Savoir reconnaître les différents bourgeons et rameaux des fruitiers pour une taille réussie

Savoir reconnaître les différents bourgeons et rameaux des fruitiers pour une taille réussie

Tout savoir sur vos fruitiers

Sommaire

Mis à jour le 18 Mars 2024  par Leïla 5 min.

Quand il s’agit de tailler un arbre fruitier, il est mieux de connaître son petit glossaire des différents organes, pour savoir les reconnaître et ainsi savoir quelles branches on doit tailler. Sur un fruitier, il y a des branches charpentières, branches principales qui structurent l’arbre fruitier et des branches secondaires. Sur ces branches poussent différents organes, certains servent à la mise à fruits, d’autres à la pousse. Il est donc important de les distinguer pour déterminer si les organes des arbres sont à fruits ou à bois et bien tailler. Sur des tailles précises comme les tailles en espalier, c’est d’autant plus important.  Pour rappel, les bourgeons à fruits sont d’abord des bourgeons de fleurs. Les fleurs sont les organes reproducteurs de l’arbre et contiennent des organes mâles et femelles qui permettent la fécondation et la production de fruits. Les fruits sont les organes qui contiennent les graines de l’arbre.

En connaissant les différents rameaux et bourgeons des arbres fruitiers, il est possible de mieux comprendre leur fonctionnement et leur cycle de vie. Cette connaissance est utile pour la culture et l’entretien de ces arbres.

Difficulté

Quelques rappels généraux sur la taille

Si l’on prend l’exemple du pommier : la taille d’un pommier est une étape importante pour obtenir des fruits de qualité, avoir une croissance homogène de l’arbre, et éviter le développement des maladies.

La taille du pommier se fait généralement en hiver, tous les 2 ou 3 ans, lorsque l’arbre est en repos végétatif. C’est le moment idéal pour supprimer les branches mortes, malades ou cassées.

  • Si l’on souhaite favoriser la fructification, il est recommandé de supprimer les branches qui poussent vers l’intérieur de l’arbre ou qui se croisent. Il est également conseillé d’éclaircir le centre de l’arbre pour permettre la circulation de l’air et la pénétration de la lumière. Enfin, il est important de raccourcir les rameaux qui ont donné des fruits l’année précédente, car ce sont eux qui produiront des fruits cette année.
  • Si l’on souhaite encourager la croissance du pommier, il est recommandé de supprimer les branches basses et les gourmands, c’est-à-dire les pousses qui se développent à la base de l’arbre. Il est aussi conseillé de raccourcir les branches latérales pour stimuler la croissance des bourgeons situés à la base de ces branches.

Les organes de production à bois, constitués d'yeux destinés à faire des pousses de croissance de l'arbre

Aussi appelés organes végétatifs parce qu’ils sont stériles, voici les organes de production à bois :

La brindille

Une brindille sur un fruitier est une petite tige qui se développe à partir d’une branche, longue de 10 à 25 cm de longueur, souple et flexible. Elle est terminée par un œil à bois, c’est-à-dire un bourgeon végétatif, en forme de pinceau très fin.

Le gourmand

Un gourmand est une pousse vigoureuse qui pousse à partir de la souche ou de la base d’une branche d’un arbre fruitier. Les gourmands sont des pousses verticales qui poussent à partir de la base d’une branche. Ils ont tendance à pousser verticalement et sans ramification, sur un bois luisant, atteignant 50 cm à 2 m si on les laisse faire. Les gourmands doivent être éliminés en les coupant à leur base avec des sécateurs ou un ébrancheur.

Il est important de supprimer les gourmands, car ils peuvent affaiblir l’arbre en utilisant des nutriments et de l’eau dont les branches productrices de fruits ont besoin pour fournir une récolte abondante et de qualité. De plus, les gourmands peuvent rendre la taille et la cueillette de l’arbre plus difficiles.

Le rameau à bois

Un rameau à bois est une branche de l’année précédente qui n’a pas produit de fruits. Il est aussi appelé rameaux de croissance. On le trouve implanté à la verticale ou à l’horizontale de la charpentière. Il est généralement plus gros qu’un rameau à fruits et souvent plus ligneux et plus épais. Il est moins vigoureux que le gourmand, il atteint 50 cm maximum. Il est exclusivement garni d’yeux à bois.

L’œil à bois

Pour terminer sur les organes à production de bois, les yeux à bois ou bourgeons végétatifs peuvent être identifiés comme des petites bosses brunâtres sur le bois de l’arbre, en forme de triangle serré contre la branche. Ils ont un aspect brillant ou duveteux. Les yeux à bois se transforment en nouvelles pousses de croissance.

Les organes de production mixtes, avec des organes à bois et des organes à fruits

Excepté le dard, mixte, qui peut évoluer dans les deux sens, les autres organes présentés dans ce chapitre sont des organes fructifères, donc fertiles :

La brindille couronnée et lambourde

Semblable à la brindille, la brindille couronnée est cependant terminée par un œil à fleurs, plus renflé. Exercez-vous à distinguer une brindille d’une brindille couronnée pour faire la différence entre un œil à fleurs et un œil à bois.

Une lambourde, quant à elle, est une sorte de brindille couronnée très courte, car elle ne comporte qu’un bouton à fleurs sur son extrémité. La lambourde est ainsi similaire à un dard couronné (voir plus bas), sauf qu’elle a évolué directement en rameaux productifs. Contrairement au dard qui peut évoluer en bourgeon à bois ou bouton à fleurs par la suite.

organes fruitiers - brindille couronnée

Une brindille couronnée de pommier

Le dard

Le terme « dard » sur un fruitier à pépins est utilisé pour décrire une petite pousse verticale qui pousse à partir d’un rameau, légèrement détaché de celui-ci. Son extrémité est saillante et pointue. Intermédiaire entre un œil à bois et œil à fruit, sa vocation est indécise. Il aurait donc sa place dans les deux chapitres. Il peut évoluer dans les deux sens. Si le dard évolue en bouton à fleurs, on parlera alors de « dard couronné ».

organes fruitiers - dard sur un poirier

Un dard de poirier

Le bouton à fleurs

Avant d’éclore, il est déjà nettement plus arrondi que le bouton à bois, car il renferme plusieurs fleurs en attente d’épanouissement. Les boutons à fleurs ont une forme caractéristique de pomme de pin, avec des écailles qui se détachent pour permettre l’éclosion des fleurs au printemps suivant.

organe fruitier

À gauche, on distingue un bouton à fleurs terminal et deux yeux à bois le long de la tige. À droite, on observe un dard couronné, perpendiculaire à la branche (anciennement un dard qui a évolué en bouton à fleurs).

La bourse

La bourse sur un fruitier à pépin est un élargissement ou une dilatation qui se forme à la base du pédoncule du fruit. C’est une structure en forme de poche qui contient les graines du fruit, ainsi que des hormones et des nutriments nécessaires pour le développement du fruit.

Pour le reconnaître, c’est un organe bien renflé qui porte des fruits chaque année.

La bourse est produite à partir du réceptacle floral, la partie du pommier qui soutient les parties florales. Après la pollinisation, les parties florales commencent à se développer et la bourse se forme autour du pédoncule du fruit. La bourse grossit au fur et à mesure que le fruit se développe, et lorsque le fruit est mûr, il se détache facilement de l’arbre.

organes fruitiers - bourse arbuste poirier

Une bourse de poirier

La coursonne

Chez les fruitiers à pépins, c’est une pousse assez courte, composée des organes décrits avant, dont des boutons à fleurs, plus ou moins nombreux, et exception faite du gourmand et du rameau à bois. C’est donc l’organe reproductif par excellence.

Contrairement aux rameaux à bois, qui ont une croissance plus lente et qui produisent du bois pour l’arbre, les coursonnes ont une croissance plus rapide et produisent des boutons à fleurs, qui donnent ensuite des fruits. Une coursonne peut comporter plusieurs types de bourgeons : dards, brindilles, bourses ou lambourdes.

La chiffonne et le bouquet de mai

C’est un terme que l’on retrouvera sur les fruitiers à noyaux (cerisier, prunier, mirabellier, pêcher…). Une chiffonne comporte des boutons floraux à sa base et des bourgeons végétatifs à l’extrémité.

Toujours sur les fruitiers à noyaux, un bouquet de mai ressemble à une chiffonne extrêmement courte, parfois directement sur le tronc ou les grosses branches : un bouquet de mai rassemble des boutons floraux en bouquet et un bourgeon végétatif à l’extrémité.

Commentaires

taille de fructification