Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Les plantes voyageuses : la patate douce

Continuons notre voyage estival en compagnie des plantes voyageuses. Cette semaine, cap sur l'Amérique tropicale, à la recherche des origines de l'Ipomoea batatas, plus connue sous le nom de "patate douce". Nous suivrons cette grande voyageuse à travers son périple, de l'Amérique à la Chine, en passant par les îles et par notre continent européen. Acclimatée depuis peu, elle devient de plus en plus présente au potager comme dans nos assiettes. Découvrons son parcours et son histoire. 

la patate douce
La patate douce, Ipomoea Batatas

Les origines de la patate douce

Inconnue à l'état sauvage, l'origine de l'Ipomoea batatas a longtemps fait débat. Des études scientifiques et archéologique ont depuis établie qu'elle serait originaire de l'Amérique tropicale ou subtropicale. On retrouve ainsi une grande diversité d'Ipomoea entre le sud du Mexique, dans la péninsule du Yucatán, jusqu'au bassin de l'Orénoque au Venezuela. Face à ce grand nombre de variétés, les scientifiques pensent qu'il s'agit là de son berceau d'origine.

Grâce à des fouilles archéologiques, on sait aussi que cette plante tubéreuse était présente au Pérou il y a 8 000 à 6 000 ans avant J.-C. Les traces de sa culture volontaire remontent à 4500 avant J.-C, mais il est fort probable qu'elle fût employée en agriculture bien avant.

Le voyage de la patate douce

Entre les années 1000 et 1100, la patate douce serait partie à la conquête de la Polynésie en compagnie de voyageurs. Elle continue ensuite son périple jusqu'en Nouvelle-Zélande, l'île de Pâques et Hawaï. 

La patate douce débarque en Europe au retour des expéditions menées par Christophe Colomb en 1492. Elle sera alors principalement cultivée dans les régions du pourtour méditerranéen. Ensuite, ce sera au tour des Philippines de découvrir sa saveur au cours du 16ᵉ siècle grâce aux commerçants espagnols. Elle y rencontrera un vif succès qui la portera ensuite vers la Chine en 1594, puis au Japon vers 1605. Les marchands Portugais l'introduiront en Afrique vers la même période.

En France, ce n'est qu'en 1750 qu'elle rencontrera un peu d'intérêt, grâce à Louis XV qui appréciait sa chair sucrée. Sa culture en Hexagone reste cependant vacillante et elle a du mal à s'imposer jusqu'à aujourd'hui.

Illustration de Christophe Colomb lors de ses explorations.

L'origine de son nom : Ipomoea batatas

Le nom de genre Ipomoea est composé de "ips" qui signifie "ver" en grec et de "homoios" qui veut dire "semblable". On peut le traduire par "plante vermiculée", en référence à ses tiges rampantes.

Le terme "batatas" était le nom que lui donnaient les "Tainos", peuple de l'île des caraïbes où Christophe Colomb débarqua en 1492.

D'où vient le terme "patate douce" ?

L'origine de ce nom n'est pas certaine, mais voici l'explication qui semble la plus plausible pour les historiens : peu de temps après la découverte de la "batatas", les conquistadors espagnols ramenèrent du Pérou la pomme de terre, alors appelées "papa" par les peuples amérindiens. Ces deux plantes étant tubéreuses et venant du même continent, il semblerait que les commerçants espagnols les désignèrent alors sous le terme de "patata", une contraction des deux noms. En France, "patata" se traduira par "patate". Cependant, afin d'éviter la confusion, on ajouta l'adjectif "douce" pour distinguer la patate douce de la pomme de terre.

La patate douce 'Beauregard' et la patate douce 'Murasaki'

La patate douce au jardin

Sous nos latitudes, la patate douce se cultive principalement au potager pour sa saveur particulière. Appréciant la chaleur et l'humidité, elle se plait surtout dans les régions du sud, en pleine terre, où sa production sera meilleure. Ailleurs, elle préférera la culture sous serre ou en pot. Des agriculteurs des régions du nord obtiennent même d'excellentes récoltes en pleine terre, en protégeant ses racines tubéreuses avec une bâche noire posée sur la terre. La patate douce se développe dans la majorité des types de sols, mais apprécie particulièrement les terres meubles, sableuses, riches, jamais sèches et bien drainées.

Ses tiges rampantes et son joli feuillage original font que la patate douce s'invite désormais dans les pots et les jardinières, aux côtés des annuelles. On pourra ainsi l'associer au bleu des lobélias et au rose vif des pélargoniums.

la patate douce
Le joli feuillage de la Patate douce 'Paradise Makatea' dans un pot, en compagnie d'une lavande et d'un plant de tomate cerise

La patate douce en cuisine

Bien qu'ils ne soient pas de la même famille, les tubercules de patate douce se cuisinent comme ceux de la pomme de terre. Vous pouvez ainsi les préparer en gratins, en purées, en potages, en poêlées et même en frites ou en chips. Son goût légèrement sucré convient également pour la préparation des desserts, comme les gâteaux, tartes et confitures. Même ses feuilles sont comestibles et se cuisinent comme les épinards. La patate douce semble être riche en bêta-carotène, vitamine B6 et en minéraux (cuivre et manganèse).

la patate douce
Des patates douces cuisinées - Image par Bernadette Wurzinger(Pixabay)

Pour aller plus loin

Articles connexes


Fiche Tutoriel

Planter des minimottes de patates douces

La Patate douce, cette plante potagère cultivée pour son tubercule, est de plus en plus...
Lire la suite +

Blog

Les plantes voyageuses : l'hortensia

Cet été, nous avons décidé de vous emmener en voyage par les plantes ! Arbres...
Lire la suite +

Blog

Les plantes voyageuses : le bambou

Nous continuons notre voyage par les végétaux en vous emmenant à la découverte du parcours...
Lire la suite +

Blog

Les plantes voyageuses : le magnolia

Pour continuer notre saga estivale sur les plantes ayant fait un long voyage avant d’arriver...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(0 votes, moyenne: 0 sur 5)
Laisser un commentaire