Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
lutter contre la tique au jardin
conseil

Lutter contre les tiques au jardin

Gare à la maladie de lyme !

La tique est un acarien qui ne doit pas être pris à la légère, car il est vecteur de plusieurs maladies dont la maladie de Lyme ou Borelliose de Lyme pour l’humain. Ce petit parasite se retrouve dans la nature, mais aussi dans nos jardins. En effet, une grande partie des gens mordus par une tique le sont dans les parcs ou leurs jardins. Sans toutefois tomber dans la psychose, il convient d’être prévenu des dangers et de tout faire pour empêcher une éventuelle infection. Quelles sont les bonnes habitudes à prendre pour éviter de servir d’hôte aux tiques ? Que faire pour limiter sa prolifération au jardin ? On voit tout cela dans notre fiche conseil.

Qu'est-ce qu'une tique ?

Les tiques, regroupées sous l’ordre Ixodida, forment un ensemble d’espèces d’acariens : près de 900 espèces différentes dans le monde, pour une quarantaine d’espèces en France. Elles ne possèdent pas d’antennes, ne volent pas, ne sautent pas et possèdent 4 paires de pattes.

Les tiques sont ectoparasites : c’est-à-dire un parasite qui vit à la surface corporelle des êtres vivants. Elles peuvent parasiter les mammifères (dont l’Humain) et les oiseaux, mais aussi les reptiles. Les tiques sont porteuses de maladies via de nombreux pathogènes différents (virus, bactérie, nématode ou protozoaires) et d’allergies. Les maladies dont le vecteur est une espèce de tique sont regroupées dans les Maladies Vectorielles à Tiques ou MVT, dont la plus célèbre est probablement la maladie de Lyme.

Ce sont tous des acariens de grande taille : de quelques millimètres à plusieurs centimètres. La femelle est bien plus grosse que le mâle. Les tiques sont particulièrement reconnaissables, notamment lorsqu’elles sont gorgées du sang de leur hôte, découvrant un abdomen caractéristique : gros et blanc, voire bleuté.

Les tiques affectionnent les milieux humides et boisés. Elles se cachent dans l’herbe et le feuillage en attendant le passage d’un animal ou… d’un promeneur. Elles s’agrippent aux poils ou aux vêtements puis se déplacent vers un endroit chaud. Au bout de quelques minutes à quelques heures, la tique s’accroche à la peau grâce à ses chélicères et relâche un produit anesthésiant. Ni vu ni connu, la tique commence à vous parasiter et pomper votre sang. 

Toutes les espèces de tiques ne sont pas parasites de l’Homme et toutes ne transmettent pas la maladie de Lyme. Chez nous en Europe, la plus dangereuse pour l’Homme et la plus répandue est l’Ixodes ricinus. Les tiques étaient autrefois appelées « tiquets » ou « Ricinus ».

Tiques, ixodida, lutter contre le tique, conseils morsure tique

Tique gorgée de sang ; à droite Ixodes ricinus

Le point sur la maladie de lyme

La maladie de Lyme est une MVT dont le nom provient de la ville de Lyme aux États-Unis où la maladie a été détectée pour la première fois en 1975. La maladie de lyme est provoquée par une bactérie, du genre Borrelia, transmise par la tique. Voilà pourquoi, on retrouve le nom de Borréliose de Lyme qui est un synonyme de « maladie de Lyme ». C’est la maladie vectorielle transmise à l’humain la plus fréquente dans l’hémisphère nord.

La maladie est compliquée à diagnostiquer tant la bactérie peut s’attaquer à divers organes, on dit qu’elle est multiviscérale, et divers systèmes (multisystèmique) : troubles articulaires, neurologiques et cutanés.

Le premier signe d’une infection est la présence d’un érythème migrant : une sorte de tâche cutanée rouge autour de la piqûre. Celui-ci peut passer inaperçu si la tique se trouve dans le cuir chevelu ou dans le dos. 6 mois après la piqûre, on peut constater des troubles cardiaques, neurologique, ophtalmologiques ou des douleurs articulaires. Certains patients peuvent développer un syndrome persistant avec douleurs générales, fatigue intense et troubles cognitifs. Le souci est que les médecins ne songent pas toujours à une maladie de Lyme.

Les tests de dépistage ne sont malheureusement pas, pour l’instant, tout à fait fiables. Il existe de nombreux cas de faux négatifs. Sur base d’une prise de sang, le premier test en laboratoire se fait sous forme d’un test Elisa (recherche d’anticorps et d’antigènes) suivi, s’il se révèle positif, d’un deuxième test sous forme d’un test Western Blot (test électrophorèse sur gel qui permet de séparer les différents types de protéines présentes dans le sang).

Tiques, ixodida, lutter contre le tique, conseils morsure tique

Morsure de tique

Le traitement

Dès l’apparition de l’érythème migrant, votre médecin va prescrire un traitement par antibiotiques durant 14 à 28 jours. Dans le cas d’un syndrome persistant diagnostiqué, on passera sur une antibiothérapie de 28 jours. Même si le traitement antibiotique à large spectre annihile la bactérie Borrelia (et les bonnes bactéries par la même occasion…), ce n’est pas toujours le cas de l’ensemble des symptômes de la maladie de lyme. De nouveaux traitements curatifs et préventifs, notamment relatif à un antimicrobien spécifique et même un type de vaccin, sont en phase de test à l’heure où on écrit ces lignes. Affaire à suivre !

Nota bene : la maladie de lyme touche environ 50 000 personnes par an en France. Les symptômes varient fortement entre les individus.

Comment se prémunir des tiques ?

Il est difficile d’être certain d’éviter à coup sûr une morsure de tique infectée par la bactérie Borrelia. Mais, on peut tout faire pour limiter les risques :

  • Les saisons à risque sont surtout le printemps et le début de l’automne : température douce et humidité. Mais la saison s’étale de mars à octobre en pratique ;
  • Évitez de marcher dans les herbes hautes ou dans les fougères-aigles : restez sur les chemins balisés ;
  • Si vous êtes pris d’une envie irrépressible de vous jeter par terre ou de pique-niquer à même le sol : faites-le sur un drap ou une couverture ;
  • Portez des vêtements longs qui couvrent les bras et les jambes. Ceux-ci doivent être de couleur claire pour repérer la tique facilement. Chaussez des chaussures fermées (d’ailleurs oubliez les chaussures ouvertes dans la Nature en général !) ;
  • Utilisez des répulsifs vraiment efficaces : DEET, IR 3535, icaridine et de l’extrait d’Eucalyptus citronné ou Citriodiol. Demandez conseil à votre pharmacien ! ;
  • Contrôler l’entièreté de votre corps après une sortie pour trouver d’éventuels squatteurs à 8 pattes : surtout les aisselles, le creux des genoux, le cuir chevelu, le cou, l’arrière des oreilles, le nombril et le pubis. Recontrôlez-vous quelques jours après pour vérifier la présence d’un érythème migrant.
Tiques, ixodida, lutter contre le tique, conseils morsure tique

Oubliez les déjeuners sur l’herbe fraiche… sans plaid

Que faire si on a une tique sur soi ?

Oubliez catégoriquement les techniques folkloriques comme mettre une goutte d’alcool, d’huile ou d’essence (au prix du baril, en plus !) sur la tête de la tique pour la faire lâcher. Cela ne fonctionne pas ! Et vous risquez que la tique laisse une partie de sa tête dans la peau.

Utilisez plutôt une pince à tique homologuée et disponible en pharmacie et dans certaines grandes surfaces.

  1. Attrapez la tique proche de la peau en plaçant la pince (ou tire-tique) au niveau de la tête ;
  2. Tirez en tournant doucement pour éviter que la tique ne se déchire (et qu’une partie reste dans la peau) ;
  3. Jetez la tique dans les toilettes ou bien, placez-la, dans un sac hermétique pour une éventuelle identification en cas de problèmes ;
  4. Rincez la morsure avec de l’eau savonneuse ou un peu d’alcool médical pour désinfecter ;
  5. Aux moindres signes d’infection (érythème migrant) dans les jours qui suivent, consultez votre médecin.
Tiques, ixodida, lutter contre le tique, conseils morsure tique

Procédez délicatement pour attraper la totalité de la tique

Que faire au jardin pour limiter le nombre de tiques ?

C’est étonnant ! : entre 30 à 50 % des morsures de tiques en Europe n’arrivent pas dans la Nature, mais dans les parcs et les jardins.

Où se trouvent les tiques dans la nature et au jardin ?

Les tiques aiment les milieux humides, plutôt ombragés, un peu sauvageons et bien fournis en animaux sur lesquels elles se nourrissent et se reproduisent.

Comment aménager son jardin pour éviter les tiques ?

  • Tondre la pelouse pour éliminer les herbes hautes et créer de larges zones ensoleillées et sèches ;
  • Élaguer la base des arbres ;
  • Poser un paillis sec au pied des plantes (copeaux de bois, BRF, paillage d’écorce…) : en plus de protéger le sol et les plantes, cela crée des zones sèches et chaudes qui repoussent les tiques ;
  • Éviter un sur-arrosage, surtout dans les endroits déjà humides au jardin ;
  • Ramasser les tas de feuilles mortes et les utiliser pour réaliser un compost ;
  • Planter des plantes naturellement répulsives contre les tiques : romarin, lavande, mélisse, thym, absinthe, géranium citronnelle. Éviter certaines plantes qui semblent attirer les tiques, comme les genêts ou les fougères-aigles ;
  • Si vous habitez en lisière de forêt, la création d’une zone-tampon d’un mètre de large sur un paillis sec (écorce ou gravier) est une bonne solution ;
  • Placer une clôture pour éviter que les animaux sauvages porteurs de tiques circulent librement dans votre jardin.

Mais… si on souhaite un jardin naturel et accueillant pour la faune ?

Ce n’est pas incompatible ! Rassurez-vous ! En réalité, seules les parties du jardin très fréquentées doivent être aménagées en vue de repousser d’éventuelles tiques. Il convient alors de tondre la pelouse, de garder les chemins propres, d’éloigner les haies et les massifs, de placer un paillis sec dans les lieux de passage. Pour le reste, vos haies, votre mare ou votre prairie fleurie seront toujours bienvenus pour la biodiversité au jardin. D’ailleurs, tondre des chemins dans votre prairie vous permettra de vous y balader sans trop risquer les tiques.

Vous pouvez aussi favoriser les ennemis naturels des tiques, comme les oiseaux insectivores (mésanges, accenteur mouchet, mais aussi étourneaux), les musaraignes et… les poules qui sont friandes de ces gros acariens peu ragoutants.

Le renard et la fouine permettent aussi de limiter les populations de rongeurs aux alentours de votre jardin, ce qui limite fortement l’invasion de tiques. Comme d’habitude, une zone riche en biodiversité permet une régulation des populations, sans risque d’invasions d’une espèce.

Nota bene : Pensez à vérifier vos compagnons (chiens et chats) à chaque sortie au jardin. Ils peuvent aussi être parasités par les tiques. Supprimez à la pince à tique les tiques en présence et traitez, si possible, vos animaux contre les parasites.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire