Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

La taille des rosiers en automne et la taille de Noël

La taille des rosiers pose souvent question. Pourtant, nul besoin d’être un jardinier très expérimenté pour s’y adonner, cela n’a rien de sorcier. Je suis une adepte du lâcher-prise et le jardinage sans prise de tête, croyez-moi, ça me connaît !

Rappelons tout d'abord que la taille principale des rosiers se fait en fin d’hiver ou au début du printemps. Ce n’est donc pas celle qui nous intéresse aujourd’hui. En effet, parlons de la petite taille d’automne, peu pratiquée car pas vraiment indispensable mais qui simplifie tout de même la vie du jardinier au printemps. Cette période étant déjà bien chargée, autant ne pas s’en priver !

Cette taille d'automne consiste simplement en une pré-taille de nettoyage avant la taille printanière un peu plus sévère.

Alors, je vous mets de suite au parfum (de rose !), cette noble tâche n’est pas recommandée dans les régions très froides, de même dans les régions à hiver doux qui peuvent parfaitement s’en passer.

Sachez aussi que les adeptes se divisent en deux clans principaux : les Lancastre et les York… Je vous explique... Les Lancastre taillent en ce moment, en novembre, juste après les premières gelées automnales alors que les rosiers ont perdu leurs dernières feuilles et qu’ils entrent en repos végétatif. Les York, quant à eux, taillent en début d’hiver.

  1. LE CLAN DES LANCASTRE OU LA TAILLE D’AUTOMNE

Les Lancastriens n’attendent pas, ils entrent derechef dans le vif du sujet et préconisent de tailler un tiers de chaque rameau en novembre.

Coupez 1/3 de toutes les branches en automne.
  1. LE CLAN DES YORK OU LA TAILLE DE NOËL

Les Yorkistes sont plus tacticiens, ils préfèrent patienter et profiter des fêtes de Noël avant de se lancer à corps perdu dans leur jardin. Il convient cette fois de tailler entre Noël et fin janvier. Fins stratèges, ils prévoient de ne tailler qu’à 4 ou 5 yeux au lieu de 2 ou 3, comme cela si un gel intense fait des dégâts, ils peuvent retailler un peu plus court.

Comptez 4 ou 5 yeux et coupez juste au dessus en biais en hiver.
  1. LANCASTRIENS OU YORKISTES, COMMENT PROCÉDER ?

Choisissez l'une des deux façons de faire précédentes puis profitez-en pour enlever le bois mort et les branches cassées, abîmées par les intempéries ou les frottements, véritables portes ouvertes aux maladies. Coupez au plus bas, le rosier est ainsi plus propre, plus aéré.

Coupez au plus bas les branches mortes.

N’oubliez pas de ramasser les feuilles tombées au sol également, d’autant plus si elles présentent des taches noires ou de l’oïdium.

Avantages :

  • Cela permet d’éviter la casse dans les jardins très venteux ou neigeux
  • Le travail de taille au printemps est allégé
  • La floraison est plus précoce
  • On a moins de perte de sève

Inconvénients :

  • Cette approche est à éviter en région très froide

Souvenez-vous que les coupes se font toujours quelques millimètres au-dessus d’un œil. Elles sont biseautées, afin que l’eau ne stagne pas sur la coupe (ce qui favorise l’apparition de maladies), et inclinées en sens inverse du bourgeon, pour que l’eau ne s’écoule pas sur lui.

Enfin, dans tous les cas, adaptez la période de taille en fonction de votre climat !

  1. LE CLAN DES TUDOR OU L’ART DU LAISSER-FAIRE

Mais la révolte gronde, rien ne peut être tout rouge ou tout blanc, les Tudor vont mettre tout le monde d’accord et peut-être vous éviter de perdre la tête. Car vous pouvez aussi ne rien faire mais le faire bien … C’est vous qui voyez !

  1. LES PLANTAGENÊT OU LE CAS DES ROSIERS NON-REMONTANTS

Il s’agit du cas particulier de cette ancienne famille de rosiers, j’ai nommé les non-remontants qui se taillent juste après leur unique floraison. Pour cela, il suffit de supprimer tous les rameaux qui ont déjà fleuri, le vieux bois et le bois mort. On ne peut plus simple !

Et vous, à quel clan appartenez-vous  ?

Pour aller plus loin, découvrez notre fiche conseil : la taille des rosiers et les conseils vidéo de Michael pour tailler les rosiers anciens mais aussi pour tailler les rosiers modernes.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)

22 réflexions au sujet de « La taille des rosiers en automne et la taille de Noël »

  • Hélène

    Depuis que je suis dans le midi méditerranéen, où les printemps sont souvent précoces, j'ai trouvé que la pratique locale de "la taille à la Noël" (comprenez entre Noël et le 25 janvier au plus tard) était la meilleure méthode pour les rosiers remontants. Si on le fait plus tard, on détruit des bourgeons, voire des boutons, précoces, et même si Février est froid ou très froid comme il arrive parfois, les rosiers s'en moquent éperdument.
    Remarque peut-être pas très orthodoxe, mais vérifiée: les tailles courtes répétées nuisent à la longévité des rosiers plantés dans des terres pauvres (malgré les engrais) et avec des étés épuisants pour les plantes (et leurs jardiniers). Il vaut mieux couper environ la moitié de la longueur des rameaux, voire moins, et seulement tous les 3 ans environ, raccourcir sévèrement les branches trop ramifiées.
    Mais bien sûr, je ne prétends pas que ces méthodes vaillent partout et pour tous...

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Hélène,
      Merci pour votre retour d'expérience. Si cette façon de faire convient à vos rosiers alors c'est que c'est la bonne pour vous. Je ne pourrais pas appliquer cette façon de faire dans mon jardin (nord-est de la France), les jeunes poussent grilleraient à tous les coup ! C'est d'ailleurs ce qui est arrivé au printemps dernier avec le gel qu'on a eu en mai. Après la taille de fin d'hiver et la douceur du début de printemps, les rosiers étaient bien (trop bien) repartis et j'avais dû tout retailler en mai, c'était pas beau à voir. Je fais parti de ceux qui taillent un peu en automne et encore ça ne concerne que peu de rosiers finalement. Je ne suis pas une adepte de la taille sévère non plus, pourtant j'ai une terre très riche et justement, si je taille trop, ils me font des cannes de 2m qui déséquilibrent complètement le rosier et c'est très moche. Pierre pratique la taille de Noël également et il est dans le Nord ... Chacun fait selon les spécificités de son jardin et des conditions de sa région. Bonne journée à vous !

      Répondre
  • Coin jardinage

    Effectivement, tailler les rosiers est à la portée de tous. De plus, il ne faut pas être un pro du jardinage pour pouvoir le faire. Et grâce à internet et à plusieurs tutos, l'on peut arriver comme un chef.

    Répondre
  • dominique

    bonjour Virginie
    j'habite le nord de la France entre Lille et Tournai et je pratique également la taille de Noël comme beaucoup de jardiniers de ma région sans aucun problème .

    Depuis plusieurs années je taille moins court et mes rosiers s'en portent mieux; mais je les nourris aussi bien mieux qu'auparavant,surtout les gourmands (D .Austin)ou ceux placés contre les murs ,la terre étant plus pauvre .

    Bonne soirée

    Répondre
  • Françoise de Marilles
    Françoise de Marilles 30 novembre 2017 à 0 12 55 115511

    Pour ma part, je fais une taille partielle en novembre, en raccourcissant les longues branches, elles ont trop de prise au vent et sont souvent arrachées si je n'interviens pas.
    Donc je réduis un peu, parfois fort,
    mais il faudra encore intervenir au printemps.
    et de toute façon, comme les femmes parait il,
    je coupe un peu trop peu... j'ai des difficultés à tailler sévèrement...

    Répondre
  • Chantal

    Merci pour ces conseils précis et les différentes approches qui permettent de ne pas "se prendre la tête". Et surtout merci pour les touches d'humour.

    Répondre
  • hudebine

    je ne comprends pas dans la partie Soins
    "Taillez vos rosiers remontants avant la seconde floraison." Quelle seconde floraison? Pouvez-vous m'expliquer? merci Pierrette

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Pierrette,
      Il n'y a pas de partie "Soin" dans mon article et je ne parle pas non plus de tailler les rosiers remontants avant la seconde floraison... Vous avez peut-être lu cela dans l'une de nos fiches conseils ? En fait, la majorité des rosiers remontants fleurissent abondamment en juin puis une nouvelle fois, moins généreusement, vers la fin de l'été et jusqu'aux gelées. Si vous observez bien, vous verrez qu'il y a une pause entre les deux bien que certains rosiers sont si vigoureux qu'ils peuvent fleurir non stop de juin jusqu'aux gelées mais on observe tout de même une diminution du nombre de roses par rapport à juin. Il ne faut pas hésiter à couper les roses fanées de la première vague de floraison (celles de juin donc) pour induire une remontée plus généreuse en fin d'été.
      Cordialement.

      Répondre
  • cote

    peux t'on mettre plusieurs rosier proche ou une distance de combien de pousses merci pour vos bon conseil .

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Nicole,
      Cela dépend des rosiers, certains s'étalent plus que d'autres, d'autres sont très érigés et on peut se permettre de planter plusieurs sujets du même rosier assez proches les uns des autres. Mais en règle générale, disons qu'il faut laisser 50cm minimum (20 pouces) entre chaque rosier pour qu'ils se développent bien, plus si ce sont des rosiers de nature à s'étaler. Un exemple concret : si je veux mettre deux rosiers côte à côte, l'un devant faire 60cm de largeur et l'autre 80cm, je vais les planter à 80cm l'un de l'autre. Plus si je veux rajouter des vivaces entre les deux.
      Cordialement.
      Virginie

      Répondre
  • Pascal

    Bonjour
    Etant dans la baie du Mont St Michel avec des hivers doux il est fréquent d'avoir des roses jusqu'à Noel (le froid arrive souvent plus tard le temps que la mer refroidisse).
    Je me contente de couper les fleurs fanées ,les branches abimées ou trop longues qui vont frotter avec le vent , et la véritable taille fin février début mars après les plus grosses gelées.

    Répondre
  • BARRARD

    bonjour
    j aime l'idee des duos de rosiers avec des vivaces
    jai prepare une commande mais
    pouvez vous me conseiller pour une dizaine de rosiers deja plantes dans lles tons de rose de provenance differentes, des vivaces un peu hautes genre astilbe
    merci

    cordialement
    pierre alain barrard

    Répondre
  • Nadine Lacueille

    Bonsoir, ça fait des années que j'ai des rosiers, et, ils n'aiment pas du tout etre au milieu des autres plantes, sauf des géraniums vivaces.

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Nadine,
      Ca dépend de la vigueur des rosiers, je pense. Dans mon jardin, il y a beaucoup (le mot est faible) de vivaces qui accompagnent mes rosiers et des plantes sauvages aussi. Les rosiers fleurissent très bien mais il est vrai qu'au fil des années, j'ai sélectionné et gardé les rosiers les plus résistants aux maladies et les plus vigoureux.
      Cordialement.
      Virginie

      Répondre
  • Echavidre Claire

    En premier lieu : Evidemment toutes les fleurs fanées sont enlevées au fur et à mesure de leur floraison-défloraison !
    Pour la taille proprement dite : d'abord taille d'automne : j'enlève les branches mortes ou abimées ou graciles et intérieures et coupe les tiges solides d'un bon tiers.
    Puis taille à nouveau dès février si le temps le permet (en Bretagne c'est souvent le cas), plus basse si besoin est (cela dépend des rosiers) au-dessus d'un œil extérieur, en veillant à harmoniser la forme de l'arbuste.
    Taille au plus près des charpentières pour les grimpants pour aérer.
    Mais j'ai dû commettre une erreur en rabattant trop tôt en fin d'été certains rosiers qui ont ensuit émis des branches bien trop longues et là je ne sais que faire ... tailler et retailler ?
    Une petite remarque : quand je n'ai pas le temps de m'occuper de tous(j'en ai beaucoup beaucoup !) je laisse la nature faire et cela n'a jamais eu d’impact négatif sur la vigueur et la vie des rosiers délaissés une année au moment de la taille !
    Et une autre : j'ai un bon terrain (ancien champ cultivé) ... ce qui aide !!!
    A vous amis des rosiers.

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour Claire !
      Ne les avez-vous pas taillés trop court ? Lorsqu'un rosier est vigoureux, on taille peu sinon il fait de nouvelles tiges longues, vigoureuses et peu florifères. A l'inverse d'un rosier plutôt chétif, on pratiquera une taille courte afin qu'il émette de nouvelles branches plus fortes. Il s'agit de quels rosiers ?
      Cordialement.
      Virginie

      Répondre
  • Floarchi

    Et les vieux rosiers dont les branches sont pleines d.epines , comment doit t’on les tailler ,?
    Et les rosiers grimpants ?
    Merci à tous pour vos conseils
    ,

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      En premier lieu, investir dans une paire de gants à longues manches sous peine de scarifications ! Ensuite, il faut enlever tout le bois mort en coupant à la base de ces branches. Enlevez aussi toutes les petites branches malingres. Si ce sont des rosiers non remontants (qui ne fleurissent qu'une seule fois au printemps), il faut tailler juste après la floraison. Je rééquilibre juste l'arbuste ou je taille 1/3 (des fois plus) de chaque branche s'il faut le contenir un peu. Si ce sont des rosiers remontants (qui fleurissent de juin jusqu'aux gelées), je taille en fin d'hiver ou en début de printemps. Et là, pour la taille, je dirais que ça dépend du rosier. Pour certains, je taille très peu (hybrides de moschata), d'autres plus sévèrement (les modernes en général). Mais je taille plus souvent peu car j'ai une terre riche et sinon, ils repoussent comme des fous donc ça dépend aussi du type de terre. D'autres rosiers n'aiment pas être trop taillés aussi. On acquière une certaine expérience avec les années... on observe et on apprend à connaître nos rosiers et à savoir ce dont ils ont besoin.
      J'ajouterais que parfois on tombe sur un rosier qui a besoin d'être rajeuni (vieilles branches jaunies, floraison éparses), dans ce cas, il faut rabattre (couper à la base) environ les 2/3 de ces branches pour encourager le rosiers à en émettre de nouvelles.
      Pour les rosiers grimpants, c'est plus simple. Supprimez le vieux bois au plus près du sol (toujours ! c'est une porte ouverte pour les maladies). Ensuite, il faut garder que 3 à 5 charpentières (grosses branches principales) et couper à 2 ou 3 yeux (10cm environ) chaque branches secondaires (elles qui partent des charpentières) et je le fais au début du printemps en général.
      Cordialement.
      Virginie

      Répondre
  • Bérengère

    Bonjour Virginie,
    J’ai lu dans un catalogue que de planter des petite lavandes entre les rosiers aiderait à minimiser, sinon stopper les pucerons. Est-ce juste ? J’habite en Provence méridionale et nos hivers sont plutôt doux..... mais au printemps je sui envahie de pucerons - surtout les verts.... J’ai aussi des rosiers assez enclins à l’oïdium et j’ai dû mal à m’en débarrasser.... Vos conseils seraient les bienvenus !!!!
    Ma terre est plutôt pauvre et argileuse.

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      En fait, les plantes aromatiques sont formidables pour ça oui mais il faut aussi favoriser la présence des prédateurs des pucerons : ne pas utiliser de produits phyto, installer des nichoirs à mésanges, des abris à insectes (chrysope, coccinelles...) Vous avez essayé de pulvériser une solution de savon noir (15 à 30g de savon pour 1 litre d'eau) dès les 1eres attaques ? Vous pouvez essayer les plantes relais aussi (capucines, camomille...) qui attirent les pucerons et par effet boule de neige leurs prédateurs aussi. Voici quelques idées aussi pour aider les auxiliaires à s'inviter et rester au jardin : 7 abris à insectes.
      Cordialement Virginie

      Répondre
Laisser un commentaire