (synonymes). De même, le fuchsia de Californie (Zauschneria californica) est parfois considéré comme un épilobe, et nommé alors Epilobium canum.

L’Épilobe prend les noms communs de Laurier de Saint-Antoine, et d’Osier fleuri, sans doute en raison de la forme de ses feuilles, qui rappellent celles du laurier et du saule (osier) ; d’ailleurs, en anglais, les épilobes sont nommés Willowherbs (Willow = saule). On les trouve aussi sous le nom de Fireweeds, car ce sont les premières à apparaitre après un feu (fire), un incendie… Leur nom scientifique vient du grec Epi : dessus, et lobion : petite cosse, silique, car les pièces florales (pétales, sépales…) sont insérées au-dessus de l’ovaire, qui donnera le fruit. Le nom d’espèce Angustifolium signifie : « à feuilles étroites ».

Les épilobes sont des plantes qui poussent rapidement, mais leur taille adulte est très variable suivant les espèces. Ils mesurent entre 10 cm et 1,50 m de haut ! Les espèces les plus basses forment de petites touffes étalées. Ainsi, l’Epilobium crassum est une plante rampante, qui reste au niveau du sol. À l’inverse, les plus grands sont les Epilobium angustifolium, d’imposantes vivaces particulièrement vigoureuses.

Certaines espèces d’épilobes émettent des stolons, des tiges qui s’enracinent au contact du sol, leur permettant ainsi de s’étendre.

L’Epilobium angustifolium porte de longues tiges dressées, non ramifiées, sur lesquelles sont réparties les feuilles, et au sommet desquelles apparaissent des grappes de fleurs. Les tiges sont épaisses, robustes, et souvent un peu rougeâtres.

La floraison des épilobes se produit en été. Celle de l’Epilobium angustifolium dure longtemps, habituellement de juin à septembre-octobre.

Les épilobes portent alors, en haut de leurs tiges, de longues grappes dressées, composées de nombreuses fleurs. C’est ce qui lui vaut son nom commun d’Épilobe en épi (même si, au niveau botanique, la floraison est plus proche de la grappe que de l’épi). Les inflorescences sont gracieuses et impressionnantes. Les grappes rassemblent un grand nombre de fleurs, mais ne sont pas si denses pour autant ; elles gardent au contraire un aspect léger, aéré. Les fleurs s’ouvrent progressivement du bas vers le haut. Il est donc possible d’avoir à la fois des fruits en bas de l’inflorescence, des fleurs épanouies au milieu, et des boutons floraux en haut, correspondant aux différents stades de maturité des fleurs. Cependant, il existe aussi des espèces à fleurs solitaires : Epilobium crassum, Epilobium glabellum

Les fleurs de l’Epilobium angustifolium sont de couleur rose – magenta, mais il existe également des variétés à fleurs blanches (on trouve même une espèce à fleurs jaune clair : Epilobium luteum !). Celles à fleurs blanches amènent de la clarté et de l’élégance. Elles peuvent créer un beau contraste avec des plantes plus sombres. La floraison de l’Epilobium angustifolium ‘Album’ est particulièrement gracieuse, et s’associe joliment à d’autres plantes à fleurs blanches. Les espèces à fleurs roses, elles, apportent du dynamisme et de la vitalité. Elles ont une couleur assez vive, qui attire le regard.

L’Epilobium glabellum se distingue par ses superbes fleurs blanches, en coupe, composées de pétales profondément échancrés. Les fleurs des épilobes peuvent aussi être en entonnoir, constituées d’un long tube évasé.

 

La floraison des épilobes

Une inflorescence d’Epilobium angustifolium / La pollinisation d’un épilobe (photo Rüdiger Stehn) / Détail d’une fleur d’Epilobium angustifolium ‘Stahl Rose’ (photo V. Elayne)

 

Les fleurs sont formées de quatre pétales, de forme inégale mais aux contours arrondis. Ils sont bien ouverts, étalés. Les fleurs comptent également quatre sépales, placés entre les pétales, et qui prennent une couleur proche, s’harmonisant joliment avec la teinte des pétales. Chez l’Epilobium angustifolium, ils sont d’un rose un peu plus foncé que les pétales. Du centre de la fleur partent huit étamines et un style, dirigés vers le bas. L’extrémité du style (organe femelle) forme quatre stigmates disposés en croix.

Les fleurs sont hermaphrodites : elles portent à la fois des organes mâles et femelles, mais la maturité de ces organes est légèrement décalée dans le temps. Les étamines libèrent le pollen avant que les parties femelles (pistil) ne soient mûres. Cela évite l’autofécondation, et implique une pollinisation croisée, par l’intermédiaire des insectes. Les épilobes sont d’ailleurs de bonnes plantes mellifères ; elles sont pollinisées par les abeilles, et permettent d’obtenir un miel d’excellente qualité.

Les fleurs sont assez grandes et bien développées chez l’Epilobium angustifolium, mesurant entre 1 et 3 cm de diamètre ; mais de nombreuses espèces ont des fleurs de taille réduite : l’Epilobium parviflorum, par exemple, possède de minuscules fleurs.

Les feuilles des épilobes sont simples, entières, non divisées. Celles de l’Epilobium angustifolium sont longues et fines, de forme lancéolée. Son nom latin signifie d’ailleurs « épilobe à feuilles étroites ». Elles mesurent jusqu’à 20 cm de long. La nervure centrale est bien visible. Les nervures secondaires n’atteignent pas le bord du limbe, mais se recourbent pour se rejoindre entre elles, formant en marge de la feuille une nervation parallèle à la bordure du limbe. L’Epilobium dodonaei possède des feuilles très différentes, puisqu’elles sont très petites et fines, linéaires ; on l’appelle d’ailleurs « Épilobe à feuilles de romarin ».

 

Le feuillage des épilobes

Le feuillage de la variété ‘Stahl Rose’ et celui de l’Epilobium angustifolium ‘Album’ / Les feuilles de l’Epilobium fleischeri, bien plus fines (photo Hectonichus)

 

Les feuilles des épilobes sont nombreuses et réparties régulièrement le long des tiges. Elles sont alternes et sessiles, le limbe étant directement rattaché à la tige, sans pétiole.

Les feuilles sont vertes, parfois un peu bleutées. Cependant, l’Epilobium crassum possède des feuilles plus ou moins rouges, notamment au revers.

Le fruit de l’épilobe est une longue et fine capsule, rougeâtre, qui renferme de très nombreuses graines (plusieurs centaines par capsule). Lorsqu’elle est mûre, elle s’ouvre par quatre valves, à partir de l’extrémité. Les graines portent des aigrettes plumeuses et s’envolent avec le vent. L’épilobe a tendance à se ressemer toute seule. Un plant peut facilement produire des milliers de graines !

L’épilobe colonise de nouveaux territoires grâce à ses graines, nombreuses et disséminées par le vent. Puis, une fois en place, il s’étend grâce à ses rhizomes souterrains, traçants. Il peut rapidement former de belles colonies.

 

Les capsules et graines des épilobes

Les fruits et graines des épilobes sont très décoratifs ! Dans l’ordre, les espèces Epilobium angustifolium (photo Dcrjsr), Epilobium hirsutum (photo Colin) et Epilobium tetragonum (photo Rasbak)

 

Les principales variétés d'épilobes

Les variétés les plus populaires

Epilobe blanche - Epilobium angustifolium album en godet de 9 cm

Période de floraison Juin à Sept.

Hauteur à maturité
1.50 m

Il s’agit d’une superbe variété d’Épilobe en épi, qui offre des inflorescences dressées de couleur blanc pur, très élégantes. Elle est idéale dans les jardins de cottage, ou dans un massif de fleurs blanches, mais se marie très facilement avec d’autres couleurs de floraison.

Epilobe rose, Epilobium angustifolium Stahl Rose

Période de floraison Juil. à Oct.

Hauteur à maturité
1.50 m

Cet épilobe porte en été de belles et grandes inflorescences, composées de fleurs rose tendre, d’une teinte plus claire que l’espèce-type Epilobium angustifolium. Il s’agit d’une variété robuste et vigoureuse.

Epilobium fleischeri

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
25 cm

L'Epilobium fleischeri est’une espèce assez basse, formant de petites touffes qui en été portent des fleurs roses. À l’état sauvage, elle pousse surtout en montagne. Vous pouvez l’installer dans une rocaille.

Plantation

Où planter ?

Plantez les épilobes de préférence en plein soleil, bien qu’ils tolèrent également la mi-ombre. Les variétés à fleurs blanches sont très belles sous une ombre partielle, leurs fleurs y ressortent davantage.

Les épilobes aiment les sols frais, voire humides, et se plaisent en bordure de cours d’eau ou de bassin. Ils permettent de composer une superbe scène naturelle, par exemple sur les berges d’un bassin. Les épilobes apprécient les terrains fertiles, riches en humus, mais acceptent également de pousser sur des sols pauvres. Pour ce qui est du pH, l’Epilobium angustifolium préfère les substrats légèrement acides. Globalement, les épilobes ne sont pas des plantes exigeantes : s’ils apprécient une bonne terre de jardin, ils peuvent s’adapter et s’épanouir sur différents types de sols.

Comme les Epilobium angustifolium sont assez hauts, nous vous conseillons de les installer plutôt à l’arrière des massifs, avec des plantes plus petites devant eux. Ils animeront joliment les massifs par leurs fleurs roses ou blanches, tout en y apportant du volume. Si vous cultivez les petites espèces telles que l’Epilobium glabellum ou l’Epilobium crassum, vous pouvez les implanter dans une rocaille.

Comme les épilobes poussent tous seuls sans demander vraiment d’entretien, et comme ils occupent bien l’espace, ils sont parfaits pour végétaliser les coins du jardin où vous intervenez rarement, les zones compliquées à entretenir, que vous pouvez laisser naturelles.

Quand planter ?

Vous pouvez planter l’épilobe au printemps (avril-mai) ou en automne (septembre-octobre). Le plus important est d’éviter les périodes de gel ou de fortes chaleurs.

Comment planter ?

Pour l’Epilobium angustifolium, respectez une distance de plantation d’environ 50 cm.

  1. Commencez par placer votre plante dans une bassine remplie d’eau, afin de réhumidifier la motte.
  2. Creusez un trou de plantation, égal à deux ou trois fois la taille de la motte, et décompactez le fond.
  3. Sortez la plante de son pot et posez-la dans le trou de plantation.
  4. Replacez la terre tout autour, puis tassez afin d’assurer un bon contact entre la terre et les racines, en évitant les poches d’air.
  5. Arrosez abondamment.

Continuez à arroser dans les semaines qui suivent, le temps que la plante développe son système racinaire.

 

Découvrez nos conseils vidéo sur la plantation des vivaces :

Entretien

L’épilobe est une plante qui pousse facilement toute seule, sans que l’on ne s’en occupe vraiment. Son entretien est assez réduit. Elle apprécie néanmoins les sols qui restent frais : il est donc préférable d’effectuer des arrosages réguliers si le terrain a tendance à sécher. Cette plante aime également les substrats fertiles, mais pousse bien aussi en terrain pauvre ; il n’est pas nécessaire de lui apporter de l’engrais ou du compost.

Nous vous conseillons de couper les fleurs lorsqu’elles sont fanées, car cela encourage la plante à en produire de nouvelles, prolongeant ainsi la floraison. De plus, cela empêche la plante de se ressemer.

Concernant les maladies, l’épilobe peut être atteint par la rouille. Cette maladie cryptogamique se reconnait par la présence de pustules orangées sur le feuillage. Elle affaiblit la plante, mais n’est en général pas très grave. Elle est favorisée par une humidité importante et une mauvaise circulation de l’air. Nous vous conseillons de retirer les feuilles concernées, et de pulvériser une solution à base de soufre ou une décoction de prêle. Les épilobes sont aussi parfois touchés par le mildiou, favorisé également par l’humidité. Enfin, les limaces et escargots aiment grignoter le feuillage des épilobes. Pour protéger vos jeunes plants, vous pouvez fabriquer un piège à limaces ou utiliser des granulés anti-limaces, de type Ferramol.

 

La floraison de l'Epilobium angustifolium

 

Multiplication

En général, les épilobes se ressèment d’elles-mêmes au jardin, mais vous pouvez aussi tenter un semis. Il est aussi possible de les multiplier par bouturage ou par division.

Semis

Vous pouvez semer les graines d’épilobes en fin d’hiver ou début de printemps, vers le mois de mars.

  1. Préparez un pot ou une caissette, que vous remplirez de terreau spécial semis.
  2. Disposez les graines à la surface.
  3. Recouvrez-les avec une fine couche de substrat tamisé.
  4. Arrosez délicatement, en pluie fine.
  5. Placez le pot sous châssis froid, à un endroit lumineux.

Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide jusqu’à la germination, en arrosant de temps en temps si nécessaire.

Il est aussi possible d’effectuer un semis direct en pleine terre en automne, dès que les graines sont mûres.

Les graines d’épilobes ont un meilleur taux de germination lorsqu’elles sont fraiches, récoltées récemment. Elles perdent un peu de leur capacité germinative avec le temps, notamment quand elles ont plus d’un an. Il est donc préférable de ne pas les stocker trop longtemps !

Associer les épilobes au jardin

Étant plutôt haut, l’Epilobium angustifolium s’installe de préférence à l’arrière des massifs, où il constituera une belle toile de fond. Il peut accompagner des Phlox paniculata, qui offrent des fleurs aux teintes proches. Vous pouvez aussi installer, à l’avant du massif, quelques géraniums vivaces, qui vous séduiront par leur longue floraison, souvent bleue, mauve, rose ou blanche.

Avec son élégante floraison blanche, l’Epilobium angustifolium ‘Album’ peut facilement intégrer un jardin de cottage. Placez-le avec des Delphiniums, lupins, Centaurea cyanus, pavots, alliums, géraniums vivaces… Profitez également de la délicate floraison des campanules ! Nous vous conseillons de privilégier les teintes blanc pur et bleu profond : elles s’accordent très bien et créent une ambiance apaisante et délicate, douce.

Comme l’épilobe forme des touffes hautes et souples, surmontées par une floraison aérée, vous pouvez l’utiliser pour composer un jardin naturaliste. Plantez-le en compagnie des floraisons délicates des knauties, sanguisorbes, centaurées, campanules… L’épilobe permet de végétaliser facilement des zones sauvages du jardin, où l’on intervient très peu.

Inspiration pour associer les épilobes : Jardin naturaliste

Les épilobes sont parfaits pour composer un jardin naturaliste ! Centaurea montana ‘Jordy’ / Sanguisorba officinalis (photo Florian Grossir) / une association avec Epilobium angustifolium ‘Album’, Sanguisorba ‘Red Tip’, Penstemon et Pennisetum / Knautia macedonica / Campanula lactiflora ‘Loddon Anna’

 

Parce qu’elles aiment les terrains plutôt humides, les épilobes se plaisent en bordure de bassin. Vous pouvez les y installer avec des fougères, salicaires, reines des prés… L’épilobe permet d’obtenir une belle ambiance, fraiche et apaisante, idéale pour se ressourcer ! Installez d’autres plantes à la végétation généreuse, offrant des feuillages bien développés : fougères, gunneras, roseaux…

Vous pouvez utiliser l’Epilobium angustifolium ‘Album’ pour composer un jardin blanc. Intégrez à ses côtés des gypsophiles, Achillea ptarmica, Clematis ‘Baby Star’, Digitalis purpurea ‘Alba’… Vous obtiendrez un jardin graphique et intemporel. Profitez-en pour jouer avec les formes, par exemple en créant un contraste entre des éléments rectilignes et des plantes vaporeuses, au port libre. Profitez de la floraison blanche et graphique de l’agapanthe ‘Polar Ice’. Vous pouvez aussi intégrer des plantes aux feuillages gris, ou panachés de blanc.

Enfin, certaines espèces, comme l’Epilobium fleischeri ou l’Epilobium dodonaei, peuvent être installées en rocaille. Choisissez, pour les accompagner, d’autres plantes au port tapissant ou en coussin. Optez par exemple pour des joubarbes, sédums, Delosperma cooperi

 

Une association au jardin avec l'épilobe 'Album' et l'achillée filipendulina

Une idée d’association pour un massif graphique et élégant : Epilobium angustifolium ‘Album’ et Achillea filipendulina

 

Questions fréquentes

Le feuillage de mon épilobe semble grignoté !

Les limaces ou escargots sont passés par là. Ils apprécient de consommer les jeunes feuilles et pousses, encore tendres. Vous pouvez protéger vos plants en installant de la sciure autour d’eux pour faire barrière, ou en utilisant des granulés anti-limaces, de type Ferramol.

Les feuilles de mes épilobes portent des taches orangées

Vos plantes sont atteintes par la rouille, une maladie cryptogamique. Supprimez les feuilles atteintes, et pulvérisez un fongicide, comme le soufre ou une décoction de prêle.

Comment éviter que l’épilobe ne s’étende dans mon jardin ?

La meilleure technique consiste à couper les fleurs fanées, ainsi la plante ne peut plus produire de graines. De plus, cette technique a l’avantage de prolonger la floraison ! Vous pouvez aussi l’implanter à un endroit confiné, où ses racines seront stoppées, ou installer par exemple une barrière anti-rhizomes lors de la plantation.

Le saviez-vous ?

  • Propriétés médicinales

Les Epilobium angustifolium et Epilobium parviflorum sont intéressantes pour leurs vertus médicinales : elles sont anti-inflammatoires, renforcent le système immunitaire, sont riches en antioxydants, sont efficaces contre les diarrhées, les cystites, les troubles de la prostate… On peut les consommer en tisane ou en gélules.

L’Epilobium angustifolium a en plus l’avantage d’être comestible. On peut consommer les jeunes pousses et feuilles, ainsi que les fleurs.

Ressources utiles

 

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire