Bête à corne ou limaces, on cherche la plupart du temps à s’en débarrasser, mais saviez-vous qu’une partie des gastéropodes terrestres (escargots, moules d’eau douce, limaces) était menacée ? En France, 11% des espèces sont menacées et 41 % d’entre elles sont trop mal connues. Comme le reste de la biodiversité, les escargots et les limaces sont sensibles aux modifications de l’environnement, en particulier à la disparition de leurs habitats (urbanisation, agriculture intensive…). « Opération Escargots » est un programme de sciences participatives lancé en 2009 et porté par le Muséum national d’Histoire naturelle, l’association Noé et l’Office français de la biodiversité. Contribuez, vous aussi, à protéger les escargots et à faire avancer la science qui manque de données, en participant !

Operation escargot, suivi de populations escargot, comptage recensement escargots en France

Escargots en danger ?

Notre pays recèle une biodiversité précieuse : en France, l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) a recensé 691 espèces de gastéropodes terrestres et aquatiques (33 bivalves, 251 escargots d’eau douce et 407 escargots et limaces terrestres) présentes dans tous types d’habitats (dunes côtières, montagnes, sources souterraines et grands fleuves). Parmi elles, un tiers n’existe nulle part ailleurs dans le monde, deux espèces ont disparu, et plus de 11 % sont menacées de disparition. La situation est critique pour 44% de tous les mollusques d’eau douce, et pour 8% des gastéropodes terrestres. Selon la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) parmi les espèces de mollusques continentaux en danger critique d’extinction, on trouve par exemple la Grande mulette (Margaritifera auricularia), l'Escargot de Corse, la Pisidie des marais (Euglesa pseudosphaerium) ou encore la Fausse veloutée des chênes-lièges (Urticicola suberinus). On constate davantage d’extinctions d’escargots que de mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens.

En cause : la dégradation et la destruction de leurs habitats naturels. Ces espèces sont menacées par l'urbanisation, l'agriculture, les pollutions (des eaux en particulier) et les conséquences du changement climatique auxquels elles résistent difficilement du fait de leur capacité de déplacement limitée. C’est sans compter que plus de 40 % de ces espèces recensées en France sont trop peu documentées par les scientifiques et sont classées dans la catégorie "données insuffisantes" pour les évaluer.  

Pourquoi participer ?

L’"Opération escargots" est un programme de sciences participatives qui a été reconduit cette année afin d’inciter le grand public à prendre en photo les escargots du jardin, pour mieux connaître les espèces les moins documentées en France. Le but : récupérer un maximum d’informations sur les escargots français en établissant un suivi des gastéropodes qui permettra de développer un réseau d’aide à l’identification, d’échanges et de validation par la communauté d’observateurs et les scientifiques.

Operation escargot, suivi de populations escargot, comptage recensement escargots en France

Comment participer à l’« opération escargots » ?

Le suivi des escargots dans son jardin est très simple :

  • Commencez par vous inscrire sur QUBS, la plateforme participative de suivi de la Qualité Biologique des Sols. Vous trouverez sur le site toutes les ressources pédagogiques nécessaires.
  • Choisissez le protocole « Opération escargots »
  • Installez un abri à escargots (coupelle de terre cuite ou une planche en bois brut) dans une zone abritée (sous une haie, près d’un arbre, d’un mur)
  • Surélevez un côté de l’abri avec un caillou ou un bout de bois pour que les plus gros escargots puissent aussi s’y loger
  • Patientez au moins un mois avant de faire vos premières observations (toujours par temps sec)
  • Photographiez les spécimens à côté d’une pièce de 10 centimes pour le rendu d’échelle
  • Identifiez et comptez le nombre d’individus par espèces (limaces, escargots)
  • Saisissez vos observations en ligne sur le site
Operation escargot, suivi de populations escargot, comptage recensement escargots en France

Bête à corne ou limaces, on cherche la plupart du temps à s’en débarrasser, mais saviez-vous qu’une partie des gastéropodes terrestres (escargots, moules d’eau douce, limaces) était menacée ? En France, 11% des espèces sont menacées et 41 % d’entre elles sont trop mal connues. Comme le reste de la biodiversité, les escargots et les limaces sont sensibles […]

Le Hérisson commun (Erinaceus europeaus) est un petit mammifère omnivore que l'on rencontrait communément dans nos campagnes et dans nos jardins, même en ville. Véritable allié du jardinier par son régime alimentaire (une bonne part d'insectes, de larves et de limaces), cette sympathique boule de piquants est hélas en régression certaine partout en Europe. Est-ce que le hérisson risque vraiment de disparaître ? 

herisson espece menacee, herisson en danger, herisson menaces

Quelles sont les menaces qui pèsent sur le hérisson ?

Elles sont nombreuses ! En premier lieu, la raréfaction des insectes et autres arthropodes par une destruction de milieux naturels et une utilisation massive et abusive d'insecticide (et les granulés anti-limaces !) le prive d'une grande partie de son alimentation. Les insecticides et les granulés anti-limaces aux métaldéhydes intoxiquent aussi les hérissons, causant 25% de la totalité des mortalités chez le hérisson.

De plus, suite au grand remembrement, on a arraché sans vergogne les haies bocagères et champêtres qui lui servaient d'abri. Les petits bois qui présentaient un refuge à la faune entre les champs se font de plus en plus rares. Nos jardins sont de plus en plus cloisonnés, ce qui empêche le hérisson d'y entrer ou d'en sortir. Et quand on parle de jardins... La plupart des "jardins" de notre époque sont de toute façon impropre à la vie sauvage (fort heureusement, la tendance s'inverse depuis peu !) . Cette fragmentation des milieux a pour effet d'isoler les hérissons. Par conséquent, le brassage génétique est moindre, ce qui fragilise encore la santé des hérissons.

L'Homme, toujours, fait régulièrement en sorte que la vie du hérisson soit un enfer. S'il n'y avait que celle du hérisson d'ailleurs... Les hérissons meurent écrasés sur nos routes (plus de 20%), noyés dans nos piscines, déchiquetés par les machines du jardin ou étouffés par les déchets que l'on jette partout.

Bon après, ce n'est pas toujours notre faute non plus. Le hérisson souffre aussi de nombreuses maladies et parasites, et il est prédaté par le blaireau, le sanglier, le Hibou Grand-duc, la Chouette hulotte, le renard... et le chien (ah si, ça, c'est nous aussi !).

herisson espece menacee, herisson en danger, herisson menaces

Quel est le statut du hérisson ?

Le Hérisson commun ou Hérisson d'Europe est intégralement protégé en Europe depuis 1981 et la protection a encore été renforcée en 2007. Le hérisson est désormais classé en "Préoccupation Mineure" dans la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Selon une étude britannique, la population de hérisson a diminué de 30 à 75 % en seulement vingt ans selon les régions étudiées. Chez nous, il n'existe pas encore de données précises, mais il y a de fortes chances pour que ces statistiques soient similaires pour la France et la Belgique. Selon certains spécialistes, le hérisson pourrait disparaitre dès 2050.

À lire aussi : le statut juridique du hérisson en France (N.B. : le statut est pratiquement identique pour la Belgique).

Le hérisson est pourtant si utile

Le Hérisson commun est ce que l'on appelle une "espèce parapluie". C'est-à-dire que si on le protège, lui et son habitat, on protégera aussi toute la faune et la flore qui lui sont reliées : prédateurs, parasites... S'il disparait, l'écosystème de ce biotope sera totalement déséquilibré, ce qui aura des conséquences néfastes pour le reste de la faune. De plus, la présence d'un hérisson donne une indication sur la bonne santé de la biodiversité alentours.

herisson espece menacee, herisson en danger, herisson menaces

Que faire pour l'aider ?

Aménagez un jardin accueillant pour lui : des tas de bois, des tas de feuilles... pour son hibernation et des zones sauvages et naturelles (prairies fleuries, haies champêtres...). Éliminez tous les écocides (herbicides, anti-limaces, insecticides...) ! Prévoyez des petites planches si vous avez une pièce d'eau, pour que le hérisson puisse sortir de l'eau. Réduisez, si possible, vos sorties nocturnes sur les routes en véhicules motorisés, ce sera d'ailleurs utile à la sauvegarde des batraciens par la même occasion. Pour plus d'infos, lisez ce document de la LPO sur comment aider et accueillir le hérisson.

Si vous trouvez chez vous un hérisson malade, maigre et titubant. Prenez-le délicatement avec des gants et placez-le dans un carton ouvert et posez près de lui une bouillotte ou une bouteille d'eau chaude dans une vieille chaussette. Proposez-lui un peu d'eau et laissez le carton dans une pièce calme et aéré, puis contactez un centre de revalidation des animaux sauvages agréés. Sinon, ne touchez pas les hérissons qui se baladent dans votre jardin : vous les stresserez inutilement et cela pourrait leur être fatal !

En Belgique : un suivi des hérissons a été initié par la LRBPO, voici toutes les infos : suiviherisson.be

En France : "mission pour les hérissons" s'occupe d'étudier, avec l'aide de bénévoles, les populations de hérissons. N'hésitez pas à y participer !

herisson espece menacee, herisson en danger, herisson menaces

Le Hérisson commun (Erinaceus europeaus) est un petit mammifère omnivore que l’on rencontrait communément dans nos campagnes et dans nos jardins, même en ville. Véritable allié du jardinier par son régime alimentaire (une bonne part d’insectes, de larves et de limaces), cette sympathique boule de piquants est hélas en régression certaine partout en Europe. Est-ce […]