Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

Qu’est-ce qu’un hydrorétenteur, à quoi sert-il et comment l’utiliser ?

Une technologie très récente et innovante

L’eau est synonyme de vie. Mais hélas, l’eau, cet or bleu, se raréfie un peu partout dans le monde, même chez nous. Or sans eau, pas de plantes. Voilà, la problématique est posée. Comment faire pour cultiver des végétaux lorsque l’eau vient à manquer ? Les hydrorétenteurs ou rétenteur d’eau vont peut-être apporter une solution. Véritable révolution dans le monde de l’agriculture, notamment en zones arides, les hydrorétenteurs ou encore grains d’eau sont désormais disponibles pour les jardiniers (Polyter, Stockosorb). Mais que sont-ils et surtout comment se servir de ces grains d’eau ou cristaux d’eau ? Est-ce vraiment une solution miracle ? On vous dit tout dans cette fiche conseil.

Qu'est-ce qu'un hydrorétenteur ?

On les appelle aussi « rétenteur d’eau », « Grain d’eau » ou encore « Cristal d’eau ». Les hydrorétenteurs à membrane polymérique semi-perméable à l’eau sont des petits cristaux en copolymère acrylamide. Ces cristaux sont prévus pour se gonfler d’eau ou, dans le cas des hydrorétenteurs présentés sous forme de gel, de solidifier l’eau par un ajout de polyacrylate de Potassium. Ce sont donc des copolymères en trois dimensions de type : polyacrylamide/polyacrylates issus de la pétrochimie.

L’acrylamide se forme par chauffage d’huile végétale à haute température. En l’état, c’est un composé toxique mais une fois polymérisé, cette toxicité disparaît.

Les « grains d’eau«  mesurent de 3 mm à 2 cm de diamètre et sont capables de retenir 500 fois leurs poids en eau. La durée de vie moyenne des hydrorétenteurs est de 5 ans.

L’idée générale est de stocker l’eau quand il y en a, puis de la libérer en période de sécheresse lorsque les plantes en ont besoin. L’absorption du liquide est rapide mais la libération de l’eau se fait progressivement par la suite. Il faut se rappeler qu’un simple arrosage ne permet à la plante que de recevoir 20% de l’apport en eau contre 90% si un hydrorétenteur a été utilisé à la plantation.

Apparus dans les années 80′, tous ces hydrorétenteurs avaient pour but de contrer le stress hydrique des plantes en agriculture, notamment dans les pays du Sud. Suite au changement climatique, les épisodes de pluie se retrouvent concentrés sur de courtes périodes ponctuées de longs mois de sécheresse, surtout dans les zones tropicales. Un produit permettant de stocker l’eau puis de la délivrer aux plantes en période sèche constituait alors une énième révolution verte.

Le saviez-vous ? Les polymères utilisés dans l’hydrorétention ne sont pas l’apanage de l’agriculture. Ils sont aussi employés pour la confection de couches culottes et de serviettes hygiéniques, de réalisation de couche protectrice pour des câbles de communication, mais aussi pour la fabrication de neige artificielle.

Quels sont les avantages des hydrorétenteurs ?

Les hydrorétenteurs présentent de nombreux avantages non négligeables dont voici les principaux :

  • Forte économie sur la consommation d’eau : au moins 50% d’eau d’arrosage économisée, limitation des pertes par évaporation et percolation ;
  • Régulation thermique du sol : le stockage d’eau puis la libération de celle-ci permet une différence de température de quelques degrés en moins par rapport à l’air ambiant ;
  • Amélioration de la structure du sol : les hydrorétenteurs améliorent la porosité des sols. Ils permettent aussi une meilleure aération et un décompactage en profondeur ;
  • Meilleure absorption des nutriments : grâce à l’aération de sol mais aussi à la multiplication de la masse racinaire de la plante (certains hydrorétenteurs sont d’ailleurs enrichis avec des nutriments) ;
  • Les plantes sont moins sensibles aux maladies car moins sujet au stress hydrique et disposant d’un système racinaire plus sain et conséquent.
  • Augmentation de la surface foliaire et de la production légumière et fruitière.

Le saviez-vous ? En plus de lutter contre l’érosion des sols et la désertification, les hydrorétenteurs permettent aussi de les dépolluer. C’est le cas pour les sols pollués aux métaux lourds comme le plomb, le cuivre, l’aluminium ou l’arsenic dont ces éléments sont captés par les polymères.

Quels sont les inconvénients des hydrorétenteurs ?

L’hydrorétention par polymère est une technologie assez récente. Celle-ci a donc un coût conséquent d’environ 40 €/ kg.

Il faut prendre en compte aussi que nous n’avons pas encore un recul suffisant face aux hydrorétenteurs de synthèse. Ils pourraient occasionner des effets sur l’équilibre du sol et sur la faune qui y vit, voire sur la santé humaine (voir plus bas).

Comment utiliser les hydrorétenteurs ?

Sous forme de grains

Pour une utilisation en pleine terre ou en contenant (pot, jardinière…). Il suffit de creuser le trou de plantation et de jeter au fond de celui-ci la dose adéquate. À la fin de la plantation de votre arbuste ou votre vivace, il suffira d’apporter un bon arrosage pour que les grains se gorgent d’eau.

Dose : en mélange à la terre 20 g/m². En pot : 8 g/ 4 litres.

Sous forme de En gel

C’est très simple. On va utiliser ces gels uniquement pour les cultures en contenants (pot, jardinière, vasque…). On dépose la poche à la surface du substrat qui… se transforme en eau au fil des besoins de la plante.

Sous forme de billes

Ce produit se présente sous la forme de billes de plus gros diamètre plutôt que de grains. Ces billes sont utilisées surtout dans le cadre de la prolongation de « vie » des fleurs coupées. Il suffit de laisser vos billes tremper dans une bassine d’eau durant 12 heures à raison de 25 g pour 4 litres d’eau. Les billes seront alors déposées dans un vase pour alimenter en eau vos fleurs coupées.

Les hydrorétenteurs constituent-ils une solution écologique ?

C’est là toute la question. Les industriels qui se lancent dans la fabrication d’hydrorétenteurs sont de plus en plus nombreux. Mais cette technologie innovante n’est utilisée que depuis vingt ans seulement (notamment en Afrique en sud, aux États-Unis et en Amérique du Sud) et nous n’avons pas encore de recul suffisant pour connaitre les répercussions de la dégradation de ces polymères dans le sol.

La dégradation des polymères d’acrylamide est tellement peu maîtrisée que l’usage des hydrorétenteurs de synthèse en est interdit pour les cultures destinées à la consommation en Europe. Très peu d’études concernant la toxicité et la rémanence des polymères d’acrylamide dans le sol ont été réalisées jusqu’à présent. Ce que l’on sait déjà est que les monomères d’acrylamide, certains présents dès le départ mais surtout ceux dérivant de la dégradation des polymères, sont cancérigènes, mutagènes, neurotoxiques et reprotoxiques (altère la fertilité). Ces monomères d’acrylamide vont peu à peu se dégrader eux aussi en gaz carbonique (CO2) et en ions ammoniums (NH4+). Mais en combien de temps ? La réponse est compliquée car cette dégradation finale dépend de la nature du sol et de la vie bactérienne de celui-ci.

Une étude scientifique initiée aux Philippines en 2011 indique clairement une présence de monomères d’acrylamide dans des choux et de la moutarde issus de culture avec hydrorétenteurs de synthèse.

Remarque : une solution plus écologique et saine pour remplacer les hydrorétenteurs de synthèse pourrait apparaître dans le chef des biochars. Ces biochars sont simplement du charbon de bois issu de déchets verts qui ne permet la rétention que de 20 à 30 % d’eau. Moins efficace donc que les hydrogels mais surtout plus écologique. Sauf si… la demande en biochar devient telle qu’on doive déforester encore plus pour en produire. Le cercle vicieux habituel…

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire

Plantfit,

Jardiner sans se planter

 

Plantfit c’est notre tout nouveau service de conseils personnalisés. Gratuit, cet outil apporte à chacun des recommandations équivalentes à celles d'un bon jardinier et permet de sélectionner les végétaux les mieux adaptés à son jardin et à ses compétences en jardinage.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pouvez ainsi (re)découvrir les caractéristiques uniques de votre jardin et choisir les plantes qui pourront s’y épanouir sans difficultés. Observer et s’inspirer de la nature permet d’obtenir de meilleurs résultats. C’est aussi le premier pas vers une démarche de jardinage responsable !

 

Plantfit c’est tout simple !

Laissez-vous guider et répondez en quelques minutes à notre questionnaire. C'est une étape indispensable pour que nous puissions vous présenter le profil de votre jardin en quelques lignes, puis vous conseiller des plantes naturellement adaptées :

1- Organisez votre jardin ou votre terrasse en différents espaces

2- Répondez à nos questions sur les différents paramètres clés de chaque espace

3- Naviguez sur le site et pour chaque plante sélectionnée, découvrez si celle-ci est adaptée ou non à ces espaces, et pourquoi.

 

Conseils sur mesure

Solution brevetée, Plantfit analyse les paramètres de votre jardin puis les croise avec les facteurs clés de réussite de chaque plante (zone climatique, exposition soleil et vent, type de sol, savoir-faire requis), établis d’après notre base de connaissances pour chacune des 12 000 plantes de la pépinière. Nous intégrons également à notre algorithme vos souhaits de couleur, hauteur ou style de massifs recherchés. 

 

Que verrez-vous pour chaque plante ?

Cette plante nous paraît inadaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît assez adaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît bien adaptée à votre jardin ou votre massif !
Cette plante n'a pas la couleur ou la hauteur souhaitées
Cette plante présente des caractéristiques ornementales que vous recherchez

Nos recommandations sont disponibles pour les végétaux d’ornement. Les plantes potagères et les fruitiers arriveront dans un second temps. 

 

À tout moment et d’un simple clic, vous pouvez choisir d’activer ou de désactiver Plantfit de votre navigation sur le site.

 

Compléter votre questionnaire >>>  Créer mon Jardin