Culture sur buttes : pourquoi et comment la pratiquer ?

Culture sur buttes : pourquoi et comment la pratiquer ?

Optimisez votre potager !

Sommaire

Mis à jour le 15 Septembre 2023  par Olivier 6 min.

La culture sur buttes est une technique de jardinage innovante qui gagne en popularité parmi les adeptes de la permaculture et les jardiniers soucieux de l’environnement. Cette méthode, qui repose sur la superposition de différentes matières organiques, offre de nombreux avantages, notamment une meilleure aération du sol, un sol fertile, une optimisation de l’espace et une rétention d’eau efficace. De plus, elle permet de cultiver une variété de légumes, fruits et autres plantes tout en respectant les principes de durabilité et de biodiversité. Mais pourquoi adopter la culture sur buttes et comment la mettre en pratique ?

Cette fiche conseil vous guide pas à pas dans la découverte et la mise en œuvre de cette technique de jardinage révolutionnaire, idéale pour un potager productif et respectueux de la nature.

Difficulté

La culture sur buttes : c'est quoi ?

La culture sur butte est une technique de jardinage qui consiste à cultiver des plantes sur des monticules ou des buttes de terre, plutôt qu’à la surface du sol. Cette méthode présente plusieurs avantages, notamment un meilleur drainage de l’eau, une augmentation de la surface cultivable et une amélioration de la qualité du sol grâce à la décomposition des matériaux organiques incorporés dans la butte.

Cette méthode est l’une des plus anciennes techniques agricoles, bien avant que l’on parle de permaculture. Par exemple, chez nous (je précise, car les buttes sont utilisées dans le monde entier), dans l’Antiquité et jusqu’au Moyen-âge, des cultures sur buttes étaient déjà présentes principalement aux endroits dont la surface était restreinte, comme au sein de fortifications par exemple. Par la suite, cette technique de culture vivrière est peu à peu tombée dans l’oubli.*

En France, la culture sur buttes a été popularisée à partir des années 70, notamment grâce à des personnes comme Emilia Hazelip, une pionnière de la permaculture. Sepp Holzer, un agriculteur autrichien, a également contribué à la popularisation du concept de culture sur buttes, appelé « Hügelkultur » en allemand.

*On retrouve relativement peu d’informations concernant la culture sur buttes au travers de l’Histoire. Si un(e) historien(ne), un(e) archéologue ou simplement un(e) passionné(e) d’Histoire peut nous en dire plus, n’hésitez pas !

Culture sur butte, potager permaculture, hügelkutur, cultures potageres sur butte

Emila Hazelip, précurseur de la culture sur butte en Europe. Photo Wikimedia Commons ©Anna C. Satta

Quels sont les avantages d'une culture sur buttes ?

Avantages

  • Reconstitution du sol : La culture sur buttes permet de recréer du sol, en particulier dans les zones où la terre est pauvre ou compactée.
  • Hauteur de la terre : Avec une butte, la terre est moins basse, ce qui facilite le travail du jardinier et réduit la nécessité de se pencher constamment.
  • Réchauffement du sol : La forme de la butte capte mieux les rayons du soleil obliques, permettant à la terre de se réchauffer davantage. Cela peut prolonger la saison de croissance et permettre une germination plus précoce au printemps.
  • Drainage amélioré : La structure surélevée de la butte favorise aussi un meilleur drainage, évitant ainsi la stagnation de l’eau et réduisant le risque de pourriture des racines.
  • Développement des racines : Les racines des plantes se développent mieux dans une butte car elles disposent de plus d’espace dans un sol bien aéré, ce qui favorise une croissance saine des plantes.
  • Augmentation de la surface cultivable : les deux côtés de la butte peuvent être plantés de légumes. Or ces deux côtés ensemble vont recouvrir une plus grande surface qu’une planche potagère classique pour un même encombrement au sol.
Culture sur butte, potager permaculture, hügelkutur, cultures potageres sur butte

Un potager construit sur butte va bénéficier d’un sol enrichi, là où la terre était ingrate et peu propice à de belles récoltes

Inconvénients éventuels

La mise en place d’une butte nécessite une quantité non négligeable de matières, comme de la terre, du compost, de la paille… Même en creusant les allées, l’apport de ces matières est conséquent. De plus, la création d’une butte nécessite du travail physique pour la mise en place.

Et une fois la butte établie, elle nécessite un entretien régulier pour s’assurer qu’elle reste productive et en bonne santé. Pour maintenir la fertilité d’une butte permanente, il est essentiel d’apporter des amendements réguliers et d’utiliser des couvertures pour protéger et nourrir le sol.

Une butte de culture peut, dans certains cas, présenter l’inconvénient de sécher plus rapidement par rapport à un potager traditionnel à plat et bien paillé. En effet, la structure surélevée d’une butte la rend plus exposée au vent et augmente la surface exposée au soleil, ce qui peut entraîner une évaporation plus rapide de l’eau. Ajoutons à cela que le bon drainage du sol de votre butte est bénéfique pour éviter la stagnation de l’eau, mais signifie également qu’elle peut sécher plus vite, surtout en été. Cependant, certains éléments organiques au sein de la butte permettent de maintenir l’eau, tels des éponges : c’est le cas du bois (branches, rondins…) et du compost. Si votre butte sèche trop vite, c’est sans doute que ces éléments manquent ou sont en trop faible quantité.

Les buttes de culture peuvent aussi attirer les rongeurs, les limaces et les escargots.

Les grands types de buttes en permaculture

En permaculture et en agriculture biologique, il existe plusieurs types de buttes qui sont conçues pour répondre à différents besoins et conditions. Voici les grands types de buttes en permaculture :

  • Buttes en lasagne : Cette technique consiste à superposer différentes couches de matières organiques, comme du compost, de la paille, du foin, et d’autres déchets verts. Ces couches se décomposent progressivement, enrichissant le sol en nutriments.
  • Butte sandwich : Elle est généralement créée en creusant une tranchée et en insérant un mélange de matière organique verte et sèche. Cette technique est similaire à la butte en lasagne, mais la butte « sandwich » alterne généralement des couches de sol et de matières organiques, tandis que la butte « lasagne » empile plusieurs couches de matières organiques différentes.
  • Hügelkultur : C’est une technique allemande qui consiste à enterrer des rondins de bois et d’autres gros débris organiques sous une couche de terre. Au fil du temps, le bois se décompose, retenant l’humidité et libérant des nutriments pour nourrir les plantes. Philip Forrer (Jardin du Graal), un permaculteur français bien connu, utilise cette technique, mais… à sa manière. Il commence par creuser une tranchée, puis y place des troncs d’arbres (oui, carrément !). Le vide est ensuite comblé avec de l’humus, qui peut inclure des épines de sapin, du compost et d’autres matières organiques.
  • Buttes bio-intensives maraîchères : Ces buttes sont conçues pour une production maraîchère intensive en agriculture biologique, en utilisant des techniques spécifiques pour maximiser la production sur une petite surface. Une butte bio-intensive est obtenue en travaillant la terre sur une double profondeur de bêche, soit environ 50 cm. Cela permet d’aérer le sol en profondeur et facilite l’enracinement des végétaux cultivés. Ensuite, il est essentiel de ne pas mélanger les différents horizons du sol. Cela permet de conserver la structure naturelle du sol et d’optimiser la croissance des plantes. Les planches permanentes sont en réalité des buttes de terre surélevées d’environ 10 à 15 centimètres du sol.
  • Buttes de cultures arrondies classiques : Ce sont des buttes traditionnelles, de forme arrondie, souvent utilisées pour leur esthétique et leur facilité d’accès. Elles sont formées uniquement avec de la terre récupérée en creusant les allées. Cette méthode permet de créer une butte sans avoir besoin d’apporter de la terre supplémentaire. La forme arrondie de la butte permet une meilleure exposition au soleil, une meilleure aération du sol et facilite le drainage.

Les 3 premières buttes citées sont dites « buttes autofertiles », car les éléments nutritifs sont là dès le départ et se diffusent peu à peu vers les racines des plantes au fil de la décomposition des matières organiques. Les buttes dont le départ est constitué de rondins, voire de troncs, sont parfois nommées « buttes forestières ». Les deux derniers types de buttes sont classés simplement parmi les « buttes de terre ».

culture sur butte avec rondins de bois

La technique allemande consiste à tapisser le sol de rondins et branchages avant de créer la butte de terre

Où placer les buttes ? Quels sont les éléments à prendre en compte ?

Nous parlerons dans cette fiche conseil principalement des buttes lasagnes ou sandwich classique. Si vous envisagez de créer une butte en lasagne, voici quelques éléments à prendre en compte pour son emplacement :

  • Exposition au soleil : Comme pour tout potager, il est essentiel de choisir un emplacement relativement bien exposé au soleil. La majorité des légumes ont besoin d’au moins 6 à 8 heures de soleil direct par jour pour bien pousser. Cependant, certains légumes comme les épinards, les bettes, les choux, les pois… apprécient la mi-ombre. En outre, le soleil du sud de la France peut se révéler être un problème pour certaines cultures en été. Bref, réfléchissons bien à l’emplacement ! L’exposition du potager est une problématique plus complexe qu’elle n’y parait au premier abord.
  • Accès à l’eau : Même si les buttes en lasagne retiennent bien l’humidité, il est essentiel d’avoir un accès facile à une source d’eau pour l’arrosage.
  • Protection contre le vent : Si possible, choisissez un emplacement protégé des vents forts qui peuvent dessécher la butte et endommager les plantes.
  • Taille et forme : Pensez à la taille et à la forme de votre butte. Assurez-vous d’avoir suffisamment d’espace pour la créer tout en laissant de l’espace pour circuler autour.
  • Proximité avec d’autres cultures : Si vous avez d’autres zones de culture, pensez à la rotation des cultures et à la manière dont la butte en lasagne s’intégrera dans votre plan global de jardinage.
  • Matériaux disponibles : Assurez-vous d’avoir accès à suffisamment de matières organiques pour créer les différentes couches de la butte. Cela peut inclure du compost, de la paille, du foin, des feuilles mortes, etc.

En résumé, le placement et la création d’une butte en lasagne nécessitent une planification soignée pour s’assurer qu’elle est bien située et qu’elle bénéficie des meilleures conditions possibles pour une croissance optimale des plantes. C’est l’un des nombreux points à prendre en compte lors du design de son jardin.

Pour rappel, le design en permaculture est une approche systémique de la conception de systèmes humains et agricoles qui imitent les relations observées dans les écosystèmes naturels. Le design en permaculture utilise le concept de zonage pour placer les différents éléments (comme les plantes, les animaux et les structures) de manière optimale en fonction de la fréquence d’utilisation et des besoins en énergie. Mais au lieu de séparer les éléments, le design en permaculture cherche à les intégrer de manière à ce qu’ils se soutiennent mutuellement. Avant de concevoir un système, il est donc essentiel d’observer et d’interagir avec l’environnement pour comprendre ses particularités et ses besoins.

Quand construire une butte de culture ?

La construction d’une butte en lasagne peut être entreprise à différents moments de l’année, mais la période la plus propice est en fin d’hiver ou début de printemps. À cette période, la butte ne sera pas encore mature au moment des plantations printanières, mais elle aura l’avantage d’être encore chaude, ce qui favorise la décomposition des matières organiques et la préparation du sol pour les cultures à venir.

Comment former une butte potagère en lasagne ?

La formation d’une butte potagère en lasagne est une technique de permaculture qui consiste à superposer différentes couches de matières organiques pour enrichir le sol. Voici comment former une butte en lasagne :

  • Couche de base : vous pouvez commencer par une couche de carton brun, sans encre et sans plastique. Le carton est un excellent matériau pour préparer le sol car il étouffe les mauvaises herbes et se décompose progressivement pour nourrir le sol. C’est une technique efficace, cependant le carton a tendance dans les premiers mois à créer une couche imperméable pour la vie du sol. Pour éviter cela, vous pouvez aussi commencer par une grosse couche de paille ou de feuilles mortes, plus sympa pour la pédofaune. Voici un article sur l’utilisation du carton au jardin.
  • Matières vertes et sèches : alternez des couches de matières vertes (comme des tontes de gazon, des déchets de cuisine) et des matières sèches (comme de la paille, du foin ou des feuilles mortes).
  • Compost ou terreau : ajoutez une couche de compost ou de terreau pour fournir des nutriments essentiels aux plantes, assimilables tout de suite (le reste viendra ensuite grâce à la décomposition des matières organiques).
  • Répétition : continuez à superposer les couches, comme une lasagne, jusqu’à ce que la butte atteigne la hauteur souhaitée, soit environ 40 cm (mais elle peut être plus haute si vous avez suffisamment de matières). A noter, que la hauteur de la butte peut diminuer avec le temps à mesure que les matières organiques se décomposent.
  • Couche supérieure : terminez par une couche de compost ou de terreau pour accueillir les cultures, que ce soit des semis ou des repiquages. Et évidemment une grosse couche de paillage de foin, de paille, de feuilles mortes, de BRF (Bois Raméal Fragmenté)… Lisez sur le sujet : quel paillage pour le potager ?
  • Arrosage : arrosez abondamment la butte pour bien tasser les couches et amorcer le processus de décomposition.
  • Plantation : Une fois la butte préparée, vous pouvez planter vos légumes ou autres plantes directement dans la couche supérieure de compost ou de terreau.

Le conseil d’Oli : vous pouvez semer directement ou planter de jeunes plants de légumes. Cependant, certains jardiniers conseillent plutôt de semer en godets avant de transplanter les jeunes plants dans la butte, surtout pour les légumes qui ont des graines plus délicates (salades, carottes…) ou qui nécessitent des conditions de germination spécifiques. En gros, les grosses graines (courges, courgettes, pois, haricots, maïs, bettes…) s’en sortent très bien, mais les fines graines germent parfois plus difficilement directement dans la butte. N’hésitez pas à faire vos propres tests : une butte n’est pas l’autre.

Important ! Le principe de la lasagne n’est pas uniquement employé dans le cadre de la création de buttes. Vous pouvez appliquer le principe en butte très basse (peu de couches) ou dans un bac potager. Pour en savoir plus, sur la culture en lasagne, suivez les bons conseils de Virginie.

Les buttes sont-elles cantonnées à la culture de légumes ?

Non, les buttes ne sont pas uniquement cantonnées à la culture de légumes. Bien que les légumes soient couramment cultivés sur des buttes, en particulier dans le contexte de la permaculture, d’autres types de plantes peuvent également être cultivés sur des buttes : les petits fruitiers comme les fraisiers, mais aussi certains arbustes (groseilliers, cassissiers…), les fleurs annuelles (et pourquoi pas indigènes pour la biodiversité), les plantes aromatiques (qui apprécieront la chaleur et le drainage) et évidemment de l’engrais vert (phacélie, moutarde, luzerne…) entre deux cultures. La seule limite est la taille de la butte.

Commentaires