Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

L'ortie : une plante aux nombreux bienfaits

au potager et au jardin

Qui s’y frotte, s’y pique ! L’ortie, dite « ortie piquante » ou ortie blanche (Urtica dioïca) laisse souvent un souvenir très vivace dans les esprits. Qui n’a pas déjà frôlé d’un peu trop près ses aiguilles urticantes ?

Feuillage et inflorescence de l’ortie.

 

Détestée, maudite, cette sauvageonne aux multiples vertus, est souvent reléguée au rang de paria tant elle contrarie la perfection d’un jardin. Pourtant, de plus en plus de jardiniers, soucieux de cultiver un potager 100 % bio, y voient une aide précieuse et l’utilisent en particulier pour la culture des tomates.

Utilisée en infusions, décoctions, purins et autres philtres verts, loin de toute sorcellerie, l’ortie est devenue la championne des préparations végétales !

Le purin d’orties, biostimulant, engrais, répulsif contre les parasites notamment les pucerons, dont les pucerons, favorisant la croissance des végétaux, éliciteur ou stimulant les défenses immunitaires des plantes, et même désherbant … est réputé pour ses très nombreuses qualités.

Séchée, parfois réduite en poudre ou fraîche, l’ortie est également utilisée en tisane pour soulager les douleurs articulaires. En cuisine, elle se prête également à diverses préparations.

Quels sont les bienfaits de l’ortie et de son renommé purin ? Faisons le point !

Le purin d'ortie, potion magique du jardin

Le purin d’ortie, qu’il serait plus juste d’appeler extrait fermenté d’ortie est obtenu par fermentation aérobie de ses feuilles et tiges, durant une à trois semaines.

Cette fermentation permet de libérer les principes actifs des végétaux. Ce purin, très souvent décrit comme une mixture au fumet terrible est pourtant, quand il est élaboré dans les règles de l’art, pratiquement inodore, limpide et facile à conserver.

L’ortie est réputée pour fortifier, stimuler la flore microbienne du sol, favoriser la maturation du compost et améliorer la fonction chlorophyllienne.

C’est pourquoi son purin, véritable élixir, est utilisé comme traitement préventif contre les maladie mais aussi comme fertilisant naturel. Il permet de se passer de produits chimiques inutiles et néfastes pour l’environnement… et il est gratuit !

Rien n’est plus facile que de faire une fermentation puisqu’il suffit de laisser macérer des plantes dans de l’eau pendant plusieurs jours. Le seul risque : rater l’opération et passer de la fermentation à la putréfaction. On obtient un liquide brunâtre, inefficace et particulièrement nauséabond. Un extrait fermenté recueilli au bon stade diffuse une odeur acceptable. Rassurez-vous, la recette est simplissime … Et nous vous expliquons tout, pas à pas, dans ce tutoriel  : « Comment faire son purin d’ortie ?« 

Si la perspective de fabriquer un jus puant vous rebute ou que vous ne disposez pas du temps nécessaire, sachez que vous pouvez aussi l’acheter ! Il est possible de se procurer du purin d’ortie tout prêt, à diluer dans de l’eau. Cela simplifiera la vie des jardiniers urbains qui peuvent rencontrer des difficultés pour se procurer des orties mais aussi, en petit jardin, qui ne réclament que de faibles quantités.

Les utilisations de l'ortie en purin

Si le purin d’ortie n’a pas encore scientifiquement fait la preuve de ses bienfaits à grande échelle, il fait partie des plantes préférées des jardiniers bio qui mettent un point d’honneur à cultiver leurs légumes naturellement, sans engrais chimique ni pesticide. Au potager comme au jardin d’ornement, il s’utilise comme :

  • Engrais, fertilisant

Le purin d’ortie, de par sa concentration élevée en azote, est souvent considéré comme un engrais naturel qui stimule la croissance des plantes et favorise le développement des tiges, des feuilles et des racines.

Dans les faits, il convient de noter que le terme d’engrais ou fertilisant naturel n’est pas tout à fait approprié puisque son taux d’azote, de phosphore et de potasse ne seraient pas suffisants pour qu’ils soit classé comme tel. Qu’à cela ne tienne, le purin d’ortie n’en est pas moins efficace, mais plutôt comme phyto-stimulant.

En effet, de nombreux jardiniers observent une croissance accrue entraînant une précocité des plantes, sur les légumes feuilles bien sûr mais aussi des plants de tomates qui fleuriraient et fructifieraient plus tôt, ce qui est particulièrement intéressant dans les régions aux étés courts.

Il faut également retenir que l’azote favorise le feuillage au détriment de la floraison. C’est pour cette raison que nous vous conseillons d’utiliser le purin d’ortie en arrosage uniquement les premières semaines qui suivent la plantation pour favoriser la végétation. Puis de passer ensuite et si besoin, à l’utilisation d’un purin de consoude, qui encouragera plutôt la mise à fruits.

  • Répulsif contre les ravageurs, dont les pucerons

Les extraits végétaux ne sont pas de réels pesticides car ils ne déciment pas les ravageurs. Ils brouillent simplement les repères de certains insectes, limitent l’invasion en entravant leur mobilité, leur capacité à se reproduire et à s’alimenter. Les extraits végétaux contiennent des molécules dont certaines incitent la plante à produire des substances provoquant son inappétence. Tandis que d’autres peuvent renfermer des molécules agissant sur le métabolisme du ravageur. Réalisez une macération de feuilles fraîches pendant 12 heures, 1 kg pour 10 litres d’eau. Appliquez dilué à 10%, c’est à dire en mélangeant 1 litre de purin pour un arrosoir de 10 litres d’eau, de préférence de pluie.

ortie-insecticide-pucerons

Le purin d’ortie permet de lutter contre les colonies de pucerons

  • Stimulant des défenses naturelles des plantes

Les extraits végétaux provoquent les défenses immunitaires des plantes, ceci stimulant et améliorant l’absorption de minéraux. Mais demandez-vous toujours au préalable s’il est nécessaire d’intervenir. Si une plante demeure saine, pourquoi stimuler ses défenses naturelles ? En a t-elle réellement besoin ?

Dans un potager cultivé de façon naturelle, où la biodiversité est préservée, où les pesticides et engrais chimiques sont bannis et où le sol est sauvegardé … Bref, dans de bonnes conditions, les plantes sont rarement malades. Et si une attaque de ravageurs survient, les auxiliaires limitent les dégâts, de même que les filets anti-insectes par exemple. Inutile donc de traiter, même avec un extrait végétal si ce n’est pas utile. En revanche, si après un événement particulier (averse de grêle, canicule, …), les plantes se retrouvent affaiblies, vous pouvez pulvériser de l’extrait fermenté d’ortie dilué à 20 % (1 litre de purin pour 5 litres d’eau) pour leur permettre de réagir très vite à l’agression.

  • Anti-chlorose ferrique

La chlorose provoque une décoloration du feuillage. Ce phénomène ne provient pas d’une absence de fer dans le sol mais d’un blocage de son assimilation, souvent causé par un excès de calcaire. L’ortie contient une bonne teneur en fer. Des pulvérisations de purin dilué à 5 % ou à 10 % en arrosage permettraient de faire disparaître les symptômes, grâce à des bactéries qui rendraient le fer assimilable par les végétaux, sans toutefois régler le problème. Il convient absolument de réaliser un travail de fond pour maintenir le sol le plus vivant possible, notamment en l’amendant régulièrement avec des matières organiques.

  • Activateur de compost

Les déchets végétaux d’après filtration et même les restes de purin (même non filtré) peuvent être ajoutés sur le tas de compost. Le purin est réputé pour activer et accélérer la décomposition des déchets du compost.

  • Désherbant

Le purin d’ortie pur est considéré comme bon désherbant naturel. Attention, utilisé de cette façon, il est aussi polluant. En effet, sa forte teneur en azote provoque une accumulation de nitrates (issus de la nitrification de l’azote) dans le sol, induisant une toxicité non négligeable pour la faune et la flore. Ce qui forcément nuit à la biodiversité. Rappelons que les produits, même naturels, ne doivent pas être utilisés sans discernement !

Les autres utilisations de l'ortie

  • L’ortie, un pilier de la biodiversité

Mal-aimée, considérée comme une « mauvaise herbe »,  l’ortie est pourtant précieuse dans les jardins, en particulier à vocation écologique. En effet, c’est une plante hôte pour une multitude d’insectes dont plusieurs espèces de chenilles comme le Paon du Jour ou la Petite tortue.

Par conséquent, veillez à toujours laisser un petit coin sauvage pour les orties dans votre jardin : la faune vous le rendra !

L'ortie, une plante hôte pour la faune

A gauche : Chenille du papillon Petite tortue (Aglais urticae) – A droite : saison des amours chez les coccinelles.

  • L’ortie, une plante médicinale,  à essayer aussi en cuisine

Délicieuse en potage, l’ortie est un concentré de vitamines et de minéraux. Elle s’utilise également en tisane diurétique et anti-bactérienne et même pour stimuler la croissance des cheveux !

En cuisine, elle agrémente de nombreuses préparations comme les salades, les quiches, les cakes , les cookies et peut même se déguster en pesto !

Cake aux orties (crédit : Association Cueillir)

Pour en savoir plus :

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)

2 réflexions au sujet de « L'ortie : une plante aux nombreux bienfaits »

Laisser un commentaire