Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
chignon racinaire
conseil

Le chignon racinaire

C'est quoi et comment l'éviter ?

En achetant une plante, on contrôle la qualité de sa partie visible, si le feuillage est sain et ne présente pas de signes de maladies, mais on regarde rarement ses racines. Or de la qualité de celles-ci dépend la bonne reprise des végétaux.

La formation d’un chignon racinaire est fréquente chez les plantes élevées en pot. Est-ce problématique ? Découvrez nos conseils pour l’éviter, le défaire le cas échéant et planter dans de bonnes conditions.

Un chignon racinaire, c'est quoi ?

Ce phénomène intervient lorsque la plante est trop à l’étroit ou restée trop longtemps dans son contenant, celle-ci va avoir tendance à développer un enchevêtrement solide de racines que les spécialistes appellent le « chignon ».

Tous ces godets ont des racines qui ont « chignonné »

La plupart des gens ignorent souvent que les plantes ont besoin d’oxygène au niveau de leurs racines. C’est pour cette raison bien précise que les végétaux en pot auront tendance à faire circuler celles-ci contre l’espace entre le terreau et la paroi du contenant. Cette zone intermédiaire permet aux racines d’entrer en contact avec l’air.

Dans la nature, les vers de terre et autres petits organismes du sol creusent des galeries et permettent à l’oxygène de circuler dans le sol. Dans un godet rempli de compost stérile, aucun organisme n’est présent pour accomplir cette fonction.

On comprend mieux dès lors pourquoi le gazon et de nombreuses autres plantes poussent moins bien sur un sol piétiné car celui-ci est asphyxié par le tassement de la terre et l’obstruction des galeries.

L’utilisation d’engrais pour les plantes en pots va également favoriser ce phénomène en stimulant la production de racines et aggravant la situation.

Enfin, le faible volume de terre à disposition de la plante va l’inciter à exploiter le moindre espace du pot pour coloniser les racines entraînant une sorte « d’embouteillage racinaire ».

Est-ce problématique ?

Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir et en fait, cela dépend. Sur une vivace, le problème n’est pas très grave. Sur un arbuste, cela peut poser problème, mais tout dépend de l’essence et du degré de « chignonnage ». En effet, lorsque le chignon se forme jeune et que la plante traine longtemps dans son pot ou qu’elle a passé plusieurs rempotages, le chignon se sera formé à cœur et vous ne le verrez pas forcément. Dans ce cas, la reprise sera vraiment compliquée.

En effet, lorsqu’un arbuste en pot comportant un chignon est transplanté en terre sans intervention, la plante continue à tourner en rond dans son trou de plantation. Ce phénomène rend la reprise du végétal compliquée, car il aura du mal à émettre de nouvelles racines. Cela augmente le risque de maladies au niveau des racines, ainsi qu’un encrage insuffisant lors d’une tempête. Dans le cas des arbres, cela amènera à un déséquilibre de la structure du sujet et entraînera sa chute. Pour les ligneux en général, le collet de la plante finit par être étranglé par ces racines circulaires, entrainant au bout de quelques années de dépérissement de la plante.

Enfin, ce développement perturbé du système racinaire rend les plantes moins résistantes à la sécheresse, notamment chez celles possédant une racine pivot destinée à aller chercher l’eau en profondeur dans le sol.

chignon racinaire, chignonner

Le chignon est problématique notamment pour les arbustes et les arbres

Toutefois, il est possible de défaire le chignon avant de planter.

Comment planter un végétal présentant un chignon racinaire ?

Avant plantation :

  • faites tremper la motte dans un seau d’eau pour saturer le substrat en eau. Les racines seront plus simples à manipuler de cette façon et moins cassantes ;
  • Enlevez la plante du contenant : si le chignon n’est pas très important, démêlez-le délicatement et étalez les racines dans le trou de plantation.
  • S’il est plus importants, défaites la motte en scarifiant sur le pourtour à l’aide d’un sécateur ou d’un couteau aiguisé et si besoin, coupez toute la base de la motte. Dans le cas où les racines sortent par les trous du pot et qu’il est difficile de sortir la plante : il va falloir découper le pot pour libérer les racines emprisonnées. Ces opérations vont certes stresser votre plante, mais elles vont aussi permettre au système racinaire de se ramifier à nouveau rapidement. La plante va alors commencer l’exploration du sol environnant en développant des racines horizontales dans le trou de plantation ;
  • Si le chignon est vraiment sévère, il s’agit de toute façon d’une opération de sauvetage et vous n’avez pas grand-chose à perdre. Démêlez au maximum, quitte à mettre les racines à nu et coupez celles qui sont tordues au cœur de la motte. Cette technique sévère est à pratiquer en automne ou en hiver, lorsque les plantes sont entrées en repos. Elles auront alors cette période pour s’enraciner à nouveau avant l’arrivée des beaux jours. Rabattez dans le même temps la partie aérienne pour rééquilibrer la plante et réduire son évapotranspiration.
  • Arrosez copieusement les semaines suivantes.

chignon racinaire, chignonner

À noter : Parfois, il arrive qu’un arbuste de votre jardin stagne ou dépérisse de façon inexpliquée. N’hésitez pas à le déterrer et à éplucher sa motte pour voir ce qu’il s’y passe.

Quelques astuces pour éviter les chignons sur vos plantes en pots

  • Dans le cas d’une plante en pot à rempoter dans un nouveau contenant, procédez à un rempotage tous les deux ou trois ans au maximum ;
  • Le godet de tourbe biodégradable pour les jeunes plants évite ce phénomène. Dès que les racines sortiront du pot, celles-ci seront « cernées » (desséchées) au contact de l’air, ce que qui favorisera la création de nouvelles racines sans que celles-ci ne s’entortillent. Ce godet est une excellente alternative au plastique omniprésent dans le milieu horticole ;
  • Le godet forestier pour les arbres à racines pivotantes (chêne, pins, noyers…) réduit la formation d’un chignon, car sa profondeur est supérieur à 20 cm. La racine principale ne pliera pas (ou très peu) sur le fond du pot ;
  • Il existe des pots avec des saillies verticales qui vont diriger les racines de manières verticales et les empêcheront de s’enrouler sur elles-mêmes ;
  • Quand cela est possible, vérifiez l’état de la plante avant de l’acheter. Soulevez le pot et vérifiez qu’un enchevêtrement disproportionné de racines ne s’est pas formé hors du pot, signe de chignon.

En conclusion

Bien que les conteneurs aient de nombreux avantages (allongement de la saison de plantation, protection des racines, facilité de transports,…), ils ne restent pas moins qu’une solution temporaire et parfois problématique sur certaines espèces végétales.

Les végétaux achetés en racines nues sont plus fragiles à transporter mais commencent souvent leur nouvelle vie dans de meilleures conditions, sans chignon.

Nous vous conseillons de ne pas faire attendre inutilement une saison supplémentaire à une plante lorsque sa plantation est possible en pleine terre. Dénouez un chignon formé est une étape indispensable lors de la mise en place définitive de vos plantes, pour une bonne reprise.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire