Nos meilleurs conseils pour réussir la culture du basilic

Nos meilleurs conseils pour réussir la culture du basilic

Tous nos conseils pour semer, planter et entretenir le basilic au jardin ou en pot

Sommaire

Mis à jour le 18 Juin 2024  par Pascale 6 min.

Avez-vous déjà imaginé déguster les tomates mozzarella sans basilic ? Incontournable de la cuisine italienne et de nos tables estivales, cette plante annuelle, aromatique et potagère, est indispensable pour twister n’importe quel plat. À commencer par le pesto. Doté de feuilles de différentes formes, couleurs et parfums, le basilic est l’incontournable aromatique de l’été. Que vous le plantiez en pleine terre, dans le potager, éventuellement en association avec d’autres légumes grâce à ses propriétés répulsives, ou en pot, le basilic réjouit les papilles durant toute la belle saison avec ses arômes tout à la fois fortes et subtiles. Bien que relativement simple à cultiver, il est parfois capricieux et peut monter en graines très rapidement. Dès lors, il devient nettement moins consommable. 

Alors comment réussir la culture du basilic à tous les coups ? Nous vous donnons toutes les clés de réussite pour obtenir de belles feuilles de basilic odorantes et savoureuses.

Pour aller plus loin : Le basilic : semer, planter, cultiver

Difficulté

Le semis du basilic

Les graines de basilic sont de couleur noire et de toute petite taille. Donc, elles sont relativement difficiles à manipuler. Pour autant, le semis reste accessible à tous et relativement simple à mener. L’essentiel étant que les graines bénéficient de suffisamment de chaleur et de lumière. Le semis de basilic se fait soit au chaud entre février (dans les régions les plus chaudes), mars et avril, soit en pleine terre à partir de mai.

Le semis au chaud

Pour commencer les semis de basilic dès le mois de février et jusqu’en avril, il faut au moins une température constante de 15 à 20 °C. En dessous de ces températures, les graines ne germent pas. Le basilic sera donc semé au chaud, mais sans excès, à la maison, ou bien sous un abri chauffé, ou encore dans une véranda. La luminosité doit être suffisamment abondante pour favoriser la levée, mais les jeunes pousses ne supporteront pas le plein soleil. Donc attention au soleil qui brille derrière les vitres !

Les graines sont semées en godets individuels ou en terrine qui doivent impérativement être bien drainés. C’est pourquoi des trous seront percés au fond des contenants. Ces petits pots et terrines seront remplis d’un terreau spécial semis très léger. Il est possible d’ajouter un peu de sable et de perlite pour alléger le substrat.

La méthode de semis des graines :

  • Remplir au 2/3 les godets ou les terrines du terreau mélangé à un peu de sable
  • Tasser légèrement la surface du substrat
  • Déposer les graines en les espaçant d’au moins 2 à 3 cm dans les terrines. Dans les godets, trois graines suffisent
  • Ne pas enterrer les graines, mais seulement les recouvrir d’une fine couche de terreau, juste pour les cacher
  • Tasser la surface du substrat avec une taloche
  • Arroser légèrement par pulvérisation avec de l’eau de pluie
  • Couvrir les godets ou les terrines avec une vitre afin d’emmagasiner la chaleur et la lumière. Cette mini-serre doit être ouverte la journée pour éviter la surchauffe, surtout après l’apparition des premières feuilles.

Les graines germent en une dizaine de jours. Le substrat être constamment humidifié, mais non détrempé au risque de voir les graines pourrir.

réussir la culture du basilic

Les semis de basilic ont besoin de chaleur et de lumière

Le semis en pleine terre

Le basilic se sème au jardin lorsque tous les risques de gelées sont écartés. Le sol doit être suffisamment réchauffé. C’est pourquoi, il est préférable d’attendre la mi-mai et en particulier les Saints de glace pour semer le basilic en pleine terre. Il se poursuivra jusqu’en juillet. En place, le semis de basilic est plus compliqué que sous abri. Le sol doit être très léger, éventuellement additionné de sable. Vous pouvez semer en ligne.

Pour réussir ce semis, le thermomètre doit afficher une température constante de 15 à 20 °C. C’est pourquoi le semis sous abri est plébiscité.

Que le semis se fasse en pot ou en pleine terre, il est recommandé de les échelonner tous les mois, en variant les variétés, et donc les saveurs et les couleurs.

La plantation du basilic

Dès la fin avril et jusqu’à la fin mai, les plantules de basilic pourront être transplantées en pleine terre. Il faut qu’elles possèdent au moins 3 à 4 feuilles, hors cotylédons. Mais avant de les repiquer, il est recommandé d’acclimater vos godets ou terrines à votre climat. Le simple fait de les sortir en journée suffit, un peu plus longtemps chaque jour, pendant une grosse semaine. Bien évidement, ces recommandations dépendent du climat de l’année. S’il fait froid ou si le temps est trop humide, cette acclimatation peut attendre.

La plantation en pleine terre

Le basilic a besoin d’un sol frais, humifère et riche en matières organiques et en nutriments, parfaitement drainé et désherbé avec soin. Avant la transplantation, le sol doit être travaillé en profondeur pour être ameubli. Il est possible d’y incorporer du fumier ou du compost. Chaque plant sera espacé d’au moins 30 cm.

En termes d’exposition, le plein soleil est recommandé, sauf dans les régions aux étés très chauds où la mi-ombre est préférable. Pour autant, vos plants de basilic sauront aussi apprécier la mi-ombre apportée par d’autres légumes comme les tomates. Le basilic est d’ailleurs une excellente plante compagne pour les tomates, car les racines du basilic disposent de vertus nématicides. Ainsi, les nématodes qui parasitent le système racinaire des tomates sont exterminés. Le basilic aurait aussi le pouvoir d’éloigner les aleurodes et de préserver les tomates du mildiou. Le basilic voisine également très bien avec les courges, les choux, les poivrons, les aubergines et les haricots. Ou encore les fraises avec lesquelles il s’associe aussi très bien dans l’assiette.

clé de réussite culture basilic

Le basilic se plante aussi bien en pleine terre qu’en pot

La plantation en pot

Le basilic s’adapte très bien à une plantation en pot. Voici nos conseils pour planter votre basilic en pot :

  • Déposer une couche de billes d’argile au fond du pot
  • Remplir le pot d’un substrat constitué de terreau additionné de compost
  • Transplanter les jeunes plants en veillant à ne pas abîmer le système racinaire très fragile. Il faut respecter une distance de 5 cm entre chaque plantule
  • Arroser par pulvérisation d’eau de pluie
  • Placer le pot au soleil en début d’été puis à mi-ombre en cas de fortes chaleurs. Il doit bénéficier d’au moins 6 h de soleil par jour

Le substrat doit être constamment humide sans être détrempé.

L'entretien du basilic

Le bon entretien du basilic est l’élément clé de réussite. En effet, pour faire de belles récoltes, l’entretien du basilic repose sur deux gestes essentiels : arroser et pincer. 

Commençons par l’arrosage. Il doit être suivi, surtout si le basilic est cultivé en pot. Pour le basilic cultivé en pleine terre, les apports d’eau doivent être abondants une fois par semaine. Si l’été est très chaud, voire caniculaire, les arrosages passeront à deux ou trois fois par jour. L’installation d’un paillage de tontes sèches permet de conserver un certain degré d’humidité tout en fertilisant le sol. Le basilic planté en pot sera arrosé avec plus de régularité et d’abondance. Par forte chaleur, comptez même un arrosage par jour, idéalement à l’eau de pluie. En revanche, vérifiez bien les précisions météorologiques avant d’arroser, car l’excès d’eau est néfaste pour le basilic. En effet, un plant de basilic trop arrosé peut développer une pourriture du collet ou des racines. Pour résumer, le substrat ou la terre du basilic ne doit jamais être détrempée ni sèche. Et il est préférable d’arroser à l’eau de pluie à température ambiante.

Le deuxième geste essentiel pour réussir sa culture de basilic réside dans le pincement des extrémités des tiges. Afin de favoriser un feuillage dense et ramifié, il faut couper entre le pouce et l’index les sommités des tiges. L’utilisation d’un sécateur n’est pas recommandée, car il y a toujours un risque d’oxydation. Cette opération reste donc manuelle dès que les plants ont atteint environ 20 cm de hauteur. De même, il faut supprimer les boutons floraux dès leur apparition. En effet, le développement des hampes florales se fait au détriment du feuillage.

basilic réussite culture

Le pincement de l’extrémité des tiges permet au basilic de se ramifier

La récolte des feuilles permet aussi de ramifier le basilic.

Enfin, le basilic cultivé en pleine terre doit être désherbé avec soin. Les mauvaises herbes concurrencent le basilic au niveau de l’eau et des nutriments. En revanche, la terre doit être grattée avec précaution à l’aide d’une binette.

La récolte des feuilles de basilic

La récolte des feuilles de basilic se fait au fur et à mesure des besoins. Il suffit de prélever les feuilles avec les doigts en privilégiant les feuilles du haut. Plus les feuilles seront prélevées, plus la végétation se densifiera. Quant à la floraison, elle sera retardée.

Les feuilles ne se conservent que peu de temps. En revanche, elles se congèlent facilement. Le séchage leur fait perdre une grande partie de leur parfum.

Peut-on conserver un plant de basilic en hiver ?

Le basilic est une plante annuelle particulièrement gélive. Donc il ne survit pas à l’extérieur. S’il est cultivé en pot, il pourra éventuellement être installé dans une véranda ou une cuisine, mais il aura tendance à végéter. Le mieux est de faire de nouveaux semis en août en pot à l’extérieur. Les plantules auront le temps de se gorger de soleil avant d’être rentrées au chaud pendant l’hiver.

Commentaires

cultiver le basilic
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.